Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 21:16

Lundi 10 mai, premier jour de ces vacances dans le Champsaur nous arrivons au col Bayard  vers 11h00, direction la station de ski ( fermée en cette saison) de Laye.

C'est d'ici que nous prendrons le sentier pour aller au col de Gleize puis, si le terrain le permet, le pic du même nom.

Il est possible d'aller au col de Gleize depuis le sommet du col Bayard, une piste forestière y mène directement , on peut même l'emprunter en voiture.......ce n'est pas pour nous.

Dans la station où règne une activité de fin de saison de ski, c'est à dire sans aucun touriste mais où le personnel s'active,  démonte, nettoie et  range le matériel jusqu'à l'hiver prochain , notre présence est incongrue, surtout que de gros nuages nous promettent de la pluie annoncée sur toutes les météos.

 

                   " i sont fadas ces Marseillais !"

 

 

carte

 

Les sentiers sont "relativement" bien balisés sauf aux passages qui traversent les pistes de ski, là, il faudra chercher un peu, les PR et GR ont souffert de la priorité au ski .

 

PXR DSCF5664

 

Le départ se fait tranquillement entre les mélèzes et traverse une zone réservée aux parcours d'accro-branches, perdre le balisage est facile.

 

PXR DSCF5661

 

Très vite le décors est planté, devant nous les sommets encore bien enneigés, derrière, des vues superbe sur la vallée, aux pieds, de gros névés nous barrent le chemin quand ce n'est pas une piste de ski à traverser, tout ça avec un dénivelé intéressant.

 

La température fraîche, pas plus de 8°C sous les nuages, les apparitions du soleil seront rarissimes.

Le sentier va passer au dessus de la station de Laye, avec une vue absolument superbe pour qui ne craint pas le vertige, un banc en bois est même placé juste à l'aplomb de la falaise, impressionnant.

 

PXR DSCF5677

devant le banc..............le vide.

En bas , la station , le village plus bas , est caché par les reliefs de la montagne.

 

PXR DSCF5679

Abri de fortune en cas de neige ???

 

PXR DSCF5666

 

 

PXR DSCF5674

le PR est coupé par une piste de ski, un boulevard de cailloux.

 

Montée dans les sous bois, passage de coulées de neige qui coupent le sentier,

 

PXR DSCF5682

 plus haut traversée d'un névé qui a coulé sur le sentier.

Il suffit de ne pas regarder en bas...

 

débouché sur le téléski du Grand Clot, contournement et passage en piste forestière qui devrait nous emmener au col de Gleize, EN PRINCIPE !

 

PXR DSCF5687

 Un peu de douceur.......... dans ce monde de brutes !

 

PXR DSCF5689

"sculptures" taillées dans le grès

 

PXR pousse de meleze

Annonçant un printemps toujours pas arrivé ici, les mélèzes bourgeonnent malgré tout !

 

Au détour d'un virage une grosse coulée de neige nous fait perdre le balisage, impossible de retrouver la suite du sentier qui amène au col après quelques lacets. 

 

 

PXR DSCF5698

 

 

On ne va pas s'arreter là, sur la droite montant  droit et raide la piste de ski de Lauzon.

Je n'y connais rien en ski alpin mais vu la pente ce doit être une "noire" !

Une grosse suée à l'arrivée en haut, malgré la température fraichounette.

 

PXR DSCF5697

 

Rude grimpette pour déboucher au pied du pic de Gleize, d'ici 3 pistes de ski dégrigolent dans la montagne.

Pique nique sans soleil mais à l'abri du vent glacé et avec une vue superbe sur la vallée et le contreversé golf 18 trous du col Bayard .

 

PXR DSCF5691

 Vue sur la vallée, le golf ( quadrillage déboisé ) et en face le parc des Ecrins.

 

Vu qu'il est difficile voire impossible de reprendre la piste forestière de lauzon pour revenir en "bouclant" le circuit comme prévu au départ, le retour sera sur le même sentier qu'à l'aller.

 

Pour cette rando tronquée il faut compter 4 h de marche, ralentie par les nombreuses traversées de névés. Le départ est à 1300m pour une arrivée à 1840m et un cumulé positif de 686 m .

686 m de dénivelé cumulé en 2h1/2 de montée, la moyenne de 300m à l'heure est "dans les cordes" .

 

Faire de la rando en montagne à la fin de l'hiver est le meilleur moment pour béneficier d'une température vivifiante, de sommets enneigés, mais à moins d'habiter la region, il est très difficile de choisir son moment.

Trop tôt c'est quasi impraticable, trop tard la neige a fondu est c'est la gadoue.

Pour nous et pendant ces quatre jours, soit nous sommes en avance, soit la saison est en retard, mais les passages seront limites......... chaque fois, tout au moins pour de simples marcheurs.

 

 

Repost 0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 20:00

Une escapade en montagne, voilà de quoi expliquer mon silence sur vos blogs, mes ami(e)s, depuis quelques jours.  

Comme d'hab, une décision un peu au dernier moment et hop un grand bol d'air dans les montagnes.

 

Ce séjour en bordure du parc des Ecrins, pour bénéficier dans  cet hiver qui n'en fini pas, de la douceur méditerranéenne et de l'air pur des montagnes.

 

Direction les 3 vallées magiques, qui ceinturent les Ecrins et que nous connaissons depuis quelques années,

 

- le Champsaur

- le Valgaudemar

- le Champoléon

  

carte valgaudemar

 

Trois vallées soeurs et concurrentes à la fois mais toujours un accueil chaleureux et des paysages superbes, des randos à ne plus savoir laquelle choisir et pour tous les niveaux.

 

La gastronomie locale n'est certes pas en reste, tourtons, oreilles d'ânes et fromages des laiteries/fromageries artisanales du Pays sont là pour vous rappeler que vous êtes en montagne.

 

Ce mauvais temps qui gâche la saison touristique des professionnels aurait pu gâcher notre séjour, mais sachant que la Nature ne se commande pas, nous ferons avec, bon gré mal gré.

Pluie fine mais froide et abondante, un peu de neige sur les sommets, de la grêle le dernier jour, il en fallait plus pour nous décourager.

 

PXR brouillard

 

 4 jours de vacances, 4 randos..... parfois tronquées par les éléments naturels, couche de neige importante qui nous fait "perdre" le sentier, brouillard à couper au couteau, éboulements rocheux, gros séracs qui bloquent le passage , toujours la pluie, mais qu'importe, nous trouvons toujours la solution pour profiter un maximum de la beauté et la sérénité de ces lieux.

 

Pour le séjour,  comme à notre habitude, ce sera en  chambre d'hôte, dans une ancienne ferme durement et merveilleusement restaurée, "LES CHEMINS VERTS" clic ici pour voir leur site,  dans le minuscule et perché, village de BUISSARD.

 

Si un séjour dans le Champsaur vous tente, ne pas hésiter, l'hébergement, c'est ici .

 

 

PXR gite

 

L'accueil sympathique et chaleureux que Nathalie et Djam vous réservent ne peut que faire de ce séjour un moment de grande qualité. 

 

PXR chambre

 Notre chambre, mansardée, offrant une vue superbe sur la vallée et les mélèzes

 

 

PXR vue chambre

 vue depuis la fenêtre de notre chambre.... le ciel est provisoirement dégagé.

 

Bien sûr je reviendrais un peu plus en détails sur ces randos, qui sans être en haute altitude, nous ont amenés à chaque fois à la limite de ne plus pouvoir passer, essentiellement à cause des gros névés ou séracs qui bloquent le passage.

 PXR alpage

 

 

Des dénivelés cumulés de 500 à 800 m des pentes parfois à la limite pour un marcheur, entre autre quand le GR ou le PR emprunte le tracé des pistes de ski alpin.  !

 

 

Repost 0
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 21:05

  Une recette tout droit sortie de mon imagination, j'avais vu quelque part une recette de lapin au Roquefort, mais celle ci ne me plaisait pas, trop de beurre et trop de crème fraiche.

 

 Alors c'est parti pour une refonte en profondeur, le résultat n'a plus rien à voir avec ce que j'avais lu et je n'en suis que plus satisfait, d'autant que ce lapin a été apprécié.

 

L'ajout de fèves fraiches n'en a que renforcé l'originalité et les saveurs.

 

 

 PXR_feves-copie-1.JPG

 

1 lapin coupé en morceau
2 oignons émincés
50 cl de vin blanc moelleux

150 gr de lardon très maigres
150 g de Roquefort ....bien bleu
huile d'olive, farine, poivre, thym
1 kg de fèves fraiches à écosser

 


Faire dorer les morceaux de lapin dans une sauteuse avec un peu d'huile d'olive, puis les placer dans une grande cocotte en fonte.

 

PXR DSCF0121


Emincer les oignons, les faire suer dans un peu d'huile puis déglacer avec du  vin blanc moelleux et  laisser fondre à feu doux dans le vin blanc . Ajouter aux morceaux de lapin.

 

PXR DSCF0122


Dans la même sauteuse, sans gras , faire revenir les lardons et les ajouter dans la cocotte.

Verser 50 cl de vin blanc moelleux dans la cocotte et laisser cuire 40 minutes avec le couvercle.


Au bout de ce temps, sortir les morceaux de lapin de la cocotte, les réserver à part , ajouter le Roquefort écrasé à la fourchette et 1  CàS de farine , laisser épaissir la sauce à feu doux.

 

PXR DSCF0132

 

 

PXR DSCF0133

 

Ecosser les fèves, les faire blanchir 2 mn dans l'eau bouillante salée, égoutter et refroidir aussitot pour leur garder un belle couleur vert fluo.

Pour ôter la peau blanche, inciser avec un couteau et serrer entre deux doigts, la fève sort sans problèmes.

 

PXR DSCF0125


Quand la sauce est bien épaissie, ajouter les fèves, les morceaux de lapin et laisser mijoter à feu doux cocotte fermée pendant au moins 15 mn.

 

PXR DSCF0124

 

 

cadre

 

Pour qui a peur des saveurs un peu trop typées du Roquefort, n'en mettre que 75 gr et rajouter de la crème fraiche, mais c'est dommage.

 

bw43fp69as

Repost 0
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 21:51

Pour honorer le lancement de la nouvelle communauté de Nadine de Trans en provence, " Bleu charrette , rose bonbon" , voici ma contribution.

 

Ce ne sera pas vraiment bleu charrette mais bleu quand même ....pour le rose je vais y réfléchir.

 

C'est une photo déjà vue sur ce blog* mais qui est vraiment bleue, totalement bleue, dans le bleu, le grand.

 

* pas une photo d'art , mais une de mes préférées.

 

Photo prise en plongée dans l'archipel des îles de Marseille, au Grand Congloué.

 

Une plongée qui restera toujours dans ma mémoire, mon ami , mon pote, Georges dont  on apercoit les palmes devant mon objectif , nous entraînait dans ces profondeurs, parfois inavouables, de ce site qu'il aimait entre tous.

 

 

 

DSCN0048.jpg

 

 Georges, je sais que tu  ne remettras plus tes palmes mais sache que ce n'est pas le plus important, ce qui compte c'est que tu arrives à vaincre cette putain de maladie qui te ronge, ce crabe insidieux, tu as toujours été un battant, vas y !

 

 

Repost 0
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 19:00

Située à la pointe sud ouest de Riou, la calanque de la boulégeade c'est cette anse large et accueillante pour les bateaux quand le vent souffle du nord-est ou plein est modéré.

A éviter complètement si c'est Mistraoù , le bateau de plongée au mouillage risque fort de se retrouver quillé sur les rochers de l'île de Riou.

 

 Le mot boulégeade est un mot Marseillais, en effet la boulégeade est une technique de chasse sous marine qui est encore quelquefois utilisée par les Louis, les bons.

 

Un Louis est un chasseur sous marin  Marseillais, un spécialiste de la chasse à l'agachon.

Le chasseur, prêt à se laisser couler à pic est penché tête par dessus bord sur le boudin du Zod', masque de plongée sur le  visage, tête dans l'eau il scrute le fond pendant que son co-équipier fait avancer le bateau pneumatique au ralenti.

Cette technique super efficace demande toutefois une eau très claire, des fonds propices à héberger du poisson ( saridés essentiellement ) donc avec des roches par ci par là et pas trop profonds, 10 à 20 mètres .

Quant à la technique, c'est pas aussi facile qu'on le croit, un grand plouf dans l'eau et il n'y à plus un poisson valable à 100 m à la ronde.

Coulée en finesse bien verticale, ceinture ou baudrier de plomb bien chargé, pas de palmage en descente, tuba sur le coté, ôté de la bouche , fusil bien aligné droit devant, souplesse et silence de rigueur, et coup de rein pour se redresser, juste avant d'effleurer le fond.....après, c'est une autre histoire.

Technique de chasse sous marine réservée aux chasseurs entrainés et très expérimentés.

  

Cette desription des lieux est exactement la description de cette calanque, d'où son nom qui lui a été donné par les Louis ! Sauf que dans des jours comme aujourd'hui où le vent de nord-est est bien établi, le lieu est entièrement squatté par les bateaux de plongée bouteille, les cracheurs de bulles, comme nous  !

C'est un des rares lieux de plongée un tant soit peu interessant, qui soit bien abrité de ce vent, evidemment les clubs de plongée de la Pointe Rouge se retrouvent tous ici, à moins d'aller se mettre à l'abri derrière Frioul coté Tiboulen, mais c'est totalement à l'opposé dans la rade et ce sera envahi par les clubs de la rade nord.

 

Ce matin donc, ciel gris plombé, bon vent de nord-est, le choix pour nous, avec la Calypso bien sensible au vent, soit la Boulégeade, soit la calanque du contrebandier mais cet hiver nous y sommes allés bien souvent.

La plongée à la Boulégeade c'est, soit c'est la grotte puis aller retour avec ou non le tombant selon les niveaux des plongeurs, soit le tombant seul et ses environs.

Vu la quantité de plongeurs qui s'agitent dans l'eau , nous "ferons" le tombant, la grotte, ce n'est même pas la peine d'y penser, la pulpe du fond a du être bien remuée et la visibilité nulle.

Sans visi cette grotte pour qui la connait ne présente aucun danger, il nous est arrivé de la traverser "dans la soupe" mais quel en est l'interet ?

 

 

PXR DSCN0376

 Ce printemps, le fond de la calanque est colonisé par des algues rouges, ça arrive parfois., Une vraie prairie rougeoyante et ondulante.

 

Le tombant va nous emmener d'ouest en est vers des fonds qui se situent à plus de 45 m , une découpe de la cote assez déchiquetée et, un peu éloigné du tombant, vers le large un gros rocher ( une pierre ! ) qui abrite flore et faune fixée en abondance, la plupart des plongeurs ne viennent pas ici, c'est profond pour les clubs et le risque de "se perdre" est élevé.

Une remontée en pleine eau ici est dangereuse.

 

PXR DSCN0386

Bien caché dans un trou, un oursin diadème, de plus en plus rare, plus de 30cm de diamètre, c'est une espèce protégée.. 

Cet oursin se caractérise par des épines exceptionnellement longues et généralement noires, même si quelques-unes, voire plus rarement toutes, peuvent être grises ou blanches. Communément, ces épines mesurent de 10 à 30 cm. Elles sont fines, pointues, creuses et très fragiles. Elles bougent rapidement, avec des mouvements amples.

 

PXR DSCN0388

  Un chapon, pas très gros accroché à la paroi du tombant.

  Voir ici, clic, la recette du chapon farçi de mon ami Gérard , le vieux scaphandrier.

 

Au fond, dès 15/20m la visibilité est bonne, la température de l'eau est remontée depuis la semaine dernière, entre 14 et 15 °C selon la profondeur. Plus près de la surface, aucune visi mais  léger courant qui nous ramènera vers le mouillage.

 

PXR DSCN0390

 Dans la noirceur des fonds, ce très beau spirographe, juste avant qu'il ne se rétracte. C'est un animal ! ce qu'on nomme faune fixée.

 

C'est le plus grand ver tubicole de Méditerranée, pouvant mesurer jusqu'à 35 cm, son corps est situé dans un tube mou composé de mucus et de sable, souvent visible sur toute sa longueur.

De nombreux filaments colorés se déploient en couronne tentaculaire d'un diamètre de 10 à 15 cm depuis la bouche de l'animal.

Présent en Méditerranée, dans Atlantique et en mer du Nord, il se développe depuis la surface jusqu'à une quarantaine de mètre de profondeur, fixé sur des substrats durs.

Très sensible aux vibrations, il se rétracte tout entier dans son tube à la moindre alerte.

Ses filaments jouent un rôle dans la prise de nourriture mais également dans la respiration.

Il se nourrit d'organismes microscopiques en suspension dans l'eau.

  

Depuis quelques temps, les grosses pièces se font rares, je ne m'explique pas pourquoi.

Pas de gros fiellas dans les trous, pas de gros dentis et encore moins de poisons lune Mola-mola , quant aux gros mérous ils sont certainement partis en vacances....au soleil.

 

PXR DSCN0378

 Une belle murène surprise en action de chasse

 

PXR DSCN0385

  Le flash de l'APN va la faire fuir, taille, environ 1m20 .....quand même .

 

PXR DSCN0380

Un gros rouget en train de fouiller le sable, en quête de nourriture, aux aguets, il file à grande vitesse dès qu'on l'approche.

 

PXR DSCN0381

Une vive, son mimétisme la rend presque invisible sur le sable, gare à ses dards venimeux. J'en ai fait la très douloureuse expérience lors d'une partie de pêche.

Même accrochée à l'hameçon, posée sur le fond du bateau , vindicative elle va essayer de choper le pêcheur, et souvent, elle y arrive.

Poisson dont il faut se méfier mais excellent sur la table...une fois les dards coupés au ciseau.

 

  PXR DSCN0387

Toujours dans le courant , pour une bonne oxygénation, cette grappe d'oeufs de calmars, accrochée à une gorgone.

Des milliers d'oeufs, mais combien vont réchapper aux nombreux prédateurs ?

 

 

PXR DSCN0384

Mon ami le Poulpe recycle les déchets jetés en mer ! Celui ci à élu domicile dans un vieux pneu !  Pas besoin d'un Grenelles 2 , il a tout compris.

 

Le poulpe, pour moi le plus beau et le plus intelligent des animaux sous marins. Je le pense vraiment.

La beauté c'est relatif , mais l'intelligence du poulpe a été démontrée scientifiquement.

Et puis.....avec 8 bras, imaginons un instant tout ce qu'on pourrait faire avec,   quand on est comme lui d'un naturel caressant et joueur. ( là je galège un peu ! ) .

 poulpe affectueux

                                                   Poulpe affectueux !

 

 

Le retour au bateau se fera dans une visi limitée à deux ou trois mètres mais le courant nous porte légèrement et les lieux nous sont connus, c'est sans trop de difficultés que nous allons retrouver le bateau.

 

Au sortir de l'eau, la pluie tombe, fine mais froide, ce n'est pas trop gênant après tout. Rinçage gratuit du matos et des bonshommes.

 

 

 

                                                                       

 

Repost 0
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 19:00

Une proposition de petit repas simple , ce qui n'enlève rien au fait que ce puisse être délicieux.

 

Pour deux personnes, deux cuisses de poulet et des haricots verts extra fins , en boîte, surgelés ou frais, ce qui est nettement préférable mais plus long à préparer. 

 

- 2 cuisses de poulet, les laver à l'eau sous le robinet,  sécher.

- du piment d'Espelette

- Miel

- Thym séché et emietté.

 

 

PXR_piment.JPG

 

- Haricots verts extra fins

- ail

- persil

- beurre.

  

Dans un bol mélanger le jus d'un citron, 1 CàC rase de piment d'Espelette et 2 CàS de miel  rendu légèrement liquide par un passage éventuel au micro ondes.

 

pimentade


Dans un poêlon allant au four,déposer les cuisses de poulet et bien les badigeonner du mélange sur les deux faces, saupoudrer de thym.

 

pret au four

 


Passer au four une vingtaine de minutes à 180 °C en ayant soin de les retourner une ou deux fois pour les dorer des deux cotés.

 

poulet cuit


En légume, préparer les  haricots verts .
Dans une sauteuse faire fondre une noix de beurre ( exceptionnellement je préfère les haricots sautés au beurre qu'à l'huile d'olive ! ) y mettre les haricots verts avec une branche de persil ciselé et 2 gousses d'ail écrasées; bien remuer et faire sauter quelques minutes.

 

haricots

 

servir ensemble .

Simple, rapide, efficace.

 

La peau du poulet contenant beaucoup de gras, celle ci est ordinairement laissée de coté, mais caramélisée et relevée au piment d'Espelette, ce serait dommage de s'en priver, un vrai délice.

 

  cadre

 

 

 

Repost 0
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 16:00

Cette grosse colline, liée géographiquement au Garlaban mais surtout affectivement par Marcel Pagnol, est accessible par trois cotés.

Bien moins connu que le Garlaban, et pourtant nettement plus cité que lui dans les romans et films de Pagnol, le pic du Taoumé domine l'est Marseillais de ses 714 m.

J'ai déjà présenté son accès par la Pounche des Escaoupres dans la rando "la grotte de grosibou-clic ici " ou dans la rando " Tête rouge et le Taoumé-clic ici " . Cette fois ci le parcours proposé est non moins beau, non moins musclé.

 

 La carte IGN 3245Et est indispensable, à moins d'être né dans ces collines.

 

Il est à noter que ce parcours et jusqu'à la Baume Sourme ( "grotte sombre" en Provençal ) est identique au parcours proposé "Garlaban, la baume Sourme-clic ici " .

Ces collines où l'ombre de Pagnol plane encore, sont le siège de nombreuses randos, toutes superbes, et le randonneur infatigable peut les enchaîner les unes derrière les autres , bons mollets obligatoires.

 

Le pic du Taoumé à la particularité d'être, juste sous son sommet percé d'une étroite grotte, un tunnel plutôt , dont la sortie débouche .....dans le vide, ou presque.

Dans tous les cas, l'étroitesse de cette grotte empêche le randonneur non filiforme, d'y entrer . Le sac à dos devra même être déposé.

Cette grotte à deux entrées était bien appréciée des contrebandiers à une époque pas si lointaine, c'est ici que le petit Marcel ( Pagnol ) et son ami Lili des Bellons se sont réfugiés un jour d'orage et qu'ils ont pris la peur de leur vie quand deux yeux jaunes les fixaient dans le noir, le fameux Gros Hibou, devenu Grosibou. C'est ici aussi, que le petit Marcel avait voulu s'exiler pour devenir ermite, résolution vite oubliée .

 

Depuis Marseille prendre la direction Aubagne puis Eoures   par la D44, dans un virage un panneau indique "la Ferme, déviation " c'est le chemin du fond de Mai, le suivre, attention c'est très étroit, ne pas rouler comme un calu .

Passer devant le restaurant "La Ferme", au prochain carrefour, tourner à gauche sur le chemin du Ruissatel et se garer sur le grand parking.

 

carte

 clic pour agrandir 

 

Première étape dans ce parcours initiatique , dans les arbres, à proximité du parking se trouve la réplique du puits de Raimu dans "la fille du Puisatier", cherchez le, il est facile à trouver.

Revenir en arrière et reprendre le prolongement du chemin par lequel on est arrivé, c'est goudronné, mais la circulation est limitée aux riverains.

Plus loin , passage devant le mas de Massacan,qui était la maison de Ugolin dans le film " MANON des SOURCES " .

 

PXR DSCF5537

 Le très beau mas de Massacan, parfaitement typé " mas Provençal".

 

Le chemin goudronné devient ensuite une piste RDF qui grimpe allègrement vers le col d'Aubignane.

Je rappelle que Aubignane était un village décor de cinéma, construit par Marius Broquié, le maçon de Pagnol.

Les vestiges de ce village existent encore, la ferme d'Angèle, la maison qui abrita les amours de  Panturle et d'Arsule ( Regain ) , l'arche qui symbolisait l'entrée du village, d'autres ruines encore .

 

PXR DSCF5541

 la fameuse "arche" d'Aubignane.

 

Les décors avaient la vie dure  à cette époque, il faut dire que Pagnol n'avait pas lésiné sur les moyens, de la maçonnerie, pas du carton pâte.

Le col d'Aubignane, qui porte le nom d'un village qui n'existe pas, facétie de cartographe ou ignorance , est coincé entre les barres de st Esprit et le massif de Garlaban.

 

La direction à suivre est la trace jaune qui file tout droit devant nous, oublions la piste qui descend sous la ligne HT et renonçons définitivement à la large piste RDF, autoroute à randonneurs en manque d'imagination, qui grimpe au col de Garlaban.

 

Panorama 4

 du col, panoramique sur les collines d'en face, clic pour agrandir.

 

Devant nous une sente étroite descend légèrement en direction, au loin , du pic de Grande Tête rouge.

Laissons toutes les traces qui partent vers la droite, balisage jaune ou bleu, restons sur celle qui va nous emmener droit au dessus du vallon de Passe Temps, haut lieu de chasse de Pagnol ( la gloire de mon Père ) .

La sente vire sèchement à gauche et brutalement "dégringole" dans le fond du vallon de Passe temps,  descente à haut risque quand la roche est humide.

 

PXR DSCF5551

 dégringolade dans le vallon de Passe Temps, en bas , une emblavure.

 

En bas, une petite clairière , quelques pins rescapés des incendies, une emblavure ( ici on dit une "mange", petit lopin ensemencé de céréales qui servent à nourrir la faune locale, les sangliers ).

 

PXR DSCF5552

 

Partir vers la droite, le sentier s'enfonce entre les arbustes et chemine bien au fond du vallon, à droite comme à gauche les falaises nous surplombent.

Virage à 90° vers la droite, le sentier va maintenant suivre le vallon, mais en le surplombant en corniche, il en sera ainsi pratiquement jusqu'au sommet, même après avoir quitté le vallon de Passe Temps et enquillé  le vallon des Précatoris.

 

PXR DSCF5555

passage en corniche complètement à la fin de Passe Temps.

 

A ce changement de vallon, la Baume de Passe Temps est bien visible sur notre droite, juste en hauteur. elle ressemble comme deux gouttes d'eau à la grotte de Manon ( Manon des sources ).

 

 PXR DSCF5563 

 

 PXR DSCF5564

Poursuite du sentier en corniche et en grimpette jusqu'à un bel escarpement rocheux, impressionnant mais pas difficile, ça y est nous quittons les vallons, une vaste plaine qui fut autrefois cultivée et certainement habitée s'étend, devant nous, c'est le lieu dit "le jardinier"  .

 

PXR DSCF5565

 

Dans les ronces, figuiers, cerisiers et lilas redevenus sauvages, mais toujours présents, sont la mémoire des hommes qui vivaient durement dans ces collines.

 

PXR DSCF5572

 Très beau lilas fleuri au lieu dit " le jardinier".

 

Rester sur le sentier qui file droit devant, il n'y a plus de balisage mais c'est évident, plus haut et plus loin ce sentier débouche perpendiculairement sur un autre sentier venant à droite du puits du Murier,  prendre à gauche et quelques mètres plus loin la Baume Sourme se planque dans la végétation.

 

 PXR_DSCF2205.JPG

 

L'entrée en est étroite et basse, l'intérieur immense et sombre à servi, à Pagnol pour filmer " l'intérieur de la grotte de manon" dans Manon des sources.

 

PXR DSCF5575

 Vaste mais basse de plafond par endroits, cette grotte a déjà été fouillée.

 

Attention, ne pas s'aventurer profondément dans la grotte sans lampe, le sol humide est glissant et la pente importante.

 

Le sentier continue jusqu'à un col qui nous fait dominer l'autre versant, une belle vue sur "l'aire de la Mourre" "le grand Puech" etc.

 

PXR DSCF5582

   

Prendre à gauche le large sentier , balisage jaune, qui monte entre les arbres, éviter celui de gauche qui descend, ce serait idiot de venir jusqu'ici et d'éviter le Taoumé, il ne reste plus beaucoup d'effort à fournir.

 

PXR DSCF5584

 prendre à gauche, balisage jaune sur le pin.

 

Sur la crête qui nous amène au pic, droit devant, le vent est violent ce matin de gros nuages gris n'annoncent rien de bon.

 

PXR DSCF5588

 Les tulipes nous donnent bien le sens du vent !

 

 

PXR DSCF5589

droit devant, le sommet.

 PXR DSCF5590

 Allez, un dernier effort...

 

Arrivé au sommet, savourons le moment, et redescendons par la droite, balisage jaune, sente escarpée, pour arriver à la grotte de Grosibou.

 

 

PXR DSCF5593 

 PXR DSCF5597

 

Le pique nique se fera bien à l'abri des vents tournants au pied de la petite sortie de la grotte, de l'autre coté, avec une vue splendide sur les vallons et l'est Marseillais.

 

PXR DSCF5599

 Le panneau posé par les excursionnistes Marseillais ayant été vandalisé, c'est maintenant un marquage à la peinture...

 

 

PXR DSCF5600

Pas tout le monde y passe par là ! suivez mon regard..

 

 

Panorama 3

Du point de pique nique, panoramique sur les vallons .

   

La pluie fine mais froide qui commence à tomber, nous oblige à lever le camp sans trop nous éterniser, descente par le sentier , balisage jaune , qui va vers la Treille.

 

 PXR DSCF5608

 

La pluie rend les roches glissantes mèfi de ne pas glisser, une entorse ici serait un gros engambi.

Plus bas, au Pas du Loup, prendre la large piste qui file droit devant vers le Massif de Tête Ronde qui sera contourné par la droite et en dessous juste après la ruine du jas Batisto.

 

PXR DSCF5609

 A droite, grande tête rouge surplombe Allauch et la Treille.

 

Passage à droite d'une propriété bien clôturée et bardée d'antennes et  d'éoliennes, puis au prochain carrefour prendre le sentier large qui remonte à gauche, à contre sens, en direction des grottes creusées dans la bauxite, bien visibles.

 

PXR DSCF5618

 

Passage rapide devant ces orifices (naturels, je ne crois pas ! ) la pluie fine est toujours là qui s'infiltre partout, mais j'ai trop chaud pour mettre le poncho de secours, tant pis je serais mouillé.

Remontée puis bifurcation à droite pour redescendre en vue du vallon de Passe Temps, l'emblavure vert fluo vue à l'aller est bien visible d'ici et sert de point de repère.

 

PXR DSCF5624

 une "mange" pour la faune des collines.

 

Descente brutale dans le fond du vallon , nous retrouvons le sentier prit à l'aller, mais cette fois il va falloir le remonter, un véritable mur !

 

PXR DSCF5627

 en haut à gauche, le col d'Aubignane, faut y remonter.

 

Retour à la voiture , au parking par le même chemin que pour l'aller .

 

Pour cette rando, il faut compter 5 h de marche, plus les pauses bien sur , 2h1/2 pour aller à Grosibou autant pour revenir, le retour étant plus long en distance.

Le départ est à 276 m, le sommet à 714 m mais le cumulé des dénivelés positifs est de 850 m .

 

Equipement obligatoire : carte IGN 3245ET pour le retour , et de bonnes chaussures montantes de marche,  et ayant un bon grip, bâtons de rando plus que conseillés.

 

 

 

Repost 0
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 20:56

Ce quelque part, nous l'appelons entre nous les "pierres de Robert", du nom de celui qui a eu la bonté de nous les faire découvrir, il y a une douzaine d'années. Trois grosses roches ( des pierres ) posées sur un fond de sable entre 48 et 70m, le fond est en pente par ici , celle du milieu , la plus grosse et percée d'un tunnel formant une arche . Les gorgones illuminent ce lieu , aidées par  le soleil du matin qui arrive encore difficilement jusqu'ici quand l'eau est claire.

 

Tout autour de ces trois pierres, du sable, rien que du sable...enfin, sauf que si on cherche un peu on va trouver divers débris, d'amphores,  ou des restes de bateaux, c'est qu'il y en a eu des naufrages ici depuis l'antiquité !

 

Je ne donnerais pas beaucoup de précisions sur ce site de plongée, pas seulement pour me le garder égoïstement mais aussi pour ne pas inciter des plongeurs insuffisament expérimentés à y aller .

Le danger en plongée, ne se voit que lorsqu'on y est confronté, ici, rien ne peut indiquer que ça peut mal finir.

C'est une descente dans le bleu, c'est à dire sans aucun repère fixe du genre falaise, tombant, etc.... non du bleu , rien que du bleu, une visibilité pas toujours belle et la profondeur qui sans être excessive avoisine tout de même la zone entre 48 et 70 m selon comme on a mouillé l'ancre du bateau, avec plus ou moins de précision.

 

Quand je vois que certains clubs de plongée qui ne mouillent pas ( aucun arrêt du bateau ) et qui jettent les plongeurs à l'eau comme un avion jette ses parachutistes, sur un site de plongée qui se loupe définitivement si on fait une erreur, 60 m plus bas ....de quelques mètres , ça ne manque pas, quelques instants plus tard la surface de l'eau est constellée de parachutes éparpillés sur 150m à la ronde avec tous les risques que ça comporte ( les parachutes de plongée sont des bouées gonflables permettant au plongeur de se signaler en surface, lui même étant 3 à 6 m en dessous ) .

Interrogeons les plongeurs , même pas la moitié d'entres eux sont arrivés au fond là où il le fallait.

 

* Comment doit on procéder pour plonger efficacement et en relative sécurité sur des sites profonds, en pleine eau, et de petite superficie au sol ?

Un repérage ultra précis aux amers et/ou au GPS  confirmé au sondeur, de l'endroit où l'ancre va être jetée, ou, si le pilote du bateau ne veut pas mouiller, d'un corps mort et d'un filin remontant à la surface avec une bouée.

Cette corde va servir de fil guide pour les plongeurs pour descendre en un point précis et non pas éparpillés par le courant dans une descente pas vraiment verticale. Ne pas oublier que dans le bleu un plongeur a tendance à perdre tous ses repères, horizon, verticalité, direction  etc.

Descente le long de celle corde, regroupement au pied et direction le site de plongée, si le pilote ne s'est pas planté c'est tout proche sinon, accrocher un moulinet ( dérouleur de fil d'ariane ) à la corde et partir à la recherche du lieu à explorer, en rembobinant le fil ,les plongeurs vont revenir exactement au point de départ et remonter en surface, groupés et ainsi sécurisés, surtout par mauvaise mer.

Ca demande discipline, organisation et bonne gestion des plongeurs et de la plongée, ce sont , semble t'il des principes que les clubs commerciaux ont de plus en plus tendance à négliger au profit de la rentabilité.

 

C'est exactement le cas sur ce site de plongée, sans aucune rigueur et sans fil directeur pour remonter en surface, avec du courant il est possible de voir des plongeurs qui émergent à plus de 500m du lieu où ils se sont immergés, à 500 m mais pas tous au même endroit !

Ne pas oublier que si le plongeur doit effectuer 10 à 20 minutes de palier voire plus, dans le courant, il va forcément dériver.

Une récupération plus que hasardeuse pour le pilote du bateau de plongée et pour les plongeurs dont seule la tête dépasse de l'eau et qui sont TOTALEMENT invisibles à un éventuel  bateau qui pourrait arriver à pleine vitesse.

 

*Après une plongée sur l'épave du San Domenico, avec un ami, il nous est arrivé de devoir replonger en urgence quand un voilier arrivait droit sur nous , le pilote étant tranquillement en train de flemmarder ( ou peloter sa nana ! ) sur le pont, pilote automatique enclenché..... en pleine rade de Marseille. ( c'est un peu comme rouler en auto, "régulateur de vitesse" enclenché sur la Canebière ! ) .

Ce même pilote n'ayant pas vu le pavillon alpha "blanc/bleu" signalant des plongeurs immergés prés du bateau à l'ancre, j'ai vu ce jour là, telle une fusée, passer le ballast du monocoque à quelques mètres de moi.

Impuissants et insuffisament  soulagés de ne pouvoir qu'insulter ce salopard, nous sommes remontés à bord en pestant contre ce genre d'inconscient. En mer il y a un code maritime, il se doit d'être respecté même par les propriétaires de voiliers pour qui on ne demande aucun permis, aberrant.

 

Ce site de plongée sans être dangereux, est réservé à des plongeurs expérimentés pouvant supporter de descendre profond sans risque de narcose, et  surtout assez bons plongeurs pour pouvoir accepter d'annuler la plongée si le moindre souci se présente. En plongée, comme en escalade, celui qui se force va droit à l'accident ou à celui de ses compagnons.

 

Ce matin, petite brume qui bouche l'horizon, pas de vent, juste un léger courant de surface d'est en ouest. Alignement de ma Calypso bien contre le sens du courant, et amerrissage sur zone, au GPS, le sondeur me marque bien la plus grosse des pierres. Ancre jetée avec assez de mou pour ne pas prendre le risque de déraper, équipement,  et nous voilà à l'eau.

 

PXR DSCN0353

 Aujourd'hui, mer calme mais horizon gris et bouché.

 

PXR DSCN4274

Avec un petit Mistralet les collines de Marseilleveyre sont bien visibles à 10 km environ. photo 12/2007.

 

Ce site nous le connaissons depuis plus de 10 ans, au début nous étions une poignée à le connaitre, mais depuis la vulgarisation des GPS il est devenu facile de "marquer " un point  là où on a vu un bateau de plongée et revenir plus tard explorer ce site, c'est de bonne guerre et quelques clubs y viennent parfois jeter par dessus bord leurs N3 avec plus ou moins de bonheur !

Malgré tout, la profondeur et un certain niveau requis font que ces lieux sont très peu plongés et sont d'une beauté encore presque parfaitement vierge.

 

Aujourd'hui, en surface la visibilité est nulle, beaucoup de particules dans l'eau, c'est normal nous sommes au printemps  la flore et la faune fixée sont sont en période de reproduction, sans compter les salpes qui naviguent au gré des courants.

Plus bas, à partir de 25 m l'eau est cristalline, pas vraiment chaude, 13° , mais sans différence par rapport à la surface, le courant de fond est nul. Des conditions excellentes.

 

Descente le long du mouillage, le père JLuc ne s'est encore pas trompé et l'ancre se trouve à moins de 5 m de la plus grosse des pierres  qui nous interessent, avec une arche qui s'ouvre sur le large et celà à  50 m de profondeur.

C'est exactement ici, qu'il y a 5 ou 6  ans, j'ai déposé mon ancre sur un .....gros homard ,  nous l'avons dégagé de plusieurs kilos de ferraille qui lui pesaient lourdement sur la tronche.... il court toujours le bougre.  Authentique.

 

Au sable quelques débris d'amphores sont encore visibles, il en reste encore un peu.

 

PXR DSCN0354

 Un débris de ventre d'amphore, avec accroché, un pied de faux corail.

 

Dans l'arche, les gorgones sont superbes, bleu-nuit en lumière naturelle et rouge-mauve à la lumière de nos puissants phares de plongée.

 

PXR DSCN0362

 gorgones rouges et gorgones jaunes.

 

La roche est habitée par une nuée d'anthias qui donnent une touche de couleur à la monotonie bleutée des fonds sous marins.

 

PXR DSCN0360

 

Mostelles, chapons, rascasses, murènes  sont légions, un jeune mérou peureux sera même aperçu , de même qu'un très gros fiellas se déroulant devant nous dans son trou.

 

PXR DSCN4249

 chapon bougon !

 

PXR DSCN0355

l'arche, beaucoup de bulles et de particules gâchent la netteté mais on voit bien la nuée de petit poissons en arrière plan.

 

PXR DSCN4154

 Passage sous l'arche, photo novembre 2007.  Remarquez la différence de couleur de l'eau, plonger en hiver est un vrai bonheur ...mais frisquet, le bonheur !

 

PXR DSCN4155

 photo novembre 2007

 

PXR DSCN0364

Peut être que des générations futures appelleront cette bouteille de soda "une amphore du XXIème siècle" ! bien secouée la bouteille, la pulpe du fond bien décollée.

C'est tellement plus facile de jeter ses ordures par dessus bord, plutot que de les ramener avec soi !

 

 

PXR petite murène

 bébé murène apeurée

 

PXR DSCN0361

 

PXR DSCN0359

 

Le temps passe très vite au fond, surtout dans des conditions aussi belles, il est plus que temps de remonter, l'ordi de plongée me donne déjà plus de 25 mn de temps de remontée, paliers inclus, ce qui en fera une bonne trentaine au final.

 

PXR DSCN4256

 méduse au palier, photo novembre 2007.

 

PXR DSCN4262

 

Il va falloir patienter de longues minutes accroché à la corde du mouillage le temps que les bulles d'azote quittent notre organisme.

De longues minutes à patienter mais en se repassant le film de la plongée, le grand bleu n'a jamais aussi bien porté son nom. C'est si beau ....là bas, au fond.

 

PXR DSCN0368

 Longue attente au palier, le moulinet accroché à portée de main n'a pas été utile cette fois ci .

 

Qui n'a pas eu cette sensation de planer, vers 60 m de fond parfaitement équilibré, avec seulement le bruit des bulles que l'on relâche, dans un univers différend et sans pesanteur, où la faune vous regarde passer tout juste craintive, et encore, pas toujours.... qui n'a pas eu ces sensations ne connait rien de la vraie beauté de la nature.

 

PXR DSCN0371

 Salpe qui vogue au gré du courant.

 

PXR DSCN0373

Complètement transparent le salpe laisse entrevoir ses entrailles, étonnant.

 

Bien qu' ils ressemblent aux méduses de par leur consistance et leur mode de déplacement, ils sont plus proches des vertébrés simples, en effet ils possèdent ce qui semble être une forme primitive de système nerveux, qui leur vaut d'être étudiés comme modèles possibles de départ de l'évolution des vertébrés.

 

 Retour en surface, petit dej' à bord, thé chaud et croissants,

 

PXR DSCN4272

 thé brulant  pour réchauffer mon binôme, photo décembre 2007.

 

Retour sur Marseille la Pointe Rouge à environ 12 kms, comme à l'aller la visi terrestre est bouchée d'une brume  légère mais suffisante pour que la  navigation se fasse au  GPS ............................. puis le bruit de la ville, les klaxons, les fumées, les cris..............dis, on y  retourne au fond ?

 

 

 

 

Repost 0
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 20:41

Les Soissons sont ces gros haricots blancs, si délicieux.

 

Pour cette recette il nous faut 400 gr de Soissons secs.

 

soissons

 

Les légumes secs ( légumineuses ) sont des graines, issues exclusivement de plantes de la famille des Fabacées récoltées à maturité pour la consommation humaine. Ce sont des aliments riches en glucides, environ 60 %, essentiellement de l'amidon, et en protéines, environ 20 %. Toutefois en raison de leur déficience en certains acides aminés, on aura avantage à les associer à des céréales, en particulier dans les régimes végétariens. Ils sont intéressants aussi pour leurs apports en fibres et éléments minéraux, notamment en fer et en calcium.

Ce sont des aliments économiques, faciles à conserver tout en conservant leurs qualités nutritionnelles et d'utilisation très ancienne.

 

Il faut toutefois les réhydrater avant de les cuisiner.

La tradition voulait autrefois qu'on fasse tremper les légumes secs pour les réhydrater, mais on a constaté que le long trempage modifiait leur structure en entrainant un début de germination.

Ce début de germination nuit au goût et les rends nettement plus difficile à digérer.

 

Le trempage est remplacé par une cuisson en deux temps :

 

 une précuisson, en départ eau froide non salée et ébullition pendant 15 minutes.

Egouttage .

 Redémarrage dans une seconde eau  qui ne sera salée qu'à mi cuisson.

Cette 2ème cuisson va durer 60 minutes dans un fait-tout et 30/35 minutes en auto cuiseur.

Le sel mis dès le début fait durcir la peau.

 

Le haricot de Soissons est un produit de la gastronomie de Picardie. Il s’agit du plus gros haricot que l’on puisse trouver d’origine française.

Les cosses contiennent en moyenne 4 graines Il a une couleur ivoire tout à fait remarquable et sa tenue à la cuisson est très appréciée des cuisiniers. Il peut s’accommoder de multiples façons, et peut se déguster aussi bien chaud que froid.

 

Le marché :

 

400 gr de Soissons secs

200 gr de lardons maigres

3 oignons

10 cl de crème fraiche liquide

1 fromage de chèvre frais

1 tranche de jambon de Paris

huile d'olive, chapelure, sel,poivre.

1 cube de bouillon de viande

 

Cuire les haricots selon la méthode des 2 cuissons, égoutter mais ne pas jeter l'eau de la 2ème cuisson.

Hacher les oignons, les faire suer dans un peu d'huile d'olive, et les laisser fondre dans 10 cl de vin blanc sec avec le cube de bouillon de viande.

 

PXR DSCF0038

 

Faire revenir les lardons et les ajouter aux oignons, laisser réduire sans colorer les oignons.

 

PXR DSCF0040

 

Ajouter les haricots, la crème, saler éventuellement, mettre 1 verre de jus de cuisson des haricots, bien mélanger les ingrédients.

 

PXR DSCF0047

 

Dans un plat en terre allant au four, disposer le contenu de la sauteuse, déposer quelques lamelles de jambon,

 

PXR DSCF0049

 

disposer le fromage de chèvre coupé en fines tranches, recouvrir de chapelure.

 

PXR DSCF0052

 

Gratiner au four entre 15 et 25 minutes.

 

PXR DSCF0054

 

Servir avec une salade des champs.

 

 

cadre

 

Repost 0
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 21:30

C'est une rando que j'ai déjà présenté, sous un autre nom et faite en sens contraire, Le Baou de la Candolle,  c'est ici clic, son parcours est de mon cru , à savoir qu'une partie du tracé était en "hors piste" lors de cette première tentative et maintenant, je sais que quelques clubs de rando qui ont lu mon article , y passent, d'ailleurs ça se voit sur le terrain.

 

Je voudrais rappeller que descendre un éboulis en dehors de toute trace n'est pas sans conséquences sur la nature surtout quand on est en groupe .

 

Dans un éboulis, il y a bien sur des cailloux qu'il faut éviter de faire rouler vers le bas, autant que possible, mais aussi des plantes qui essaient de survivre malgré l'aridité du terrain, et bien que ce soient des plantes communes par ici, thym, romarin, cystes, argeras et autres sauvageries, il faut à tout prix éviter de les piétiner.

Dans ce genre de passage hors sentier, qui ne doit se pratiquer qu'en cas d'urgence ou pour créer un tracé, il faut choisir de passer non pas au plus facile, ni au plus court mais au moindre mal à l'environnement, parfois au prix de détours et contours.

En randos on n'est pas là pour tracer au plus court mais pour promener dans la nature, s'il s'avère que le circuit est trop long pour ses possibilités, choisissons la prochaine fois un circuit plus court et plus facile, mais ON NE PREND PAS DE RACCOURCIS EN COUPANT LES VIRAGES.

L'érosion des sols est la cause majeure, après les incendies,  de la désertification de nos massifs et collines.

 

Le départ de cette rando, juste en sortant de chez moi, même pas besoin de prendre la voiture , se fait tout au bout du chemin du vallon des Escourtines , à la limite entre Marseille et le charmant village de la Penne sur Huveaune.

 

carte

 clic pour agrandir, le pointillé rouge serré représente le parcours hors sentier, et espacé  hors balisage.

   entre les points 4 et 6 un raccourci permet d'éviter le passage en corniche et le sommet de la Candolle, mais c'est dommage.

 

Au bout de ce chemin, on devrait dire impasse, ( 1 ) un poteau du CG13 ( arraché par des d'jeunes en mal d'émotions fortes...et surtout de sociabilisation ) nous donne le départ de deux tracés un bleu qui monte raide à droite et qui va sur le balcon des Escourtines, c'est ici clic , et un jaune qui file tout droit entre les arbres ....et les crottes de chiens.

Nous allons suivre le jaune.

 

Pendant au moins 200m , nous ne ramasserons pas les belles asperges sauvages et pieds de pissenlit qui ornent les cotés du sentier, si vous avez lu les lignes précédentes vous serez de mon avis, ou alors c'est que vous aimez les saveurs fortes. .

 

Le sentier s'engage en pente douce dans le vallon des Escourtines, environ 10 mn plus loin, (2)  un gros pin trône en plein milieu, la trace jaune se sépare, nous prendrons la trace qui grimpe à gauche et reviendrons par celle qui est en face de nous.

 

PXR DSCF5455

 

Ce circuit est une boucle, le dénivelé cumulé est assez important mais le jeu en vaut la chandelle.

 

PXR DSCF5456

 

Du fond du vallon nous allons remonter au dessus de la falaise de gauche.

Le sentier est étroit, la pente rude et les asperges abondent, ici pas de craintes , nous pouvons les cueillir, ça ralenti la marche et ce n'est pas plus mal.

 

PXR DSCF5465

  Quand je dis que ça grimpe....ça grimpe !

 

PXR DSCF5458

 

 

PXR DSCF5460

 

 

PXR DSCF5466

   

Un derniers escarpement et nous voilà au sommet surplombant le vallon (3)  , les toitures des maisons semblent enfouies sous les pins, tout en bas.

 

PXR DSCF5472

 

La trace jaune se sépare là aussi en 2 branches, prendre celle qui monte raide, à droite, le but c'est les crêtes que l'on voit au dessus, le Baou de la Candolle.

La pente est rude mais le sentier facile, attention, près d'un pin, placé en plein milieu, ( 4 ) tourner à gauche , le balisage n'est pas bien visible ici. Quoique aller tout droit peut être la solution pour "raccourcir" cette rando puisque nous arriverions au pied de la candolle, de l'autre coté, là où on va !

Encore de la grimpette puis le sentier passe en corniche et survole La Penne sur Huveaune et sa belle foret et très bien entretenue, foret communale.

 

PXR DSCF5485

 

Passage au pied des falaises de la Candolle, avec des enfants il est bon de les surveiller nous sommes en corniche et c'est étroit.

Passage d'un escarpement rocheux

 

PXR DSCF5489

  

et grimpette douce au sommet signalé par une inscription à la peinture sur un rocher et un abri en pierres pour pique niquer a l'abri du vent. (5).

 

PXR DSCF5490

 le sommet de la Candolle, pelé, battu par les vents.

 

La vue sur toute la vallée de l'Huveaune est superbe, depuis la rade de Marseille jusqu'à Aubagne et la ste Baume en passant par le Garlaban droit devant.

Toujours suivre la trace jaune qui emprunte maintenant une piste forestière pour descendre sur le plateau en bordure du terrain militaire de Carpiagne (6) . Aller vers la droite, l'ouest, et au bout de la pinède la piste principale dégringole dans le vallon des Ouaires , terrain militaire théoriquement interdit, et une piste secondaire part à droite (7 ) , vers un bouquet d'arbres, la trace jaune est toujours là, bien que plus espacée.

 

PXR DSCF5495

 tout droit, terrain militaire interdit.

 

Poursuivre sur cette piste en légère montée, sous les pins, puis arrivée sur la crête des Ouaires

 

PXR DSCF5497

 

 

PXR cartouches

Au passage, remercions nos amis les chasseurs pour cette note de couleur, nos collines en on tellement besoin !

 

veiller à bien suivre le balisage jaune qui va quitter la piste pour un sentier à gauche en retrait, le suivre , passer le petit col qui nous fait tourner vers le sud, à gauche, et attaquer le sentier rocailleux qui grimpe droit devant au sommet du mont Carpiagne, la trace est très alléatoire mais impossible de se perdre, il suffit d'aller vers le haut, tant que ça monte c'est qu'on n'est pas arrivé !

 

Un cairn indique le sommet, une borne géodésique aussi mais elle est peu visible,

 

PXR DSCF5499

 

nous sommes a 530 m bien au dessus du camp militaire de carpiagne et avec une vue à 360°.

Devant nous au loin mais bien visible, le cap Canaille et les falaises de Soubeyarnes au dessus de Cassis.

 

PXR cap canaille

 Non ! pas de photos du Camp militaire ...

 

Pique nique ici, au bord de la falaise, abrités dans le dos, du Mistralet, par un beau cade. (8 )

 

 

PXR DSCF5509

 Le soleil cogne dur, la température estivale, une petite bronzette ?

 

Pour le retour, descente par le sentier qui file plein ouest vers le mont Lantin complètement cramé par l'incendie de 2009 dont le camp militaire porte l'entière responsabilité.

 

PXR DSCF5513

 Des traces rouges du retardant laché par les Canadairs montrent le désatre écologique qui a eu lieu ici .

 

Au bout d'une centaine de mètres (9) , pas plus, à droite un éboulis, tombe littéralement dans un étroit vallon, signalé sur la carte IGN 3245ET comme étant un ruisseau, s'y engager en suivant les précautions édictées plus haut ou en cherchant les traces de précédents passages.

 

PXR scolopendre

 

Impossible de se perdre, c'est un entonnoir qui nous amène dans ce vallon où arbustes et argéras vont griffer les jambes nues. En bas de l'éboulis, le sentier est visible, pas large mais évident, c'est un ruisseau asséché.

 .PXR DSCF5519

 

 De nombreux passages en escarpements faciles, cheminement entre les arbustes, parfois seule la tête dépasse.

 

PXR DSCF5520

 

Après un virage à 90° à droite nous reprenons le fond du vallon des Escourtines (10) , à un carrefour une trace jaune grimpe à gauche, l'ignorer.

 

Plus loin la sente se sépare en deux, choisir indifferement en haut ou en bas, l'arrivée est la même, en ce qui me concerne je préfère passer par le sentier du haut pour pouvoir saluer la vieille ruine de bergerie squattée par un gros chêne

 

PXR DSCF5526

 Autour de ce chêne, de vieilles pierres indiquent que des gens vivaient ici, il y a fort longtemps.

 

et jeter un oeil à la source qui coule toute l'année dans ces collines arides.

 

PXR source1

 Source canalisée par un ancien voisin , afin d'alimenter des abreuvoirs pour les sangliers de la colline.

 

Plus bas, un autre bonjour à "MON" pin que j'ai sauvé du piétinement en l'entourant de cailloux quand il était haut comme trois pommes, c'est un grand gaillard aujourd'hui, 25 ans après.

 

 

PXR mon pin

 Mon pin .

 

Quittant ce plateau herbeux et propice à la détente, le sentier s'engage dans le vallon étroit et glissant qui redescend au gros pin que nous avons vu à l'aller (2) , retour par le même chemin à partir d'ici.

 

Pour cette rando nous avons compté 4h1/4 de marche en prenant le temps de cueillir une belle botte d'asperges sauvages et de faire provision de thym frais.

 

Le départ est à 130 m , le sommet à 530 m et le cumul de dénivelé positif est de 720 m.

 

Points forts :  montée rude à l'aller, panorama superbe au sommet, tout en descente pour le retour.

Il est bien sur possible de combiner cette rando avec celle du balcon des Escourtines pour la rendre un peu plus sportive, là, le cumul de dénivelé va atteindre , voire dépasser les 1000 m.

 

 

Repost 0

Profil

  • Jean Luc
  • passionné par la plongée sous marine, je suis aussi un amoureux des collines Provençales.
La plongée et la rando sont mes activités sportives preferées.
La cuisine,la lecture,la photo, la pêche  et le jardinage sont mes activités plus calme
  • passionné par la plongée sous marine, je suis aussi un amoureux des collines Provençales. La plongée et la rando sont mes activités sportives preferées. La cuisine,la lecture,la photo, la pêche et le jardinage sont mes activités plus calme

Le Bureau

  ROMAN

Le grand secret

 gd secret

 

Si vous avez envie de  tenter l'aventure d'une plongée sous marine en mode spéléo avec tous les frissons que cela comporte, mais bien calé dans un fauteuil et en 191 pages, me faire parvenir

 

   un chèque de  20 euros TTC , port compris

Jean Luc Fontaine

130 vallon des Escourtines

13011 Marseille

Dédicace personnalisée sur demande.

plus de détails ici :

***********************************************************************
  

Indice Atmo : vue d'ensemble

 

 

Rechercher Un Article ?

Visiteurs présents sur le site

Compteur Global

 

 

 

 

 

Randos et plongées

 Petites randos dans nos collines et ailleurs..

 

Hautes Alpes :

Champoléon : le refuge de tourond

Champsaur : Le col de Moissière

Champsaur : le col de Gleize

Valgaudemard : Les cabanes de Prentiq 

Valgaudemard le refuge des souffles

Valgaudemard le refuge du pigeonnier

Valgaudemard, les sources des Doux

Devoluy: le village de Chaudun

Devoluy: le sentier de ronde de Chaudun

Devoluy, sentier de ronde  de Chaudun et fouanières

Les pénitents des Mées

Devoluy: la petite Céüse

Devoluy: le col de Tournillon

Devoluy: la roche de la Fouanières

Devoluy: le pic de Céüse

Devoluy: Céüse, le pas du loup

Devoluy, le roc de Rimat

Devoluy, la tête des Ormans

Devoluy, la tour carrée

Devoluy, la chapelle de la Crotte

Gapençais, crêtes de Charance 

Gapençais, le Cuchon

Devoluy la boucle de la Souchière

 

Retrouvance en Buëch Devoluy :

1ère étape, Veynes - Agnielles

2ème étape, Agnielles - Recours

3ème étape, Recours - Rabioux

4ème étape, Rabioux - Les Sauvas

5ème étape, Les Sauvas - Chaudun

6ème étape, Chaudun - Rabou 

 

Massif  du Garlaban :

Tête rouge et le Taoumé

Tête rouge et le Taoumé 09/2011

La Grotte de Grosibou au départ d'Allauch

Le puits de l'Aroumi 

Le puits de l'Aroumi au départ de la Fève

La baume sourne

La source de Barqieu et le Garlaban 2

Le Pic du Taoumé par le vallon de Précatori

Le sentier des scolopendres

Garlaban,  la source du chien

Le col de Tubé au départ de lascours, 1ere partie

Le col de Tubé au départ de Lascours, 2ème partie

La parloire mai 2011

La parloire janvier 2012

Le Mont du Marseillais 

La grotte de Manon et

le sentier des scolopendres

La grotte du berger

Sur les traces de Pagnol

Le domaine de Pichauris

La grotte du Midi ..ou du Papé

Lascours, le grand vallon

Le vallon de Passetemps

Grand vallon et grotte du papé

Grottes et marmites du grand vallon 

Lascours, le grand vallon 

La croix de Garlaban face sud.

Nocturne, la croix de Garlaban

Font Berguettes

Marmites du grand vallon

Grosibou par Lascours 01-2014

Baume Sourne 12-2013

L'eau des collines-grotte de l'étoile 02 2014

Lascours, gd Vallon 03 2014

Lascours gd vallon et grotte du Papé 05 2014


 

Massif de l'Etoile :

L'aire de la Moure

Notre Dame des Ange, ....près de Marseille
La grotte des fées et le Baoù Traouqua

Le mont Julien et le Ratier

La tête du grand Puech

La grotte de la Vierge

La tête du Gd PUech 01-2014

 

Massif de la ste Baume :

Le balcon des Encanaux

Le col de Bertagne

La glacière du vallon du Fauge

La crête de la Lare 

Le plan des Vaches par les dents de Roque Forcade 2012

Le joug de l'aigle

La source de l'huveaune

Les sources de l'Huveaune 2  

Le circuit de la Taurelle 

La grande Baume par bertagne

Le jas de Miqueoù

le chemin du blé

Les quatre chênes 

Le balcon des Infernets 

Le signal des Beguines 

Le col de Bertagne et la grande baume 2

Rougiers, Castrum st Jean et les 4 chênes 

Le vallon des cèdres

La croix du Paradis

Le Paradis et le sentier merveilleux

Le vallon de la galère

Le balcon des Infernets et le torrent des Encanaux 

Le tour de Roussargues

Le pas de Cugens

Le gouffre du plan des masques 

Les dents de Roque Forcade, autre parcours

Le vallon de l'Aigle

Le pas de la Cabre

La grande Baume

La tour Cauvin

Falaises de Cugens, le trou du vent

La grande Baume 2013

Le Cruvelier et le Brigou 

Le jas de Sylvain

Le plan des masques

le sentier Marcel Estruch

Le trou du vent 02 2014

Le jardin suspendu 03 2014

La neige au Paradis 03 2014

Le tour du pic de Bertagne 03 2014

Du pas de la cabre au Paradis 06 2014

Le ravin des Encanaux 06 2014

Le sentier marcel Estruch 05 2014

La voie Gombault 04 2014 

 

Massif de Luminy, les calanques, Cassis :

Les falaises de Soubeyranes 

Port pin et le ravin de Gorgue longue

La calanque de Morgiou

Le tour du mont Puget

Le vallon de la fenêtre

Les falaises du Devenson

Le cap Morgiou

Grand Malvallon, les 3 arches    

La couronne de Charlemagne

Le Malvallon sud et le belvédère celeste

Le plateau de l'homme mort
Le plateau de l'homme mort 2013

La calanque des pierres tombées

Le pas de l'oeil de verre, la Candelle

La rêveuse du pas de la Lèbre

La calanque de l'Escu

Le col de la selle et grotte Rolland

Beouveyre

Falaises du Devenson et l'Eissadon

Rando givrée, belvédère de Titou Ninou février 2012(1)

Belvédère Titou Ninou fevrier 2012(2)

Les 4 pas :  demi lune, escaliers des géants...

sommet de Marseilleveyre(1) les 3 grottes

Sommet de Marseilleveyre (2) les escaliers des géants

Le col de la Selle, les grottes Dechaux

La cheminée du Diable

Le cirque des Pételins

La traversée du mont Puget

Les 3 arches du Malvallon 2012

L'anse de Melette

Le couloir du Cadellon

Calanques de l'Escu et Melette

Les falaises du Devenson et de l'Eissadon

Le vallon de la fenêtre 2012

L'escalier des géants

Le pas de la Cabre

En Vau et Port Pin

Le cap Gros

Le belvédère d'En Vau

Le couloir du Candeloun

Les 4 grottes du rocher st Michel

Le sommet de Marseilleveyre

Le plateau de Cadeiron

Le sentier du chinois

Sentier Garrigue et cap Gros 

Le vallon de l'herbe et cap Gros

Le tour de la grande Candelle

Les calanques de Sugiton et Morgiou

Cap Gros, le saut du chat

Les trois pas...

La tête de Melette 

Couloir du Candelon intégral

Les crêtes de soubeyranes

Le cirque de mestrallet

Le vallon de l'herbe

Le tour de la Candelle

Titou Ninou à la belle étoile

Cap Morgiou grotte du figuier

Le vallon de Mestralet

Titou Ninou nov 2013
Creche troglodyte

Creche troglodyte suite 01 2014

Le Mt Puget et le couloir du Candelon 01-2014

La grotte de l'Ours 01-2014

Titou Ninou, la crèche suite

sommet Marseilleveyre 01-2014

calanque de l'Escu 01-2014

au fil de mes envies 12-2013

Beouveyre 12-2013

La cheminée Lacroix 01 2014

Mont Puget et couloir du candelon 01 2014

La grotte de l'Ours 01 2014
Les falaises du Devenson 02 2014

Au dessus de Sormiou 03 2014

Le pas de la demi Lune et Marseilleveyre 03 2014

La grotte de la colonne 03 2014

La croix du Malvallon 03 2014 

Le cirque de Melette-walkyries 06 2014 

Le renard des calanques 

 

Les massifs de Marseilleveyre à Aubagne :

La source des eaux vives

Le balcon des Escourtines

Le Montounier et la chapelle St André

Le Mont St Cyr

Le four à cades de revers de boquié

Le Baoù de la Candolle

Le balcon des Escourtines et la source des eaux vives - juste au delà de mon jardin

Le Douard et les gorges de la petite ste Baume  

Notre dame de Julhans

Le mont Lantin et le mont Carpiagne

Le mont Lantin et la source des eaux vives

Le vallon de Gendame

Le cabanon du Marquis 01-2014

 

Massif de Regagnas et mont Aurélien :

L'ermitage de st Jean du Puy

Le sommet du Regagnas  

Le rocher Olympe du mont Aurelien

le Mont Olympe

Le plateau de la Serignane

Le mont Olympe et le rocher de 11 heures

Le rocher de 11 heures

pique nique à st Jean du Puy 12-2013

 

Massif et Parc naturel du Luberon :

La foret de cèdres

La combe de Sautadou  

Le tour du Roumagoua 

Oppede le vieux, versant nord

La source du Mirail

Le pin de l'Eigoune

La Groupatassière

Le plan des Agas

Les moulins du Veroncle

La combe de Vaumale 04 2014

 

Massif de ste Victoire :

Le pic des mouches

Le pic des Mouches version plus longue

Le pic des mouches au départ de Puyloubier

Le sentier Imoucha et les cretes de costes chaudes

Le Prieuré et la croix de Provence

Le Garagaï

Refuge Baudino au départ du parc des 2 aiguilles

D'un barrage à l'autre

L'ermitage st Ser

De st Ser au pas du Clapier

Le pic des mouches au départ de Puyloubier

Le pic des mouches par st Ser

Le gouffre de Garagaï

La croix de Provence par la marbrière

Refuge Baudino nov 2013

Le vallon de la Tine 03 2014

Le gouffre de garagaï 04 2014

Le pic des mouches 04 2014   

 

Le Verdon :

Le sentier des pecheurs

Le sentier des pêcheurs 2012

La chapelle ste Maxime, la draille des vaches

Le lac de ste Croix, le tour du Defens 

 

Divers :

Guillestre et la rue des masques

Raquettes à Risoul

Var, Lou gro Cervo

Var, La grotte du Garou

Var, Les gorges du Caramy

Var, les gorges du Caramy depuis le barrage

Var, le vallon du rocher des abeilles
Les crêtes de Roque Menourque 

La calanque de Figuerolles, cote bleue

Le mont Concors

Mazaugues, les ruines de Touchou

Le Puy ste Réparade, la Quilho
St Esteve Janson, le chateau

Notre dame des Anges...dans le Var

Vaucluse, le mur de la peste

Cote bleue, calanque de la Vesse

Alsace, mont ste Odile, le mur païen

Guyane, le sentier Rorota

Le village troglodyte de Calès

Port d'Alon, sentier du littoral

Le Mourre d'Agnis

La grotte du Mounoï Var

Var , le chateau du Diable 05 2014

Var, les gorges du Destel... l'intégrale 04 2014


Corse :

La boucle de l'Acciolu

Le sentier du facteur de Girolata

Le refuge d'Ortu

La punta di Bonassa

 

Andorre :

Le lac d'Angolaster

Le col de Juclar

Les lacs des salamandres  

Les lacs de Meners

Les lacs de Siscaro

Le circuit nature de Canillo 

 

Ardèche :

Le chateau de Pierre Gourde

Le sentier du vigneron

Le tour de Girond

Le chateau de Rochebonne

 

Lozère :

Eglazines et st Marcellin

Les echelles de Cinglegros, le pas de l'Arc

Causse Méjean corniches de la Jonte

 

 

 

 

 Plongées en Méditerranée :

 

1ère plongée de l'année 2009
La pierre de Briançon

L'île Moyade
Au phare de Planier
La calanque des Contrebandiers

Cadaquès, Massa d'Or
L'épave du Donator
L'épave du Chaouen
Le grand Congloué
La grotte de la Télévision
L'impérial du milieu
L'île de Riou
La pointe Caramassagne

La pierre à Daniel
Pointe Caramassagne 02/2010
La grotte de la télévision 03/2010
Quelque part vers Planier

Caramassagne, la grotte 04/2010  

Le tombant de la boulegeade 

Le tombant de la boulégeade 2

Au sud ouest de Planier  

Planier, Mola mola
L'épave du Ker Bihan

La pierre de Cassis  

La pierre à Daniel(2)  

Plongée...dans mes archives photos

Ma dernière chasse sous marine

Le couloir des gorgones

Zeus faber, un poisson de légende 

Grand congloué, les bankaws  

2011 la calanque du contrebandier

06/2011  La pierre de Briançon

2011 La grotte de la télévision

08/2011 Caramassagne

08/2012 la grotte à Peres

08/2012 la pierre à Daniel

08/2012 l'arche de Planier

06/2012 la grotte de la télévision

06/2012 la calanque de l'Escu

03/2014 Riou pte Caramassagne 

02/2014 calanque du contrebandie

07 2014 dans le bleu, calanque du contrebandier 

06 2014 la pierre de Cassis 

06 2014 la cap nègre 

 

 

 


 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







Gites et chambres d'hotes

Coups de coeur

 

Quelques sites que je recommande :

 

Jacques Testa artiste peintre.

 

Ely Boissin artiste peintre et plongeur .

 

Les dessins de RB 

 

Glibert Thomas, le peintre des calanques