Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 août 2010 6 07 /08 /août /2010 17:00

Eternelle recette d'été quand les vrais poivrons apparaissent sur les étals, ou pour les chanceux, dans le jardin, cette recette est un plat que tout Méridional qui se respecte connait, recette simplissime mais régal garanti !

 

Cette recette, je la publie chaque année, pourquoi se priver de ce qui est bon ?

 

Les poivrons grillés et servis en marinade avec de l'huile d'olive, de l'ail et un peu de thym, du basilic ciselé, c'est même pour certains la seule et unique façon de manger des poivrons.

 

poivrons

 


 En entrée, seuls ou mélangés avec une salade verte.


 Dans un sandwich.

 

Le jour, la nuit, le matin, le soir, les poivrons grillés  sont universels.

 

 

LA RECETTE :

 

Allumer le barbecue et faire une bonne braise, à défaut un peut se contenter du four à 220°C

, mais on perd déjà une grande partie de la magie.

 

Sur la grille, déposer les poivrons  entiers, les laisser bien griller, la peau doit

faire de belles cloques cramées.

 

au four


Les retourner régulièrement et tant pis si on se brûle les doigts, faut savoir faire des

sacrifices dans la vie.

 

Dès qu'ils sont cuits, plusieurs solutions :


- Les envelopper dans du papier journal et laisser refroidir.
- Ou, et c'est ma préference, les déposer dans un plat et recouvrir d'un film étirable, laisser refroidir.

 

etuver


J'ai quelques doutes sur le coté hygiénique du papier journal, même s'il s'agit de la

méthode la plus anciennement connue.

 

Dans tous les cas, il est important que les poivrons soient enfermés très chauds.

Quand, deux ou trois  heures après ils sont bien refroidis, il va être très facile de les

éplucher.

 

Prendre un poivron, l'ouvrir en deux longitudinalement et l'étaler pour retirer le pédoncule

et le paquet de graines qui s'y raccroche, nettoyer la chair avec la lame d'un couteau.

 Le retourner et ôter la peau qui va venir toute seule.

Placer les morceaux ainsi préparés sur un empilement de feuilles de papier absorbant.

 

secher

 

Peler les gousses d'ail ( deux ou trois pour 6 poivrons ) et les émincer finement.
Couper les poivrons en fines lanières et les déposer dans un joli plat,

 

lamelles


poivrer, mettre un peu d'ail émincé, un filet d'huile d'olive, du thym émietté du basilic frais ciselé et

recommencer l'opération jusqu'à épuisement des poivrons.

 

mélanger

 

A défaut de basilic on peut y mettre du persil ciselé, le goût sera différent, mais c'est aussi trés bon.

 

Recouvrir le plat d'un film étirable et laisser mariner au frigo quelques heures.

 

poivrons grillés

 

A servir frais, sur du pain fraichement grillé , mais aussi peut servir de préparation pour toute recette à base de poivron quand on ne veut pas manger la peau qui est souvent bien chargée en pesticides et autres  merdes si on les achète en grande surface.

 

Attention, même au frigo ne se conserve pas plus de quelques jours.

 

Repost 0
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 16:57

C'est une idée toute simple qui permet souvent de récupérer un melon un peu trop "courgeasse" au goût , car il faut bien le dire on commence à trouver beaucoup trop de melon Cantaloup et Charentais qui ressemblent plus à des courges qu'à des melons sucrés et goûteux.

Et encore, c'est faire beaucoup de peine aux courges, les pôvres !

 

Diétetiquement et gustativement parlant, il est  à mon avis toujours préférable de manger les fruits de l'été crus et natures, les accompagnements de toutes sortes ne sont là que pour épater la galerie ou sauver ce qui peut encore l'être.

 

Les Charentais , pas très gros sont parfais pour ce genre de préparation.

 

En entrée ou en dessert le melon au muscat se prête aux deux extrémités du repas.

 

Mais sur le muscat, pas d'impasse, du bon selon votre goût mais pas n'importe quoi.

pour en citer quelques uns parmi mes préfèrés :

Frontignan, Rivesaltes, Du Cap corse, ou un excellent, mais un peu cher, Maury de la vallée de l'Agly , mais il en existe tellement d'autres...

Dans tous les cas,  pour sauver un melon fadasse il faut un muscat parfumé et sucré.

 

 

melon

 

Laver soigneusement l'extérieur du melon, le passer éventuellement à la brosse.

 

Couper en deux transversalement.

 

Retirer les graines avec une CàS.

 

couper vider

 

Ôter délicatement les deux extrémités pour pouvoir poser les demis melons bien à plat sans risque de verser.

 

Entailler la chair pour permettre au muscat de bien pénetrer mais  aussi pour la déco.

 

Si le melon est destiné au dessert, déposer 1 CàC de cassonade, sinon passer directement à l'étape suivante

 

sucrer

 

Remplir de muscat de votre choix

 

cadre

 

Pour des melons plus gros ou pour avoir une présentation plus raffinée, tailler des boules de chair dans les melons  et mettre le tout en verrines ! Ce n'est pas meilleur, mais c'est tellement plus "tendance" .

 

 

C'est tout !

 

Couvrir d'un film étirable et laisser macérer au frigo deux bonnes heures.

 

Servir frais ou a température ambiante selon les goûts.

 

 

Pour un goût sucré extrêmement subtil utiliser la cassonade cuivrée de l'Ile Maurice, marque Daddy, oupss pub gratuite .

 

00924709-t0.jpg

 

Cette cassonade fine et très parfumée va donner des saveurs de vanille, de réglisse d'une très grande finesse aromatique.

 

C'est un sucre non raffiné d'une rare qualité, mais le prix en fait presque un produit de luxe.

 

Repost 0
21 juillet 2010 3 21 /07 /juillet /2010 19:00

C'est une recette "perso" que je réalise depuis quelques temps déjà et qui donne toujours satisfaction.

Il est bien possible que cette recette soit connue par ailleurs mais je n'en ai pas trouvé trace, quoique je n'ai pas trop cherché non plus.

Facile à réaliser, bien qu'un  peu délicate au niveau de la cuisson.

Les gousses d'ail confites dans l'huile sont un vrai délice, servies  sur un canapé de pain grillé ou non, pour un apéro original.

Celles ou ceux , qui ont des scrupules à manger de l'ail, seront rassurés si vous suivez les conseils. Aucun risque de "retour d'haleine aillée".

 

Il nous faut presque rien,

 

Deux ou trois belles têtes d'ail, jeune si on est au début de l'été, sinon il faudra ôter le germe naissant, on y reviendra.

De l'huile d'olive bien sûr.

Du poivre en grain,

Piment de cayenne,

Herbes de Provence.

 

La méthode:

 

Commencer par "démonter" les têtes d'ail et en extraire les gousses, surtout, ne pas ôter la peau.

Faire chauffer un fond d'huile d'olive dans une casserole avec quelques herbes de Provence,

 

MAIS... faire chauffer à feu TRES doux, l'huile ne doit pas bouillir, juste quelques bubulles, c'est très important, pour ne pas faire des frites ! c'est bien visible sur la photo.

 

cuire

 

Les gousses d'ail avec leur peau vont cuire comme celà dans cette huile chaude jusqu'à ce quelles soient à point, c'est à dire un bon quart d'heure.

 

petit feu

 

Pour savoir quand c'est prêt, planter une lame de couteau pointu dans la gousse, elle doit pénetrer sans forcer.

C'est un peu difficile au début de trouver la bonne cuisson, pour celà commencer avec seulement deux ou trois gousses.

 

Sortir les gousses de l'huile  avec une pince

 

retirer avec pince

 

                                                                 O' fan,  avé les doigts, tu te brûles !

 

Laisser un peu refroidir mais pas complètement, tiède c'est bien, et enlever la peau avec le couteau pointu en faisant juste une incision et en sortant la gousse d'ail en appuyant légèrement, elle sort toute seule de son enveloppe.

 

ail cuit

 

Si la gousse d'ail est trop cuite, elle va sortir en purée, tant pis on changera de méthode, on verra plus loin.

 

degermer ail

 

Enlever le germe ( vert ) et le trognon ( marron ) en tranchant nettement. 

  

Réserver les gousses ainsi dépiautées. 

  

Dans un bocal à conserve ou autre, déposer un fond d'huile qui a servi à la cuisson, du poivre en grain ( moi je mets du bois d'Inde mais difficile à se procurer en métropole ) deux ou trois piments de Cayenne.

 

huiler le pot

 

Remplir le pot avec les gousses , fermer et retourner deux ou trois fois le bocal pour huiler les gousses.

 

 

pot cadre

 

 

C'est fini, conserver au frais et retourner le bocal de temps à autres .

 

La conservation de cet ail confit peut atteindre plusieurs mois, au frais.

 

Purée d'ail , une autre version de cette recette .

 

Si les gousses ont été trop cuites , ou si on préfère de la purée pour tartiner son petit pain grillé de l'apéro, voilà ce qu'il est possible de faire :

 

Les faire cuire un peu plus longtemps mais toujours à feu très doux,

Les sortir de leur enveloppe et finir de les écraser en purée avec une fourchette, dans un bol.

Verser cette purée d'ail dans le bocal, avec du piment de Cayenne et des grains de poivre, recouvrir d'un film épais d'huile d'olive de la cuisson.

 

La dégustation, à l'apéro :

 

Sortir le bocal du frigo 2 bonnes heures avant de déguster,

 

- les gousses d'ail peuvent être déposées en canapé sur des toasts ou du bon pain de campagne, de seigle, ce que vous voulez , mais du bon!

- elles peuvent aussi être dégustées telles quelles sur une petite pique, délicieux !

- la purée, sera tartinée sur du pain, grillé ou non , comme déjà vu.

Il est très important de bien laisser réchauffer le bocal à température ambiante, sorti du froid, pour que l'huile redevienne liquide et qu'elle se redépose au fond du bocal, les gousses seront ainsi moins grasses.

 

Cet amuse gueule à l'apéro étonnera vos amis, surtout, bien penser à  enlever le germe comme décrit plus haut.

Si le germe est correctement enlevé, il n'y a AUCUN  risque de finir la soirée avec une haleine de fauve, ni avec des "retours" indésirables.

 

Le goût de cet ail confit est très fin et n'a rien à voir avec l'ail frais .

 

Repost 0
17 juillet 2010 6 17 /07 /juillet /2010 20:00

La morue, pour moi le poisson que je préfère, mais les coups et les douleurs, ça ne s'explique pas!

 

Ce poisson véritable plat de pauvre il y a quelques années est non seulement un peu "chérot" mais rarissime dans sa présentation et consevation traditionnelle. sec et salé.

Les filets de morue sous vide, presque pas salés, sont très rapides à cuisiner, pas trop cher mais vu que ces filets sont gorgés d'eau , il me semble qu'on paye un peu cher les quelques centilitres d'eau salée sous vide !

 

J'utilise de la morue sèche, salée, avec arête et peau , la bacalaù , la vraie.

 

Comme pour une femme enceinte, parfois j'ai des envies subites.

 

Il m'est venu l'envie de morue aux poivrons, pas de recette à copier/coller, pas de recette du Reboul mais une recette venue comme ça au fur et à mesure de sa réalisation, de l'improvisation pure.

 

Il va sans dire que j'ai bien aimé ( sinon cette recette ne serait pas ici mais vite oubliée. )

 

Juste un peu relevé, comme il se doit avec la morue.

 

 Un marché de saison pour ce qui concerne les légumes :

 

500 à 600 gr de morue sèche salée.

 

3 beaux poivrons rouges bien charnus

2 piments doux verts, à défaut des poivrons verts.

3 oignons frais 

4 gousses d'ail

3 tomates, les premières du jardin, pitchounettes mais gorgées de soleil ( variété précoce Aurora )

8 olives noires, sorties de mon bocal spécial.

huile d'olive exclusivement

piment d'Espelette en poudre.

les accessoires : farine, vin blanc sec, poivre en fin de cuisson.

Pas de sel la morue même dessalée s'en charge.

 

Faire longuement dessaler les morceaux de morue dans un tian d'eau froide, changer l'eau régulièrement 5 ou 6  fois pendant les 24 h de dessalage.......... en cette saison, au frigo.

 

Puis le jour même :

 

Sécher les morceaux de morues dans du papier absorbant, ôter la peau avec un couteau super bien aiguisé, une incision entre "cuir et chair", puis il suffit de tirer et continuer à inciser. Pas facile mais tout se mérite.

 

morue

 Opération chirurgicale pour ôter la peau, l'arête centrale s'enlèvera seule pendant la cuisson, pas de soucis .

 

Couper en morceaux pas trop petits.

Les fariner largement sur toutes les faces.

 

fariner

 

Les dorer dans une poele avec de l'huile d'olive, attention, à ce stade de ne pas trop émietter la morue, y aller délicatement.

 

dorer morue

 

Poser sur du papier absorbant pour éponger le gras en excès et réserver.

 

Sortir une belle cocotte en terre, la huiler légèrement et y faire suer les oignons coupés en morceaux .

 

Puis, très vite déglacer au vin blanc et continuer à faire fondre les oignons à petit feu et à couvert.

Ils ne doivent pas colorer mais devenir translucides et fondants.

 

Laver, ôter les graines et couper les poivrons rouges et piments doux verts en morceaux.

 

piment doux entier

 Piment doux vert, à peine plus "piquant" que le poivron vert.

 

piment doux

 

Ajouter dans la cocotte, laisser cuire, toujours à couvert.

 

legumes

 

Passer les tomates 2 minutes à l'eau bouillante pour les éplucher, couper en morceaux et ajouter dans la cocotte.

Les gousses d'ail, sont épluchées, écrasées et hop dans la cocotte.

 

compotée de legumes

 

Si nécessaire ajouter de l'eau car la cuisson ne doit jamais être à sec.

Laisser réduire cette compotée de légumes du soleil pendant au moins 30 minutes, à feu doux et toujours avec un peu de liquide. rajouter du vin ne sert à rien , de l'eau est suffisante.

 

Quant tous les légumes sont bien fondus ajouter,

 

la morue, les olives noires ciselées

 

avec morue

 

1 belle CàC de piment d'Espelette,

 

piment espelette

 

 

Bien mélanger, et laisser encore cuire au moins 15 minutes mais si c'est 2 heures ce n'est pas plus mal, juste penser à mouiller le tout, jamais à sec.

 

cocotte en terre

cuisson à feu doux et à couvert.


 Si une grosse faim se fait sentir, servir avec du riz ou mieux de belles tranches de pommes de terre cuites à l'eau mais safranées et servies avec un peu de persil.

 

cadre

 

                                                                         UNE TUERIE .

 

 

viandes4

Repost 0
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 21:28

Dans de précédents articles je me suis laissé aller à dire que la vallée d'Incles était la plus belle des vallées de la Principauté. Pour cette rando dans les sommets, il faut passer par la vallée de la Coma de Ransol, une vallée presque aussi jolie que celle d'Incles. Plus montagneuse donc moins verte, mais superbe malgré tout.

 

Ce matin, au programme une rando avortée en 2004 à cause de la neige qui nous avait bloqué le passage au bout de quelques centaines de mètres, et connaissant maintement le terrain " à sec" je me félicite de ne pas avoir forcé le passage sur les névés et séracs, vu le torrent qui devait couler en dessous.

 

Direction Ransol , village tout proche de Soldeu où nous logeons, puis la Coma de Ransol, 3 ou 4 kms de route qui grimpe en ligne droite ou presque vers les montagnes.

 

carte

 clic pour agrandir.

 

Au bout de cette route en cul de sac, plusieurs départs de rando, soit les lacs et col de Meners, soit le refuge de Jan.

Au vu de la carte et ayant quand même repéré les lieux il y a 6 ans, nous allons boucler les deux circuits.

 

PXR DSCF6418

 

Montée au lacs puis redescente au pied du premier lac et là le GRP ( Grande Rando de Pays ) part a gauche vers la Coma de Jan et le refuge, ensuite descente vers la voiture par le sentier balisé en PR.

 

C'est une rando infaisable plus tôt dans la saison soit blocage par les névés et séracs, soit impossibilité de traverser les torrents à gué. Et des gués, on va en passer une bonne vingtaine, dont un pour relier le GRP qu'il nous faudra chercher sur une bonne centaine de mètres en amont tellement il y a de l'eau .

 

Le sentier très bien balisé attaque d'entrée par une rude grimpette dans un vallon herbeux et fleuri,

 

PXR DSCF6419

 

 

PXR DSCF6423

 

 

PXR DSCF6421

 vue arrière,

 

 

PXR DSCF6424

 nous resterons près du torrent sur tout le parcours, ici l'eau est de partout, ça ruisselle, ça coule, ça dévale .

 

 

PXR DSCF6428

 

 

PXR DSCF6431

 

Passage dans des gorges,

 

PXR DSCF6434

 

 

PXR DSCF6442

 

 

PXR DSCF6446

 

 

PXR DSCF6455

 

 

PXR DSCF6459

 

 

PXR DSCF6461

 

 pour aboutir en contournant un petit promontoire sur un plateau strié de ruisseaux impossible de ne pas se tremper les pieds, il faut tout traverser de part en part , juste faire attention de ne pas glisser sur les pierres mouillées.

 

 

PXR DSCF6462

 

Au pied du torrent qui dégringole des lacs, le sentier part à droite pour contourner le massif,

 

PXR DSCF6466

 le premier lac est tout là haut derrière le déversoir.

 

passage en rocaille,

 

PXR DSCF6469

 

puis d'un coup, le premier lac apparaît,

 

PXR DSCF6472

 

eau cristalline, reflets des montagnes à la surface, ciel bleu azur....magnifique.

 

PXR DSCF6473

 admirez la transparence de l'eau, et photo SANS filtre polarisant !

 

Mais on en a pas assez, le second lac est plus haut, encore 150m de dénivelé, allons y !

Celui là est magique !

 

PXR DSCF6477

 

Imaginez, température ambiante 24°, pas de vent ciel bleu profond, des coulées de neige gelée qui tombent lentement mais sûrement dans le lac et à la surface, une plaque de glace qui dérive lentement.

Presque sans bruit, juste le craquement de la glace et le glouglou de l'eau qui s'ensuit.

 

PXR DSCF6480

 

Un magnifique rocher rouge ( oxyde de fer ? ) nous attend pour le pique nique, face au lac et face au soleil brûlant.

 

PXR DSCF6478

 

PXR DSCF6488

 

 

                                                               JE NE VEUX PLUS REPARTIR !

 

oui pour ça je suis capable à mon âge de faire un caprice !

 

PXR DSCF6485

 

Parlons en de mon âge c'est ce jour précis au bord de ce lac extraordinaire que je fête 61 ans !

............................................ A la tienne pépé !

 

Malgré mon caprice il faut bien rentrer, un bon bout de chemin nous attend encore,

 

PXR DSCF6494

 

 redescente au lac plus bas,

 

PXR DSCF6498

 

puis retour au croisement du sentier et du GRP, qui doit nous emmener au col de Jan puis au refuge.

Là le passage du gué va poser problème, c'est qu'il y a au moins 80 cm d'eau ( plutot fraiche, elle arrive des lacs ) et sa vitesse refrène toute tentative de passer en force.

Pour trouver un passage il va falloir remonter sur plus de cent mètres et faire un peu l'acrobate mais bon ça passe.

Après, le plus difficile est de ne pas perdre la trace du GRP dans l'alpage, le sentier peu fréquenté n'est pas marqué au sol par les chaussures des randonneurs.

Passage en balcon au dessus de la Coma de Ransol puis on bifurque vers le nord pour remonter au refuge.

 

PXR DSCF6501

 

 

PXR DSCF6502

regrimpette pour atteindre le refuge

 

 

PXR DSCF6504

 

 

PXR DSCF6507

Même si la fumée a un peu noirci les murs, ce refuge ne déroge pas à la règle Andorrane, propre et entretenu.

 

 

Pour revenir au point de départ il faut chercher le balisage jaune du PR et oublier le GRP, mais en suivant le torrent,

 

PXR DSCF6509

 Le torrent prend ici une allure de toboggan sur la roche lisse.

 

on tombe dessus inévitablement. toute l'eau converge vers le même point, le bout de la Coma de Ransol , là où est garée la voiture.

 

PXR DSCF6513

  encore un passage à gué, l'avant dernier et c'est l'arrivée.

 

PXR DSCF6516

 traversée du petit pont, la voiture est derrière les arbres.

 

Pour cette rando, pour moi inoubliable, il a fallu compter 4h de marche plus les innombrables arrêts pour admirer le site.

 Marcher comme un bâtard tête dans les épaules pour ne rien regarder et "faire un temps", ce n'est pas pour nous !

 

Le cumul des dénivelés est de 634m pour un point haut à 2432 m au lac.

 

 

 

Repost 0
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 20:00

Parmi les randos que l'on peut faire dans les pyrénées Andorranes, ma préférence va vers celles qui nous emmènent vers les lacs, la plupart sont au départ de Ransol de Canillo ou de Soldeu, trois communes voisines situées dans la vallée bien avant d'arriver dans l'agitation frénétique et polluée de Andorra la Vela.

 

La vallée d'incles, pour moi une des plus belles vallées de la Principauté est le départ de nombreuses randos vers les lacs d'altitude, lacs glaciaires issus de la fonte des neiges.

Pour la plupart, ces lacs se déversent les uns dans les autres, formant un enchaînement, puis par un goulet étroit déboulent en cascade dans la vallée par un torrent tumultueux. Spectacle féerique assuré...enfin pour qui aime cette nature encore préservée.

 

Les lacs de Siscaro en sont le parfait exemple mais aussi à Juclar clic ici, ou à Meners, prochain article,  ou aux Salamandres clic ici , et bien d'autres.

 

Pour atteindre les lacs de Siscaro le départ de rando est le même que pour le lac de Juclar, tout au bout de la somptueuse vallée d'Incles, prendre la piste inondée qui monte dans le prolongement de la route.

 

carte

 Clic sur la carte pour agrandir.

A noter que si la Principauté peut s'ennorgueillir d'avoir un réseau de superbes randos, elle pêche par la qualité de ses cartes, rares ( celle-ci est une pièce rare que je conserve avec précaution ) et souvent sans grande précision.

Au randonneur de se démerder débrouiller !

 

PXR DSCF6273

 la route goudronnée s'arrete, la piste démarre.

 

Piste inondée car les rius qui sortent de terre de toutes parts suivent cette piste avant de grossir le flot du torrent Riu del Juclar qui lui même ira se jeter dans le Riu d' Incles.

 

 PXR DSCF6276

 

Au bout d'une vingtaine de minutes, arrivée sur une aire aménagée pour le pique nique. Panneaux indicateurs, tout droit Juclar, le col, les lacs , le refuge et  à droite, Siscaro, le refuge, le col les lacs, dans cet ordre .

 

PXR DSCF6281

 Des panneaux incitent à protéger la montagne, reconnaissons que les Andorrans sont , sur ce point , disciplinés...ou mieux, responsables.

 

Ici, pas de poubelles qui vont déborder !

Non le promeneur ramène sa merde , ses déchets avec lui, c'est sa propriété !

Mettre des poubelles c'est inciter à ne pas ramener, grosse erreur, qui va les vider les poubelles dans ces lieux ?

 

La montée rude, se fait dans de la prairie, herbe verte et grasse, fleurs sauvages à profusion, très vite on atteint les abords du torrent qui descend de Siscaro.

 

PXR DSCF6286

 

 

PXR DSCF6282

 

 

PXR DSCF6285

 

 

PXR DSCF6294

 

De belles cascades attendent le promeneur au détour du sentier, le bruit de l'eau est assourdissant.

 

PXR DSCF6296

 

 

PXR DSCF6311

 Coup de zoom sur le pont en pierre tout en bas qui ouvre le sentier vers Juclar.

 

PXR DSCF6313

 

 

PXR DSCF6317

 

 

PXR DSCF6320

 

 Arrivée sur un plateau , un pont en bois permet de passer de l'autre coté du torrent ici plus calme, direction le refuge, ce sera pour le retour,

 

PXR DSCF6323

 au fond, à gauche, le refuge.

 

PXR DSCF6334

  un jolie fleur bleue en forme d'étoile...magnifique

 

PXR DSCF6336

  Autant d'étoiles blanches . Toutes ces fleurs resplendissent dans la verdure.

 

 nous continuons tout droit, laissant à notre gauche les étangs de basse de Siscaro bordés de joncs minuscules, c'est de la soude, qui a donné son nom à  cet endroit.

 

PXR DSCF6337

 

 PXR DSCF6339

Perspective erronée, c'est vraiment abrupt.

 

En face de nous, une paroi en éboulis abrupte, un torrent dégringole du sommet , la piste va contourner cette paroi par la droite, pour nous amener au premier lac ,

 

PXR DSCF6347

 au détour d'un dernier névé retardataire , le premier lac

 

 le second, plus grand, alimente par un déversoir le torrent que nous venons de voir en montant.

 

PXR DSCF6354

 

Nous grimperons sur une hauteur pour pique niquer ici, d'un coté la vue sur le deuxième lac, de l'autre la vue sur les étangs de basse de Siscaro et le refuge tout en bas.

 

Panorama siscaro2

 

 

 PXR DSCF6375

 le déversoir, du deuxième lac.

 

Altitude 2340m pour un départ à 1930m au bout du val d'Incles.

Ce n'est pas un dénivelé extraordinaire mais pour des "gens du bord de mer", la difficulté augmente avec l'altitude.

 

Le ciel n'est pas dégagé, mais la pluie n'est pas au rendez vous.

 

PXR DSCF6373

 

Descente par le même sentier mais aux basses de Siscaro, nous prenons le coté droit du torrent pour aller jeter un oeil au refuge,

 

PXR DSCF6377

 

 

PXR DSCF6398

 le refuge non gardé de Siscaro.

 

PXR DSCF6385

 En Andorre, la propreté des refuges est une fierté. Un cahier y est laissé pour que les randonneurs y notent leur passage.

Du bois pour le cas où, une pharmacie non fermée à clef et bien garnie, une documentation pour les premiers secours, des sommiers propres en acier pour plus d'hygiène, table et chaises en état . Qui dit mieux ? surtout pas chez nous !

 

PXR DSCF6382

 

PXR DSCF6379

 

puis aux étangs et descente le long du torrent par le même parours qu'à l'aller.

 

PXR DSCF6401

 les étangs, bordés de siscar

 

PXR DSCF6404

 traversée du pont, juste au dessus des chutes et retour par le parcours de l'aller.

 

 En Andorre les parcours de rando sont rarement en boucle, dommage mais la topographie des lieux ne le permet pas souvent.

Cette rando nous a demandé 4h de marche en prenant le temps d'admirer le paysage superbe, un denivelé cumulé de 450m .

  -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Retour dans la vallée d'Incles , haut lieu de l'élevage de chevaux. Détail amusant les juments ont une cloche autour du cou...... comme les vaches !

 

PXR DSCF6414

 

des juments gardent leurs jeunes poulains

 

PXR DSCF6411

 peut pas renier son paternel celui là !

 

PXR DSCF6415

  Le "mâle" qui surveille son harem !

 

pendant que le maitre de ces dames surveille le troupeau depuis les hauteurs; Et voulant nous approcher, je peux affirmer qu'il ne fait pas de la figuration !

 

 PXR DSCF6416

 

 

  Magnifique vallée d'Incles encore bien préservée.

 

 

 

 

 

Repost 0
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 22:00

Un plat de fin de printemps, unissant la viande de lapin diététique et des légumes de saison.

 

Le marché :

 

4 ou 5  râbles de lapin

100 g de lard fumé ou des lardons
500 gr d'échalotes

Une belle tête d'ail

4ou 5 carottes nouvelles

500 gr de fèves prêtes a l'emploi

thym, huile d'olive , vin blanc.

 

 

collage

 

 

Les râbles :
Peler les gousses d'ail et les farcir dans les râbles, en compter deux par râble. 

saupoudrer de thym émietté, arroser d'un filet d'huile d'olive

couvrir d'un film étirable et laisser mariner une ou deux heures au frigo.

 

les carottes :

Peler et couper en rondelles fines, cuire 10 minutes dans une casserole d'eau bouillante salée. Réserver.

 

Les fèves:

Pour ma part j'ai utilisé des fèves que j'avais congelé quand j'avais réalisé la recette du ragoût de cosses de fèves, c'est ici clic.

Il suffira juste de les passer 2 minutes dans l'eau bouillante, celle utilisée pour les carottes ira très bien.Réserver.
Sinon fèves fraiches à écosser et blanchir ou pour les "bras cassés", des fèves surgelées.

 

Les échalotes :

peler, et couper en petit morceaux, les faire suer dans la sauteuse avec un peu d'huile d'olive puis déglacer avec un demi verre de vin blanc et laisser fondre à feu doux un petit quart d'heure. Réserver.

 

Dans la même sauteuse y mettre les lardons à fondre, le gras rendu va servir à la cuisson des râbles qui devront être bien dorés sur toutes les faces.

 

cuire lapin

 

Les sortir de la sauteuse et  déglacer les sucs avec un peu de vin blanc

 

deglaçage

 

 puis y jeter les fèves et les carottes qui vont les absorber .Cuire deux à trois minutes, juste pour colorer ces petits légumes.

 

legumes

 

Dans un plat allant au four et à table, déposer le confit d'échalotes, puis disposer les râbles, et garnir des légumes.

Arroser d'un filet d'huile d'olive. Couvrir d'un papier alu et passer au four à 160° pour 50minutes . retirer la couverture en papier alu au bout de 15/20 minutes. Arroser d'huile d'olive si nécessaire.

 

cadre

 

Poivrer à convenance dans les assiettes.

 

 

 

Repost 0
8 juillet 2010 4 08 /07 /juillet /2010 20:30

 Ce samedi 3 juillet, nous ne sommes encore que trois de notre équipe à être dispo pour aller plonger.

le temps est optimal, c'est bonasse ( je l'ai déjà expliqué, dans le parler Marseillais, bonasse en mer signifie très beau temps, pas de houle, pas de vent, mer plate , on dit aussi tempête de beau temps ! ) .

Avec les quelques jours de canicule et l'absence de mistraù l'eau s'est réchauffée, je peux enfin sortir la combi d'été , nooon j'ai pas dit le shorty réservé pour la plongée aux Antilles, juste une combinaison de plongée plus fine et aussi plus confortable.

 

Il y a longtemps que nous n'avons pas été sur les épaves de la rade, elles sont profondes et faire de long paliers accroché au pendeur sous le bateau dans une eau à 12 °C, on le faisait étant plus jeune !

 

Mais aujourd'hui.....banzaï !

 

Dans la rade en face du vieux port il y à 3 épaves, coulées à quelques jours d'intervalles pendant le blocus du port en 1914-18

 

Le Miquelon, très belle épave déjà profonde, 53m au sable.

ce bateau est un ancien morutier transformé en machine de guerre pour la circonstance. Coulé le 5 octobre 1917. 

miquelon.jpg

 

La Drome, transporteur bon à tout faire, il saute sur une mine dans le chenal  d'entrée du port le 23 janvier 1918. il git à 52m coupé en deux.  Ce jour là il transportait du pétrole.

drome.jpg

 

Le Ker Bihan,  petit chalutier à voile et à vapeur,  ( 32 m de long ) il est requisitionné pendant la guerre de 14 pour jouer les démineurs, il git à 57m de fond, assez difficile à trouver de ce fait, petit et profond, on a vite fait de le rater car à cette profondeur les plongeurs ne peuvent pas se permettre de chercher longtemps.

On y est dessus c'est parfait, ou on y est pas et là on remonte , la plongée est foutue !

Coulé par une mine le même jour que la Drome.

 

 

ker-bihan.jpg

  Cette épave est ma préférée des trois, par sa taille qui permet d'en faire le tour en une seule plongée sans pour autant tout connaitre et par son état assez bien préservé .

Peu de plongeurs-clubs sur ce site, car difficile à trouver même avec le GPS, petite épave profonde, une erreur de localisation et la plongée est foutue, les clubs préfèrent assurer....ailleurs.

 

Mais à ce jeu , je suis, en toute modestie, pas trop mauvais....

 

Après s'être mis d'accord avec mes potes Jluc number 2 et Patrick, direction le Ker Bihan.

  

Procédure de mise en place du bateau : face au courant, sondeur et GPS actifs, Jluc2 dans la baille de mouillage attend mon "top", puis petit coup de marche arrière pour casser l'aire et descente de l'ancre à pleine vitesse.

 

La dernière fois, j'ai carrément mis l'ancre dans la cale de l'épave, le trou d'ecoutille ne mesure qu'un mètre de coté, cette fois ci je suis juste à coté, l'ancre posée sagement sur le pont à l'arrière, comme d'hab ! On n'aura pas à chercher.

 

PXR DSCN0508

  L'ancre de ma Calypso posée sur le pont du Ker Bihan, il faut penser à la jeter sur le sable pour pouvoir repartir !

 

Le Ker Bihan, juste avant de sombrer :

 

Ce 23 Janvier 1918, le Ker-Bihan appareille à 6 h du matin du vieux port de Marseille avec 20 hommes d'équipage sous les ordres du 1er maître timonier Croc. Il est affecté comme dragueur de mine à la protection de la rade de Marseille. Deux autre navires composent son unité, l'Outarde et la Pioche navire responsable de l'unité sous les ordres du commandant Allot.
 
6h 35 le TSF du Ker-Bihan reçoit le message suivant: « Le vapeur la Drôme vient de sauter sur une mine avec 58 hommes d'équipage. » immédiatement 4 navires sont envoyés sur zone pour récupérer les survivants, l'Orb, le Jean Grêve, le Francois Nicolas et le Saint Leon. Il reçoit quant à lui l'ordre d'empêcher tous les navires de sortir du port de Marseille.
 
7h 40, la Pioche rejoint le Ker-Bihan après s'être porté au secourt du vapeur Gallieni (il envoie un SOS à 6h 15), ils ont pour mission de draguer la partie nord du chenal de sécurité.
 
8h 15, le 1er maître Croc signale à la Pioche qui se trouve sur son bâbord, qu'il vient de couper 2 mines. Alors qu'il se rend sur la zone pour les couler, il heurte une mine sur sa hanche bâbord arrière, l'explosion d'une rare violence l'envoie par le fond en quelques secondes. La Pioche se rend aussitôt sur les lieux du drame, 6 marins surnagent au milieu des restes du navire.
 
Les observations aériennes faites en ballon démontreront que les mines étaient posées entre 3 et 6 mètres de fond, 18 seront découvertes et coulées dans les deux jours qui suivirent la disparition de la Drôme et du Ker-Bihan soit la totalité des mines posées par le sous marin Allemand UC 67.

 

Equipement des plongeurs et ouste, à l'eau !

 

première impression , aucune visibilité ! l 'eau est chargée de particules qui lui donnent une couleur jaunâtre du plus mauvais effet.

10m plus bas, c'est mieux, pour atteindre le bleu foncé peu avant le fond.

 

Toujours anxieux de savoir si on a bien positionné l'ancre ou si on a raté l'épave, je suis rassuré quand pendant la descente et dès 20 m de fond un énorme banc de poisson est visible, bon signe, le banc est toujours au dessus de l'épave qui forme un garde manger et une multitude d'abris pour les poissons.

 

PXR DSCN0509

  un corb devenu bien trop rare !

 

Des particules subsistent dans l'eau, elles ne gênent pas la vue mais occasionnent des tâches blanches lors du déclenchement du flash;

 

PXR DSCN0510

  Dans une cale, quelques munitions. De près, les percuteurs des obus sont bien visibles.

 

PXR DSCN0513

 Dans un enchevêtrement de ferrailles concrétionnées, une mostelle nous regarde.

 

PXR DSCN0512

 De plus près quelques marques sur son fragile museau montrent qu'elle a subit des assauts de prédateurs.

en haut à gauche, sur la vase, une vive  tachetée.

 

PXR DSCN0515

La proue, intacte, vue le dos posé sur le sable.

 

PXR DSCN0518

 

Chapons et fiellas sont les habitants inratables de ces lieux.

 

PXR DSCN0523

congre ( fiellas ) vive tachetée et anthias rose qui s'enfuit.

 

Il faut penser à remonter de longues minutes de palier nous attendent, à 9m puis à 6m et encore à 3 m ! mais bon la visite a été belle et l'eau est chaude !

 

PXR DSCN0527

 Vague silhouette de ma Calypso dans cette "soupe" qu'est l'eau aujourd'hui .

 

PXR DSCN0530

 Au paliers, si on pouvait parler, on aurait le temps de faire la bazarette !

 

 

 

 

 

Repost 0
7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 21:30

Pour la rando en montagne c'est la meilleure saison, et dans les pyrennées Andorranes encore plus qu'ailleurs.

Après quelques atermoiements nous somme retournés pour quelques jours en Andorre, non pas pour y faire "le marché" aux bas prix sur alcools et cigarettes mais pour la rando.

En fait de bas prix on peut dire sans hésiter que ça ne vaut plus le déplacement.

 

Fin juin est une période idéale, presque plus de neige sur les sommets, beaucoup d'eau dans les innombrables torrents, donc spectacle assuré, montagne en fleurs, la nature y est généreuse en fleurs sauvages de toutes sortes et de toutes couleurs. Les températures sont très supportables, seuls les risques de pluie sont à craindre.

 

Nous y sommes allés plus tot dans la saison les autres années et souvent nous sommes restés frustrés par l'impossibilité de finir la rando à cause des névés . voir ici, le lac de Juclar en 2009 clic .

 

Mais ce lundi 28 juin est le jour de notre arrivée, et après pas loin de 700 kms de route, dépose des bagages à l'hotel, une douche et l'envie de se dégourdir les jambes se fait vite sentir.

 

Il a plut cet après midi, le ciel est encore gris et la nature sent bon l'herbe mouillée.

 

Nous choisissons un tout petit parcours, facile, une balade de 8 kms qui relie par un sentier "naturel" les villages de Canillo et de Soldeu.

 

PXR DSCF6231

 

Notre hôtel étant à Soldeu, c'est tout proche !

 

carte

 

Ce parcours longe le torrent qui traverse toute la Principauté sur sa rive gauche, en face de la CG 2 ( route principale 2 ).

 

On va le prendre à hauteur d'un petit pont qui traverse le tumultueux torrent

 

PXR DSCF6230

 

 

PXR DSCF6233

 

 et partir dans un pré,

 

PXR DSCF6234

 

 le balisage de cet itinéraire est spécial, un cog de bruyère rouge. Pas de soucis pour trouver son chemin.

 

PXR DSCF6269

 

La particularité de ce sentier c'est la flore sauvage extemement variée,

 

PXR DSCF6236

 

 

PXR DSCF6237

 

 la traversée d'un torrent sur un pont suspendu par des chaines,

 

PXR DSCF6258

 Un peu branlant ..le pont.

 

 

PXR DSCF6266

 

 et la vue sur l'autre face de la vallée.

 

PXR DSCF6265

 Un coup de zoom et en face le village de Ransol, départ de superbes randos.

 

Un joli parcours de promenade à 1850 m d'altitude tout de même.

 

PXR DSCF6240

 

Seul l'echo des voitures passant sur la CG2 en face à 200 m peut troubler la quiétude des lieux.

 

PXR DSCF6262

 

Mais il s'agit de se mettre en forme car dès demain matin des choses un peu plus sérieuses sont prévues.

 

PXR DSCF6247

 

 

PXR DSCF6244

 

PXR DSCF6270

 

L'accueil Andorran est fidèle à se qu'on connait depuis des années, sympathique et serviable, l'hotel d'une propreté qui ferait palir d'envie certains hopitaux et les prix en cette basse saison.....plus qu'abordables.

 

La météo nous prevoit un peu de pluie ( euphémisme montagnard ) en fin de matinée pour demain. On verra bien.

Repost 0
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 21:00

Parfois il est bon de se faire plaisir, je vous propose un petit dessert hyper gourmand, tout en finesse.

 

Melon, framboises, groseilles, cassis, cerises, que des fruits de saison dans un arrangement inhabituel et sucré.

 

melon

 

Pour ce pêché mignon et pour deux personnes il nous faut :

 

- 1 petit  melon rond

- 1 poignée de grosses cerises rouge sang

- quelques framboises, cassis et groseilles rouges;

- 1/2 litre de sucre de canne liquide

- vanille en gousse, cannelle, clou de girofle

-2 sommités de menthe fraiche

 

Ouvrir le melon et avec une cuillère adaptée, en retirer des boules de chair

 

melon et fruits rouges

 

Laver les fruits rouges, couper les grosses cerises en deux et ôter les noyaux.

 

Dans une casserole, faire bouillir le sucre liquide avec une grosse pincée de cannelle en poudre, et un morceau de vanille.

 

sirop épice

 

Faire pocher les morceaux de melon pendant cinq minutes

 

Egoutter et déposer dans des plats individuels.

 

melon confit

 

Procéder de même avec les fruits rouges mais moins longtemps, 1 a 2 minutes maxi.

   

Continuer à faire bouillir le sucre liquide jusqu'à obtenir un sirop épais...et parfumé. Attention toutefois de ne pas caraméliser.

 

verser sur les fruits, décorer de la sommité de menthe

 

prets

 

Servir avec une boule de glace vanille-bourbon.

 

  cadre

 

 

Repost 0

Profil

  • Jean Luc
  • passionné par la plongée sous marine, je suis aussi un amoureux des collines Provençales.
La plongée et la rando sont mes activités sportives preferées.
La cuisine,la lecture,la photo, la pêche  et le jardinage sont mes activités plus calme
  • passionné par la plongée sous marine, je suis aussi un amoureux des collines Provençales. La plongée et la rando sont mes activités sportives preferées. La cuisine,la lecture,la photo, la pêche et le jardinage sont mes activités plus calme

Le Bureau

  ROMAN

Le grand secret

 gd secret

 

Si vous avez envie de  tenter l'aventure d'une plongée sous marine en mode spéléo avec tous les frissons que cela comporte, mais bien calé dans un fauteuil et en 191 pages, me faire parvenir

 

   un chèque de  20 euros TTC , port compris

Jean Luc Fontaine

130 vallon des Escourtines

13011 Marseille

Dédicace personnalisée sur demande.

plus de détails ici :

***********************************************************************
  

Indice Atmo : vue d'ensemble

 

 

Rechercher Un Article ?

Visiteurs présents sur le site

Compteur Global

 

 

 

 

 

Randos et plongées

 Petites randos dans nos collines et ailleurs..

 

Hautes Alpes :

Champoléon : le refuge de tourond

Champsaur : Le col de Moissière

Champsaur : le col de Gleize

Valgaudemard : Les cabanes de Prentiq 

Valgaudemard le refuge des souffles

Valgaudemard le refuge du pigeonnier

Valgaudemard, les sources des Doux

Devoluy: le village de Chaudun

Devoluy: le sentier de ronde de Chaudun

Devoluy, sentier de ronde  de Chaudun et fouanières

Les pénitents des Mées

Devoluy: la petite Céüse

Devoluy: le col de Tournillon

Devoluy: la roche de la Fouanières

Devoluy: le pic de Céüse

Devoluy: Céüse, le pas du loup

Devoluy, le roc de Rimat

Devoluy, la tête des Ormans

Devoluy, la tour carrée

Devoluy, la chapelle de la Crotte

Gapençais, crêtes de Charance 

Gapençais, le Cuchon

Devoluy la boucle de la Souchière

 

Retrouvance en Buëch Devoluy :

1ère étape, Veynes - Agnielles

2ème étape, Agnielles - Recours

3ème étape, Recours - Rabioux

4ème étape, Rabioux - Les Sauvas

5ème étape, Les Sauvas - Chaudun

6ème étape, Chaudun - Rabou 

 

Massif  du Garlaban :

Tête rouge et le Taoumé

Tête rouge et le Taoumé 09/2011

La Grotte de Grosibou au départ d'Allauch

Le puits de l'Aroumi 

Le puits de l'Aroumi au départ de la Fève

La baume sourne

La source de Barqieu et le Garlaban 2

Le Pic du Taoumé par le vallon de Précatori

Le sentier des scolopendres

Garlaban,  la source du chien

Le col de Tubé au départ de lascours, 1ere partie

Le col de Tubé au départ de Lascours, 2ème partie

La parloire mai 2011

La parloire janvier 2012

Le Mont du Marseillais 

La grotte de Manon et

le sentier des scolopendres

La grotte du berger

Sur les traces de Pagnol

Le domaine de Pichauris

La grotte du Midi ..ou du Papé

Lascours, le grand vallon

Le vallon de Passetemps

Grand vallon et grotte du papé

Grottes et marmites du grand vallon 

Lascours, le grand vallon 

La croix de Garlaban face sud.

Nocturne, la croix de Garlaban

Font Berguettes

Marmites du grand vallon

Grosibou par Lascours 01-2014

Baume Sourne 12-2013

L'eau des collines-grotte de l'étoile 02 2014

Lascours, gd Vallon 03 2014

Lascours gd vallon et grotte du Papé 05 2014


 

Massif de l'Etoile :

L'aire de la Moure

Notre Dame des Ange, ....près de Marseille
La grotte des fées et le Baoù Traouqua

Le mont Julien et le Ratier

La tête du grand Puech

La grotte de la Vierge

La tête du Gd PUech 01-2014

 

Massif de la ste Baume :

Le balcon des Encanaux

Le col de Bertagne

La glacière du vallon du Fauge

La crête de la Lare 

Le plan des Vaches par les dents de Roque Forcade 2012

Le joug de l'aigle

La source de l'huveaune

Les sources de l'Huveaune 2  

Le circuit de la Taurelle 

La grande Baume par bertagne

Le jas de Miqueoù

le chemin du blé

Les quatre chênes 

Le balcon des Infernets 

Le signal des Beguines 

Le col de Bertagne et la grande baume 2

Rougiers, Castrum st Jean et les 4 chênes 

Le vallon des cèdres

La croix du Paradis

Le Paradis et le sentier merveilleux

Le vallon de la galère

Le balcon des Infernets et le torrent des Encanaux 

Le tour de Roussargues

Le pas de Cugens

Le gouffre du plan des masques 

Les dents de Roque Forcade, autre parcours

Le vallon de l'Aigle

Le pas de la Cabre

La grande Baume

La tour Cauvin

Falaises de Cugens, le trou du vent

La grande Baume 2013

Le Cruvelier et le Brigou 

Le jas de Sylvain

Le plan des masques

le sentier Marcel Estruch

Le trou du vent 02 2014

Le jardin suspendu 03 2014

La neige au Paradis 03 2014

Le tour du pic de Bertagne 03 2014

Du pas de la cabre au Paradis 06 2014

Le ravin des Encanaux 06 2014

Le sentier marcel Estruch 05 2014

La voie Gombault 04 2014 

 

Massif de Luminy, les calanques, Cassis :

Les falaises de Soubeyranes 

Port pin et le ravin de Gorgue longue

La calanque de Morgiou

Le tour du mont Puget

Le vallon de la fenêtre

Les falaises du Devenson

Le cap Morgiou

Grand Malvallon, les 3 arches    

La couronne de Charlemagne

Le Malvallon sud et le belvédère celeste

Le plateau de l'homme mort
Le plateau de l'homme mort 2013

La calanque des pierres tombées

Le pas de l'oeil de verre, la Candelle

La rêveuse du pas de la Lèbre

La calanque de l'Escu

Le col de la selle et grotte Rolland

Beouveyre

Falaises du Devenson et l'Eissadon

Rando givrée, belvédère de Titou Ninou février 2012(1)

Belvédère Titou Ninou fevrier 2012(2)

Les 4 pas :  demi lune, escaliers des géants...

sommet de Marseilleveyre(1) les 3 grottes

Sommet de Marseilleveyre (2) les escaliers des géants

Le col de la Selle, les grottes Dechaux

La cheminée du Diable

Le cirque des Pételins

La traversée du mont Puget

Les 3 arches du Malvallon 2012

L'anse de Melette

Le couloir du Cadellon

Calanques de l'Escu et Melette

Les falaises du Devenson et de l'Eissadon

Le vallon de la fenêtre 2012

L'escalier des géants

Le pas de la Cabre

En Vau et Port Pin

Le cap Gros

Le belvédère d'En Vau

Le couloir du Candeloun

Les 4 grottes du rocher st Michel

Le sommet de Marseilleveyre

Le plateau de Cadeiron

Le sentier du chinois

Sentier Garrigue et cap Gros 

Le vallon de l'herbe et cap Gros

Le tour de la grande Candelle

Les calanques de Sugiton et Morgiou

Cap Gros, le saut du chat

Les trois pas...

La tête de Melette 

Couloir du Candelon intégral

Les crêtes de soubeyranes

Le cirque de mestrallet

Le vallon de l'herbe

Le tour de la Candelle

Titou Ninou à la belle étoile

Cap Morgiou grotte du figuier

Le vallon de Mestralet

Titou Ninou nov 2013
Creche troglodyte

Creche troglodyte suite 01 2014

Le Mt Puget et le couloir du Candelon 01-2014

La grotte de l'Ours 01-2014

Titou Ninou, la crèche suite

sommet Marseilleveyre 01-2014

calanque de l'Escu 01-2014

au fil de mes envies 12-2013

Beouveyre 12-2013

La cheminée Lacroix 01 2014

Mont Puget et couloir du candelon 01 2014

La grotte de l'Ours 01 2014
Les falaises du Devenson 02 2014

Au dessus de Sormiou 03 2014

Le pas de la demi Lune et Marseilleveyre 03 2014

La grotte de la colonne 03 2014

La croix du Malvallon 03 2014 

Le cirque de Melette-walkyries 06 2014 

Le renard des calanques 

 

Les massifs de Marseilleveyre à Aubagne :

La source des eaux vives

Le balcon des Escourtines

Le Montounier et la chapelle St André

Le Mont St Cyr

Le four à cades de revers de boquié

Le Baoù de la Candolle

Le balcon des Escourtines et la source des eaux vives - juste au delà de mon jardin

Le Douard et les gorges de la petite ste Baume  

Notre dame de Julhans

Le mont Lantin et le mont Carpiagne

Le mont Lantin et la source des eaux vives

Le vallon de Gendame

Le cabanon du Marquis 01-2014

 

Massif de Regagnas et mont Aurélien :

L'ermitage de st Jean du Puy

Le sommet du Regagnas  

Le rocher Olympe du mont Aurelien

le Mont Olympe

Le plateau de la Serignane

Le mont Olympe et le rocher de 11 heures

Le rocher de 11 heures

pique nique à st Jean du Puy 12-2013

 

Massif et Parc naturel du Luberon :

La foret de cèdres

La combe de Sautadou  

Le tour du Roumagoua 

Oppede le vieux, versant nord

La source du Mirail

Le pin de l'Eigoune

La Groupatassière

Le plan des Agas

Les moulins du Veroncle

La combe de Vaumale 04 2014

 

Massif de ste Victoire :

Le pic des mouches

Le pic des Mouches version plus longue

Le pic des mouches au départ de Puyloubier

Le sentier Imoucha et les cretes de costes chaudes

Le Prieuré et la croix de Provence

Le Garagaï

Refuge Baudino au départ du parc des 2 aiguilles

D'un barrage à l'autre

L'ermitage st Ser

De st Ser au pas du Clapier

Le pic des mouches au départ de Puyloubier

Le pic des mouches par st Ser

Le gouffre de Garagaï

La croix de Provence par la marbrière

Refuge Baudino nov 2013

Le vallon de la Tine 03 2014

Le gouffre de garagaï 04 2014

Le pic des mouches 04 2014   

 

Le Verdon :

Le sentier des pecheurs

Le sentier des pêcheurs 2012

La chapelle ste Maxime, la draille des vaches

Le lac de ste Croix, le tour du Defens 

 

Divers :

Guillestre et la rue des masques

Raquettes à Risoul

Var, Lou gro Cervo

Var, La grotte du Garou

Var, Les gorges du Caramy

Var, les gorges du Caramy depuis le barrage

Var, le vallon du rocher des abeilles
Les crêtes de Roque Menourque 

La calanque de Figuerolles, cote bleue

Le mont Concors

Mazaugues, les ruines de Touchou

Le Puy ste Réparade, la Quilho
St Esteve Janson, le chateau

Notre dame des Anges...dans le Var

Vaucluse, le mur de la peste

Cote bleue, calanque de la Vesse

Alsace, mont ste Odile, le mur païen

Guyane, le sentier Rorota

Le village troglodyte de Calès

Port d'Alon, sentier du littoral

Le Mourre d'Agnis

La grotte du Mounoï Var

Var , le chateau du Diable 05 2014

Var, les gorges du Destel... l'intégrale 04 2014


Corse :

La boucle de l'Acciolu

Le sentier du facteur de Girolata

Le refuge d'Ortu

La punta di Bonassa

 

Andorre :

Le lac d'Angolaster

Le col de Juclar

Les lacs des salamandres  

Les lacs de Meners

Les lacs de Siscaro

Le circuit nature de Canillo 

 

Ardèche :

Le chateau de Pierre Gourde

Le sentier du vigneron

Le tour de Girond

Le chateau de Rochebonne

 

Lozère :

Eglazines et st Marcellin

Les echelles de Cinglegros, le pas de l'Arc

Causse Méjean corniches de la Jonte

 

 

 

 

 Plongées en Méditerranée :

 

1ère plongée de l'année 2009
La pierre de Briançon

L'île Moyade
Au phare de Planier
La calanque des Contrebandiers

Cadaquès, Massa d'Or
L'épave du Donator
L'épave du Chaouen
Le grand Congloué
La grotte de la Télévision
L'impérial du milieu
L'île de Riou
La pointe Caramassagne

La pierre à Daniel
Pointe Caramassagne 02/2010
La grotte de la télévision 03/2010
Quelque part vers Planier

Caramassagne, la grotte 04/2010  

Le tombant de la boulegeade 

Le tombant de la boulégeade 2

Au sud ouest de Planier  

Planier, Mola mola
L'épave du Ker Bihan

La pierre de Cassis  

La pierre à Daniel(2)  

Plongée...dans mes archives photos

Ma dernière chasse sous marine

Le couloir des gorgones

Zeus faber, un poisson de légende 

Grand congloué, les bankaws  

2011 la calanque du contrebandier

06/2011  La pierre de Briançon

2011 La grotte de la télévision

08/2011 Caramassagne

08/2012 la grotte à Peres

08/2012 la pierre à Daniel

08/2012 l'arche de Planier

06/2012 la grotte de la télévision

06/2012 la calanque de l'Escu

03/2014 Riou pte Caramassagne 

02/2014 calanque du contrebandie

07 2014 dans le bleu, calanque du contrebandier 

06 2014 la pierre de Cassis 

06 2014 la cap nègre 

 

 

 


 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







Gites et chambres d'hotes

Coups de coeur

 

Quelques sites que je recommande :

 

Jacques Testa artiste peintre.

 

Ely Boissin artiste peintre et plongeur .

 

Les dessins de RB 

 

Glibert Thomas, le peintre des calanques