Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 12:00

Les blettes, nos anciens utilisaient ces grandes feuilles  pour nourrir toute la famille, plutot bien et pour pas cher. Aujourd'hui tout ce qui était "pas cher" l'est devenu, c'est comme ça, mais même plus chères ces belles feuilles sont toujours aussi délicieuses et se prêtent à pas mal de préparations, il suffit juste d'avoir un peu d'imagination.

 

Légumes de saison, on en fait essentiellement des gratins avec la feuille, la nervure, ou les deux.

 

blettes 

Et si on en faisait un délicieux dessert ? le bon moyen d'en faire manger aux enfants et aux plus réfractaires. 

 

 à classer, sans aucun doute,  dans la rubrique " casse ventre" tellement c'est bon et fin .

 

Cette recette ancienne est réapparue, je ne l'ai pas inventée, malgré l'imagination que je peux avoir quand il s'agit de gourmandise, je l'ai seulement un peu modernisée, je pense que c'est une recette Corse, je n'en suis pas sûr.

 

Vous ne savez pas comment faire manger des blettes ou vous voulez changer un peu , voici la solution !

 

Mais, vu le coté "nourrissant" de cette tourte, autant prévoir un repas léger au préalable......

 

 

 La tourte sucrée aux blettes 

 

les outils :

 

 Pour la pâte :


270 g de farine
100 g de beurre
30 g de sucre
1 œuf
50g de poudre d'amandes
1 pincée de sel
8 cl d'eau

 

 ou 2 rouleaux de pâte brisée du commerce.

 

 Pour la garniture :


Feuilles des blettes issues d'un bon kilo de blettes entières ( blanchir les nervures et les congeler éventuellement  pour une autre recette, mais ne pas jeter ) .
3 pommes
2 œufs
100 g de sucre roux
70 g de raisins secs , Corinthe , Sultanine, Smyrne, ou en mélange au choix

PXR DSCF1314

50 g de graines de tournesol et graines de courges bio et mélangées ou pour les gros gourmands, des pignons de pin.
PXR DSCF1318

50 g de poudre d'amande
5 cl de rhum ambré

 

La mécanique :

 

Préparer la pâte avec tous les ingrédients à la main ou au robot,

 

- Ultra bon et ultra rapide au Thermomix, mettre tous les ingrédients en vrac dans le bol et tourner 1 mn en position "épi", sortir du bol puis en faire une boule, la recouvrir d'un film alimentaire et la mettre au frais environ 30 min.  

 

Mettre les raisins secs dans un bol avec le rhum pour les faire gonfler, faire chauffer, au premier frémissement couper le feu et couvrir. 

PXR DSCF1317

Couper les feuilles des blettes en lanières et les laver plusieurs fois , essorer plusieurs fois dans l'essoreuse à salade, réserver.

   
Dans un grand saladier battre les œufs, puis ajouter  le sucre, la poudre d'amande, les graines,

PXR DSCF1319

puis, ajouter,  les raisins secs  et les pommes coupées en dés et enfin les feuilles de blettes, bien mélanger  le tout.
 

PXR DSCF1324
Prendre environ  2/3 de la pâte, l'étaler à l'aide d'un rouleau à pâtisserie

PXR DSCF1325

La mettre dans un moule à bords hauts, moule à manqué par exemple,   la pâte doit bien déborder du moule.
 PXR DSCF1326
Verser la préparation aux blettes, tasser,

PXR DSCF1327
Étaler le dernier 1/3 de pâte et en recouvrir le moule, souder les deux pâtes ensemble en formant un bourrelet.
 PXR DSCF1330
Faire un trou de cheminée au centre de la tourte  afin de faire un trou d'aération.
Passer au pinceau, un jaune d'oeuf battu pour la dorure.
Mettre au four TH 180 ° environ 60 min.
 PXR DSCF1339
Servir froid .

 

 

tourte blettes

Repost 0
5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 22:10

Sur les cartes IGN il est nommé "jas de Miceau", mais c'est bien connu les  cartographes de l'IGN ont quelques difficultés avec les noms propres aux culs terreux.  

Ce jas de Miceau, je n'en avais jamais entendu parler mais en cherchant un circuit de balade pas trop loin de la maison , je suis tombé dessus, et ça pouvait faire l'objet d'un aller retour en composant avec les GR, sentiers et pistes DFCI.

Je pensais que c'était une ruine , voir dans le même coin, le jas de Sylvain ici clic , mais non.

 

Pour cette rando en boucle, coincée entre le massif de la ste Baume et la plaine de Cuges, le parcours aller tout en montée plus ou moins raide, le retour tout en descente, pas beau ça !

 

Sortie de Marseille direction Cuges les pins, mais au fameux Col de L'Ange, stop, parking ici sur la grande aire coté gauche.

carte

  clic pour agrandir la carte

 

Au fond à droite de cette aire de parking, une large piste démarre une piste DFCI mais aussi le GR98 qui va grimper à travers la colline pour rejoindre le Baoù de Bertagne ,

depart

on va suivre le GR puis ensuite prendre un sentier de traverse pour rejoindre le jas de Miqueou, ( j'opte definitivement pour l'écriture locale ! ) et revenir au point de départ, tout en descente par les pistes du DFCI.

 

S'engager sur la large piste et tout de suite le GR98 est signalé à gauche, un sentier étroit s'enfonce dans les pins, il grimpe mais sans excès.

PXR DSCF8463

 Il va recouper une ou deux fois la piste, puis s'en éloigner par le sud - est en longeant le flanc de la colline, passer devant un ancien jas bien délabré qui fait office de bergerie

PXR DSCF8471

 

 

maison des biques

Au sol, une épaisse "moquette" de crottes de biques.

 

fenetre

 Par ce qu'il reste de la fenêtre, la plaine de Cuges.

 

et contourne la colline pour s'engager dans un vallon au pied du mont Cruvelier, plus loin le Brigou est bien visible , la rando le tour du Brigou c'est ici clic .

PXR DSCF8472

le Cruvelier à gauche et le Brigou à droite.

 

PXR DSCF8475

 étonnante cosse de graines

 

PXR DSCF8477

Par ici, les jas plus ou moins abandonnés sont  légions, ce coin de colline était fortement peuplé il y a ...quelques années.

 

PXR DSCF8478

Au pied du Brigou, ce jas abandonné et bien mal en point sert de refuge pique nique pour les randonneurs, il n'est pas rare d'y voir fumer le barbecue. au loin le baoù de Bertagne et son radôme.

 

PXR DSCF8479

 

PXR DSCF8482

Au pied du Brigou, sur la piste qui en fait le tour, on va filer vers le nord et arriver à un carrefour de pistes, le GR part à gauche dans les taillis et en descente, plus bas il repart à droite en montée raide vers le pic ( baoù ) de Bertagne.

PXR DSCF8487

 On va longer le superbe vallon de Cabrelle et parfois, au détour du sentier, tout en bas on voit l'abbaye du XIIème siècle qui ferme la vallée St Pons.

Plus haut, une bifurcation nette, le GR part à gauche,  à droite une large sente grimpe en direction d'un pylone HT aller sur ce chemin,

PXR DSCF8489

 passer sous le pylône et presque tout de suite un très étroit sentier dégringole vers le jas de Miquéoù que l'on aperçoit tout en bas.

  PXR DSCF8492

Ce jas est une propriété privée et à ce titre il faut le respecter, les propriétaires semblent être des gens charmants car

la bâtisse est un petit bijou merveilleusement bien entretenu et perdu au milieu de la colline et  pas un seul panneau " Propriété Privée" encore moins "entrée interdite" ne le protège.

PXR DSCF8505

Faire confiance à ce point aux promeneurs est une chose rare, nous allons l'apprécier à sa juste valeur.

Le Mistral soufflant très fort,  nous allons pique niquer sur un banc de pierre, au soleil sur le devant de maison. Merci de nous avoir permis de passer ici un si agréable moment.

N'ayant rien pour écrire nous n'avons pas laissé un petit mot de remerciement et de félicitations, dommage, mais le coeur y était.

  PXR DSCF8508

Un faux oratoire, refermant un santon "grande taille" marque l'entrée de la propriété.

 

PXR DSCF8511

 

Le retour se fera par la piste du DFCI qui descend jusqu'aux "Auber" ,surplombe Cuges et ensuite une autre piste nous ramène au parking.

PXR DSCF8513

Dans la descente, la vitesse aidant, on pourra assister au décollage de "Johnatan livingstone " le goéland.

 

Très belle balade, même si personnellement j'aurais préféré plus de sentier et moins de piste.

PXR DSCF8515

Pour cette boucle il faut compter 3h45 plus la pause, l'altitude de départ est à 234m le point haut ( pylône HT) est à 659m le cumul de dénivelé positif est de 589m. d'autres possibilité de circuit peuvent être réalisées, il suffit de composer sur la carte.

 

  PXR DSCF8517

 

Repost 0
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 21:00

La pâte de fruits aux coings............. un classique du genre .

   

Mais !................

 

 Savez vous que l'on peut très facilement réaliser cette délicieuse gourmandise avec des restes, des restes de coing bien sûr, que l'on pourra mélanger avec des restes de pommes pour en gonfler le volume, éventuellement.

Pas tout le monde ne possède un jardin rempli de cognassiers ! suivez mon regard ! rire.

coing cadré

Pourquoi des restes ? parce que la pectine dont les coings sont fortement chargés est essentiellement contenue dans  la peau et les pépins , et la pectine c'est la base de toutes gelées , confitures et pâtes de fruits.

Aors on va cuisiner la chair des coings selon notre envie ( voir la cassolette de gratin de coings ) et NE PAS JETER la peau et les trognons.

Recette à ranger dans ma catégorie : "plats de pauvres" .

 

 Il est possible de congeler la chair des coings, sans cuisson préalable, pour une utilisation future.

Peler, tailler des tranches de l'épaisseur voulue,épépiner, enlever les parties dures du trognon.

Plonger les quartiers dans un récipient contenant de l'eau bien citronnée, le coing s'oxydant  très vite.

Bien les sécher sur un linge propre

DSCF1439 [1600x1200]

et mettre en sac de congélation par petites quantités pour pouvoir utiliser facilement.

 

Avec la peau et les trognons de 4 coings de taille moyenne, voilà ce qu'on peut faire :

 

Les  coings NON TRAITES ayant au préalable été essuyés pour leur ôter les peluches adhérentes à la peau, lavés, on récupère les épluchures taillées épaisses, ainsi que les trognons avec les pépins, ajouter la moitié d'un citron non traité ou seulement le jus en cas de doute.

Mettre à bouillir avec de l'eau à juste couvrir dans la bassine à confiture.

DSCF1441 [1600x1200]

Au bout de 15 à 20 minutes de cuisson, passer le jus obtenu dans un tamis

DSCF1340 [1600x1200]

et écraser la peau et les trognons devenus bien mous avec une cuillère, récupérer le maximum de  pulpe mélangée au jus de cuisson.

  DSCF1343 [1600x1200]

l'utilisation d'un tamis est plus longue qu'à la moulinette mais évite de laisser passer des débris de pépins, même avec une grille fine.

 

Peser, ajouter 800 gr de sucre cristal ordinaire par kilo de mélange et faire cuire avec un sachet  de 4 grs d'agar agar par kilo  de pâte sucrée.

DSCF1442 [1600x1200]

 

 La gélification avec l'agar agar est à mon avis, essentielle, elle présente plusieurs avantages :

Produit totalement bio et à base d'algues, contrairement à la gélatine de base douteuse et animale.

Un temps de cuisson notablement réduit pour un résultat stupéfiant, moins de cuisson, c'est plus de conservation des vitamines et une économie d'énergie non négligeable.   les temps sont durs !!!

 

Quand le contenu de la bassine commence à adhérer fortement à la louche , se détache par blocs entiers , couper le feu et mettre dans un moule large, plat et si possible rectangulaire permettant un démoulage aisé.

 

Laisser sécher longuement ( plusieurs jours ) à l'air mais protégé  par  un linge propre ou un morceau de moustiquaire. Retourner la galette de coing plusieurs fois pour bien sécher toutes les faces.

DSCF1464

Quand elle n'adhère plus au doigt, couper en petits rectangles et rouler dans le sucre cristal ou du sucre glace,  conserver dans une boîte métallique fermée mais non étanche.

 

Sans enrobage de sucre c'est moins traditionnel mais tout aussi bon ( même meilleur à mon avis ), mais ça pègue aux doigts !

 

 note : la peau pelée épaisse de 4 beaux coings et les trognons suffisent pour confectionner une galette de pâte de fruit de 25x12 cm et de 1,5 cm d'épaisseur . 

 

Pour Noël cela fera un délicieux et traditionnel ènième dessert .

 

Repost 0
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 21:15

C'est la saison des coings, ces fruits oubliés par les citadins qui n'ont plus le temps de cuisiner. Quel dommage, ces fruits ont été de tous temps la base d'une alimentation solide, gourmande, abondante et peu chère.

 

Cuisinés en pâtes de fruits, confitures, gelées, et eaux , ils sont aussi capables de faire frémir les papilles les plus délicates en accompagnement de viandes mais aussi en plats sucré/salés.

coing cadre2

 

En voici un exemple, MA recette du gratin de coings, pouvant être servi avec bonheur avec une viande propice au sucré/salé, le gigot d'agneau.

 

Une recette à ranger dans la catégorie : léger, délicieux et étonnant.

 

Le marché, simple et peu onéreux :

 

2 beaux coings, 2 oignons
huile d'olive, vin blanc , eau,  sucre,  épice à tajine ( ou du  ras el hanout ) .

Les coings que j'utilise, sont non traités, ( je les chipes  dans le jardin de mon fils, chut ! ) par conséquent, attention aux vers, le coing est trés sensible à ces parasites qui font un tout petit trou et quand on coupe le fruit, l'intérieur est complètement abimé .

Mais l'absence de traitement fait que la peau peut être utilisée sans gêne, voir plus loin.

 


Emincer les oignons, les faire suer dans un filet d'huile d'olive puis ajouter du vin blanc, couvrir et laisser compoter à couvert et à feu doux, ne pas faire roussir les oignons ce qui les rends amers.

 
Essuyer les peluches de la peau des coings, les laver et les peler épais,  couper la chair en dés.

PXR DSCF1333
 NE PAS JETER  la peau et les trognons, ils serviront à réaliser une excellente pâte de fruit ou de la gelée pour de delicieuses gourmandises. Recette à venir .

 

Mettre rapidement , ou alors les citronner, les dés de coings avec un peu d'eau et une CàS de sucre dans un plat allant au micro ondes, couvrir et laisser cuire jusqu'à les rendre tendres et moelleux., 5 à 10mn selon le M.O.PXR DSCF1336

Le temps et la puissance dépendant du M.O et de la quantité de coings, surveiller est la meilleure  solution.

 

Les ajouter aux oignons bien fondus, mélanger délicatement, saler, ajouter une 1/2 CàC d 'épices à tajine,

PXR DSCF1349

 laisser juste un instant sur le feu vif pour sécher les coings et verser dans les cassolettes ou petits ramequins.

  PXR DSCF1356

Déposer une tranche d'emmental trés fine, couvrir de chapelure, un fin trait d'huile d'olive et passer au four pour gratiner.

PXR DSCF1364
Servir avec une tranche de gigot d'agneau juste poelée avec des herbes de Provence, sans ajout de M.G d'aucune sorte. 

  PXR DSCF1360

Accompagné avec succès d'un petit peu de chutney de cornouilles ( ici la recette ! ) et  voilà un plat léger, étonnant, rare et délicieux.

PXR DSCF1366

A faire découvrir lors d'une soirée entre amis curieux de saveurs peu ordinaires.

 

Repost 0
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 22:00

En préambule à cette histoire vécue, je pense qu'il est necessaire d'éclaircir certains points pour les lecteurs non connaisseurs du sujet.

 

La plongée sous marine peut se pratiquer sous différentes formes, mais deux grandes familles cohabitent.

- Les apnéistes.

- Les plongeurs  en scaphandre.

 

Dans chaque catégorie il existe encore des familles mais la différence fondamentale se situe au niveau du moyen de respirer sous l'eau, condition essentielle pour l'homme.

 

Scaphandre: le plongeur respire un air emprisonné sous haute pression "en conserve" dans une bouteille d'acier appelée "bloc" et un système compliqué et fragile, le détendeur, lui délivre de l'air sous pression atmosphérique à la demande. Son autonomie en est grandement accrue  et ses prestations sont bien entendu, nettement moins sportives.

Apnée:  que ce soit pour chasser ou photographier ou battre des records de durée et/ou de profondeur, l'apnéiste "emporte " son air dans ses  poumons et sa durée d'immersion est étroitement liée à ses capacités pulmonaires, sa forme physique, mentale et à son entrainement. C'est du sport à part entière.   jean jacques

* Remarque importante, la chasse sous-marine ne peut se pratiquer  qu'en apnée ! Interdiction absolue en scaphandre.

 

Le mot "plongeur" est essentiellement utilisé pour les plongeurs en scaphandre autonome.

 

La photo sous marine se pratique essentiellement en scaphandre mais en apnée ça devient une discipline sportive tout aussi difficile que la chasse, je n'ose pas dire plus difficile pour ne pas froisser mes amis chasseurs.

 

Cette histoire est une histoire vraie, c'est une tranche de ma vie de plongeur sous marin.

Pour moi ce fut un tournant, comment je suis passé de plongeur " touche à tout ", un peu de chasse sous marine ( apnée ), un peu de photo sous marine avec des moyens limités , mais en apnée,  et la plongée en scaphandre autonome que je pratique depuis cette époque et jusqu'à aujourd'hui .................et encore pour combien de temps ?

 

Faisant un peu de tout, on le fait rarement bien.

 

Etant par nature  un très mauvais prédateur, je ne pouvais être qu'un piètre chasseur sous marin, piètre chasseur en terme de "prises", car en terme de durée au fond et de profondeur atteinte, je n'étais pas du tout mauvais... en toute  modestie. 

Mais à quoi peut donc bien servir de rester longtemps à l'agachon quand on réfléchit ( un peu trop ) avant de tirer sa flèche sur le poisson ?

Admirer les évolutions d'un poisson n'est pas dans l'attitude qu'on attend d'un chasseur.

  agachon [1600x1200]

Agachon devant un trou, partiellement caché par les posidonies, pas un mouvement, pas une bulle !

 

Vingt ans après avoir arrêté la chasse, le coté éminament sportif me manque toujours mais le coté prédateur nettement moins , même si parfois j'envie encore les prises de certains amis.   P1010093.JPG  J.J dans son fief à nosy bé.

 

Que c'est il donc passé ce jour là pour me faire poser mon fusil Beuchat au fond du Zodiac et ne jamais le reprendre ?

 

C'était en février ( 1990 ou 1991 ? ) , avec mon pote J.J , nous avions choisi notre terrain de chasse, mis le Zodiac à l'eau à La Ciotat et direction les falaises de Soubeyranes, juste au pied du sémaphore.

 

De gros blocs rocheux forment le bord et le fond en pente raide descend bien au delà de nos possibilités, pourtant déjà conséquentes pour des plongeurs-chasseurs en apnée hyper entrainés, comme il se doit.

 

*Les "chasseurs" qui se pavanent sur la plage bondée de baigneuses en plein été sont un danger public, d'autant que dans les 3 m d'eau de la zone de baignade, les prises ne seront certainement pas aquatiques.

Si... parfois un thon ou une baleine mais là c'est une autre histoire...oupsss, je dérape.

  a trou [1600x1200]

Le fusil, ( arbalète de son vrai nom , ou harpon pour les non initiés ) un Beuchat avec une flèche Tahitienne de 6mm et un ardillon retaillé pour une plus grande vitesse de pénétration, double sandows pour plus de puissance, car ici on risque de faire du gros.

Combi de chasse en fin néoprène de 3,5mm réchauffée avec de l'eau chaude, contenue dans une glacière, juste avant la mise à l'eau.

Longues palmes Cressi de chasse à voilure nerveuse.

Profondimètre à aiguille trainante.

Masque Cressi Super Occhio à  volume restreint.

Tuba Beuchat, gros diamètre et très court pour une meilleure ventilation pulmonaire.

Et du plomb à la ceinture, assez pour couler bien vertical, sans palmage pour des agachons silencieux.

  coulee--1600x1200-.JPG

Après quelques menu fretin , lors d'une coulée en plombage positif, ( c'est à dire que sans bouger, je coule ) j'apercois une mostelle, l'après plongée nous dira qu'elle faisait 3 kg , je suis juste au dessus, pour la tirer il faut que je me déplace sans bruit et latéralement.  mostelle--Small-.JPG

Nous sommes ( la mostelle et moi ) à 20 m de fond, en pleine eau, je ne suis pas trop bien placé, mais j'ai le choix, ou je tente et j'ai une superbe prise ou je laisse filer et je risque de le regretter. 

Ma position n'est pas idéale, mais on est déjà profond et je ne peux plus me déplacer sans faire fuir la bête, je tire quand même.

 

Transpercée de part en part juste derrière la tête, le bestiau n'est pas tué, seulement blessé, il accélère et descend comme une fusée, vers son trou à exactement 32 m ! L'aiguille traînante du profondimètre en sera témoin .

 

Description de la scène :la mostelle blessée regagne les profondeurs de son abri, entraînant avec elle, la fèche qui la transperce, la cordelette et le fusil . Accroché au fusil, le chasseur ( moi ) n'est pas encore en danger mais à cette profondeur,  c'est vraiment limite.

 

Je cale le fusil en travers du trou pour l'empêcher de rentrer et je remonte à la surface prendre un peu d'air, il faut remonter droit en ne perdant jamais  des yeux l'endroit où est le fusil.

Surface, dans la petite houle glacée, on est en février, ventilation calme et profonde,  et redescente avec un "canard" bien vertical, je retrouve tout de suite le fusil, essaie de le sortir si possible avec le poisson, la Tahitienne  est tordue, c'est sûr.

Impossible !

 

Remontée, ventilation, descente , pour une troisième tentative.

 

J'arrive à sortir quelques centimètres de fil que j'enroule sur le fusil comme je peux..... là, je suis épuisé.

Je lâche tout, remontée, cette fois ci c'est limite, je n 'arrive plus à palmer, car plombé comme je suis il faut palmer pour remonter et pas qu'un peu.

Je commets bien sûr l'erreur de regarder la surface, erreur car dans cet état d'épuisement rien de mieux pour flinguer le moral, c'est si long une remontée quand l'air commence à manquer.

remontée [1600x1200]

Tout là haut la surface et l'air libre, encore faut il y arriver !

 

Mon obsession de remonter ma prise m'empêchera de déboucler ma ceinture de plombs "Marseillaise" et de la jeter au fond, ce qui aurait signifié " fin de la partie" , entêtement imbécile et dangereux , bien sûr  ! 

 

En surface , J.J, qui a vu qu'il se passait quelque chose vient à ma rencontre.

 

* Les chasseurs ne chassent JAMAIS ensembles c'est le seul moyen de tout rater ou pire de se blesser mutuellement  , ce qui n'empêche pas une surveillance mutuelle à chaque remontée à la surface.

 

J'explique la situation, il me tend son fusil, son anneau inox avec ses prises, et descend comme une pierre.

Il remontera avec un grand sourire, et me tend  mon fusil, une Tahitienne bien tordue, et une mostelle de belle taille.

 

Je regagne le  bord du Zodiac, je bois chaud, je mange et j'attends qu'il ai fini de faire "ses courses" , Mo, son épouse,  lui a demandé tout ce qu'il faut pour une bouillabaisse, il ne rentrera pas sans avoir rempli son contrat, mais sans  plus, ce n'est pas un " viandard".

 

Grande décision irrévocable dans ma tête : j'ai quarante ans passés, la grande chasse, c'est fini pour moi , décision pas seulement provoquée par la peur mais aussi par la lucidité, l'âge avancant,  je ne serais plus jamais aussi performant qu'avant et chasser dans 5m d'eau, je ne sais pas ou je n'ai pas envie de faire.

 

 

JJ,  plus jeune et chasseur de haut niveau,  il continue, vingt ans après, mais seulement dans des eaux plus chaudes, à Nosy bé,  

Les makis écolos, c'est ici , clic  .

 

Ah oui, la mostelle...................délicieuse...... c'est le moins qu'on en attendait !

 

 Note : Les photos de chasse  sous marine ne relatent pas cette aventure mais illustrent seulement cet article.

 

Matériel: boitier  Canon F1 et 35mm f1,4  enfermé dans un sac étanche EWA MARINE, sans flash,  film diapo 35mm Ektachrome 64.

Conditions: tout  en apnée, à Sagres au Portugal en juillet 1992. 

 

La Mostelle, photographiée dans les îles de Marseille, APN Nikon Coolpix et boitier étanche dédié, photo 2006.

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 19:00

Pour faire suite à l'article précédent sur la confiture et pâte de fruits de cornouilles, voici, le chutney. Cette "confiture" à base de vinaigre pour accompagner, entres autres,  les viandes qui se marient bien à l'aigre-doux, gigot d'agneau, magret de canard...

 

Les cornouilles ces belles drupes rouge vif qui embrasent  nos forets pendant l'automne, ces jolis fruits appréciés seulement par quelques vieux sangliers qui traînent leur godasses de rando dans la nature, peuvent être source de plaisirs culinaires ou de gourmandise acidulée.

cornouilles.JPG 

- consommées crues directement sur l'arbre quand elles sont extra mûres, voire blettes .

- conservées en saumure comme les olives pour des apéros étonnants.

- cuites, en gelées, confiture, pâtes de fruits pour des gourmandises sucrées;

- en chutney , là elles atteignent leur sommet car , par nature, elles sont déjà aigre douces.

 

Ma recette, du chutney aux cornouilles :

 

Préparer les cornouilles comme pour une confiture, c'est à dire :

 

- passage direct, sans lavage, au congélateur pour leur faire vivre un bon coup de gel.

- décongélation  dans une grande bassine d'eau ce qui va aussi les laver et séparer les infâmes-petites-feuilles-qui-sont-si-difficile-à-ôter.

- cuisson dans une bassine à confiote avec de l'eau qui va les mouiller sans les recouvrir.

PXR_DSCF1216.JPG

- laisser bouillir 10 à 15 minutes.

- passer à la moulinette à main, grille grosse pour séparer les noyaux de la pulpe, utiliser un chinois ou un tamis est possible mais fastidieux.

PXR_DSCF1217.JPG

 A partir de cette étape, on peut en faire de la confiture, des pâtes de fruits ou du chutney, ou les 3 à condition d'en avoir beaucoup ramassé et réservé une part de la compote pour chaque usage.

 

 pour 500gr de compote de cornouilles , il nous faut aussi :

 

du sel, un peu , mais moins il y en a et plus grand  sera le sourire de votre cardiologue.
1 CàC de gingembre en poudre
1 CàC  de cannelle moulue
3 poignées de raisins secs
1 CàS bombée de sucre
2 CàS de miel
15 cl de vinaigre de vin de bonne qualité , celui fait maison, par exemple, c'est si facile. Surtout pas de vinaigre blanc, bien trop acide.

1/4 de CàC de piment d'espelette
 
Tout mélanger dans une casserole à fond épais, laisser cuire le temps que l'ensemble prenne une consistance un peu épaisse , à peine moins que du  concentré de tomates, pour donner une comparaison.

PXR_DSCF1230.JPG 

Mettre en pots et les retourner tout de suite comme pour la confiture.

PXR_DSCF1233.JPG

Ce chutney de cornouilles servi avec du foie gras, du magret de canard, du fromage de chèvres, etc,  étonne et ravit les papilles des amis qui découvrent ou redécouvrent cette petite baie sauvage acidulée.

 

Mais, une petite tartine sur un croûton de bon pain grillé, accompagné d'un verre de Gewurtztraminer "vieille vigne", frais à souhaits, pour l'apéro ,  ça ne vous tente pas ?  Allez, venez...

 

 

Repost 0
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 21:05

Les cornouilles ! ces fruits sauvages ( drupes ) connus des seuls "vieux sangliers des collines",  peuvent se consommer à presque toutes les étapes de leur maturité.

  

Passant progressivement d'un blanc/vert au rouge presque noir, ces drupes peuvent se récolter :

 

-  à peine rouge, encore avec de belles parties jaunes pour être mises en saumure comme les olives.

 

- rouge vif et encore très fermes pour les réalisations de confiture, gelées ou pâtes de fruits, à ce stade un fort goût âpre les caractérise encore et en fait leur particularité.

 

- rouge foncé et fermes , même transformation mais moins d'âpreté.

- rouge presque noir, molles, elles se dégustent crues et si la première laisse une sensation gênante dans la bouche, les suivantes en appellent d'autres, il est parfois difficile de s'arrêter d'en manger.  

PXR cornouilles

 

Voici ce qu'en dit le Wiki :

 

Les fruits, appelés "cornouilles" sont des drupes rouges de 15 à 20 mm de long contenant un gros noyau. Elles ont un goût acidulé, sont comestibles.  On les consommera de préférence blettes, par exemple quand les fruits viennent de tomber sur le sol. Elles révèlent alors un goût subtil et délicieux rappelant celui de la cerise.

 
Le cornouiller apprécie les sols frais et calcaires.

La fructification est sujette à l'alternance.

Se propage par marcottage ou bouture à talon en automne. Le semis peut nécessiter deux ans avant de lever puis 8 à 10 ans avant de fructifier sans être fidèle au fruit d'origine.

 Les cornouilles contiennent 8 à 9 % de sucres (surtout du glucose et du fructose) ainsi que 2 à 3 % d'acide malique et 70-125 mg de vitamine C pour 100 g.

On en fait d'excellentes confitures.

Elles sont parfois fermentées pour donner un vin de cornouilles , ou encore transformée en confitures. Dans certaines régions françaises, elles sont familièrement appelées "couilles de Suisse".

Le bois est dur, élastique et droit; il était autrefois prisé pour la fabrication de flèches et javelots, d'engrenages, de rayons de roues ou de manches d'outils.

Ses racines puissantes permettent de lutter contre l'érosion des sols.

L'espèce est utile à la faune car lièvres et cerfs apprécient son feuillage, tout comme les abeilles apprécient ses fleurs précoces à la fin de l'hiver, et les oiseaux ses fruits en été.

 

cornouilles

 

Cueillis lors de nos différentes randos d'automne,  les fruits sont tout de suite placés au congélateur. La plupart des fruits sauvages d'automne ou d'hiver ( cornouilles , mûres, gratte culs, prunelles etc.) supportent bien ce coup de gros froid, leur amertume en est diminuée, le goût nettement plus fin.

 

Décongeler les fruits en jetant le gros bloc de fruits collés par le gel dans une bassine d'eau, ils passent ainsi au lavage, les petites feuilles qui sont si difficiles à ôter se mettent à flotter et sont récupérées avec l'écumoire et jetées.

 

Mettre dans la bassine à confiture, ajouter de l'eau mais s'arrêter un bon centimètre AVANT que l'eau ne recouvre.

PXR DSCF1154

Faire cuire longuement, l'eau va se teinter en rouge vif et comme il n'est pas encore question de faire réduire, couvrir la bassine avec un couvercle.

5 minutes de gros bouillons sont nécessaires;

couper le feu et passer les drupes et  le jus à la moulinette, cette bonne vieille moulinette a main équipée de la grille la plus grosse.

PXR DSCF1156

le noyau,  très gros,  de la cornouille ne passera pas au travers et la pulpe s'en échappera facilement. Pour avoir fait l'essai du tamis comme pour les mûres, je préfère pour un résultat identique la moulinette, gain de temps et ....d'énervement.

 

Peser la quantité de pulpe et jus récupéré, ajouter du sucre cristallisé à raison de 800 gr de sucre pour 1 kg de pulpe, c'est beaucoup mais nécessaire pour ne pas avoir une confiture trop âpre. On peut rajouter cannelle et vanille.

PXR DSCF1158

Cuire comme pour toutes confitures et mettre en pot au test de la goutte sur assiette froide.

Les pots sont fermés immédiatement après leur remplissage et retournés ce qui va éviter de les stériliser. ce mode de conservation est très efficace à condition de fermer et retourner le bocal TOUT DE SUITE, confiture brûlante.

PXR DSCF1160 

Pour la pâte de fruits , continuer la cuisson mais en ajoutant un sachet d'agar agar pour un litre de confiture environ, laisser réduire et verser dans une baquette alu ou tout autre moule dès que la consistance devient extrêmement pâteuse et colle à la spatule au point de s'en détacher par blocs entiers.

  PXR DSCF1227-1

Mélange pour pâte de fruits avec du sésame.

 

Laisser complètement refroidir la pâte de fruits puis démouler la galette formée et la  laisser sécher quelques jours à l'air, en le retournant une fois par jour.

Par la suite elle sera découpée en bâtonnets

PXR DSCF1197-1

et roulées ou non dans de la cassonade.

PXR DSCF1201-1

Pour une variante amusante et croquante, au moment d'ajouter l'agar agar on ajoute aussi des graines de sésame. Délicieux et croquant. 

  PXR DSCF1202-1

 

 Placées en boite métallique pas trop étanche ces pâtes de fruits au goût inhabituel seront une délicieuse gourmandise.

 

confiture

 

Repost 0
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 19:00

Ce  samedi 16 octobre, dans la région Marseillaise, vent violent , du Misraoù avec des rafales à plus de 100 km/h et malgré ce p..... de vent qui est réputé pour chasser les nuages, le ciel est gris plombé !

Ajoutons que le carburant doit être économisé pour des usages plus importants, alors, nous sommes allés randonner " à domicile".

 

 Mais nooooooon , pas en faisant plusieurs fois le tour de la table de la salle à manger !

 

Dans "notre" colline, à savoir qu'il suffit d'ouvrir le portail de marcher 50 m et là les circuits de rando démarrent !

Le circuit d'aujourd'hui sera composé de plusieurs tracés de rando connus et déjà vus sur ce blog, je vais "bidouiller " un parcours qui devrait nous faire marcher environ 4 heures et permettre un retour dans le sens de la descente .

La seule partie du circuit qui n'est pas connue c'est le sentier en pente raide, vraiment raide, qui relie le col de la Limite et le vallon de Lunant. 120m de dénivelé sur une toute petite distance. Le balcon des Escourtines, le vallon de Luinant, la source des eaux vives, retour par le vallon de la Barasse et le vallon des Escourtines. Un circuit en forme de huit.

carte  clic pour agrandir

 

Départ du bout du "chemin du vallon des Escourtines", la route s'arrête, on peut y garer la voiture, sans gêner le voisinage , merci.

Un tracé jaune part droit devant dans le vallon, un tracé bleu "Balcon des Escourtines" part à droite et annonce la couleur, c'est du rude !

 PXR DSCF8461

On va suivre ce bleu jusqu'au bout, c'est ce qu'on appelle un circuit local, il va nous faire grimper la colline avec une pente parfois affolante,

PXR DSCF8368

 

PXR DSCF8371

 ça monte trés vite, dans une première trouée, en bas les maisons du vallon des escourtines , en face , Grande tête rouge et Taoumé, le pays de Pagnol.... un voisin !

mais à chaque pas la vue sur la vallée de l'Huveaune s'ouvre à nos yeux et trés vite, s'agrandit, le Garlaban, Bertagne, la grande Candole etc.

 PXR Panorama 2

 Panorama fait de 4 images, Grande tête rouge, Pounche des escaoupres, Taoumé et Garlaban de gauche à droite.

clic pour agrandir.

Aprés cette rude grimpette, un replat, en corniche, le fameux "balcon des Escourtines" nom de cette boucle, une falaise abrupte qui domine le vallon , tout en bas, serpente le sentier que nous prendrons au retour, mais nous n'y sommes pas encore,loin s'en faut.

PXR DSCF8383

Tout en bas le vallon des Escourtines et dans les arbres, bien cachée, sa source.

Suivre la corniche, le sentier devient caillouteux et escalade un autre sommet, laisser de coté le tracé bleu qui part à droite, il redescend dans les maisons plus bas.

PXR DSCF8384

Grimper droit devant, avec le mistral d'aujourd'hui la progression se fait " en crabe" !

Sur ce point haut , 434m, on peut admirer la rade de Marseille et les pétroliers qui attendent dans la rade, ils se sont mis à la cape, abrités derrière  les collines qui bordent l'Estaque.

PXR rade

Les pétroliers en attente de déblocage du conflit, la mer "moutonne" bien, ça souffle.

 

PXR DSCF8386

Plus loin, au nord, la chaine de l'Etoile dominée par le Pilon du Roi, en bas , la chapelle d'Allauch sur sa colline.

 

PXR DSCF8389

Couleurs de saison, les cades luisent d'un brun vif et odorant.

Descente raide, au bord de la falaise vers  le col de la Limite puis,  dégringolade "sportive"  vers le vallon de Luinant, méfiance car c'est trés pentu et les cailloux roulent sous les pieds.

PXR DSCF8399

Le col de la  Limite, sépare les vallons des Escourtines et de Luinant. 120m de dénivelé, quasiment à pic.

PXR DSCF8404

 

PXR DSCF8406

Passage dans les bruyères

 

PXR DSCF8407

Reprise du vallon de Luinant que l'on va remonter,

PXR DSCF8411

 passage devant les ruines du jas Henry

PXR DSCF8412

 

PXR DSCF8413

 On entre dans le périmètre de 950 hectares brûlés l'an passé par la négligence d'un militaire en exercice, les roches environnantes en portent encore les traces roses de retardant lâché par les "Pélicans".

 

et peu après, vigilance, au col de Baralui, marqué à la peinture sur un rocher, le sentier qui part  vers la source des eaux vives est à contresens et peu visible,

PXR DSCF8416

étroit il monte à flanc de colline, la contourne

PXR DSCF8417

 

et file en petite descente vers la source,

PXR DSCF8419

 Ici, les traces de végétation carbonisée ne sont pas encore effacées.

 

PXR DSCF8420

pelées les collines ! pelées et encore bien noires.

 

La source, en bas,  en ce moment , elle n'est plus qu'un mince filet d'eau.

PXR DSCF8422

 Prouesse des pompiers pour préserver cet espace de verdure dans ce monde devenu lunaire.

 

PXR DSCF8423

 Pas complètement tarie, la source attend les pluies d'automne pour se refaire une santé

 

Nous voulions pique niquer en ce superbe endroit, mais les rafales de vent s'engouffrent dans le vallon avec une force inouie, de gros nuages noirs s'annoncent, on va commencer la descente du vallon de  la Barasse et chercher un recoin abrité, au moins du vent glacial, pour grignoter un bout et boire un café chaud.

PXR DSCF8433

 ce sera dans le lit du ruisseau quasi à sec, autant dire qu'on ne va pas s'éterniser ici .

PXR DSCF8427

 Au dessus de nos têtes , des roches en équilibre

 

PXR DSCF8425

 

PXR DSCF8428

Quand un pied de romarin a décidé de pousser , qui peut l'en empecher ? surtout pas la caillasse et le manque de terre.

PXR DSCF8438

En bas du vallon, virage à droite pour remonter au début du vallon de Luinant,

PXR DSCF8443

 

PXR DSCF8437

 les  salsepareilles mettent un note colorée au milieu des pins cramés.

 

jusqu'au carrefour signalé par un poteau du CG et un figuier qui lui même cache un puits.

PXR DSCF8446

Un figuier sauvage cache , comme souvent, un puits. c'est le puits des terres rouges ( devenues bien noires ! )

 

là , reprise du sentier escarpé descendu à l'aller et qui nous ramène au col de la Limite, l'étroit goulet fait "accélerer " le vent , il est difficile de rester debout.

PXR DSCF8452

Reprise du sentier balisé en jaune, " Escourtines" et descente dans le vallon, bien abrité du vent, passage entre de véritables haies de bruyère,

PXR DSCF8455

puis descente au point de départ en passant par l'étroit et ombragé sentier du vallon des Escourtines.

PXR DSCF8456

 

PXR DSCF8460

et voilà, de retour à la maison ! (non visible ).

 

pour cette balade il nous a fallu 3h45 de marche, plus la pause pique nique .

 

Le dénivelé, en cumulé positif, dépasse les 600 m avec des pentes parfois assez raides, départ à 130m , un point haut à 434m.

 

 

 

 

Repost 0
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 21:00

En cette fin de saison, quand on a un jardin et qu'on a cultivé ses propres tomates, il est fréquent que les pieds de "tardives" n'arrivent plus à faire mûrir leurs fruits , manque de chaleur oblige. Ce n'est d'ailleurs pas le manque de soleil car les tomates mûrissent la nuit, mais la chaleur. Qui plus est, ces braves plantes sont réglées avec les cycles de la nature. Enfin..celles du jardin parce que pour celles du commerce c'est une autre histoire !

 

 A noter que pour faire mûrir des tomates vertes mais de taille adulte, il suffit de les placer dans une boîte et dans le noir à température ambiante de la maison.

Une boîte de chaussures c'est l'idéal, pas étanche mais absorbant les excès d'humidité et ne laissant pas passer la lumière.

Au bout de quelques jours tu les verras rouges et délicieuses.

 

Mais pour ce qui est des tomates encore vertes et toute petites, n'ayant pas atteint leur taille adulte ,  il est possible soit d'en faire de la confiture, c'est excellent , et rappelle un peu la confiture de prunes jaunes.

 

PXR DSCF1271

 

 

Sinon, de les faire au vinaigre.

 

C'est facile, c'est rapide et parait il bon ! ( moi je n'aime pas trop mais, j'en connais...).

 

 Tu laves les tomates, et tu coupes en deux quartiers ou plus selon la taille.

 Tu laves quelques carottes, tu râpes la peau et tu coupes en rondelles. ( les carottes ne s'épluchent pas, on se contente de râper la peau avec un couteau, les vitamines sont juste sous la peau ).

 Tu haches quelques échalotes en gros morceaux

 Tu coupes un citron non traité en quartiers (avec la peau )

 Tu peux rajouter un pied de brocoli coupé en tronçons ou du chou fleur.

 

 PXR DSCF1272

 

 

Tout cela va aller dans un bocal-qui-ferme-avec-la-rondelle-joint et complété avec  des épices au choix, mais faut pas se priver :

estragon, poivre blanc et poivre noir en grains, bâton sec de fenouil, coriandre, thym sec et émietté, romarin , poudre de gingembre etc.. ce qui te  fais envie.

 

PXR DSCF1273

 

 Je rappelle que le fenouil ( le sauvage, le notre ici en Provence)  se cueille à la fin septembre exactement le 29, jour de la st Michel et là, il se garde toute l'année  , et parfumera tous les plats de poisson et autres bonnes choses.

 

Dans une grande casserole, faire bouillir 2/3 de vinaigre blanc avec 1/3  d'eau ,  une ou deux feuilles de laurier, un brin de thym et de romarin, quelques morceaux de citron non traité.

 

PXR DSCF1274

 

 Tu fais bouillir, puis tu verses trés chaud sur les tomates dans le bocal.

Il faut couvrir largement et laisser remonter les bulles d'air avant de fermer hermétiquement.

 

Et voilà, si tu aimes, tu peux consommer dans une quinzaine de jours mais ça va se conserver trés longtemps bien fermé.

 

PXR DSCF1279

 

  Une fois ouvert mettre au frigo.

 

 

 

Repost 0
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 20:00

Après une belle rando dans ce superbe massif, fin septembre, nous sommes allés faire une cueillette de mûres dans un de nos "coins" .

 

La mûre est le nom donné à deux fruits issus de deux végétaux de genres différents : Morus et Rubus. Les deux fruits présentent un aspect et un goût très similaires.

Fruit du murier,

Fruits de la ronce commune,  c'est celle là qui nous interresse :

On appelle également mûre, mûron ou mûre sauvage, par analogie de forme, le fruit de la ronce commune, buisson épineux très envahissant du genre Rubus de la famille des Rosacées, et proche du framboisier.

C'est exclusivement la mûre de ronce qui est utilisée pour la confection de sirops, confitures, sorbets et aromatisation de yaourt. Le mélange appelé « fruits des bois » est généralement constitué de myrtilles, framboises, fraises des bois et mûres de ronce.

 

 

PXR DSCF7400

  Après une dégustation en fruits frais, il en reste encore pas mal.

 

 Dans le cas où ces fruits ne sont pas cuisinés immédiatement il est posible de les congeler, sans aucune restriction. Il est d'ailleurs bon de passer au congel tous les fruits sauvage d'automne ou d'hiver, ils n'en seront que plus savoureux dans le cadre d'une réalisation culinaire.

 

 Laver les fruits plusieurs fois, ne pas s'emboucaner la vie à séparer les petites attaches du fruit sur sa branche, on va les passer au tamis, ils n'ont aucun risque de passer entre les mailles.

 

Jeter les mûres dans la bassine à confiture et couvrir d'eau juste à niveau, laisser boullir à gros bouillons pendant une bonne dizaine de minutes .

 

PXR DSCF1186

 

Placer un tamis fin au dessus d'un récipient et par petites quantités, passer les fruits, écraser avec le dos d'une cuillère pour récupérer le maximum de pulpe.

 

PXR DSCF1189

 

Peser la pulpe liquide ainsi récupérée et mélanger environ 750 gr de sucre cristallisé par kg de pulpe.

 

Faire comme pour toutes confitures, bouillir jusqu'à obtention de la bonne consistance, au test de la goutte sur assiette froide.

Celle ci doit figer rapidement sur une assiette  gardée rafraichie dans le  bac à glace du frigo.

Bien remettre l'assiette au froid entre deux tests.

 

PXR DSCF1207

 

Mettre en pots, fermer immédiatement les pots et les retourner pour les sceller hermétiquement. Dans de telles conditions, la confiture se garde au moins 3 ans sans pour autant avoir stérilisé les pots.

 

En garder une partie qui sera transformée en une délicieuse et gourmande pâte de fruits naturelle et parfumée.

 

PXR DSCF1193

 

A partir de là deux modes opératoires sont possibles :

 

 cuisson à l'ancienne ,  trés longue et tueuse de vitamines.

 

laisser cuire jusqu' à obtention d'une pâte épaisse qui colle bien à la spatule et qui s'en détache par blocs entiers.

Un minimum de cuisson d'une heure est à envisager.

 

 Par ajout d'un gélifiant naturel et bio, l'agar agar. ( extrait d'algues ) .

 

Pour environ 1 litre de pulpe, ajouter un sachet d'agar agar, laisser épaissir un peu  et mettre en barquettes alu ce qui permettra après refroidissement de démouler la galette de pâte de fruits et de la faire sécher à l'air avant de la découper en petits parallélipipèdes qui seront  roulés dans le sucre cristal et conservés dans une boite de préference métallique, pas trop étanche.  

PXR DSCF1203

  

 

PXR DSCF1205

En ce qui me concerne j'utilise de l'agar agar et en aucun cas du sucre "spécial confiture" ni pectine plus ou moins chimique, encore moins de la gélatine ( d'origine animale ) . 

 

  pates de fruits

 

 

Repost 0

Profil

  • Jean Luc
  • passionné par la plongée sous marine, je suis aussi un amoureux des collines Provençales.
La plongée et la rando sont mes activités sportives preferées.
La cuisine,la lecture,la photo, la pêche  et le jardinage sont mes activités plus calme
  • passionné par la plongée sous marine, je suis aussi un amoureux des collines Provençales. La plongée et la rando sont mes activités sportives preferées. La cuisine,la lecture,la photo, la pêche et le jardinage sont mes activités plus calme

Le Bureau

  ROMAN

Le grand secret

 gd secret

 

Si vous avez envie de  tenter l'aventure d'une plongée sous marine en mode spéléo avec tous les frissons que cela comporte, mais bien calé dans un fauteuil et en 191 pages, me faire parvenir

 

   un chèque de  20 euros TTC , port compris

Jean Luc Fontaine

130 vallon des Escourtines

13011 Marseille

Dédicace personnalisée sur demande.

plus de détails ici :

***********************************************************************
  

Indice Atmo : vue d'ensemble

 

 

Rechercher Un Article ?

Visiteurs présents sur le site

Compteur Global

 

 

 

 

 

Randos et plongées

 Petites randos dans nos collines et ailleurs..

 

Hautes Alpes :

Champoléon : le refuge de tourond

Champsaur : Le col de Moissière

Champsaur : le col de Gleize

Valgaudemard : Les cabanes de Prentiq 

Valgaudemard le refuge des souffles

Valgaudemard le refuge du pigeonnier

Valgaudemard, les sources des Doux

Devoluy: le village de Chaudun

Devoluy: le sentier de ronde de Chaudun

Devoluy, sentier de ronde  de Chaudun et fouanières

Les pénitents des Mées

Devoluy: la petite Céüse

Devoluy: le col de Tournillon

Devoluy: la roche de la Fouanières

Devoluy: le pic de Céüse

Devoluy: Céüse, le pas du loup

Devoluy, le roc de Rimat

Devoluy, la tête des Ormans

Devoluy, la tour carrée

Devoluy, la chapelle de la Crotte

Gapençais, crêtes de Charance 

Gapençais, le Cuchon

Devoluy la boucle de la Souchière

 

Retrouvance en Buëch Devoluy :

1ère étape, Veynes - Agnielles

2ème étape, Agnielles - Recours

3ème étape, Recours - Rabioux

4ème étape, Rabioux - Les Sauvas

5ème étape, Les Sauvas - Chaudun

6ème étape, Chaudun - Rabou 

 

Massif  du Garlaban :

Tête rouge et le Taoumé

Tête rouge et le Taoumé 09/2011

La Grotte de Grosibou au départ d'Allauch

Le puits de l'Aroumi 

Le puits de l'Aroumi au départ de la Fève

La baume sourne

La source de Barqieu et le Garlaban 2

Le Pic du Taoumé par le vallon de Précatori

Le sentier des scolopendres

Garlaban,  la source du chien

Le col de Tubé au départ de lascours, 1ere partie

Le col de Tubé au départ de Lascours, 2ème partie

La parloire mai 2011

La parloire janvier 2012

Le Mont du Marseillais 

La grotte de Manon et

le sentier des scolopendres

La grotte du berger

Sur les traces de Pagnol

Le domaine de Pichauris

La grotte du Midi ..ou du Papé

Lascours, le grand vallon

Le vallon de Passetemps

Grand vallon et grotte du papé

Grottes et marmites du grand vallon 

Lascours, le grand vallon 

La croix de Garlaban face sud.

Nocturne, la croix de Garlaban

Font Berguettes

Marmites du grand vallon

Grosibou par Lascours 01-2014

Baume Sourne 12-2013

L'eau des collines-grotte de l'étoile 02 2014

Lascours, gd Vallon 03 2014

Lascours gd vallon et grotte du Papé 05 2014


 

Massif de l'Etoile :

L'aire de la Moure

Notre Dame des Ange, ....près de Marseille
La grotte des fées et le Baoù Traouqua

Le mont Julien et le Ratier

La tête du grand Puech

La grotte de la Vierge

La tête du Gd PUech 01-2014

 

Massif de la ste Baume :

Le balcon des Encanaux

Le col de Bertagne

La glacière du vallon du Fauge

La crête de la Lare 

Le plan des Vaches par les dents de Roque Forcade 2012

Le joug de l'aigle

La source de l'huveaune

Les sources de l'Huveaune 2  

Le circuit de la Taurelle 

La grande Baume par bertagne

Le jas de Miqueoù

le chemin du blé

Les quatre chênes 

Le balcon des Infernets 

Le signal des Beguines 

Le col de Bertagne et la grande baume 2

Rougiers, Castrum st Jean et les 4 chênes 

Le vallon des cèdres

La croix du Paradis

Le Paradis et le sentier merveilleux

Le vallon de la galère

Le balcon des Infernets et le torrent des Encanaux 

Le tour de Roussargues

Le pas de Cugens

Le gouffre du plan des masques 

Les dents de Roque Forcade, autre parcours

Le vallon de l'Aigle

Le pas de la Cabre

La grande Baume

La tour Cauvin

Falaises de Cugens, le trou du vent

La grande Baume 2013

Le Cruvelier et le Brigou 

Le jas de Sylvain

Le plan des masques

le sentier Marcel Estruch

Le trou du vent 02 2014

Le jardin suspendu 03 2014

La neige au Paradis 03 2014

Le tour du pic de Bertagne 03 2014

Du pas de la cabre au Paradis 06 2014

Le ravin des Encanaux 06 2014

Le sentier marcel Estruch 05 2014

La voie Gombault 04 2014 

 

Massif de Luminy, les calanques, Cassis :

Les falaises de Soubeyranes 

Port pin et le ravin de Gorgue longue

La calanque de Morgiou

Le tour du mont Puget

Le vallon de la fenêtre

Les falaises du Devenson

Le cap Morgiou

Grand Malvallon, les 3 arches    

La couronne de Charlemagne

Le Malvallon sud et le belvédère celeste

Le plateau de l'homme mort
Le plateau de l'homme mort 2013

La calanque des pierres tombées

Le pas de l'oeil de verre, la Candelle

La rêveuse du pas de la Lèbre

La calanque de l'Escu

Le col de la selle et grotte Rolland

Beouveyre

Falaises du Devenson et l'Eissadon

Rando givrée, belvédère de Titou Ninou février 2012(1)

Belvédère Titou Ninou fevrier 2012(2)

Les 4 pas :  demi lune, escaliers des géants...

sommet de Marseilleveyre(1) les 3 grottes

Sommet de Marseilleveyre (2) les escaliers des géants

Le col de la Selle, les grottes Dechaux

La cheminée du Diable

Le cirque des Pételins

La traversée du mont Puget

Les 3 arches du Malvallon 2012

L'anse de Melette

Le couloir du Cadellon

Calanques de l'Escu et Melette

Les falaises du Devenson et de l'Eissadon

Le vallon de la fenêtre 2012

L'escalier des géants

Le pas de la Cabre

En Vau et Port Pin

Le cap Gros

Le belvédère d'En Vau

Le couloir du Candeloun

Les 4 grottes du rocher st Michel

Le sommet de Marseilleveyre

Le plateau de Cadeiron

Le sentier du chinois

Sentier Garrigue et cap Gros 

Le vallon de l'herbe et cap Gros

Le tour de la grande Candelle

Les calanques de Sugiton et Morgiou

Cap Gros, le saut du chat

Les trois pas...

La tête de Melette 

Couloir du Candelon intégral

Les crêtes de soubeyranes

Le cirque de mestrallet

Le vallon de l'herbe

Le tour de la Candelle

Titou Ninou à la belle étoile

Cap Morgiou grotte du figuier

Le vallon de Mestralet

Titou Ninou nov 2013
Creche troglodyte

Creche troglodyte suite 01 2014

Le Mt Puget et le couloir du Candelon 01-2014

La grotte de l'Ours 01-2014

Titou Ninou, la crèche suite

sommet Marseilleveyre 01-2014

calanque de l'Escu 01-2014

au fil de mes envies 12-2013

Beouveyre 12-2013

La cheminée Lacroix 01 2014

Mont Puget et couloir du candelon 01 2014

La grotte de l'Ours 01 2014
Les falaises du Devenson 02 2014

Au dessus de Sormiou 03 2014

Le pas de la demi Lune et Marseilleveyre 03 2014

La grotte de la colonne 03 2014

La croix du Malvallon 03 2014 

Le cirque de Melette-walkyries 06 2014 

Le renard des calanques 

 

Les massifs de Marseilleveyre à Aubagne :

La source des eaux vives

Le balcon des Escourtines

Le Montounier et la chapelle St André

Le Mont St Cyr

Le four à cades de revers de boquié

Le Baoù de la Candolle

Le balcon des Escourtines et la source des eaux vives - juste au delà de mon jardin

Le Douard et les gorges de la petite ste Baume  

Notre dame de Julhans

Le mont Lantin et le mont Carpiagne

Le mont Lantin et la source des eaux vives

Le vallon de Gendame

Le cabanon du Marquis 01-2014

 

Massif de Regagnas et mont Aurélien :

L'ermitage de st Jean du Puy

Le sommet du Regagnas  

Le rocher Olympe du mont Aurelien

le Mont Olympe

Le plateau de la Serignane

Le mont Olympe et le rocher de 11 heures

Le rocher de 11 heures

pique nique à st Jean du Puy 12-2013

 

Massif et Parc naturel du Luberon :

La foret de cèdres

La combe de Sautadou  

Le tour du Roumagoua 

Oppede le vieux, versant nord

La source du Mirail

Le pin de l'Eigoune

La Groupatassière

Le plan des Agas

Les moulins du Veroncle

La combe de Vaumale 04 2014

 

Massif de ste Victoire :

Le pic des mouches

Le pic des Mouches version plus longue

Le pic des mouches au départ de Puyloubier

Le sentier Imoucha et les cretes de costes chaudes

Le Prieuré et la croix de Provence

Le Garagaï

Refuge Baudino au départ du parc des 2 aiguilles

D'un barrage à l'autre

L'ermitage st Ser

De st Ser au pas du Clapier

Le pic des mouches au départ de Puyloubier

Le pic des mouches par st Ser

Le gouffre de Garagaï

La croix de Provence par la marbrière

Refuge Baudino nov 2013

Le vallon de la Tine 03 2014

Le gouffre de garagaï 04 2014

Le pic des mouches 04 2014   

 

Le Verdon :

Le sentier des pecheurs

Le sentier des pêcheurs 2012

La chapelle ste Maxime, la draille des vaches

Le lac de ste Croix, le tour du Defens 

 

Divers :

Guillestre et la rue des masques

Raquettes à Risoul

Var, Lou gro Cervo

Var, La grotte du Garou

Var, Les gorges du Caramy

Var, les gorges du Caramy depuis le barrage

Var, le vallon du rocher des abeilles
Les crêtes de Roque Menourque 

La calanque de Figuerolles, cote bleue

Le mont Concors

Mazaugues, les ruines de Touchou

Le Puy ste Réparade, la Quilho
St Esteve Janson, le chateau

Notre dame des Anges...dans le Var

Vaucluse, le mur de la peste

Cote bleue, calanque de la Vesse

Alsace, mont ste Odile, le mur païen

Guyane, le sentier Rorota

Le village troglodyte de Calès

Port d'Alon, sentier du littoral

Le Mourre d'Agnis

La grotte du Mounoï Var

Var , le chateau du Diable 05 2014

Var, les gorges du Destel... l'intégrale 04 2014


Corse :

La boucle de l'Acciolu

Le sentier du facteur de Girolata

Le refuge d'Ortu

La punta di Bonassa

 

Andorre :

Le lac d'Angolaster

Le col de Juclar

Les lacs des salamandres  

Les lacs de Meners

Les lacs de Siscaro

Le circuit nature de Canillo 

 

Ardèche :

Le chateau de Pierre Gourde

Le sentier du vigneron

Le tour de Girond

Le chateau de Rochebonne

 

Lozère :

Eglazines et st Marcellin

Les echelles de Cinglegros, le pas de l'Arc

Causse Méjean corniches de la Jonte

 

 

 

 

 Plongées en Méditerranée :

 

1ère plongée de l'année 2009
La pierre de Briançon

L'île Moyade
Au phare de Planier
La calanque des Contrebandiers

Cadaquès, Massa d'Or
L'épave du Donator
L'épave du Chaouen
Le grand Congloué
La grotte de la Télévision
L'impérial du milieu
L'île de Riou
La pointe Caramassagne

La pierre à Daniel
Pointe Caramassagne 02/2010
La grotte de la télévision 03/2010
Quelque part vers Planier

Caramassagne, la grotte 04/2010  

Le tombant de la boulegeade 

Le tombant de la boulégeade 2

Au sud ouest de Planier  

Planier, Mola mola
L'épave du Ker Bihan

La pierre de Cassis  

La pierre à Daniel(2)  

Plongée...dans mes archives photos

Ma dernière chasse sous marine

Le couloir des gorgones

Zeus faber, un poisson de légende 

Grand congloué, les bankaws  

2011 la calanque du contrebandier

06/2011  La pierre de Briançon

2011 La grotte de la télévision

08/2011 Caramassagne

08/2012 la grotte à Peres

08/2012 la pierre à Daniel

08/2012 l'arche de Planier

06/2012 la grotte de la télévision

06/2012 la calanque de l'Escu

03/2014 Riou pte Caramassagne 

02/2014 calanque du contrebandie

07 2014 dans le bleu, calanque du contrebandier 

06 2014 la pierre de Cassis 

06 2014 la cap nègre 

 

 

 


 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







Gites et chambres d'hotes

Coups de coeur

 

Quelques sites que je recommande :

 

Jacques Testa artiste peintre.

 

Ely Boissin artiste peintre et plongeur .

 

Les dessins de RB 

 

Glibert Thomas, le peintre des calanques