Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 22:00

Bon , on va pas  chercher midi à quatorze heures, je coupe court à toute polémique, ce n'est pas un VRAI ROUGAIL comme on le fait à la Réunion.
D'abord je n'avais pas de piment martin , et ce plat  se rapproche plus du rougail saucisse ....mais sans la saucisse et avec de la morue ! vous suivez ?
Comme toujours, je fais un peu ce qui me plait, et en matière de cuisine c'est assez fréquent.
Revenons à notre faux-vrai  rougail. Ne pas confondre avec vrai-faux !


Pour 2 personnes, il faut:

- 400 gr de morue
- 4 poireaux
- 1 oignon
- 2 ou 3 tomates ( j'ai utilisé mes préférées, les pendelottes )
- du piment frais acheté sur le marché de Cayenne et que j'ai congelé.
- huile d'olive
- rhum vieux
- poivre
- 3 ou 4 gousses d'ail
- 1 poignée de ciboule fraichement cueillie au jardin
- un morceau de gingembre frais gros comme mon pouce.

Bien sûr, il faut faire dessaler la morue la veille, en changeant l'eau au moins 3 fois.
L'égoutter et la faire sécher sur du papier absorbant.





Faire chauffer un fond d'huile d'olive dans une poele et y faire cuire la morue, elle va rendre de l'eau, surtout si ce sont des filets "sous vide", jeter cette eau qui va faire de l'écume, au fur et à mesure.









Quand la morue est cuite, elle est complètement déchiquetée ( en chiquetaille, version antilles ! ) , toujours sur le feu, verser une bonne rasade de rhum vieux et la faire flamber.
Couper le feu, couvrir et réserver dans la pôele.












Pendant ce temps, couper les poireaux en rondelles en utilisant un maximum de vert, hacher gros , au couteau, l'oignon, faire suer le tout dans une sauteuse avec un peu d'huile d'olive et une branche de thym.











Couper en tronçons la poignée de ciboule, ajouter dans la sauteuse.













Couper les pendelottes en dés et les ajouter aux poireaux, avec une bonne CàS de concentré de tomates, laisser réduire jusqu'à épuisement de tout liquide.







Pendant la cuisson des légumes, raper directement dans la sauteuse le morceau de gingembre, le raper permet de récupérer le jus et de ne pas incorporer les parties fibreuses, remuer aussitot et couper délicatement quelques morceaux de piment,  attention c'est violent , donc c'est à doser selon vos gouts.
Malgré tout,  ne pas y mettre les graines.





Piment en forme de tout petit poivron, il en existe des rouges, verts et jaunes, comme pour les poivrons.

Ne pas se frotter les yeux après avoir touché le bestiau !

Je ne vais en utiliser qu'un tiers, sans les graines.









Quand la cuisson est terminée, y mêler le chiquetaille de morue et bien remuer.
Faire réchauffer si nécessaire, ce sera encore meilleur.











A servir avec du riz à la créole pour une grosse faim ou tel quel pour un repas léger et qui sent bon les ïles !


Et si, en plus, à l'apéro vous servez un Ti'punch(clic)  et des acras de morue, alors là c'est le soleil des îles que vous invitez chez vous.

Repost 0
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 22:00
Lundi de Pentecôte, la météo nous prévoit de la pluie, que nous n'aurons pas! Et si le matin en sortant de l'hôtel à Soldeu nous sommes un peu surpris par la température, ( 8° C ! ) un petit vent souffle du bas de la vallée et pousse les nuages.....vers la France, de l'autre coté des Pyrenées.

Ce matin direction Ransol et sa vallée, La Coma de Ransol.
Il s'agit d'aller faire une rando dans les lacs d'altitude, le lac de Querol puis les 3 lacs des Salamandres, le sentier continue ensuite jusqu'à rejoindre le GRP ( Grande Randonnée de Pays ) qui passe en cimes à la cabana Sorda ( refuge ) .


Sur le guide, le départ est sensé se situer à la Borda de Marticella près de Ransol, nous allons chercher car ce lieu dit ne figure pas sur la carte. Dans ransol nous voyons un restaurant portant ce nom, et juste à coté le panneau indicateur du sentier, voili voilou, c'est trouvé !
Bon en y regardant de près , le denivellé et le temps de parcours sont bien plus importants que prévus ! On va faire avec , c'est la grande forme.

Denivellé 700m environ et temps prévu 2h45' à l'aller au lieu de 400m et 1 h45 ' . On va vite comprendre pourquoi un tel écart.
On enquille le sentier qui contourne le resto et nous empruntons la sente qui grimpe dans la montagne à flanc de coteau.

Il faut sans cesse éviter les bouses de vaches, car il semble que ce soit un chemin, pourtant étroit , utilisé pour amener les troupeaux au paturage.




Ici aussi, comme dans la rando d'hier, les abords sont parsemés de framboisiers sauvages, qui ne sont pas encore en fruits, ni même en fleurs, dommage ! j'ai comme une envie de framboises moi .

Nous arrivons juste en dessous d'une route, que notre trace va croiser et là, un AUTRE DEPART est indiqué avec les bonnes indications, nous avons juste rallongé le parcours d'une heure et de 300m de dénivellé.

A partir d'ici, la sente grimpe droit devant dans la montagne, pas de lacets pour atténuer la pente, c'est du tout droit dans les sapins, On monte en altitude à la vitesse grand V .
Dans notre dos, on voit bien les tranchées faites dans les sapins pour créer les pistes de ski. de l'autre coté de la vallée qui mène à Andorra la vieille.

Il est encore tôt, ( 9h45 ) et la fraicheur de la montagne se fait encore sentir, la vue sur la vallée est majestueuse, un vol de rapaces nous tourne au desus de la tête, pas un bruit, même pas le vent.
                           La séve qui transpire des bourgeons.

Un carrefour de sentier, il y en aura plusieurs , nous permet une petite pause en terrain presque plat

                    tout en bas la vallée d'INCLES, départ de la rando d'hier.

          
     La tête au soleil et le pied dans la bouse, qu'on est bien au paradis des jonquilles !

et tout de suite on repart droit vers les sommets.


Arrivés sur une prairie, le premier refuge ( cabana ) tout en pierre, toiture végétalisée, près d'un petit étang nous donne un avant goût des lacs situés plus haut , nous sommes ici à 2291 + 30 de correction baro  soit 2321 m.




Un névé, ça y est on arrive dans la partie encore enneigée, sera franchi sans problèmes ,

pour le deuxième, nous allons trouver un passage pour le contourner car il semble tres tres fragile, l'eau ressurgit de partout en dessous, il est complètement creux, sans compter sa surface verglacée.

Le lac de Querol s'offre à nous, avec son névé qui fond directement dedans, un miroir d'eau glacée et pure.


     le déversoir du lac, la trace jaune, devant ,indique le chemin à suivre pour les autres lacs

Une vue en contrebas nous permet de voir le 3 ème lac des Salamandres (ils sont 3 en déversoir les uns dans les autres ) il est en forme de haricot et se trouve bien 70 à 80 m plus bas que nous.
                                           
le 3ème lac en contrebas

 Les deux premiers ne sont donc pas très loin, il suffit de franchir contourner un autre névé pour y arriver,
 Sur ce névé, la marque du riu qui passe en dessous est bien visible, ce n'est pas toujours le cas.


   
le premier des 3 lacs, ici, il fait vraiment froid, nous sommes dans un couloir venteux.

le plus beau étant le 2ème, il est tout simplement magique.
           
   une eau cristalline, mais glacée, le milieu du lac est encore gelé.

Imaginez vous à quasiment 2400m d'altitude, il fait frais mais le soleil est là, pas un bruit sinon quelques petites risées de vent, l'eau chuinte doucement des abords, le ciel est d'un bleu très pur, la neige immaculée....et vous êtes un tantinet fatigué de presque 3 h de grimpette .

Et voilà ce qui arrive ! le seul problème c'est que je suis en train d'écraser le sac à dos contenant le pique nique.

                                              Elle est pas belle cette eau ?

                       
le déversoir, direction le 3ème lac, puis le torrent jusqu'en bas de la vallée.

  en prime pour vous qui êtes devant l'écran, un morceau d'azur !  photo non retouchée.

                                   
 la descente, on fait chauffer les freins !

c'est le genre de parcours qui est ausi difficile en montée qu'en descente, dur dur pour les chevilles et les genoux.
( pour se donner une idée de la pente, remettre les troncs des sapins à la verticale ).

Retour au bercail par le même parcours, il n'y a pas de boucle ici, ou alors il faut enchainer les circuits et c'est parti pour 10 à 12 h heures de rando minimum, avec nuitée en refuge ( ils sont nombreux ) mais en cette saison....brrrr !

Sur une pierre surchauffée par le soleil partie de cache cache avec un lézard.

Pour cette magnifique rando, il faut compter depuis le village de Ransol, 2h 45 pour l'aller et 2 h15 pour le retour !
plus les pauses et arrêt pique nique bien sûr.

Demain fin du séjour, c'est retour à la maison, mais en faisant du tourisme, on va bien s'arrêter quelque part il y a aussi tellement de belles choses à voir de l'autre coté des Pyrenées.




Repost 0
7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 23:00

Voilà le type même de rando qui vous fait regretter d'être venu dans la région avec 15 jours à 3 semaines d'avance !
En effet sur ce parcours, le premier  lac se situe à 2294 m et à cette altitude la neige n'a pas encore totalement fondue, il reste donc des névés énormes dans les goulets d'étranglement rendant le passage difficile voire impossible, en tous cas extrèmement dangereux.
En effet en plein hiver ces passages sont possibles , les traces de ski de randonnée en attestent mais là avec le réchauffement, la neige fond et les torrents se forment SOUS les névés rendant ceux ci fragiles et par endroit creux, il suffit de marcher sur une zone fragilisée et c'est l'accident grave.
Par ailleurs la progression sur un névé verglacé en surface et fort pentu est quasi impossible sans crampons d'acier fixés aux chaussures de marche.
Pour l'avoir essayé,  j'ai vu mon bâton de marche s'enfoncer de presque un mètre sans qu'il rencontre quoique ce soit de solide, il y avait probablement une  (petite ou grande ? ) crevasse devant mes pieds.


Cette rando propose un dénivellé de 700m et le trajet aller seul est faisable en 2 h30  le niveau estimé par la brochure de rando est classé  "facile", c'est vrai, mais pour des marcheurs chevronnés, ce n'est pas de la promenade familliale.

Le départ se fait au bout de la majestueuse vallée d'Incles, juste à la sortie du village de Soldeu, une petite route part sur la droite la suivre dans une vallée verdoyante où serpente un torrent ici assagi dans la plaine verte et ensoleillée.
                 Le "RIU del INCLES" est ici bien sage, il reprendra de la vitesse un peu plus bas.

Ici aussi, le balisage est en jaune et bien visible
Le parcours débute sur un large chemin qui grimpe allègrement ( 700 m de denivellé en 2h1/2, il faut s'attendre à de la grimpette ! ) jusqu'à une aire de pique nique dans une vaste prairie , le lit du torrent ne peut contenir toute l'eau de fonte des neiges et  inonde ce début de parcours .

            Cet énorme bloc de granit explosé vient de haut ! il est au milieu du torrent.

                        

Les sentiers se séparent, à droite vers les lacs de Siscaro et à gauche, les lac de Juclar.

Un etroit pont en pierre coupe le RIU del JUCLAR que nous allons longer jusqu'au bout.

A partir d'ici, on emprunte un étroit sentier tortueux et en lacet qui nous permet des vues sur la vallée et sur les pics aigus qui nous entourent, on va grimper sans perdre de vue le torrent qui dévale ici à pleine puissance.
                   

Une vue arrière pour admirer tout au fand la vallée d'INCLES






    Nous commencons à cotoyer les premiers névés, altitude 2130 m .

En voyant l'énorme névé tout au fond du goulet, je me dis que peut être on ne pourra pas aller au bout.

Un passage sur un pont de bois étroit surplombe le torrent en furie, vaut mieux pas glisser.




                               Le premier névé sera franchi sans trop de soucis.

                   
  Mais pour celui qui s'annonce, ce ne sera pas pareil !



Nous y voilà , je vais voir en éclaireur mais je suis pessimiste car la trace c'est tout droit puis oblique entièrement à gauche, ce qui veut dire que le torrent est SOUS le névé et qu'il faut le traverser.

                            Bien petite ma Doudou tout en bas !

La montée tout droit , ca va, mais traverser ne me parait pas sérieux,

- pas de crampons acier, et vu la pente verglacée en surface.....
- vu que mon bâton " qui tate le terrain" devant moi vient de s'enfoncer d'un bon mètre, je préfère qu'on s'en tienne là et je vais tenter de redescendre, non sans me casser la figure d'ailleurs !

On va pique niquer au pied du névé, dans les sapins, au soleil.
Mais déjà de gros nuages montent de la vallée, faudra peut être pas trop s'attarder.
De toutes façons, la météo avait prévu de la pluie dans l'après midi.




La pluie, ou plutot la grêle, va s'abattre sur nous pendant la descente et bien sûr s'arreter lorsque nous serons arrivés à la voiture.

De retour à l'hôtel, bien trempés, le soleil sera de retour....... c'est la montagne !


Le refuge où nous aurions du arriver, c'était juste après le passage que j'ai jugé trop dangereux.

Une rando tronquée mais nous avons fait le plein de calme, de paysages superbes et même la grêle sur le retour n'a pas gaché le plaisir.

La rando de demain sera du même gabarit, mais là on pourra aller voir tous les lacs d'altitude  ! à suivre...............

Repost 0
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 22:00
Ce long week end de Pentecôte, nous sommes partis en Andorre, non pas pour "faire le plein" de produits détaxés mais pour randonner dans les Pyrenées Andorranes.
C'est un atout méconnu de la Principauté, LA MONTAGNE.
Et pourtant c'est si évident, du Pas de la Case à Andorra la Vella, la route principale s'enfonce dans une vallée bordée de montagnes abruptes.
Les Andorrans s'en sont enfin rendus compte, il n'y a pas que le commerce qui puisse être une source de revenus, la montagne aussi ,et le ski, nouvel or blanc de la Principauté est en plein essor, les stations de ski poussent à vue d'oeil et pas des stations rikikis !

Pour nous Andorre c'est la rando, les parcours ne sont pas toujours faciles, les denivellés souvent importants mais la beauté des lieux récompense des efforts fournis.
En cette saison, la neige des sommets n'a pas encore fondu et la température est déjà correcte, un excellent compromis.

La principauté a réellement le désir de développer le tourisme de montagne, il suffit d'aller sur le site internet de l'office du tourisme d'Andorre pour commander gracieusement toutes documentations dans le langue de votre choix.
Exemple, pour une doc sur les activités de montagne, nous avons reçu sous 3 jours , la carte des GR, le dépliant des différents circuits de rando, de VTT, et les parcours d'escalade, la liste des hotels, une brochure sur les activités culturelles etc.... tout ceci gracieusement , je peux affirmer que ce n'est pas le cas de partout.
Le touriste moyen arrivant en Andorre sera "étonné" de l'accueil qui lui est réservé de la part des commerçants, des hoteliers et restaurateurs, il semble que ce soit normal, et ça l'est , mais pourtant dans beaucoup de nos "chères" régions on ferait bien de s'inspirer de ce modèle.
Bien sûr tout n'est pas parfait, pour les randos, si les balisages sont presque sans reproche, il est parfois difficile de trouver le bon point de départ, il semble que les concepteurs de la brochure explicative ne se soient pas mis à la place du touriste ne connaissant pas la région, mais bon, avec un peu de sens de l'orientation, plusieurs cartes ( oui, car elle ne portent pas toutes les mêmes indications ! ! ! ) on arrive à s'en sortir.

Ce samedi, arrivés à Soldeu ,  le désir de se dégourdir les jambes se fait sentir, mais il est déjà 15h30 et on ne va faire qu'une toute petite rando, juste une grosse promenade.

Le choix d'aller vers ce lac s'est imposé car c'est pratiquement le seul parcours interressant avec un denivellé de ZERO  , et 2h1/2 de marche à flanc de montagne dans un paysage superbe avec une  vue panoramique sur la ville d'Encamp et la vallée.

Au lac d'Engolasters, on peut y aller aussi en voiture, mais bon, nous ce sera à pied bien sûr et par le chemin des Pradines qui peut se faire aussi en VTT.

Le départ à la route des Cortals d'Encamp, un parking, les indications sont claires.
Le parcours sans aucun dénivellé est agréable, à main gauche la montagne et ici et là des poteaux annonciateurs de départs de randos vers les crêtes ou les refuges de montagne, il faut dire que nous sommes déjà à 1629 m d'altitude.
Le chemin, large, nous permet de croiser de nombreux torrents dévalant de la montagne,


un passage en tunnel a même permis d'aménager des panneaux renseignants sur la faune et la flore de la région, panneaux dont l'éclairage est fourni par des panneaux solaires .





L'Ecologie enfin sacrée ! gros changement de mentalité mais on ne va pas s'en plaindre.


Une très belle table d'orientation et en face les cimes encore enneigées, c'est la rando de demain !
Depuis la mi parcours, il pleut ! une grosse pluie qui gâche un peu le plaisir mais qui ne va pas nous arreter pour autant.
En bas dans la vallée, la ville d'Encamp .


le lac et , au fond,  le barrage, nous allons en faire le tour.

Les torrents des alentours aboutissent dans le lac par des conduites forcées qui arrivent sous le niveau de l'eau  et provoquent des remous étranges à la surface.



la fonte des neiges n'est pas terminée, le lac n'est pas encore à son niveau le plus haut.


Ce n'est pas un très grand lac ni un très grand barrage, il est possible de passer sur l'autre berge par le dessus du barrage . Une centaine de mètres tout au plus.


Le jour décline et la pluie tombe très fort , le lac est maintenant déserté, les pêcheurs sont allés se mettre à l'abri.


Retour par l'autre berge du lac puis le même chemin qu'à l'aller mais complètement trempés malgré le Kway.
La météo annonce encore de grosses pluies pour demain mais en après midi, tout n'est pas perdu .

Ce fut une petite promenade de 2h1/2 avec le tour du lac , histoire de se dérouiller les jambes après 6 heures  de route en voiture.

Demain nous avons prévu une rando avec 700 m de dénivellé....................à suivre.


Repost 0
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 22:00
Ma Soeurette ayant eu la bonté de me ramener un plat à tajine de Tunisie, je m'en vais l' essayer.
Tout d'abord je tiens à préciser que le tajine étant un ustensile de cuisine , la recette de ce qu'on y fait dedans est totalement libre.
Il est souvent de bon ton d'imiter la cuisine Orientale mais il s'agit d'un mode de cuisson et non d'un plat bien précis.
Mon poulet au citron confit sera donc fait selon mon imagination et surtout avec ce qu'il y a dans le frigo !
Pour sa première utilisation, un tajine à cuisson doit être préparé.
Après un lavage méticuleux, il est resté 24 heures dans un bac d'eau froide, puis mise en chauffe très douce avec un diffuseur de chaleur sur le gaz pour y faire chauffer pendant une bonne heure , un mélange d'eau et d'huile d'olive.
Dernière étape , oindre l'intérieur du plat, y compris le couvercle d'huile d'olive qui sera absorbée tout de suite par la terre cuite.
Voili voilou, il est prêt !

En fait il me restait des morceaux de poulet rôti ( restes du buffet campagnard de dimanche pour la pendaison de crémaillère de la maison du fils , vous vous souvenez, le fameux chantier ! ) .

Préparation de la marinade pour le poulet:

- 2 cuillères à soupe d'huile d'olive.
- persil frais ciselé.
- basilic frais ciselé.
- 1 cuillère à café de paprika doux .
- 1 cuillère à café de gingembre en poudre.
- 1 CaC de curcuma ( safran de Martinique).
-  le jus d'un citron.
- un bon tour de moulin à poivre.

Mélanger le tout et arroser les morceaux de poulet , couvrir d'un film étirable et laisser mariner au frigo 2 ou 3 heures.


Les légumes pour l'accompagnement :

- 2 gros oignons.
- 2 échalottes.
- 2 belles pommes de terre.
- un cube de bouillon de volaille.
- des olives vertes dénoyautées.
- 2 ou 3 tranches de citrons confits au sel.

Dans la sauteuse , faire blondir les oignons  et les échalottes hachés, y mettre tel quel le cube de bouillon de légumes qui va se dissoudre dans l'eau rendue par les oignons.

Bien laisser réduire pour les rendre très fondants, éventuellement rajouter un peu d'eau pour éviter de les cramer.

Cuire les patates à la vapeur, éplucher et couper en rondelles de presque un centimètre d'épaisseur.

Quand les oignons sont prêts et sans aucun liquide dans la sauteuse, les placer en une couche épaisse dans le plat à tajine.

Déposer en cercle les rondelles de pommes de terre, les morceaux de poulet au milieu.

Poser quelques oilves vertes et les zestes de citron confit tout autour.



Je n'ai toujours pas publié la recette des citrons confits au sel !

C'est pour bientot ,












On utilise seulement les zestes ! la chair est très très salée.









Arroser du reste de marinade délayée dans un peu d'eau.


La cuisson dans le tajine sera à couvert et à l'étouffée, il faut donc que les légumes soient bien mouillés pour ne pas cramer au fond du plat.
Bien mouillés mais pas trop, on ne fait pas la soupe !

La cuisson au tajine est une cuisson lente, mais dans ce cas tout est déjà pré-cuit, il ne reste qu'à terminer la cuisson à l'étouffée pour développer les aromes des ingrédients.


Enfourner à 150°C pendant 1 heure sera suffisant, verifier de temps à autres que ce n'est pas en train de brûler au fond, si c'est le cas rajouter un peu d'eau.


Est ce que vous sentez ce parfum ?

             Un gris de Boulaouane juste frais a très bien accompagné ce plat.


Repost 0
31 mai 2009 7 31 /05 /mai /2009 21:00

En fait de compotée, il s'agit plutot d'un chutney à la pomme et aux oignons.
Un petit mélange teinté d'aigre doux qui va très bien avec les morceaux de poulet.


Les ingredients pour ce chutney :

- 2 ou 3 pommes.
- 3 oignons.
- du sucre en poudre cristallisé
- du vin blanc sec
- gingembre en poudre
- vinaigre de vin de TRES BONNE QUALITE, fabrication maison c'est l'idéal. ( j'ai banni depuis longtemps les vinaigres industriels ).
- de la purée de piment ( piment à la mangue LE TOCO de Guyane, extra top ! )
- du poivre
- 4 beaux morceaux de poulet, des cuisses ou du poulet découpé.

Faire revenir les morceaux de poulet avec la peau dans une cocotte en fonte  avec un petit fond d'huile d'olive et une branche de thym.

Préparation du chutney :

Eplucher et couper les pommes en batonnets, un peu comme des frites, les mettre dans une poele avec une CaS de sucre en poudre et 5 cl de vin blanc, laisser cuire jusqu'à disparition du liquide ,

 puis verser une grosse CàS de vinaigre de vin , remuer délicatement et laisser évaporer lentement.
Réserver.

Emincer 3 beaux oignons et les mettre dans une sauteuse, avec une CàC de gingembre en poudre, une demi CàC de purée de piment à la mangue ( ou toute autre purée de piment ) ,une rasade d'huile d'olive, du poivre une CàS de sucre et laisser fondre les oignons.



Ajouter un peu de vinaigre ou de l'eau de temps en temps pour éviter de confire à sec.
Goûter et si la main à été lourde avec le piment, rajouter un peu de sucre.


Quand les oignons et le poulet sont cuits, tout réunir dans la cocotte en fonte et laisser mijoter une bonne heure à feu très doux et a couvert, rajouter un peu d'eau ou de vin blanc si nécessaire .


Si la ration vous semble insuffisante servir avec une pomme de terre bouillie qui aura fini de cuire dans la cocotte avec les oignons et le poulet.



Repost 0
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 22:30
Tourte réalisée pour utiliser les restes de farce des légumes farcis à la viande.

Pour les légumes farcis c'est ici (clic).

rappel de l'épisode "réalisation de la farce".

Ingredients:

- chair d'aubergines et courgette hachées
- 1 oignon
- 3 tomates rondes de petit calibre
- 1 boite de champignons de Paris
- une belle branche de thym
- 1 oeuf + 1 oeuf pour la décoration de la tourte.
- 180 gr de riz rond
- ail en quantité selon votre envie ,
- un demi verre de Porto ( j'ai utilisé du Porto blanc )
- 300 gr de farce à la viande, soit achetée toute prête, soit un mélange de boeuf, foie de volailles, jambon etc... en fait la viande qui vous plait ou qu'il vous reste d'un plat précédent.

- et pour cette tourte rajouter deux rondelles de pâte feuilletée.





Dans une grande sauteuse, verser un peu d'huile d'olive et la faire chauffer;
Y mettre l'oignon haché, les champignons de Paris , les tomates épluchées et coupées en dés, du thym et les morceaux de chair des légumes , la ou les gousses d'ail emincées.
laisser rendre eau à tous les légumes.










Quand toute eau est évaporée, incorporer la farce à la viande en mélangeant bien ,













puis verser une grosse lichette  ( ! ) de Porto pour tout bien mouiller et laisser réduire à feu doux en remuant de temps en temps.







 
Pendant ce temps, préparer le riz à la créole en ajoutant un brin de thym dans l'eau pour le parfumer, égoutter et réserver.






Lorsque tous les légumes hachés sont bien fondus, couper le feu, ajouter le riz  en mélangeant, 













puis  ajouter l'oeuf entier et remuer vivement.








 




Etaler cette farce sur une abaisse de pâte feuilletée,












la recouvrir d'une autre rondelle de pâte feuilletée, penser à y percer le trou au centre pour faire une sorte de cheminée.

Bien souder les bords en appuyant fermement dessus, quadriller la surface avec la pointe d'un couteau et badigeonner d'un oeuf battu.











enfourner environ 20/25 mn à four chaud à 180° C.









                A déguster avec une salade verte  garnie de pain frotté à l'ail.






Repost 0
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 22:00
Une petite gelée à tartiner le matin sur du pain grillé au petit déjeuner, une gelée à la saveur subtile des pins des collines Provençales.
Lors de ma cueillette de bourgeons de pins pour la liqueur, j'en ai gardé un peu pour cette gourmandise légère.

Il faut cueillir les bourgeons au moment où ils sont bien gorgés de sève, et cette récolte va nous rendre les mains bien pégueuses, et pas facile de se nettoyer car ça ne part pas facilement avec de l'eau.



Je répète les consignes, comme pour la liqueur , les bourgeons doivent être cueillis sur des pins bien sains, sans cocons de chenilles processionnaires , loin de toute pollution.

Laver rapidement les bourgeons sous l'eau pour les débarrasser de la poussière et autres impuretés.
Les mettre dans la marmite à confiture, avec de l'eau juste pour couvrir  , mais pas trop.


Faire cuire jusqu'à ébullition laisser encore 3 minutes puis éteindre le feu, couvrir et laisser infuser longuement.
Filtrer l'infusion qui sent bon la résine , filtrer finement pour avoir une gelée bien claire sans impuretés .
Mesurer la quantité d'infusion et rajouter le sucre de canne cristallisé à raison de 600gr pour 1 litre et demi d'infusion,

mais il est possible d'en mettre plus.

Dans un verre d'eau, délayer préalablement l'agar agar en quantité suffisante ( 1 sachet pour 1 litre mais celà peut varier ) ,

 verser dans l'infusion sucrée et remettre à bouillir.


Laisser bouillir une ou deux minutes, éteindre le feu et verser immédiatement dans des pots à confiture.
Refermer les pots et les laisser refroidir à l'envers.


Ce n'est pas un tourbillon de saveurs ennivrantes mais plutot un petit goût subtil qui vient émoustiller les papilles .
A consommer de préférence ( selon moi ) au sortir du frigo, juste fraiche mais pas glacée.
La faible teneur en sucre permet de tartiner allègrement sans trop de remords.
Beaucoup moins parfumée que ma gelée de romarin ou de thym, elle n'en est pas moins le témoin des senteurs de nos collines.

Il est bien sûr possible de réaliser cette gelée selon la méthode traditionnelle, avec beaucoup plus de sucre  "spécial confiture" bourré de pectine chimique et une cuisson ultra longue qui va tuer tous les bienfaits de la sève de pins.

La texture y gagnera, pas la qualité.



Repost 0
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 22:00
Les pousses d'aneth , ici en Provence, c'est le bon moment pour les cueillir, ces jeunes pousses du fenouil batard ( celui des bords du chemin ) sont très arômatiques mais très fragiles.

Il est possible de les congeler, en placant les branches directement dans un sac congelation.
Autre méthode, ciseler finement l'aneth , en garnir les alvéoles d'un bac à glaçons et couvrir d'eau.
Un glaçon à l'aneth = une dose !

Préparation de la marinade:




Couper les pavés de saumon en lanières .

Si le saumon est surgelé  avec la peau, celle ci se détachera très facilement en milieu de décongelation, juste quand l'exterieur est décongelé et le coeur encore gelé.







Dans un saladier y mettre un oignon haché très fin, le jus de 2 citrons jaunes, deux ou trois belles branches d'aneth ciselé très fin, du poivre, une CàS d'huile d'olive.

Y mettre les lanières de saumon , mélanger délicatement et couvrir d'un film alimentaire.
Laisser macérer au frais pendant 2 ou 3 heures.

Si l'aneth est surgelé, un petite giclée de pastis pur en renforcera le goût .







Pendant la cuisson des pâtes , verser la macération, saumon et jus, dans une sauteuse, faire chauffer à feu moyen pour réduire le jus.











Juste avant d'égoutter les pâtes, ajouter dans la sauteuse, 10 cl de creme fraiche , bien remuer et laisser à feu doux jusqu'au moment de servir.








La cuisson des farfalles doit être "al dente" comme toutes les bonnes pâtes,  8 mn en ébullition et 2 ou 3 mn feu éteint et couvert ( la cuisson va se poursuivre, et on économise de l'énergie )
Ne pas oublier le filet d'huile d'olive dans l'eau de cuisson salée pour avoir des pâtes bien détachées.



     Servir directement en assiettes , tout étant bien chaud.



Repost 0
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 22:45

Cette liqueur, c'est un secret !

c'est mon amie F.... qui réalise ce breuvage des Dieux de Provence, et  elle est très généreuse pour en faire profiter ses ami(e)s , sans aucune restriction. Mais, comme on dit chez nous, c'est pas la même chanson quand il s'agit de donner la recette.
J'ai appris à la faire cette liqueur, tant convoitée, et comme je vous aime bien, la voilà.
Si ce n'était le prix du sucre, on pourrait ranger cette recette dans ma catégorie " plat de pauvres" .


Sur le papier, virtuel ou réel, cette recette est très simple , dans la réalité il s'agit de trouver les bourgeons de pins, au bon moment, au bon endroit et de se mettre de la résine plein les doigts.
Au bon moment, car trop tôt ils n'auront aucun arôme, trop tard ce seront de petites pignes et là il n'y a plus rien à faire.
Au bon endroit car il est impératif de cueillir ces bourgeons loin de toute pollution et sur des pins parfaitement sains.

Il nous faut de beaux bourgeons de pins bien collants de sève, gorgés de résine surchauffée par le cagnard. Il en faut beaucoup, et contrairement à ce que l'on peut croire, c'est pas facile à récolter.

Il nous faut aussi l'inévitable alcool à 90° de la pharmacie, attention, pas de l'alcool dénaturé ni iodé . l'alcool à 90° clair et pur.
Normalement la vente en pharmacie est libre, mais certaines officines rechignent et pretextent une interdiction à la vente libre, ce qui est faux . Ils ont seulement comme consigne de vendre ce produit en toute connaissance de cause.

Bon , après avoir soudoyé le pharmacien ou fait un gros sourire à la pharmacienne, on y arrive.

Un bon demi litre qui sera coupé avec un demi litre d'eau non minérale ( genre Evian ou toute eau préconisée pour biberon ) l'eau du robinet n'étant pas conseillée pour cause de chlore et/ou de calcaire.

Une exception l'eau du robinet à Marseille qui est la meilleure eau potable publique de France , oui oui c'est vrai !

L'alcool sera coupé à moitié d'eau pour avoir un alcool à 45° ce qui est bien suffisant, ce n'est certes pas le degré qui "fait le goût".
Couper le degré de l'alcool AVANT macération, sinon il y a risque de rendre trouble le liquide si l'ajout d'eau est fait par la suite, ce qui ne change pas la qualité mais est moins esthétique.

L'utilisation d'alcool pour fruits à 40 ou 45° est possible mais selon la qualité et la provenance, les résultats sont aléatoires.

1ère étape :

Trier et laver les bourgeons rapidement sous l'eau froide pour éliminer les traces de poussières ...............et autres araignées, mouches, vers, chenilles, scolopendres, rats, lapins , serpents , corbeaux , bref la faune habituelle de nos forêts profondes.

Tasser le maximum de bourgeons égouttés dans un bocal à fermeture hermétique , verser un litre d'alcool à 45° fermer , remuer pour bien mélanger et oublier au moins un mois à la cave , à l'ombre à l'abri des prédateurs.



2ème étape:

j'ai envie de dire rdv dans un mois !

mais bon , on va un peu anticiper.

Filtrer dans un filtre à café au moins deux fois.
Réaliser un sirop de sucre léger avec du sucre de canne, ou utiliser du sirop de sucre de canne liquide du commerce ( excellent si 100% sucre de canne ) .
La quantité de sucre dépend pour beaucoup de votre goût, mais c' est une liqueur donc c'est sucré et celle ci demande à l'être . 
Juste ce qu'il faut, ni trop ni pas assez, pour celà, il faut goûter au fur et à mesure , dans la vie faut savoir prendre des risques ! 

Ne pas rajouter d'épices ni de citron ni vanille !


3ème étape :

Remuer pour bien mélanger le sirop.
Mettre dans une jolie bouteille, réaliser une jolie étiquette, bien boucher et  laisser vieillir à la cave, combien de temps ? le plus possible. Eh oui c'est le plus dur !
Mais un mois ou deux c'est le minimum nécessaire.


Cette bouteille c'est mon amie F.... qui me l'a offerte il y a déjà au moins trois ans.
Le léger dépot n'en altère en rien la qualité.


C'est une liqueur qui se garde très longtemps , plusieurs années et qui se bonifie.


Je ne l'ai jamais fait mais il est possible de faire de même avec des bourgeons de sapin....pas fait, faute de sapins dans mes collines Provençales.

Il parait qu'il faut boire avec modération, vu le niveau de la bouteille, c'est respecté !



 


Repost 0

Profil

  • Jean Luc
  • passionné par la plongée sous marine, je suis aussi un amoureux des collines Provençales.
La plongée et la rando sont mes activités sportives preferées.
La cuisine,la lecture,la photo, la pêche  et le jardinage sont mes activités plus calme
  • passionné par la plongée sous marine, je suis aussi un amoureux des collines Provençales. La plongée et la rando sont mes activités sportives preferées. La cuisine,la lecture,la photo, la pêche et le jardinage sont mes activités plus calme

Le Bureau

  ROMAN

Le grand secret

 gd secret

 

Si vous avez envie de  tenter l'aventure d'une plongée sous marine en mode spéléo avec tous les frissons que cela comporte, mais bien calé dans un fauteuil et en 191 pages, me faire parvenir

 

   un chèque de  20 euros TTC , port compris

Jean Luc Fontaine

130 vallon des Escourtines

13011 Marseille

Dédicace personnalisée sur demande.

plus de détails ici :

***********************************************************************
  

Indice Atmo : vue d'ensemble

 

 

Rechercher Un Article ?

Visiteurs présents sur le site

Compteur Global

 

 

 

 

 

Randos et plongées

 Petites randos dans nos collines et ailleurs..

 

Hautes Alpes :

Champoléon : le refuge de tourond

Champsaur : Le col de Moissière

Champsaur : le col de Gleize

Valgaudemard : Les cabanes de Prentiq 

Valgaudemard le refuge des souffles

Valgaudemard le refuge du pigeonnier

Valgaudemard, les sources des Doux

Devoluy: le village de Chaudun

Devoluy: le sentier de ronde de Chaudun

Devoluy, sentier de ronde  de Chaudun et fouanières

Les pénitents des Mées

Devoluy: la petite Céüse

Devoluy: le col de Tournillon

Devoluy: la roche de la Fouanières

Devoluy: le pic de Céüse

Devoluy: Céüse, le pas du loup

Devoluy, le roc de Rimat

Devoluy, la tête des Ormans

Devoluy, la tour carrée

Devoluy, la chapelle de la Crotte

Gapençais, crêtes de Charance 

Gapençais, le Cuchon

Devoluy la boucle de la Souchière

 

Retrouvance en Buëch Devoluy :

1ère étape, Veynes - Agnielles

2ème étape, Agnielles - Recours

3ème étape, Recours - Rabioux

4ème étape, Rabioux - Les Sauvas

5ème étape, Les Sauvas - Chaudun

6ème étape, Chaudun - Rabou 

 

Massif  du Garlaban :

Tête rouge et le Taoumé

Tête rouge et le Taoumé 09/2011

La Grotte de Grosibou au départ d'Allauch

Le puits de l'Aroumi 

Le puits de l'Aroumi au départ de la Fève

La baume sourne

La source de Barqieu et le Garlaban 2

Le Pic du Taoumé par le vallon de Précatori

Le sentier des scolopendres

Garlaban,  la source du chien

Le col de Tubé au départ de lascours, 1ere partie

Le col de Tubé au départ de Lascours, 2ème partie

La parloire mai 2011

La parloire janvier 2012

Le Mont du Marseillais 

La grotte de Manon et

le sentier des scolopendres

La grotte du berger

Sur les traces de Pagnol

Le domaine de Pichauris

La grotte du Midi ..ou du Papé

Lascours, le grand vallon

Le vallon de Passetemps

Grand vallon et grotte du papé

Grottes et marmites du grand vallon 

Lascours, le grand vallon 

La croix de Garlaban face sud.

Nocturne, la croix de Garlaban

Font Berguettes

Marmites du grand vallon

Grosibou par Lascours 01-2014

Baume Sourne 12-2013

L'eau des collines-grotte de l'étoile 02 2014

Lascours, gd Vallon 03 2014

Lascours gd vallon et grotte du Papé 05 2014


 

Massif de l'Etoile :

L'aire de la Moure

Notre Dame des Ange, ....près de Marseille
La grotte des fées et le Baoù Traouqua

Le mont Julien et le Ratier

La tête du grand Puech

La grotte de la Vierge

La tête du Gd PUech 01-2014

 

Massif de la ste Baume :

Le balcon des Encanaux

Le col de Bertagne

La glacière du vallon du Fauge

La crête de la Lare 

Le plan des Vaches par les dents de Roque Forcade 2012

Le joug de l'aigle

La source de l'huveaune

Les sources de l'Huveaune 2  

Le circuit de la Taurelle 

La grande Baume par bertagne

Le jas de Miqueoù

le chemin du blé

Les quatre chênes 

Le balcon des Infernets 

Le signal des Beguines 

Le col de Bertagne et la grande baume 2

Rougiers, Castrum st Jean et les 4 chênes 

Le vallon des cèdres

La croix du Paradis

Le Paradis et le sentier merveilleux

Le vallon de la galère

Le balcon des Infernets et le torrent des Encanaux 

Le tour de Roussargues

Le pas de Cugens

Le gouffre du plan des masques 

Les dents de Roque Forcade, autre parcours

Le vallon de l'Aigle

Le pas de la Cabre

La grande Baume

La tour Cauvin

Falaises de Cugens, le trou du vent

La grande Baume 2013

Le Cruvelier et le Brigou 

Le jas de Sylvain

Le plan des masques

le sentier Marcel Estruch

Le trou du vent 02 2014

Le jardin suspendu 03 2014

La neige au Paradis 03 2014

Le tour du pic de Bertagne 03 2014

Du pas de la cabre au Paradis 06 2014

Le ravin des Encanaux 06 2014

Le sentier marcel Estruch 05 2014

La voie Gombault 04 2014 

 

Massif de Luminy, les calanques, Cassis :

Les falaises de Soubeyranes 

Port pin et le ravin de Gorgue longue

La calanque de Morgiou

Le tour du mont Puget

Le vallon de la fenêtre

Les falaises du Devenson

Le cap Morgiou

Grand Malvallon, les 3 arches    

La couronne de Charlemagne

Le Malvallon sud et le belvédère celeste

Le plateau de l'homme mort
Le plateau de l'homme mort 2013

La calanque des pierres tombées

Le pas de l'oeil de verre, la Candelle

La rêveuse du pas de la Lèbre

La calanque de l'Escu

Le col de la selle et grotte Rolland

Beouveyre

Falaises du Devenson et l'Eissadon

Rando givrée, belvédère de Titou Ninou février 2012(1)

Belvédère Titou Ninou fevrier 2012(2)

Les 4 pas :  demi lune, escaliers des géants...

sommet de Marseilleveyre(1) les 3 grottes

Sommet de Marseilleveyre (2) les escaliers des géants

Le col de la Selle, les grottes Dechaux

La cheminée du Diable

Le cirque des Pételins

La traversée du mont Puget

Les 3 arches du Malvallon 2012

L'anse de Melette

Le couloir du Cadellon

Calanques de l'Escu et Melette

Les falaises du Devenson et de l'Eissadon

Le vallon de la fenêtre 2012

L'escalier des géants

Le pas de la Cabre

En Vau et Port Pin

Le cap Gros

Le belvédère d'En Vau

Le couloir du Candeloun

Les 4 grottes du rocher st Michel

Le sommet de Marseilleveyre

Le plateau de Cadeiron

Le sentier du chinois

Sentier Garrigue et cap Gros 

Le vallon de l'herbe et cap Gros

Le tour de la grande Candelle

Les calanques de Sugiton et Morgiou

Cap Gros, le saut du chat

Les trois pas...

La tête de Melette 

Couloir du Candelon intégral

Les crêtes de soubeyranes

Le cirque de mestrallet

Le vallon de l'herbe

Le tour de la Candelle

Titou Ninou à la belle étoile

Cap Morgiou grotte du figuier

Le vallon de Mestralet

Titou Ninou nov 2013
Creche troglodyte

Creche troglodyte suite 01 2014

Le Mt Puget et le couloir du Candelon 01-2014

La grotte de l'Ours 01-2014

Titou Ninou, la crèche suite

sommet Marseilleveyre 01-2014

calanque de l'Escu 01-2014

au fil de mes envies 12-2013

Beouveyre 12-2013

La cheminée Lacroix 01 2014

Mont Puget et couloir du candelon 01 2014

La grotte de l'Ours 01 2014
Les falaises du Devenson 02 2014

Au dessus de Sormiou 03 2014

Le pas de la demi Lune et Marseilleveyre 03 2014

La grotte de la colonne 03 2014

La croix du Malvallon 03 2014 

Le cirque de Melette-walkyries 06 2014 

Le renard des calanques 

 

Les massifs de Marseilleveyre à Aubagne :

La source des eaux vives

Le balcon des Escourtines

Le Montounier et la chapelle St André

Le Mont St Cyr

Le four à cades de revers de boquié

Le Baoù de la Candolle

Le balcon des Escourtines et la source des eaux vives - juste au delà de mon jardin

Le Douard et les gorges de la petite ste Baume  

Notre dame de Julhans

Le mont Lantin et le mont Carpiagne

Le mont Lantin et la source des eaux vives

Le vallon de Gendame

Le cabanon du Marquis 01-2014

 

Massif de Regagnas et mont Aurélien :

L'ermitage de st Jean du Puy

Le sommet du Regagnas  

Le rocher Olympe du mont Aurelien

le Mont Olympe

Le plateau de la Serignane

Le mont Olympe et le rocher de 11 heures

Le rocher de 11 heures

pique nique à st Jean du Puy 12-2013

 

Massif et Parc naturel du Luberon :

La foret de cèdres

La combe de Sautadou  

Le tour du Roumagoua 

Oppede le vieux, versant nord

La source du Mirail

Le pin de l'Eigoune

La Groupatassière

Le plan des Agas

Les moulins du Veroncle

La combe de Vaumale 04 2014

 

Massif de ste Victoire :

Le pic des mouches

Le pic des Mouches version plus longue

Le pic des mouches au départ de Puyloubier

Le sentier Imoucha et les cretes de costes chaudes

Le Prieuré et la croix de Provence

Le Garagaï

Refuge Baudino au départ du parc des 2 aiguilles

D'un barrage à l'autre

L'ermitage st Ser

De st Ser au pas du Clapier

Le pic des mouches au départ de Puyloubier

Le pic des mouches par st Ser

Le gouffre de Garagaï

La croix de Provence par la marbrière

Refuge Baudino nov 2013

Le vallon de la Tine 03 2014

Le gouffre de garagaï 04 2014

Le pic des mouches 04 2014   

 

Le Verdon :

Le sentier des pecheurs

Le sentier des pêcheurs 2012

La chapelle ste Maxime, la draille des vaches

Le lac de ste Croix, le tour du Defens 

 

Divers :

Guillestre et la rue des masques

Raquettes à Risoul

Var, Lou gro Cervo

Var, La grotte du Garou

Var, Les gorges du Caramy

Var, les gorges du Caramy depuis le barrage

Var, le vallon du rocher des abeilles
Les crêtes de Roque Menourque 

La calanque de Figuerolles, cote bleue

Le mont Concors

Mazaugues, les ruines de Touchou

Le Puy ste Réparade, la Quilho
St Esteve Janson, le chateau

Notre dame des Anges...dans le Var

Vaucluse, le mur de la peste

Cote bleue, calanque de la Vesse

Alsace, mont ste Odile, le mur païen

Guyane, le sentier Rorota

Le village troglodyte de Calès

Port d'Alon, sentier du littoral

Le Mourre d'Agnis

La grotte du Mounoï Var

Var , le chateau du Diable 05 2014

Var, les gorges du Destel... l'intégrale 04 2014


Corse :

La boucle de l'Acciolu

Le sentier du facteur de Girolata

Le refuge d'Ortu

La punta di Bonassa

 

Andorre :

Le lac d'Angolaster

Le col de Juclar

Les lacs des salamandres  

Les lacs de Meners

Les lacs de Siscaro

Le circuit nature de Canillo 

 

Ardèche :

Le chateau de Pierre Gourde

Le sentier du vigneron

Le tour de Girond

Le chateau de Rochebonne

 

Lozère :

Eglazines et st Marcellin

Les echelles de Cinglegros, le pas de l'Arc

Causse Méjean corniches de la Jonte

 

 

 

 

 Plongées en Méditerranée :

 

1ère plongée de l'année 2009
La pierre de Briançon

L'île Moyade
Au phare de Planier
La calanque des Contrebandiers

Cadaquès, Massa d'Or
L'épave du Donator
L'épave du Chaouen
Le grand Congloué
La grotte de la Télévision
L'impérial du milieu
L'île de Riou
La pointe Caramassagne

La pierre à Daniel
Pointe Caramassagne 02/2010
La grotte de la télévision 03/2010
Quelque part vers Planier

Caramassagne, la grotte 04/2010  

Le tombant de la boulegeade 

Le tombant de la boulégeade 2

Au sud ouest de Planier  

Planier, Mola mola
L'épave du Ker Bihan

La pierre de Cassis  

La pierre à Daniel(2)  

Plongée...dans mes archives photos

Ma dernière chasse sous marine

Le couloir des gorgones

Zeus faber, un poisson de légende 

Grand congloué, les bankaws  

2011 la calanque du contrebandier

06/2011  La pierre de Briançon

2011 La grotte de la télévision

08/2011 Caramassagne

08/2012 la grotte à Peres

08/2012 la pierre à Daniel

08/2012 l'arche de Planier

06/2012 la grotte de la télévision

06/2012 la calanque de l'Escu

03/2014 Riou pte Caramassagne 

02/2014 calanque du contrebandie

07 2014 dans le bleu, calanque du contrebandier 

06 2014 la pierre de Cassis 

06 2014 la cap nègre 

 

 

 


 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







Gites et chambres d'hotes

Coups de coeur

 

Quelques sites que je recommande :

 

Jacques Testa artiste peintre.

 

Ely Boissin artiste peintre et plongeur .

 

Les dessins de RB 

 

Glibert Thomas, le peintre des calanques