Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 20:00

En ces temps de chaleur, les légumes doivent faire partie de notre alimentation, en priorité, ils sont pour la plupart en pleine saison et gorgés de soleil .

Un plat sans viande, sans fromage, et qui n'en a pas besoin, d'une grande finesse gustative, tout est dans les saveurs qui vont se mêler subtilement.



Le marché du jour :

- 3 ou 4 aubergines de bonne taille
- 6 ou 7 belles tomates fraiches , j'ai utilisé les tomates du jardin potager, il y a :
2 tomates noires de Crimée
2 coeurs de boeuf pas très grosses
1 marmande
3 wine vintage ( excellente variété ancienne rouge rayée d'or )
1 petite andine ( dite tomate poivron )

- 2 gros oignons jaunes
- 3 ou 4 oeufs
- farine
- Sariette , thym, huile d'olive, poivre
- chapelure.
- 25 cl de vin blanc sec.
- 2 gousses d'ail.

La tambouille :

Laver et couper les aubergines en longues tranches fines avec une mandoline, ce n'est pas la peine de les éplucher.




Dans une assiette creuse, y casser les oeufs, les battre avec du poivre et de la sariette émiettée.


Dans une assiette plate déposer de la farine.











Tremper successivement les tranches d'aubergine dans l'oeuf battu












puis dans la farine











Faire frire dans une poele avec de l'huile d'olive chaude.
Ne pas trop cuire, laisser juste dorer.

Placer les tranches sur un plat garni de papier absorbant et faire des étages aubergines/papier absorbant pour pomper l'huile que les aubergines n'auront pas manqué d'absorber.
Réserver.


Cuire les tranches d'aubergines de cette façon, c'est l'assurance d'avoir un légume fondant et onctueux, pas trop gras si bien épongé longuement.




Peler les tomates et épepiner ( c'est nettement plus facile en les plongeant 30 secondes dans l'eau bouillante puis tout de suite après dans de l'eau glacée ) .

Les couper en dés grossiers.




Les variétés du jardin sont ....variées et c'est au gré de laur maturité qu'elles sont récoltées.
On va retrouver le gout des vraies tomates, peau fine, chair ferme, peu acides, non gorgées d'eau et absolument aucun pesticide ni produit chimique quelconque, même pas d'engrais.
On peut croquer une tomate crue directement prise sur son pied, hormis un peu de poussière il n'y a aucun produit.
Ce sera bien sûr au détriment de la quantité sur chaque pied et aussi de la grosseur des tomates.



Hacher gros les oignons  et faire revenir dans la sauteuse avec un filet d'huile d'olive, quand ils sont à peine dorés, ajouter les tomates, la branche de thym, une belle branche de persil et de basilic ciselés, l'ail emincé et mouiller de 10 cl de vin blanc sec.
Laisser réduire à couvert, rajouter du vin blanc si nécessaire, jusqu'à obtenir une sauce tomate fondante et onctueuse.








Huiler un tian avec un mélange huile/eau/poivre/thym ou sariette avec un pinceau.










Déposer les tranches d'aubergines puis une fine couche de sauce tomates, puis une grosse couche d'aubergines et terminer par une fine couche de sauce tomates.







Il est important que les aubergines ne soient pas noyées dans la sauce.





Poivrer, soupoudrer de chapelure, un filet d'huile d'olive et au four pour 20 mn à 180°.







L'ensemble étant déjà cuit, le passage au four sert juste à rendre le tout plus onctueux à coeur et croustillant en surface.





Pitié, NE PAS couvrir de fromage, ni gruyère, ni parmesan ni chèvre, même de grande qualité.

A accompagner d'un rosé de Provence juste frais à point.





Repost 0
7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 23:15
La pointe Caramassaigne se situe tout à l'est de l'île de Riou, autant dire que cette pointe délimite l'extrémité est du grand archipel des îles de Marseille.

1ère précision, ici on ne prononce pas le "i" de caramassaigne donc on va dire caramassAgne, ne cherchez pas à comprendre, c'est comme ça !

2ème précision , ce site est un spot de plongée.
Quand je dis un spot, ça veut dire que les clubs de la région y viennent régulièrement foutre à la flotte des dizaines de plongeuses et plongeurs, plus ou moins débutants donc plus ou moins respectueux ,sans le vouloir, des fonds marins.


                                        La pointe nord est de Riou, Caramassagne.

 Ce spot présente l'énorme avantage de pouvoir y faire tremper des petits niveaux  ou des plongeurs avertis , toutes les profondeurs, de 12 à 65 m sont accessibles sans trop palmer et à  toutes les profondeurs les fonds sont d'une beauté exceptionnelle.
Rareté pour un spot, ce site n'est pas abimé par les nombreux plongeurs, contrairement à d'autres ( l'île Moyade, entre autre ) , il faut croire , et j'en suis certain, que le courant parfois violent qui règne ici, est régénérateur pour la flore et la faune sous marine.

Vers la pointe et  le long de la paroi nord de Riou, dans des profondeurs allant de 12 à 25 m de gros blocs détachés de l'île forment un véritable vivier à poisson et autre faune.
Il n'est pas rare de trouver, langoustes, bancs de sars, murènes, mostelles, rascasses et chapons mais aussi gros oursins verts, limaces , lièvres des mers etc.. Il suffit de bien regarder et de ne pas trop gesticuler .
Limace, DORIS GEANT, espèce endémique à la mediterranée, il peut atteindre 20 cm, celui ci mesure environ 15 cm et se nourrit d'éponges. Derrière lui, un brin de corail cassé.

Le tombant vertical de la pointe Caramassagne descend à la verticale jusqu'à 43m au sable, cet endroit donne le vertige au plongeur peu habitué à descendre "comme une pierre" mais au fond c'est superbe, le tombant coloré et vivant, dans notre dos le large avec son sable qui part  en pente douce dans le bleu nuit des grandes profondeurs.

Au pied du tombant vers 40 m de fond, ce superbe St Pierre ( Zeus Faber ).

La légende dit que saint Pierre, apôtre de Jésus,  attrapa un jour le poisson sur l'ordre du Christ pour retirer de sa bouche une pièce d'or. L'empreinte de son pouce est demeurée et s'est perpétuée de génération en génération et le poisson porte toujours un gros point noir sur ses flancs ! C'est ce que raconte la bible .....
Mais la mer de Galilée n'étant pas l'habitat de ce poisson. Certains disent que c'est suite à cette pêche, que ce poisson aurait quitté cette mer.

Un poisson solitaire, qui peut atteindre des tailles respectables ( jusqu'à 20 kg ) et qui se nourrit d'autres poissons vivants en groupes , sardines etc.

Le poisson incontournable (et hors de prix) pour une vraie bouillabaisse.

Et puisque nous sommes dans les parages, on peut avoir une pensée pour St Exupéry, c'est à peine plus loin que git son avion. Epave découverte il y a peu par le l'excellent plongeur-archéologue Luc Vanrell .
N'espérez pas aller faire un tour sur cette épave mythique, le point GPS est tenu confidentiel et chercher au hasard entre 60 et 87m de fond, aucun plongeur sérieux ne s'y amusera.

Plus au nord-est  un tombant sous marin va nous emmener vers des profondeurs accessibles aux niveaux 3 et plus, jusqu'à 65 m où deux grottes se succèdent une à 50m l'autre plus petite vers 62, un long couloir sous marin nous fera remonter dangereusement en plein milieu de la passe entre Riou et Congloué , dans le passage des bateaux.
Dans la 1ère grotte, une mostelle habituée des lieux , et devant une minuscule vive .

Il est donc primordial de bien connaitre les lieux , de toujours savoir où on se trouve et de ne JAMAIS faire surface en pleine eau, en été ici, c'est l'accident assuré .

Dans un recoin de la grotte, un oursin melon, aux épines vertes, diamètre 15 cm environ.

Le remontée lente se fera dans les blocs puis le long de la paroi de l'île, à l'abri des bateaux et pour faire ses paliers autrement que pendu à la corde du bateau.

Pendant les inévitables paliers de décompression, on va croiser sans les chercher de très beaux bancs de sars.

Ou quelques rougets nonchalants ( en apparence ) en train de faire ripaille .

Celui là m'a vu et se demande s'il doit déguerpir ou s'il peut continuer à manger.
Il a relevé ses nageoires et au moindre geste brusque de ma part, il part en flèche.


Plongeurs hors club, pensez à dégager votre ancre avant de remonter, ici les fonds sont fragiles et remonter une ancre bien accrochée va entrainer avec elle une partie de la flore et de la faune fixée.



Repost 0
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 21:00
Bacalaù étant un poisson que je déguste à toutes les sauces et de toutes les manières, ce gratin met en valeur ces deux ingrédients qui sont classés dans le top de mes aliments.

Le marché pour deux à trois convives

- 400gr de morue, de préférence sèche et salée mais.....
- 1 bon kg d'épinards frais mais 1,5 à 2 kg seront les bienvenus, car j'ai vu un peu juste.
- 2 gros oignons jaunes
- 2 échalottes
- 3 oeufs
- 2 CàS de farine
- 6 à 8 olives noires
- et le complément indispensable, c'est à dire, huile d'olive, ail, thym,poivre, laurier.
Pas de sel, la morue apporte ce qu'il faut, même bien déssalée.

C'est parti :

Faire dessaler la morue ,
- sous vide compter au moins 4 heures,
- sèches, compter 12 à 24h, peau vers le bas
et changer l'eau 2 à 3 fois.

Faites cuire les oeufs durs .

Faire revenir les oignons émincés et une gousse d'ail dans de l'huile d'olive.
Laver essorer et ajouter les épinards par poignées, progressivement ( sinon ça rentre pas dans la sauteuse) .

Dès que tout liquide a été rendu par les épinards,ajouter une poignée de farine,

mélanger.

Hors du  feu, mélanger les oeufs durs émiettés et les olives noires dénoyautées et émincées.

Mettre les morceaux de morue dans une casserole d'eau froide.  du thym, une feuille de laurier et du poivre en grains. Allumer le feu et, dès que l'eau commence à bouillir,  arrêter.

Laisser pocher une minute, pas plus au risque d'avoir de la morue caoutchouteuse, puis égoutter .
Emietter la morue en gros morceaux et en profiter pour enlever les dernières arêtes fines.
Dans le tian, ( plat à gratin en terre ) badigeonner un peu de mélange huile/eau/thym/poivre avec un pinceau,

y placer les épinards en une couche, puis la morue en morceaux, et finir par une dernière couche d'épinards.Poivrer.

Gratiner avec du fromage , même de bonne famille serait gâcher.

Répandre seulement un peu de chapelure tout au dessus ,un filet d'huile d'olive et au four chaud 200 °C pendant 20 min.



               Il ne reste plus qu'à passer à table.

Repost 0
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 23:00

Je rassure tout de suite ceux qui commencent à me connaitre, NON je n'ai pas fait une overdose  télévisuelle, malgré le tour de France, malgré les soucis de notre Président, malgré le Grand prix de F1 , malgré tout le reste, pardonnez moi d'en oublier mais la télé et moi, nous formons deux entités bien différentes.

La télévision dont je vous parle est une jolie et spectaculaire grotte sous marine , plutot un gros tunnel, peu profond et grand écran, qui bénéficie d'une luminosité exceptionnelle.

Sur la face sud de l'île de Riou, à la sortie de la calanque du contrebandier, il y a une petite anse bien abritée du Mistral, tant redouté des bateaux à l'amarre.
Entre le tombant du large et le coté ouest de cette anse, un tunnel , une entrée trois sorties , est percé, l'entrée est à une quinzaine de mètres de profondeur, la sortie principale à moins de 8 m .
Bien sûr ce tunnel n'est pas le but principal de la plongée qui se fera le long du tombant du large entre 40 et 45 m de fond.
Une plongée sans difficultés particulières, sinon, un bon sens de la gestion d'une plongée pour arriver au bon endroit au bon moment. Mais quand on descend au delà de 40m c'est, en principe, quelque chose que l'on doit savoir  faire.
Descente dans de gros blocs rocheux où, avec un peu de chance on va dénicher mérous, langoustes et mostelles ( pas de mérou aujourd'hui, l'eau n'est pas très chaude , 14° au fond, 18 °seulement en surface ) .
               Dans les blocs rocheux, une jolie mostelle, s'échappe à notre approche.

                             Mais , curieuse, reviens vite voir ce qu'il se passe.

Arrivé au sable, on va admirer ce tombant dont les trous regorgent de langoustes, cigales de mer et autres galathés.
De jolis brins de corail, en fleurs, en fait ce sont des tentacules qui laissent s'échapper le sperme en vue de la reproduction, au gré du courant.

La remontée le long de la paroi est la partie la moins excitante, mais de bonnes surprises peuvent parfois arriver, un gros banc de loups, ou de sars tambours, voire de rares dentis.
Arrivé vers les 15 m , un surplomb va nous emmener vers l'entrée de la grotte, hyper lumineuse vu son peu de  profondeur.
Cette luminosité bleutée et la taille de l'ouverture fond penser à la lueur du petit écran dans un salon privé de lumière, d'où le surnom que nous lui avons donné.
             Le halo bleuté de la "télévision".
Sans compter que devant cet écran passent des bancs de sars, de loups, de saupes, ou un plongeur en sihouette.
 
Une jolie plongée pas trop difficile, mais qui depuis le temps que je la connais n'a jamais déçu, il faut dire que l'endroit est peu fréquenté des clubs de plongée.
                                La sortie, dans 8 m d'eau.

C'est l'endroit rêvé pour admirer gorgones et coraux, dénicher une murène dans son trou, un petit mérou peureux, bref, la plongée sans prise de tête et qui laisse admiratif devant tant de beauté préservée.
Gorgones nous offrant toute sa palette de couleurs, mise en évidence par la lumière du phare de plongée.

           Surprise, cette murène se blotti dans un trou trop petit pour elle.

Calypso sera mouillée dans l'anse, l'ancre bien sécurisée  dans un trou près du logement d'un poulpe qui nous a gentiment prêté "son jardin" , je vais faire en sorte de le déranger le moins possible et l'ancre, au moment du départ sera remontée à la main pour ne pas chambouler son devant de maison.

Le super beau temps de ce dimanche a fait le reste pour que cette petite plongée soit une excellente plongée.

Les poulpes, effet, aménagent leur trou, devant l'ouverture un espace est dégagé vers le devant et souvent de petits cailloux ornent l'entrée.
Je ne crois pas que ce soit le sens de la déco qui anime cet animal mais plutot son sens pratique, les cailloux en question pourront fermer l'entrée si un danger se présente, avec ses tentacules il va les ramener vers lui et boucher son entrée aux prédateurs.
De toutes façons, avec ses huit bras, il sait tout faire.
Malgré son air de " pieuvre" le poulpe est un animal marin intelligent et au regard attachant.
Il y a maintenant vingt ans que j'ai arreté la chasse sous marine et je suis certain d'être aujourd'hui incapable de tirer un poulpe, s'il est difficile voire impossible de regarder un vulgaire poisson dans les yeux, avec un poulpe, c'est quasi inévitable !

Pourtant bien cuisiné ..........

                                          Dis, ch'uis pas mignon ?


                                                Spirographe dans les gorgones.



,

Repost 0
26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 22:00

Voilà un mariage qui peut surprendre, en effet, le goût marin des noix de st Jacques et la parfum de garrigue Provençale des poivrons grillés aux herbes  semble incongru mais il ne faut pas se fier aux apparences .

Un plat de spaghettis simplement cuits à l'eau, ( pouvant être remplacés avec bonheur par des tagliatelles ) accompagné de ces noix et des poivrons ce sont des saveurs bien marquées mais pas contradictoires qui explosent tour à tour.


Un tour au marché :


- quelques beaux poivrons rouges bien charnus , 2 ou 3 suffisent mais profitons de la fournée pour réaliser quelques poivrons grillés à l'huile voir ICI clic qui pourront "faire l'entrée".

- un gros oignon
- une demi douzaine de noix de st Jacques fraiches ou surgelées, pour moi ce sera du surgelé car ce produit n'est pas vraiment typique de ma région, je vais donc à la facilité.
- le nécessaire pour cuisiner " à la Provençale" , huile d'olive, poivre thym et herbes de Provence , pas d'ail pour ne pas corrompre la saveur des noix de st Jacques.
- ce qu'il faut de spaghettis ou de tagliatelles par personne.

Les noix de st Jacques avec corail,

à faire décongeler éventuellement ,

puis les mettre à mariner dans un plat creux avec une CàS d'huile d'olive et du thym émietté. couvrir et placer au froid.


Les poivrons,

 je préfère les faire cuire au four ce qui va permettre de les éplucher sans difficultés et le rab de poivrons ira terminer avec de l'huile d'olive et de l'ail.
Les mettre au four 200° sur la plaque noire avec une feuille de papier d'alu faisant réflecteur pour les cuire aussi par en dessous, celà évitera d'avoir à les tourner pendant la cuisson.
Quand la peau est bien cloquée et noire, les sortir et tout de suite les placer dans un plat qui sera immédiatement recouvert d'un film étirable, laisser bien refroidir et éplucher, c'est devenu très facile.

Placer les "escalopes" de poivron sur du papier absorbant pour bien les éponger.

Les couper en lanières.
Réserver.

Hacher l'oignon et commencer à le faire fondre dans une sauteuse avec un peu d'huile d'olive ( très peu ) , 5 cl de vin blanc et une branche de thym.

L'oignon bien fondant, lui rajouter les poivrons coupés en lanières, remuer délicatement et toujours à feu doux.

Dans une poele anti-adhésive sèche, faire sauter les noix de st Jacques avec  le jus de marinade, si elles ont rendu beaucoup d'eau, ne pas mettre tout le jus.

Les noix de st Jacques bien saisies et juste dorées en surface, les rajouter aux poivrons et remuer très délicatement pour ne pas les écraser.
Laisser mijoter à feu très doux et à couvert pendant la cuisson des pâtes, bien poivrer.
Là encore, je ne rajoute pas de sel, il y en a assez naturellement.

Ne pas oublier, le filet d'huile d'olive dans l'eau des pâtes salée pour les empecher de coller et la branche de thym pour les parfumer.

Servir bien chaud en arrosant les pâtes d'un léger filet d'huile d'olive.


 
Bon..... pas terrible, la présentation, ch'uis pas trop expert en déco !

Repost 0
16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 00:00

La cuisine au tajine permet toutes sortes de variantes, et si on aime le salé/sucré aux aromes subtils, ce tajine est à essayer.
C'est une recette ni Orientale, ni Provençale mais que l'on pourrait qualifier de Sudiste, ou plutot de Mediterranéenne, vous l'avez compris, j'ai improvisé.

Pour deux personnes, il nous faut :

- 2 cuisses ou 2 blancs de poulets
- 3 poireaux
- 1 cuillère à thé de cannelle
- 1 cuillère à table de miel
- 1 cuillère à thé de gingembre moulu

- 1 jus de citron
- 1 grosse tomate, coupée en dés
- 1/2 tasse ( 125 ml ) de bouillon de volaille
- 12 oreillons d'abricots frais

- 1 grosse poignée de Pignons de pins
- le bla bla indispensable à toute cuisine du sud, huile d'olive, thym, poivre.


Dans un plat, ouvrir les abricots frais  et verser un peu de canelle dans chaque oreille, laisser macérer à couvert .

Idem si on utilise des abricots au sirop mais ne pas mettre de jus.
si on utilise des abricots secs, les faire gonfler quelques heures dans du thé chaud ou mieux dans un mélange moit/moit eau et rhum ambré réchauffé.

Si le plat à tajine traditionnel n'est ni vernis ni émaillé , le préparer en y versant de l'eau pour bien humidifier  la terre cuite, celà évitera de faire accrocher les légumes pendant la cuisson au four, la terre cuite se comportant un peu comme une éponge.


Faire chauffer un fond d'huile d'olive dans une sauteuse et faire revenir le poulet à feu vif avec un peu de thym. Ne pas essayer de le faire cuire à coeur, mais seulement saisi en surface, il cuira à coeur dans le tajine.

Réserver

Faire fondre les poireaux coupés en rouelles dans le même  fond d'huile d'olive et ajouter 5 cl de vin blanc sec  , laisser réduire 10 bonnes minutes et ajouter la tomate coupée en dés et laisser fondre à couvert et à feu doux , rajouter du vin blanc au fur et a mesure pour que les légumes ne grillent pas.

Les poireaux et la tomate doivent être bien fondus et moelleux.

Hors du feu mais très chaud,  ajouter le miel, le  gingembre,la canelle, le verre de bouillon de volaille, le jus de citron.

bien remuer.

En profiter pour arroser les plantes et pots de fleurs ( recyclage) avec l'eau qui a servi à humidifier le plat à tajine et y verser les légumes , creuser un lit pour le poulet,  couvrir avec le couvercle adapté et enfourner à four chaud 180°.

Cuire 45 minutes.

Surveiller régulièrement que les légumes ne soient pas secs, sinon rajouter un peu d'eau ou de bouillon.

Ajouter les abricots,  couvrir et remettre au four. Poursuivre la cuisson 15 minutes.

La cuisson à l'étouffée dans le plat à tajine bien fermé par son couvercle conique permet une diffusion des aromes extremement subtile et fine.

Entre-temps, chauffer une poêle à feu moyen.
Déposer les pignons sans corps gras et les faire colorer quelques minutes en les remuant constamment, attention c'est vite cramé.


Servir à table directement dans le plat à tajine et garnir de pignons.

Pour une très grosse faim, on peut accompagner de graines de couscous , ou de boulgour, mais tel quel ce plat est relativement complet et suffisant.

 

Repost 0
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 10:00
Le 21 février 1970, le Chaouen, cargo en provenance de Casablanca, fait route vers Marseille chargé de 640 tonnes d'agrumes.
A 19h05, il éperonne l'île de Planier après avoir probablement heurté le récif à fleur d'eau de la pierre à la bague.
Les raisons de ce naufrage sont inconnues, très certainement une navigation au pilote automatique alors que les cotes Marseillaises sont à vue. ( ce n'est pas rare encore de nos jours quand, étant à la pêche vous voyez un cargo foncer droit sur vous sans faire le moindre écart , normal ,  il n'y a personne dans la timonerie ! ) .

Ce jour là et les suivants, la rade de Marseille a connu une pollution étonnante, une pollution aux agrumes.
Imaginez 640 tonnes d'oranges déversées dans la mer et poussées vers la côte  par un Mistral soufflant à 40 noeuds. Il y a des pollutions maritimes bien plus inquiétantes.
Lancé à pleine vitesse, à 12 noeuds, le cargo monte carrément sur la roche et s'incline sur babord quelques heures après.
Il est resté longtemps ainsi, la proue à l'air libre et la poupe reposant par 31 m de fond, l'énorme hélice bloquée dans le sable, pales tordues.
Avouez que s'emplafonner, de jour, par temps clair ,  sur une île surmontée d'un des phares les plus puissants de France a quelque chose de comique et polluer la rade avec des oranges n'arrange pas les affaires de l'équipage qui s'en est sorti sain et sauf, malgré peut être une grosse honte pour le  Commandant... noooooon ?
On est comme ça nous ici, on aime bien les histoires originales, tout le monde à entendu parler de la fameuse Sardine, mais cette histoire là est à mon avis pas mal non plus et elle a le mérite d'être véridique.
Aujourd'hui cette belle épave de 85m de long repose toujours au même endroit, elle a un peu vieilli bien sûr, la proue ne crève  plus  la surface de l'eau , le navire s'est enfoncé par l'arrière et la rouille a fait le reste.
           trés beau dessin tiré d'une carte postale, représentant le Chaouen.

Quand on visite cette épave dont les entrailles sont tout de même réservées à des plongeurs avertis car les tôles coupantes et en déséquilibre sont nombreuses, il faut toujours penser que nous sommes à 90° par rapport au bateau, celui ci étant parfaitement couché sur son flanc gauche.
      Dans une salle, un cintre vestige d'une occupation humaine.

          A proximité du cintre, une langouste, simple changement de locataire.

Dans la salle des machines, les énormes diesels bien concrétionnés semblent fixés au mur , idem dans les toilettes ( tout au moins ce qu'il en reste ) les cuvettes de WC ... collées au mur !
             Gros plan sur un injecteur du gros moteur diesel

   les concretions, la rouille et le peu de visi laissent à peine entrevoir l'énorme diesel.

Dans la partie technique, le local électrique est bien reconnaissable, les gros fusibles en porcelaine sont intacts mais impossible de les devisser, le coupe circuit triphasé est lui aussi visible, des cables, batteries, et bien sûr de la ferraille rouillée partout .
          Les gros fusibles en porcelaine, comme au "bon vieux temps".

Le coupe circuit principal ( sectionneur à couteaux ) bien concretionné lui aussi, il ne reprendra plus du service !

Dans une autre salle , des centaines de cagettes en alu qui  contenaient les fameuses oranges sont entassées pêle mêle et le métal blanc commence à bien se désagreger sous l'effet de l'electrolyse naturelle.
   L'arbre d'hélice et son système d'accouplement, nous sommes ici dans les profondeurs du navire.

Le gigantesque mat bipode est toujours planté dans la coque, il part à l'horizontale comme une flèche lancée orgueilleusement, sa solidité semble à tout épreuve. C'est bien sûr le lieu privilégié des photographes sous marins.
                    couché sur babord, le navire projette son mat à l'horizontale.

Arrivé à la poupe, l'hélice en alliage de cuivre est toujours là, étonnant, elle n'a pas été piratée, il faut dire qu'elle soutient tout le navire qui repose sur elle par l'arrière !
                      L'hélice, aujourd'hui bien ensablée.

l'hélice en 1994, avec mon pote JJ. et des milliers de tonnes de ferraille au dessus de la tête.
J'estime l'enfoncement arrière du navire à plus de 2,5m en 15 ans.
(Photo jluc , Nikonos II.)

Il y a quelques années on pouvait passer sous l'étambot ( dernier palier supportant l'hélice ) aujourd'hui le navire s'est enfoncé dans le sable et c'est tout juste si l'hélice est encore visible, elle est pour  moitié enfouie dans le sable , la pale tordue n'est plus visible. La profondeur ici est de 31,4 m au sable.
C'est un endroit où les beaux poissons aiment à se cacher, autour de l'hélice et du gouvernail dont seule une petite partie subsiste à l'horizontale, aujourd'hui c'est un petit mérou qui se cache mais gros chapons et belles mostelles sont des habitués.
Cette épave est pour moi chargée de souvenirs, ce fut ici, ma première plongée "dans de la ferraille", il y a déjà...... fort longtemps mais le souvenir est intact.
En remontant du fond de cale, la couleur des bulles est rouge/orangé, la rouille remonte avec mon pote !

Passant par des trappes à peine plus grosses que moi, pour accéder au noir absolu des cales , juste eclairé par le faisceau de ma lampe et encore, à condition de ne pas palmer en touchant le fond, sinon une vase rouillée remonte et bouche la visibilité.
              Le pont et les infrastructures, vues depuis une écoutille

Explorer ces lieux où un équipage avait ses habitudes, ses servitudes aussi est un moment étrange. Salles des machines, salle électrique, cales de chargement, carrés des officiers , coursives. Il faut un gros effort d'imagination pour aujourd'hui reconnaitre tout celà où alors, bien connaitre les lieux.
           tôles déchirées laissant entrevoir le soleil du fond de la cale avant.

L'attrait de l'épave nous fait souvent oublier que nous sommes au large et que dans le bleu de la mer les plongeurs étant tous avec le regard braqué sur la ferraille, il y a souvent dans notre dos des bancs de beaux bestiaux qui attendent juste que nous soyons repartis pour recoloniser ce gros  abri à poisson.
Hé les plongeurs, ne jamais oublier de regarder dans votre dos ! un banc de rares dentis ou de belles dorades vous espionne, il s'est juste enlargué pour vous laisser temporairement la place.

Cette épave incontournable pour qui vient plonger à Marseille est un cas rare, c'est une plongée qui peut satisfaire le plongeur bien confirmé qui va , avec les précautions d'usage, pouvoir explorer les entrailles du navire, mais aussi, donner du plaisir au plongeur niveau 1 ou 2 qui pourra tout en restant à l'extérieur se satisfaire de cette masse de fer abritant une faune sous marine discrète mais bien présente. Enfin le tout débutant peut y faire son baptème si toutefois l'école de plongée voudra bien l'emmener jusque là pour cette primo immersion.
               Des centaines de castagnoles et anthias se partagent les lieux.

Et puis pour terminer cette présentation, ne pas oublier que tous les bouquins ou magazines spécialisés traitant du sujet présentent des photos dont les plus récentes ont au moins 10 ou 15 ans et que depuis la dégradation du navire s'accélère, tant par les ravages de la mer souvent furieuse par ici, que par les hordes de plongeurs qui sont lachées depuis les bateaux des clubs de plongée.

   Rascasse ( scourpe en Marseillais ! ) impassible regardant passer les plongeurs.

Comme beaucoup de bateaux du 20ème siècle, les matériaux utilisés ne sont plus faits pour durer et resister à la mer, adieu les parties métalliques en alliage de cuivre,( il y en a encore un peu, on peut en trouver encore aujourd'hui mais faut bien fouiner....héhéhé ) et bonjour les alliages d'alu qui sous l'effet de l'electrolyse naturelle se décomposent en une espèce de gélatine blanchâtre du plus mauvais effet.
Et puis bien sûr beaucoup de ferraille et la ferraille, sous l'eau çà rouille vite.

A l'avant, dans 12m d'eau, une des deux ancres est venue se poser au fond, la coque étant détruite à cet endroit. La deuxième est bloquée sous la coque.

Cet abordage du phare de Planier n'est pas un fait unique, les épaves qui se sont fait piéger par le récif de la pierre à la bague sont nombreuses, pas plus tard qu'il y a quelques mois un cargo chargé de céréales s'est echoué sur le récif, sans trop de dommages, il était quand même à plusieurs dizaines de miles de sa route "normale" , c'est beau l'électronique de navigation mais la surveillance humaine est encore necessaire.
Une pollution avec quelques milliers de tonnes de blé au fond de l'eau et c'est adieu à tout un ecosystème.


A noter que ce cargo échoué, on a tous cru, nous les plongeurs que nous allions avoir une nouvelle épave à visiter, on commencer à affuter le matos !
Sa résistance à se dégager du récif malgré les efforts des remorqueurs nous laissait entrevoir un ....espoir !
Las il s'est dégagé tout seul, sans avertir, il faut dire que la marée même si elle est faible ( moins de 60 cm ) existe quand même et que parfois c'est suffisant. Il suffisait d'attendre.


Ne croyons pas que les plongeurs ( et moi en particulier ) rêvent de voir les bateaux couler mais quand il n'y a pas de victimes, et que c'est la c.......humaine qui crée l'accident, alors aucun regrets !






Repost 0
28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 22:03
La calanque des contrebandiers c'est un coup d'épée dans la roche. L'île de Riou, est ainsi tailladée dans sa facade sud par cette superbe calanque.
Son nom est certainement lié aux activités qui y sévissaient jusque dans les années 70 époque des hauts faits de contrebande de cigarettes.
Il est vrai que sa disposition et son orientation mettaient les contrebandiers à l'abri de la vue des douaniers rôdant sur le bord de mer entre la baie des singes et Cassis.

Son orientation sud est -  nord ouest fait que toute approche par temps de mistral est extremement dangereuse une fois que le bateau est pris dans l'étroit goulet et poussé par le vent.
Par beau temps ou même vent d'est c'est un abri de toute beauté.
C'est dans cette calanque sur les hauteurs des roches abruptes qu'avait été tourné il y a quelques années une pub célèbre pour un dentifrice, on y voyait un bellâtre plonger  du haut des rochers, la fleur aux dents.

Aujourd'hui , vu la météo, ce sera  un excellent abri pour mouiller l'ancre du bateau et aller plonger dans les profondeurs qui encadrent l'entrée cette calanque.
L'eau est encore très fraiche en cette saison, tout juste 16° en surface et 3° de moins au fond, vers les 40/45m.
Ce sera pour moi l'occasion de réutiliser enfin, mon caisson étanche pour l' APN Nikon , caisson que je viens de réparer vu qu'à la dernière utilisation les joints toriques commencaient à laisser passer de l'eau.
En ce dimanche 28 juin, pas trop de gros poissons mais un beau chapon ( ressemble à une grosse rascasse ) de 60 cm et de 2 à 3 kg . Il a bien voulu prendre la pose pour nous.

.......................Admirez le percing sur sa lèvre inférieure.


.................le maquillage n'est pas mal non plus.

Les nageoires latérales déployées sont le signe qu'il m'a vu et qu'il est prêt à s'échapper au moindre mouvement brusque de ma part.

............... et ce regard !... t'as de beaux yeux tu sais !

Je vais aller faire un tour dans une grotte située vers 25/27m de fond. Cette grotte est dangereuse pour qui risque de paniquer en se trouvant privé de toute visibilité,  mais sans panique il n'y a aucun danger.
Le souci c'est qu'elle est bas de plafond et que le fond est sablonneux , on ne peut y pénétrer qu'un plongeur à la fois et le sable soulevé par le raclage du fond va rapidement nous priver de toute vue, au point de ne plus pouvoir apercevoir le bout de son bras !

Cette grotte est un veritable refuge à langoustes, certaines arrivent à y atteindre des tailles plus que respectable.


Un beau banc de Saupes pour terminer ce petit reportage sous marin.

Notez que ces poissons sont des herbivores et que certains restaurateurs peu scrupuleux les vendent au prix de la Dorade, sous le nom de Dorade rayée, ce qui est une tromperie honteuse à la limite de l'arnaque.






Repost 0
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 22:00

Une recette de poisson, simple et absolument délicieuse, il est préférable bien sûr d'avoir des filets de rougets frais mais les filets surgelés peuvent être une excellente alternative.



Ingrédients :

5 tomates fraîches
10 à 15 filets de rougets
citron confit au sel
vin blanc
l'indispensable habituel: poivre, huile d'olive, thym, romarin, origan, ail....pour faire "comme à la Provençale".





Couper les tomates en fines rondelles











Dans un plat allant au four, mettre un fond d'huile d'olive, des feuilles d'origan ciselées, du poivre








Déposer un lit de rondelles de tomates quelques olives noires émincées et de fins batonnets taillés dans une gousse d'ail









Recouvrir avec les filets de rougets











Remettre de l'origan ciselé, et des copeaux d'olives noires

L'olive noire et le rouget, c'est un mariage réussi au niveau des saveurs.





Dans une tranche de citron confit, y découper le zeste en petits morceaux.

Ne pas utiliser la pulpe du citron confit qui est devenue un concentré de sel et qui a perdu le gout du citron.






Remettre une couche de tomates, parsemer des zestes de citron confit , et des herbes de Provence séchées.
Un filet de vin blanc, attention de ne pas trop mouiller, les tomates vont rendre beaucoup d'eau.
Décorer avec quelques olives noires.









Enfourner pour 45 mn à four chaud 200°C.












Déguster ce concentré de saveurs.









Pour les grosses fringales, on peut accompagner ce plat :
- de riz
- ou mieux, d'une ratatouille.


- Pour ceux qui n'ont pas la chance d'aller en colline chercher de l'origan, on peut utiliser à défaut des épices séchées  "pour  pizzas" vendues en petits bocaux .
- Le citron confit se remplace ( mais c'est dommage ) éventuellement par trois ou quatre rondelles de citron posées sur les tomates.




Repost 0
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 22:30

Les premières belles et vraies  tomates arrivent sur les étals, ce ne sont pas encore les "tomates du jardin" mais  on peut commencer à se jeter dessus pour réaliser toutes sortes de recettes délicieuses.
Cette recette de tomates farcies est extraite du livre de cuisine, LE REBOUL, la bible des livres de cuisine Méridionale.J'ai essayé d'en dériver le moins possible.

Pour ce plat "Méridional dans l'âme", il nous faut :

- 4 grooooosses tomates
- 2 oignons.
- un bout de vieux pain pas trop dur.
- un chicoulon de lait
- 250 gr de reste de viande, ou jambon , ou boeuf haché ...
- 2 oeufs
- un cube de bouillon ou du vrai bouillon,
- chapelure, huile d'olive, ail, sel poivre thym ...blablabla, comme d'hab chez moi.






Prendre de grosses tomates à farcir, les "décapsuler" en coupant net avec un couteau la partie supérieure permettant ainsi de vider la tomate avec une cuillère à soupe, opérer délicatement pour ne pas trouer ni exploser le fruit.
Réserver la chair ainsi recupérée.












Saler généreusement l'intérieur des fruits













Les retourner sur une assiette ou mieux une passoire pour leur faire rendre eau.







Pendant ce temps, la préparation de la farce.






Dans une sauteuse, faire roussir deux oignons hachés dans un fond d'huile d'olive puis la chair des tomates en évitant le jus et les graines, laisser réduire à petit feu avec une branche de sarriette fraiche.











faire tremper dans un peu de lait, un morceau de pain, un peu moins d'1/4 de baguette environ,















le malaxer à la fourchette avec une gousse d'ail écrasée,












ajouter dans la sauteuse avec 250 gr de viande hachée de boeuf ou du jambon ou tout simplement un reste de viande quelconque.
assaisonner de poivre, thym et sarriette séchés moulus, et d'un quart de verre de bouillon de viande ( je mets un cube directement dans la sauteuse avec 1/4 de verre d'eau.
Bien faire réduire toute cette farce en lui conservant un certain moelleux.










Quand la farce est prête, retirer du feu et y mélanger rapidement 2 jaunes d'oeufs.







Avec une CàS, racler délicatement l'intérieur des tomates pour enlever les derniers grains de sel non dissouts.





Dans un plat allant au four, verser un fond d'huile d'olive et d'eau ( 1 CaS de chaque), poivrer et soupoudrer de thym et romarin séché.











garnir des tomates creusées.
Remplir copieusement chaque fruit avec la farce,
couvrir de chapelure,
arroser d'un tout petit filet d'huile d'olive et enfourner à 200 ° pour 45 mn.







La chapelure doit être bien dorée et la peau des tomates flétrie.





Ne pas hésiter  à préparer ce plat pour le lendemain car il est encore meilleur réchauffé , le  jus qui a coulé des tomates ayant caramélisé au fond du plat.

Un petite astuce, je fais toutes les années de tomates séchées au soleil et conservées dans l'huile d'olive ( clic ), ainsi que de l'ail confit. Quand ces pots sont vides de leur contenu et qu'il ne reste que l'huile, je la conserve au froid et je m'en sert dans la plupart des réalisations culinaires, cette huile est extrèmement parfumée, ail, thym, romarin, sarriette, poivre, c'est non seulement une économie du précieux nectar ( je n'utilise aucune autre huile ) mais aussi une arômatisation agréable des plats.

Repost 0

Profil

  • Jean Luc
  • passionné par la plongée sous marine, je suis aussi un amoureux des collines Provençales.
La plongée et la rando sont mes activités sportives preferées.
La cuisine,la lecture,la photo, la pêche  et le jardinage sont mes activités plus calme
  • passionné par la plongée sous marine, je suis aussi un amoureux des collines Provençales. La plongée et la rando sont mes activités sportives preferées. La cuisine,la lecture,la photo, la pêche et le jardinage sont mes activités plus calme

Le Bureau

  ROMAN

Le grand secret

 gd secret

 

Si vous avez envie de  tenter l'aventure d'une plongée sous marine en mode spéléo avec tous les frissons que cela comporte, mais bien calé dans un fauteuil et en 191 pages, me faire parvenir

 

   un chèque de  20 euros TTC , port compris

Jean Luc Fontaine

130 vallon des Escourtines

13011 Marseille

Dédicace personnalisée sur demande.

plus de détails ici :

***********************************************************************
  

Indice Atmo : vue d'ensemble

 

 

Rechercher Un Article ?

Visiteurs présents sur le site

Compteur Global

 

 

 

 

 

Randos et plongées

 Petites randos dans nos collines et ailleurs..

 

Hautes Alpes :

Champoléon : le refuge de tourond

Champsaur : Le col de Moissière

Champsaur : le col de Gleize

Valgaudemard : Les cabanes de Prentiq 

Valgaudemard le refuge des souffles

Valgaudemard le refuge du pigeonnier

Valgaudemard, les sources des Doux

Devoluy: le village de Chaudun

Devoluy: le sentier de ronde de Chaudun

Devoluy, sentier de ronde  de Chaudun et fouanières

Les pénitents des Mées

Devoluy: la petite Céüse

Devoluy: le col de Tournillon

Devoluy: la roche de la Fouanières

Devoluy: le pic de Céüse

Devoluy: Céüse, le pas du loup

Devoluy, le roc de Rimat

Devoluy, la tête des Ormans

Devoluy, la tour carrée

Devoluy, la chapelle de la Crotte

Gapençais, crêtes de Charance 

Gapençais, le Cuchon

Devoluy la boucle de la Souchière

 

Retrouvance en Buëch Devoluy :

1ère étape, Veynes - Agnielles

2ème étape, Agnielles - Recours

3ème étape, Recours - Rabioux

4ème étape, Rabioux - Les Sauvas

5ème étape, Les Sauvas - Chaudun

6ème étape, Chaudun - Rabou 

 

Massif  du Garlaban :

Tête rouge et le Taoumé

Tête rouge et le Taoumé 09/2011

La Grotte de Grosibou au départ d'Allauch

Le puits de l'Aroumi 

Le puits de l'Aroumi au départ de la Fève

La baume sourne

La source de Barqieu et le Garlaban 2

Le Pic du Taoumé par le vallon de Précatori

Le sentier des scolopendres

Garlaban,  la source du chien

Le col de Tubé au départ de lascours, 1ere partie

Le col de Tubé au départ de Lascours, 2ème partie

La parloire mai 2011

La parloire janvier 2012

Le Mont du Marseillais 

La grotte de Manon et

le sentier des scolopendres

La grotte du berger

Sur les traces de Pagnol

Le domaine de Pichauris

La grotte du Midi ..ou du Papé

Lascours, le grand vallon

Le vallon de Passetemps

Grand vallon et grotte du papé

Grottes et marmites du grand vallon 

Lascours, le grand vallon 

La croix de Garlaban face sud.

Nocturne, la croix de Garlaban

Font Berguettes

Marmites du grand vallon

Grosibou par Lascours 01-2014

Baume Sourne 12-2013

L'eau des collines-grotte de l'étoile 02 2014

Lascours, gd Vallon 03 2014

Lascours gd vallon et grotte du Papé 05 2014


 

Massif de l'Etoile :

L'aire de la Moure

Notre Dame des Ange, ....près de Marseille
La grotte des fées et le Baoù Traouqua

Le mont Julien et le Ratier

La tête du grand Puech

La grotte de la Vierge

La tête du Gd PUech 01-2014

 

Massif de la ste Baume :

Le balcon des Encanaux

Le col de Bertagne

La glacière du vallon du Fauge

La crête de la Lare 

Le plan des Vaches par les dents de Roque Forcade 2012

Le joug de l'aigle

La source de l'huveaune

Les sources de l'Huveaune 2  

Le circuit de la Taurelle 

La grande Baume par bertagne

Le jas de Miqueoù

le chemin du blé

Les quatre chênes 

Le balcon des Infernets 

Le signal des Beguines 

Le col de Bertagne et la grande baume 2

Rougiers, Castrum st Jean et les 4 chênes 

Le vallon des cèdres

La croix du Paradis

Le Paradis et le sentier merveilleux

Le vallon de la galère

Le balcon des Infernets et le torrent des Encanaux 

Le tour de Roussargues

Le pas de Cugens

Le gouffre du plan des masques 

Les dents de Roque Forcade, autre parcours

Le vallon de l'Aigle

Le pas de la Cabre

La grande Baume

La tour Cauvin

Falaises de Cugens, le trou du vent

La grande Baume 2013

Le Cruvelier et le Brigou 

Le jas de Sylvain

Le plan des masques

le sentier Marcel Estruch

Le trou du vent 02 2014

Le jardin suspendu 03 2014

La neige au Paradis 03 2014

Le tour du pic de Bertagne 03 2014

Du pas de la cabre au Paradis 06 2014

Le ravin des Encanaux 06 2014

Le sentier marcel Estruch 05 2014

La voie Gombault 04 2014 

 

Massif de Luminy, les calanques, Cassis :

Les falaises de Soubeyranes 

Port pin et le ravin de Gorgue longue

La calanque de Morgiou

Le tour du mont Puget

Le vallon de la fenêtre

Les falaises du Devenson

Le cap Morgiou

Grand Malvallon, les 3 arches    

La couronne de Charlemagne

Le Malvallon sud et le belvédère celeste

Le plateau de l'homme mort
Le plateau de l'homme mort 2013

La calanque des pierres tombées

Le pas de l'oeil de verre, la Candelle

La rêveuse du pas de la Lèbre

La calanque de l'Escu

Le col de la selle et grotte Rolland

Beouveyre

Falaises du Devenson et l'Eissadon

Rando givrée, belvédère de Titou Ninou février 2012(1)

Belvédère Titou Ninou fevrier 2012(2)

Les 4 pas :  demi lune, escaliers des géants...

sommet de Marseilleveyre(1) les 3 grottes

Sommet de Marseilleveyre (2) les escaliers des géants

Le col de la Selle, les grottes Dechaux

La cheminée du Diable

Le cirque des Pételins

La traversée du mont Puget

Les 3 arches du Malvallon 2012

L'anse de Melette

Le couloir du Cadellon

Calanques de l'Escu et Melette

Les falaises du Devenson et de l'Eissadon

Le vallon de la fenêtre 2012

L'escalier des géants

Le pas de la Cabre

En Vau et Port Pin

Le cap Gros

Le belvédère d'En Vau

Le couloir du Candeloun

Les 4 grottes du rocher st Michel

Le sommet de Marseilleveyre

Le plateau de Cadeiron

Le sentier du chinois

Sentier Garrigue et cap Gros 

Le vallon de l'herbe et cap Gros

Le tour de la grande Candelle

Les calanques de Sugiton et Morgiou

Cap Gros, le saut du chat

Les trois pas...

La tête de Melette 

Couloir du Candelon intégral

Les crêtes de soubeyranes

Le cirque de mestrallet

Le vallon de l'herbe

Le tour de la Candelle

Titou Ninou à la belle étoile

Cap Morgiou grotte du figuier

Le vallon de Mestralet

Titou Ninou nov 2013
Creche troglodyte

Creche troglodyte suite 01 2014

Le Mt Puget et le couloir du Candelon 01-2014

La grotte de l'Ours 01-2014

Titou Ninou, la crèche suite

sommet Marseilleveyre 01-2014

calanque de l'Escu 01-2014

au fil de mes envies 12-2013

Beouveyre 12-2013

La cheminée Lacroix 01 2014

Mont Puget et couloir du candelon 01 2014

La grotte de l'Ours 01 2014
Les falaises du Devenson 02 2014

Au dessus de Sormiou 03 2014

Le pas de la demi Lune et Marseilleveyre 03 2014

La grotte de la colonne 03 2014

La croix du Malvallon 03 2014 

Le cirque de Melette-walkyries 06 2014 

Le renard des calanques 

 

Les massifs de Marseilleveyre à Aubagne :

La source des eaux vives

Le balcon des Escourtines

Le Montounier et la chapelle St André

Le Mont St Cyr

Le four à cades de revers de boquié

Le Baoù de la Candolle

Le balcon des Escourtines et la source des eaux vives - juste au delà de mon jardin

Le Douard et les gorges de la petite ste Baume  

Notre dame de Julhans

Le mont Lantin et le mont Carpiagne

Le mont Lantin et la source des eaux vives

Le vallon de Gendame

Le cabanon du Marquis 01-2014

 

Massif de Regagnas et mont Aurélien :

L'ermitage de st Jean du Puy

Le sommet du Regagnas  

Le rocher Olympe du mont Aurelien

le Mont Olympe

Le plateau de la Serignane

Le mont Olympe et le rocher de 11 heures

Le rocher de 11 heures

pique nique à st Jean du Puy 12-2013

 

Massif et Parc naturel du Luberon :

La foret de cèdres

La combe de Sautadou  

Le tour du Roumagoua 

Oppede le vieux, versant nord

La source du Mirail

Le pin de l'Eigoune

La Groupatassière

Le plan des Agas

Les moulins du Veroncle

La combe de Vaumale 04 2014

 

Massif de ste Victoire :

Le pic des mouches

Le pic des Mouches version plus longue

Le pic des mouches au départ de Puyloubier

Le sentier Imoucha et les cretes de costes chaudes

Le Prieuré et la croix de Provence

Le Garagaï

Refuge Baudino au départ du parc des 2 aiguilles

D'un barrage à l'autre

L'ermitage st Ser

De st Ser au pas du Clapier

Le pic des mouches au départ de Puyloubier

Le pic des mouches par st Ser

Le gouffre de Garagaï

La croix de Provence par la marbrière

Refuge Baudino nov 2013

Le vallon de la Tine 03 2014

Le gouffre de garagaï 04 2014

Le pic des mouches 04 2014   

 

Le Verdon :

Le sentier des pecheurs

Le sentier des pêcheurs 2012

La chapelle ste Maxime, la draille des vaches

Le lac de ste Croix, le tour du Defens 

 

Divers :

Guillestre et la rue des masques

Raquettes à Risoul

Var, Lou gro Cervo

Var, La grotte du Garou

Var, Les gorges du Caramy

Var, les gorges du Caramy depuis le barrage

Var, le vallon du rocher des abeilles
Les crêtes de Roque Menourque 

La calanque de Figuerolles, cote bleue

Le mont Concors

Mazaugues, les ruines de Touchou

Le Puy ste Réparade, la Quilho
St Esteve Janson, le chateau

Notre dame des Anges...dans le Var

Vaucluse, le mur de la peste

Cote bleue, calanque de la Vesse

Alsace, mont ste Odile, le mur païen

Guyane, le sentier Rorota

Le village troglodyte de Calès

Port d'Alon, sentier du littoral

Le Mourre d'Agnis

La grotte du Mounoï Var

Var , le chateau du Diable 05 2014

Var, les gorges du Destel... l'intégrale 04 2014


Corse :

La boucle de l'Acciolu

Le sentier du facteur de Girolata

Le refuge d'Ortu

La punta di Bonassa

 

Andorre :

Le lac d'Angolaster

Le col de Juclar

Les lacs des salamandres  

Les lacs de Meners

Les lacs de Siscaro

Le circuit nature de Canillo 

 

Ardèche :

Le chateau de Pierre Gourde

Le sentier du vigneron

Le tour de Girond

Le chateau de Rochebonne

 

Lozère :

Eglazines et st Marcellin

Les echelles de Cinglegros, le pas de l'Arc

Causse Méjean corniches de la Jonte

 

 

 

 

 Plongées en Méditerranée :

 

1ère plongée de l'année 2009
La pierre de Briançon

L'île Moyade
Au phare de Planier
La calanque des Contrebandiers

Cadaquès, Massa d'Or
L'épave du Donator
L'épave du Chaouen
Le grand Congloué
La grotte de la Télévision
L'impérial du milieu
L'île de Riou
La pointe Caramassagne

La pierre à Daniel
Pointe Caramassagne 02/2010
La grotte de la télévision 03/2010
Quelque part vers Planier

Caramassagne, la grotte 04/2010  

Le tombant de la boulegeade 

Le tombant de la boulégeade 2

Au sud ouest de Planier  

Planier, Mola mola
L'épave du Ker Bihan

La pierre de Cassis  

La pierre à Daniel(2)  

Plongée...dans mes archives photos

Ma dernière chasse sous marine

Le couloir des gorgones

Zeus faber, un poisson de légende 

Grand congloué, les bankaws  

2011 la calanque du contrebandier

06/2011  La pierre de Briançon

2011 La grotte de la télévision

08/2011 Caramassagne

08/2012 la grotte à Peres

08/2012 la pierre à Daniel

08/2012 l'arche de Planier

06/2012 la grotte de la télévision

06/2012 la calanque de l'Escu

03/2014 Riou pte Caramassagne 

02/2014 calanque du contrebandie

07 2014 dans le bleu, calanque du contrebandier 

06 2014 la pierre de Cassis 

06 2014 la cap nègre 

 

 

 


 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







Gites et chambres d'hotes

Coups de coeur

 

Quelques sites que je recommande :

 

Jacques Testa artiste peintre.

 

Ely Boissin artiste peintre et plongeur .

 

Les dessins de RB 

 

Glibert Thomas, le peintre des calanques