Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 21:30
Samedi 14 mars, la météo annonce une belle fenêtre sans vent, ou très peu.
A 8h30, ma Calypso, repeinte de neuf de la quille à la timonerie , moteur révisé, quitte son amarre de la Pointe Rouge avec deux plongeurs seulement de toute notre petite équipe, direction Riou, et les Impériaux.

Ce sont trois rochers qui sortent de l'eau au sud est de Riou, à l'extremité est de l'archipel des îles de Marseille.

- le plus près de Riou : Impérial de terre.
- un peu enlargué : Impérial du milieu.
- le plus au large : Impérial du large.

Au fur et à mesure que l'on s'éloigne de Riou, les fonds sont .........de plus en plus profonds.

Une trentaine de mètres à l'Impérial de terre.
De 40 à 50 à l'Impérial du milieu.
60 m et largement plus autour de l'Impérial du large.


Pourquoi les Impériaux..........c'est une autre histoire, une histoire de vague ressemblance de l'un d'entre eux avec le couvre chef de Bonaparte !
Vous voyez que chez nous pour dénommer les sites de plongée on fait dans le simple et l'évident.

            
Devant, à quelques mètres, la pointe est de l'Impérial du milieu, au fond l'Impérial du large.

Mouillage de Calypso, face à la petite, mais nerveuse houle qui vient de l'ouest, et hop à la flotte.

Nous ne sommes que deux, nous n'avons pas plongé depuis 15 jours, on ne va pas aller trop profond, limite à 40 m !
De cette façon, pas de paliers trop longs dans une eau à 12 °C , il fait un soleil radieux en surface mais la flotte reste glacée.
De la surface jusqu'à 20m la visibilité est moyenne, dans une eau "blanche" ( conséquence  du vent violent de ces derniers jours ) mais au fond, c'est du cristal .
Et pas un brin de courant , ce qui est rare dans cette zone.

C'est parti pour le tour de l'ilot avec un profil de plongée idéal, "comme dans les livres".

- descente au mouillage pour assurer l'ancre du bateau et ensuite, direct au plus profond,( tout au moins celui qu'on s'est fixés ), pour continuer le tour en remontant progressivement, la fin de plongée se faisant bien sûr dans la zone la moins interessante.

Dans la descente entre deux pierres, un chapon de belle taille, attend sa proie en se camouflant, son mimétisme avec le fond est extraordinaire.
C'est l'éclat du flash qui fait ressortir sa couleur rouge/orangé, sans flash il est quasiment invisible.

Il faut "photoshoper  la photo " pour qu'il soit bien visible au final.

       
Gros plan recadré sur la tête, il peaufine son camouflage avec des algues qui s'accrochent aux épines.

Il m'a vu et ses nageoires se sont dépliées, il est prêt à fuir si je me rapproche encore.

Vue en pleine eau, par 40m de fond cette mostelle de 50 cm est en vadrouille, après le coups de flash de l'APN, elle va partir se cacher sous un surplomb.

La mostelle c'est un peu comme l'autruche, une fois qu'elle a mis le tête à l'abri elle se croit complètement cachée.


C'est un très beau poisson à la chair fine et blanche, un poisson de luxe car sa peau très fragile résiste difficilement aux filets et chaluts, donc très rare sur les étals des poissonniers.

En fin de plongée, on remonte lentement en terminant le tour de l'ilot, vers 15 m de fond, un énorme fiellas ( congre ) est paisible dans son trou,

sa taille et son habitude des plongeurs ne lui occasionnent aucune crainte devant mon approche un peu serrée.

Pour la photo qui suit, le caisson étanche de l'APN est à une dizaine de cm du fiellas sans que celui ci ne sourcille, c'est une star qui aime poser pour les photographes.

                           
Photo non recadrée, zoom en grand angle, "20 mm", je suis vraiment très près !

Même le coup de flash le laisse imperturbable, il attends calmement que nous soyons partis pour se remettre à chasser. Un sage.

Voilà, retour vers l'ancre du bateau après une petite plongée de 45 mn.
Préparation de l'ancre pour un départ sans s'enraguer, quelques minutes de paliers de décompression et retour à bord pour un thé brûlant qui va nous réhydrater et nous réchauffer les os !

Malgré la température de l'eau, c'est du super beau temps sur la rade de Marseille.




Repost 0
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 17:00

Tianù de haricots rouges , recette Corse à la base , à peine dévoyée par mes soins , mais comme pour toute recette traditionnelle, chacun y met sa "touche". personnelle.

Le tianu c'est un poêlon en terre .

Un plat qui se suffit à lui même, qui tient bien au corps, à faire pour une froide soirée d'hiver.
Malgré ce préambule, il s'agit d'un plat tout en finesse , les ingrédients devant être de premier choix.

Les ingrédients : largement pour 4 personnes.

- 300 gr de haricots rouges secs .
- un figatelli entier ( figatellù ) de bonne qualité.
- un demi poireau ou mieux , une botte de poireaux sauvages.
- 3 belles échalottes
- 1 gros oignon jaune.
- 3 tomates.
- 4 tranches ( 150gr environ ) de poitrine.
- 1 verre de vin rouge de Corse.
- 2 feuilles de laurier, thym et romarin en branche, baies de genièvre.
- huile d'olive.

La tambouille :

Faire tremper les fayots pendant minimum 12 heures dans une casserole d'eau froide.


Ensuite, changer l'eau et les faire cuire pendant 20mn dans l'eau bouillante légèrement salée, l'eau doit se teinter en rouge foncé.
Goûter les haricots et prolonger la cuisson si nécessaire, ils doivent être à peine farineux mais cuits sans être éclatés.
Egoutter et réserver à part les haricots et l'eau de cuisson.

Couper en petits tronçons les poireaux sauvages ou le demi poireau du jardin.

Hacher grossièrement les échalottes et l'oignon.

Dans une cocotte faire blondir poireaux, oignons, échalottes dans un fond d'huile d'olive avec une belle branche de romarin et de thym.

Peler épepiner et trancher les tomates.

Ajouter les tomates dans la cocotte dès que les oignons sont blonds, mettre à feu doux , ajouter quelques baies de genièvre, poivrer.
S'il s'agit de tomates d'hiver, ajouter une CàS de concentré de tomates.


Couper les tranches de poitrine en morceaux, ajouter dans la cocotte, penser à remuer pour éviter que celà "attrape" au fond.

Trancher et peler le figatelli,

ajouter dans la cocotte, avec les haricots, une ou deux feuilles de laurier, 1/2 Cà C de purée de piment , le verre de vin rouge Corse, un verre d'eau de cuisson des haricots. ( ne pas jeter le reste ).






Remuer délicatement pour ne pas tout écraser en purée.

Transvaser le contenu de la cocotte dans un poêlon en terre ( tianù ) qui va servir de mijoteuse
Laisser mijoter à couvert, au moins 2 heures à feu très doux, en plaçant un diffuseur thermique sous le tianù .

Veiller à ce qu'il y ait toujours un peu de liquide, si nécessaire rajouter du vin et/ou de l'eau de cuisson.
Servir bien chaud accompagné d'une simple salade verte et .....du reste de vin Corse en boisson.



Autre possibilité:

 Réduire les portions dans les assiettes et accompagner d'un peu de riz sauvage ( mélange de trois riz ).

 Le riz et les haricots font un excellent mariage gustatif, quant au reste.....

Avec ou sans accompagnement de riz, ce plat est nettement meilleur réchauffé et longuement mijoté.




Repost 0
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 22:30
LA VRAIE, c'est certainement exagéré, mais on peut dire qui se rapproche le plus de la recette originale.
Vu la quantité de variantes qui existent , et je ne suis pas le dernier à en rajouter, il est bon quelquefois de revenir aux sources.

Bien entendu c'est une tarte réalisée avec des  pommes.

Pour les pièces détachées :
- 7 ou 8 pommes.
- 100 gr de beurre ( j'ai mis 150 et il y en a trop ! )
- 200 gr de sucre .
- une rondelle de pâte brisée.
- de la canelle éventuellement.

Pour la technique:
Dans un moule à manqué allant au feu vif, mettre le beurre en petits morceaux et le sucre.
A feu vif, remuer pour réaliser un caramel que vous laissez à juste dorer.
Retirer du feu.

Peler, épépiner et couper les pommes en quartiers.
Déposer les quartiers de pommes les plus gros au fond du plat en serrant bien, les morceaux plus petits viendront boucher les trous.

 Bien enfoncer dans le caramel.


Couvrir le plat d'un couvercle ou d'un papier alu et laisser mijoter une dizaine de minutes pour précuire les pommes et les enrober de caramel.
Retirer du feu, laisser un peu refroidir et poser votre rondelle de pâte sur les pommes caramélisées en bordant bien tout autour.


Préchauffer le four à 180°C et enfourner pour 35 mn . Surveiller.

Quand la pâte est bien dorée, sortir le plat du four

et le  retourner tout de suite sur un plat légèrement plus grand.

Attention aux projections de caramel brûlant, il faut agir vite et sans hésiter.

Saupoudrer de canelle, ( il est préférable de ne pas faire cuire la canelle pour préserver ses arômes ).

Voilà c'est déjà fini, et c'est à déguster tiède ,  sans crème ni boule de glace ni rien !
Cette tarte se suffit à elle même.





Repost 0
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 22:30

Durant notre deuxième séjour au Québec, pendant que les enfants étaient au travail, nous avons fait une escapade.
Le parc du Mont Tremblant est un de ces grands parcs naturels typiques d'Amérique du nord, des espaces superbes, voire grandioses, où il semble que la nature soit préservée à l'état sauvage.
En fait si la nature est réellement préservée, ce n'est certes pas à l'état sauvage, dans ces parcs rigoureusement encadrés par les gardes, tout est règlementé, tout est sécurisé.
Le parc du Mont-Tremblant, situé à 140 km au nord de Montréal, est le plus vaste des parcs du Québec. Il prend place sur les sommets arrondis de la chaîne des Laurentides, la plus vieille chaîne de montagnes de la terre et est recouvert d'une forêt dense dominée par les érables à sucre. On y trouve quatre cents lacs, six rivières parsemées de chutes et de cascades, et une multitude de ruisseaux.
Parfois on a l'impression au détour d'un sentier que l'on est enfin en pleine montagne, seul, et brutalement, un bruit de moteur, c'est la voiture du garde forestier qui patrouille sur la belle route goudronnée là , juste derrière les arbres, invisible du sentier, l'illusion est parfaite.

C'est bien dans l'état d'esprit "Américain", safe and secure, vous jouez les aventuriers mais au moindre bobo ou à la moindre incartade, le garde est là pour vous aider ......ou vous verbaliser.
Ceci dit ce parc naturel est absolument splendide paré de ses couleurs automnales, le calme absolu, ( sauf la voiture de patrouille  ! )

Abandonnant le 4x4 de location au poste de garde de st Donat, réglant notre entrée ( pas gratos hein, il y des frais pour entretenir tout celà )  et sac au dos nous voilà partis pour une excursion de la journée .

La carte fournie à la caisse est très claire, les sentiers bien balisés, normal me direz vous on est en Amérique du nord !


Sur la carte, un tracé nous parait adapté au temps dont nous disposons, ce soir il faut que nous soyons de retour à Montréal chez les enfants.
Destination les chutes aux rats, le nom nous semble si curieux que tout de suite nous sommes conquis !
la carte annonce 10 km aller / retour en prenant notre temps, il y aura du rab !

Le sentier vallonné à souhaits, serpente entre les arbres aux couleurs d'automne

et jusqu'aux chutes les lacs se succèdent, lac Provost et lac Lajoie.

Calme absolu !

Sous bois aux bonnes odeurs d'humus.

De temps à autres un écureuil timide se montre fugitivement, ici on est pas à Montréal, ces animaux ne squattent pas les poubelles pour subsister.
Les chutes aux rats, pas grandioses mais attirantes, l'endroit est superbe ! Les chutes semblent jaillir de la forêt dans un fracas d'eau et de roches.

L'aire de pique nique est aménagée ( bien sûr ) , bancs et tables en bois solidement ancrées au sol, pelouse tondue, poubelles propres et régulièrement vidées, bref, en pleine nature mais clean comme à la maison !
C'est que si la promenade ( pompeusement appelée rando  sur les guides ) se fait à pied pour en apprécier toute la beauté, on peut tout de même y venir en voitures, la route n'est pas loin, il suffit de le signaler aux gardes forestiers à l'entrée du parc. Parking règlementé .


Une esplanade aménagée au dessus des chutes permet une superbe vision de la cascade.

Force panneaux vous interdisent de plonger, se pencher , aller au delà des barrières, etc.


Nous sommes en semaine, il n'y a pas beaucoup de promeneurs, je suppose que le week end, ce doit être un autre histoire !

Après le pique nique et vu que nous avons un peu de temps devant nous, nous allons continuer vers le nord, en direction du lac Fromin et du lac Sorel 

 
A partir de là, plus de route parallèle au sentier, la vraie nature semble reprendre ses droits.

La forêt majoritairement composée d'érables à sucre se pare de toutes les couleurs.
 
Arrivés au lac Fromin le sentier se retrécie, à tous moments on a l'impression que l'on va se retrouver nez à nez avec un ours ou un quelconque bestiau.

Ici c'est moins "clean", plus "nature", les arbres morts ne sont pas enlevés, il y a des feuilles mortes au sol et même un peu de vase sur les rives du lac !

Plus haut encore, le lac Sorel semble carrémént oublié par les standards du parc !
Une envie de baignade sera vite refreinée, l'eau du lac en ce mois de septembre est à 8°C !

Ici rien de déboisé, ni ratissé, ni tondu ! enfin de la vie sauvage et naturelle.

Le retour se fera par un sentier un peu plus long et sinueux mais visiblement moins fréquenté.

Ce sera pour le trajet aller et retour 5 heures de marche plus les arrêts , largement au delà des 10 kms envisagés au départ. 


Un belle journée dans ce parc , où les Canadiens aiment à y venir jouer au campeur dans les bois, le camping-car garé sur l'aire de stationnement et le barbecue à gaz allumé pour griller la viande surgelée.

Bien sûr je me moque un peu de cet état d'esprit aseptisé,  propre sur lui et parfaitement règlementé, je regrette profondément que la  société en soit arrivée à "civiliser" une nature aussi belle mais peut être en est - ce le prix à payer pour la conserver ?

Anecdote, ( trouvé sur un site internet relatif à cette promenade )

Avertissement:
Cette page est fournie à titre informatif seulement et ne doit pas être considérée d'aucune façon comme un incitatif à effectuer la randonnée. Cette page n'est là que pour partager d'une façon virtuelle une randonnée pédestre. Si vous décidez d'effectuer la randonnée, vous devrez en assumer la complète responsabilité, comme toute randonnée pédestre dans un environnement forestier. Le propriétaire du présent site ne peut-être d'aucune façon tenu responsable des accidents pouvant résulter de la pratique desdites activités et randonnées.

Voilà c'est dit et c'est bien pour confirmer cet état d'esprit ou tout le monde sort "le parapluie".

D'ailleurs j'en profite pour vous dire que si vous êtes tentés d'effectuer cette "rando" vous le faites sous votre responsabilité etc etc etc.

Repost 0
17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 22:00


Un gâteau délicieux , facile à réaliser et pouvant faire l'objet de diverses adaptations personnelles sur le principe du gâteau au yaourt.

Le matériel pour travailler:
- 3 oeufs
- 1 yaourt nature fait maison
- 2 pots de yaourt de sucre, moitié sucre blanc, moitié cassonade.
- 3 pots de yaourt de farine.
- 1/2 pot d'huile d'olive.
- 1 sachet de levure chimique.
- 3 poires.
- 2 barres de chocolat noir coupées en morceaux.
- 1 verre à liqueur de liqueur de noyaux faite maison, ( ou tout autre alcool arômatique, calva par exemple )

La méthode pratique:
Préchauffer le four à 180°C.

Mettre dans un saladier les oeufs, le yaourt et les sucres et mélanger.

Incorporer petit à petit la farine et la levure.

Ajouter l' huile d'olive .


Ajouter les brisures de chocolat noir et le petit verre de liqueur, bien mélanger.


Verser la préparation dans un moule à manqué légèrement beurré.

Laver, éplucher et couper les poires en quartiers.
Disposer les morceaux de poires sur l'appareil et saupoudrer de canelle.

Enfourner pour 30 minutes
à mi cuisson, saupoudrer de cassonade , environ 1 CàS.

Vérifier la cuisson en plantant une lame de couteau, lorsqu' elle ressort sèche c' est cuit.

A déguster avec un peu de crème fraiche épaisse, ou une boule de glace !




Repost 0
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 22:00
La flaugnarde, ou flognarde, il semble que les deux écritures soient correctes, est un dessert originaire du Limousin , et proche du clafoutis;
normalement le clafoutis est fait avec des cerises et la flaugnarde avec des pommes !

 Encore une fois je vais dévoyer cette recette et y mettre des kiwis.
C'est facile à préparer, juste un peu longuet à la cuisson mais rapide à déguster .

Il nous faut :
- 5 ou 6 kiwis
- 150gr de farine
- 150gr de sucre
- 4 oeufs
- 75 cl de lait
- 2 CàS de rhum pour parfumer
- une lichette de beurre pour beurrer le plat

La préparation:
Préchauffer le four à 200°C.
Eplucher ( bien sûr ! ) les kiwis et les couper en rondelles aque la guitare mandoline
beurrer un moule a manqué et y déposer le plus possible de rondelles de kiwis

dans un grand saladier, casser les oeufs, y incorporer le sucre en fouettant jusqu'à obtention d'une crème mousseuse

incorporer peu à peu la farine, le lait et le rhum tout en continuant à fouetter pour bien homogénéiser cet appareil.

Verser sur les rondelles de kiwis.

Enfourner à four chaud pour 45 à 50 mn , surveiller.
Pendant les 15 premières minutes, si trop de rondelles de kiwis remontent à la surface, les forcer à plonger .

Se déguste encore tiède et pourquoi pas avec un coulis de chocolat ?


Repost 0
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 23:30

Nous quittons Tadoussac, superbe village semblant hiberner sous une épaisse couche de neige, semblant seulement car au Québec, la neige, l'hiver , c'est un évènement normal ! pas banalisé mais tout simplement normal.
A part les activités nautiques liées à la baie et au fjord tout fonctionne normalement.


Nous allons remonter le fjord de Saguenay en direction de Ste Rose du nord, dont le nom jusqu'en 1942 était "La descente des femmes" .
On raconte que trois Indiennes, brouillées avec leurs maris et voulant rejoindre le village de Bersimis sur la côte nord du Saint-Laurent, sont venues jeter leur canot à l’eau à cet endroit, épuisées après deux jours de marche, évitant ainsi le trajet normal pour ne pas être rattrapées.
En hiver, Ste Rose du nord c'est une perle dans un écrin de neige et de glace, nichée au fond du fjord.

La route nationale passe bien au dessus du village et il faut bifurquer à 90° pour prendre une toute petite route, pentue, enneigée qui descend fort sur un minuscule village tout en longueur , pour aboutir sur le fjord gelé en cette saison.

Nous y arrivons en fin d'après midi, le ciel est bas et blanc, il neige , le froid est vif, nous cherchons un gîte B and B , le guide du routard nous en indique plusieurs, mais en cette saison.......

Nous repèrons " Au Crépuscule" , une jolie maison pimpante et colorée, nous tapons à la porte et tout de suite nous sommes accueillis par Jean Paul et Réjane, qui nous ouvrent leur porte.

Magie, en quelques minutes , les valises même pas encore sorties de la voiture nous sommes dans le salon en train de discuter avec Jean Paul , de raconter notre voyage, ce que les enfants sont venus faire au Québec en tant qu'immigrants temporaires.

Jean Paul nous parle ( oulah ! le débit de paroles ! ) de "son" Pays et moi de mon Marseille, nous nous trouvons des points communs, la nature , les grandes randos en forêt, la pêche, le bateau etc.

Je l'ai dit, les valises ne sont pas encore sorties de la voiture, la glace  est déjà brisée, selon l'expression consacrée.
Encore une fois le sens de l'accueil au Québec se trouve confirrmé, si besoin est.
La crèche extérieure est bien ensevelie sous la neige.

Avec une grosse envie de se dégourdir les jambes nous allons en visite dans le village, à pied bien sûr.
Là , grosse surprise le thermomètre pendu à l'entrée de la maison indique - 25°C , il neige fort et le vent violent remonte du fjord dans la rue pricipale du village.

Une véritable vision de blizzard comme on peut en voir dans les fims !

Le fjord entièrement gelé donne une vision que nous, méditerranéens, avons du mal à seulement imaginer.
Jean Paul me dit que c'est trop tôt dans la saison, la glace n'est pas encore assez épaisse, sinon il aurait déjà emmené sa cabane sur le fjord avec la moto neige , et m'aurait invité à une nuit de pêche à la morue, au trou dans la glace.
La cabane, sans plancher est montée sur des patins, se fixe à l'endroit désiré et le pêcheur fait un trou dans la glace pour pêcher. Le poele à bois ronfle et la bière Bud et le whisky Canadien réchauffant le corps et l'esprit. 

Une tentative de promenade dans les bois va tourner court, la quantité de neige dans les arbres est telle qu'à chaque pas c'est une mini avalanche qui nous tombe dessus.

 La toute petite église de bois, construite en 1903, fut agrandie en 1915 puis il y a quelques années décorée suivant la thématique de la forêt. Morceaux de bois juste retaillés et vernis, notre hôte Jean Paul nous dit avoir participé à cette décoration.

Le village semble endormi dans le froid, mais en observant bien, ici et là les activités continuent, de temps à autre, une moto neige passe dans un bruit de moteur qui fait vibrer l'air gelé.

Le soir un repas,  pris dans un bar restaurant routier nous surprendra agréablement, malgré le fait d'être l'attraction du moment.

Les coups d'oeils en notre direction sont fréquents de la part du groupe de personnes qui sont venus boire leur excellente Budweiser, mais rien d'indiscret de leur part, juste qu'ils se demandent ce que des touristes sont bien venus faire dans ce bled à deux jours de Noël, et avec ce froid .

Nous continuerons notre route en direction de Chicoutimi,  mais sans nous y arrêter, c'est le passage obligé pour revenir vers le Charlevoix sans faire demi tour, les ponts qui traversent le fjord sont rares.

Nous allons redescendre par l'autre rive avec une halte d'une nuit à Rivière Eternité et son exposition internationale de crèches.

Pas moins de 400 crèches y sont exposées dans le sous sol aménagé de l'église, des crèches  venues du monde entier ( j'en ai vue une de "chez moi", d'Aubagne ).
Certaines crèches sont immenses,
D'autres sont minuscules,
Ou représentent des scènes de vie au Québec.

Un sentier des artistes expose 150 crèches en extérieur, c'est le soir il fait un froid de canard, nous ne les verrons pas.

Le soir, après avoir trouvé un motel où nous serons là encore les seuls clients, nous recherchons en vain un restaurant.
ANECDOTE:
Il est 19h, TOUT est fermé, même LA station essence où en désespoir de cause on aurait peut être trouvé un sandwich.
C'est tout au bout du cap, à Cap Eternité ( tout un programme ) que le guide du routard nous dit qu'il y a une boutique réputée pour ses pâtés à la viande et autres spécialités du Saguenay .

On va tenter le coups, c'est parti ! dix kilomètres de route gelée et déserte, il est plus de 20 h, nous trouvons la boutique, fermée comme on pouvait s'y attendre !
Nous tapons timidement à la porte , fermée mais il y a de la lumière.
Une Dame vient nous ouvrir, grand sourire, oui c'est fermé mais si nous voulons manger, pas de soucis, vous êtes des touristes Français ? Elle nous invite à sa propre table, dans une cuisine surchauffée par un poêle à bois, le mari met les couverts, elle nous demande ce qu'on veut , pâtés à la viande, tourte etc. 
Incroyable ! nous arrivons à une heure indue, la boutique est fermée, la Patronne nous reçoit et comme si tout celà était naturel, nous propose sa table.
Interloqués, nous n'osons même pas refuser , nous laissant porter par tant de gentillesse , et par notre fringuale doublée de non moins de gourmandise, c'est que ça sent rudement bon !
Nous faisons avec eux, un repas de fort bonne compagnie et succulent de surcroit, ahhhhh la tarte aux bleuets et la tarte au sucre.
Là encore, chacun parle de sa vie chez lui, de ses coutumes, une soirée conviviale de plus passée avec des Quebecois de souche.
A l'heure d'Internet, de la Télé soi disant "réalité", des médias de masse, il existe quelque part dans le monde Nord Américain, des gens qui éteignent leur poste et discutent tout une soirée avec des touristes de passage comme de vieux amis.
Bien sûr nous payons notre repas mais au même prix que si nous avions emporté la marchandise comme des clients normaux de passage !


Incroyable, 3 ans après je n'en suis toujours pas revenu ! Quand je dis que les Québecois sont les gens les plus accueillants du monde je le pense sincèrement. Jamais nous n'avons été déçus et parfois comme dans ce cas ce fut même trop !

Le lendemain, il faut commencer à penser de rentrer à Montréal, les enfants doivent reprendre  le boulot et il y a pas mal de kilomètres à faire , retraverser tout le Charlevoix avant de refaire une étape d'une nuit chez notre charmante hôtesse Mimi à Quebec, qui nous avait merveilleusement hébergés à l'aller,  juste avant qu'elle parte passer Noël chez ses enfants.

Nous ferons une courte halte aux chutes de Montmorency, sous une neige qui tombe dru et en fin d'après midi.

En cette saison le téléphérique qui nous emmène au dessus des chutes est fermé, mais le sentier pédestre est accessible.....théoriquement , car avec 80 cm de neige, à la nuit tombante , grimper la haut par un escalier en bois verglacé,  désolé, pas cette fois !

Nous rentrerons de nuit à Montréal, passer Noël dans le petit studio des enfants .

Un Noël simple, tous les quatres, mais avec des souvenirs  extraordinaires. 

Faire du tourisme dans le Québec profond en plein hiver est assez difficile, il faut une bonne dose de "système débrouille" mais c'est un bon moyen de rencontrer des gens dans leur vraie vie. 
Dans un village, haut lieu touristique, comme Ste Rose du nord, en plein hiver nous étions les seuls touristes , c'est bien sûr moins d'activités, ( nous ne sommes pas venus faire du jet ski sur le fjord, ça on s'en fiche ! ) mais les contacts plus rares, n'en sont que plus riches.


 

Repost 0
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 22:30

Dans le cadre de notre périple au Québec, une étape importante à été Tadoussac , en plein coeur du parc marin du Saguenay.
Première ville canadienne à fêter, en l'an 2000, ses 400 ans d'histoire, Tadoussac constitue un bastion du patrimoine historique du Quebec. En 1535, Jacques Cartier, saisi par sa beauté y jette l'ancre et visite les lieux. Il est suivi de Pierre de Chauvin ( 1599) et de Samuel de Champlain ( 1603) qui y ont tourné les premières pages de l'histoire européenne en Amérique du Nord.

Mais c'est du tourisme, que nous faisons, et avant d'arriver à Tadoussac, nous passerons une nuit dans un très joli village, Baie st Paul, bien enneigé lui aussi.
Nous passerons la nuit dans un gîte au nom charmant : l'Auberge des oiseaux.
Etant donné le peu de clients nous aurons le salon pour nous seuls, soirée repos après une journée de voiture.
Minuscule, Baie st Paul est tout en blanc.

Nico s'en donne à coeur joie, surtout après une journée de route.

Le lendemain nous décidons de visiter un autre village au nom sympathique de Port au Persil !
Hélas l'état très enneigé de la route ne permet pas à notre véhicule de location seulement équipé de pneus neiges ( sans clous ni chaines ) d'y arriver, qu'à celà ne tienne, nous allons laisser la voiture au bord de la route, près d'une maison et y aller à pied ! C'est à moins de 3 kms.

Anecdote sur le savoir vivre des Québecois :

Nous venons de garer la voiture et allons partir à pied quand une personne sort de la maison toute proche et nous dit :
-  bonjour, vous êtes Français ?
-  bonjour, oui !
- ne laissez pas votre voiture ici, si la déneigeuse passe vous risquez une contravention, rentrez la garer dans mon jardin.
- mais.....on ne voudrait pas vous gêner,
- pensez vous, de toutes façons je pars , et je laisse ouvert, dans le jardin, elle ne me gênera pas.
" ce Monsieur, non seulement nous évite des ennuis avec la déneigeuse, mais en plus nous dit que la maison sera vide ! sans nous connaitre bien sûr ! Peut être que ce comportement est normal , et que c'est nous qui sommes "déformés"  mais pensez vous le trouver en France ?"

Sur la route verglacée et fort pentue ( pente à 14%  ) nous ne regrettons pas d'être à pieds, la vue est superbe et seule une forte averse de neige nous obligera à revenir vers l'auto pour reprendre  notre route, mais cette promenade sous la neige nous a fait du bien.

Peu après St Simeon, nous devrons prendre le traversier  pour rejoindre Tadoussac qui se trouve sur l'autre rive de la rivière Saguenay, à la hauteur du confluent avec le fleuve st Laurent.

Il faut dire qu'ici la largeur du St Laurent et de la Saguenay est telle que nous avons l'impression d'être en mer.

Le soir tombe, nous arrivons à Tadoussac, ne trouvant pas de gites nous nous rabattons sur un motel, vide en cette basse saison, et le gérant tout heureux de l'aubaine nous louera deux chambres pour le prix d'une !
Le soir un restaurant pour routier , le seul ouvert, nous initiera aux "délices" de la poutine Québecoise ( Non !   pas la poutine décrite dans son blog par Marapa )  c'est à dire grosso modo, des frites grasses, bien arrosées de sauce à la viande et couvertes de fromage fondu local ( fromage en grains ! probablement....... en matière plastique ) . Je dois avouer que je n'ai pas vraiment apprécié cette cuisine locale, seule l'excellente  bière Bud à sauvé ce repas.

Petit village caché au creux des montagnes, Tadoussac jouit d'un site privilégié: la majesté du Saint-Laurent, Le Fjord du Saguenay, unique en Amérique du Nord, et la baie.
Ici en saison ( septembre ) on vient y voir les baleines qui remontent la rivière pour se nourrir de plancton, le Saguenay en est très riche.
 Les charmes de la baie de Tadoussac la classe en 1998 parmi le club select des plus belles baies au monde et elle en devient le premier membre officiel en Amérique du Nord.
Vu d'ici, difficile de penser que l'on est au bord d'une simple rivière  et que sous la neige..... le sable !

Le grand hôtel de Tadoussac, typique avec sa toiture rouge vif est une curiosité locale.

les maisons dont certaines sont plus que centenaires sont toutes colorées et donnent à ce paysage de neige un aspect pimpant et gai.

Pour Noël  les maisons, les jardins sont décorés et illuminés, Noël au Québec, c'est une fête prise au sérieux !


De nuit, les facades sont illuminées de guirlandes, une féerie.

Ce qui caractérise ce village c'est la couleur, ici pas de grisaille ni morosité tout est en couleur, et bien flashy de préférence, même l'église, austère par nature se remarque de très loin .

la simple cabane de pêcheur, n'échappe pas à la règle.

Tirés à terre, les bateaux de pêche et de plaisance attendent des jours meilleurs.

Quelques Marseillais sont en train de faire les fous sur la corniche qui surplombe la baie ! nous sommes seuls à l'extérieur,  il faut dire que la météo n'incite pas trop à aller se promener , il neige dru et la température avoisine les - 15°C . Mais on s'en fiche, on est en VACANCES !

La grisaille ambiante n'atténue en rien le charme de ce village.

Le lendemain, sur la route qui va nous amener au but de notre voyage, un brunch chez Marjo sera le bienvenu ,

mais ici, on parle Français et si vous demandez des pancakes, Marjo vous dit bien vertement qu'ici il n'y a pas de pancakes mais des crèpes, sous entendu, l'Ontario c'est pas ici !

Et c'est reparti pour une journée de route pour rejoindre Ste Rose du Nord.

Mais nous reviendrons à Tadoussac et aux Bergeronnes pour voir les baleines, en septembre de l'année prochaine, ce sera un prochain article.




Repost 0
13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 22:30
Les îles du salut, à environ 15 km des côtes de Guyane c'est un groupe de trois îles superbes, à une grosse heure de bateau au départ de Kourou.
De 1852 à 1953 date de fermeture définitive des bagnes de guyane, ces îles ont accueilli des milliers de bagnards dont la plupart ont terminé leur vie ici.


- L'ile Royale appelée ainsi parce qu'elle abritait aussi les batiments administratif du bagne. les navettes régulières au départ de Kourou vous débarquent ici.
hébergement, restauration, visite guidée tout pour recevoir le touriste.

- L'ile du Diable qui recevait les prisonniers politiques



Son hôte de marque ayant été Dreyfus qui y fut enfermé pendant 5 ans, condamné en 1895 pour haute trahison, il se consacra à la méditation sur l'unique banc à sa disposition.

Reclus dans une case, isolé de la mer par une palissade qu'il n'avait pas le droit de franchir, mis aux fers toutes les nuits et maintenu dans un silence absolu.


                            l'île du Diable est interdite à l'accostage et au débarquement.

- L'ile st Joseph recevait les reclusionnaires " de droits communs", avec son pénitencier composé de cellules comparables à celles du bagne des Annamites, 2 m² et plafonds ouverts sur des barreaux. Interdiction de communiquer.
Rendue célèbre avec un certain Papillon de son vrai nom Henri Charrière. En vérité il n'a jamais été détenu  sur les îles mais au bagne de st Laurent de Marony et la fameuse falaise de 20 m n'éxiste qu'au cinéma.
Une navette fait regulièrement la traversée mais des catamarans assurent aussi cette traversée mais avec des prestations un peu plus personnalisées, entres autres la possibilité de débarquer sur St Joseph , et de revenir vous y reprendre.

Ici, pas de tourisme organisé, la nature qui tente de reprendre ses droits sur le bagne vaguement entretenu est là pour accueillir le promeneur respectueux des lieux.




Sur St Joseph, si la saison le permet, (hors saison des pluies ) un bon plan est de fixer son hamac entre deux cocotiers et de passer la nuit sur la petite plage dont le sable est fait de coqillages brisés .

feu de camps autorisé ( le risque d'incendie en Guyane est plutot restreint )




 



Baignade à marée haute ou montante, ti'punch, le bruit de la mer, les cris des singes dans les arbres, aucun moustique (rare ça en Guyane ! )

Mais danger, pas de baignade à marée descendante si vous ne voulez pas être entrainé au large, ici les courants sont violents.








Hamac, ti'punch, feu pour les grillades,
on est loin du temps de la rétention des bagnards.













Vue de l'île st Joseph, 

                à gauche l'île Royale,
                à droite l'île du Diable.













S'enfoncer dans l'intérieur de l'île st Joseph permet de retrouver les vestiges encore nombreux du bagne













ces vestiges sont bien mieux conservés qu'au bagne des Annamites, mais ici, ils sont relativement entretenus.











Si on est suffisament silencieux on pourra certainement apercevoir des animaux qui rôdent dans ces lieux, agoutis, singes, quelques serpents.













La nature reprends ses droits et se réapproprie lentement les lieux












En passant ici , il m'a semblé entendre les plaintes des hommes qui y ont été enfermés, pour des motifs bien légers parfois.













Partout , la nature luxuriante












Le cimetière, non pas celui des bagnards mais des officiers, les décès provoqués par la vie dans ces conditions ne touchaient pas que les prisonniers.











Les bagnards décédes étaient eux, jetés à la mer ce qui entretenait la présence des requins, élément extremement dissuasif pour toute tentative d'évasion .

L'histoire dit que les requins approchaient dès le son de la cloche.









Le catamaran est revenu nous chercher, il est temps de retourner à Kourou.












Pendant la traversée de retour, bercé par la mer, je m'octroie un moment d'intense reflexion.










Repost 0
Published by jluc le pechou - dans carnet de voyages
commenter cet article
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 22:30
Dimanche 11 janvier, notre petit  groupe plonge presque au complet ( 3 sur 4 ! ) pour la première fois en 2009, en ce qui me concerne j'en ai déjà fait une la semaine dernière.
Ce matin départ avec le Zod' de Patrick, ma Calypso étant tiré à terre, sur sa remorque, pour les travaux annuels ( peinture sous marine, revision moteur , réparations diverses ) .

Il semble que la grosse chute de neige de mercredi a découragé les plongeurs Marseillais, nous ne sommes vraiment pas nombreux en mer, à part quelques Louis ( chasseurs sous marins Marseillais ) , mais eux ils sont dans l'eau par tous les temps.

Pourtant ce matin la météo est exceptionnelle pour la saison, 1028mbar au baromètre, une mer sans aucune vague, un beau soleil, pas un souffle de vent, c'est bonasse mais d'hiver car il est vrai que vers 10h30 le thermomètre indique tout de même -1 °C.
                   Pointe ouest de Moyade avec vue sur Riou et au loin le rochers de l'impérial du large.

Petite plongée d'après les fêtes, nous ne dépasserons pas 46m sur le versant sud de l'ilot Moyade.
Même les poissons semblent engourdis par le froid, la mer est à 12°C, les sars tambours ne fuient pas à notre approche, les murènes et fiellas ( congres ) se montrent extrèmement timides.
Beau fiellas dans son trou, entouré de son dentifrice................. à savoir les crevettes qui vont se nourrir en nettoyant ses dents. Bel exemple de complémentarité.

Juste le temps de la prendre en photo sans trop cadrer, très timide la petite murène va ensuite se cacher dans son trou.

Pour cause de mimétisme avec son environnement immédiat, je n'ai vu cette scourpe ( rascasse ) qu'au dernier moment.

En fin de plongée, un banc de Saupes en train de brouter les algues va s"enfuir lentement à notre approche.

Seul un beau mérou est venu nous tourner autour mais à distance suffisante pour ne pas être photographié.

 Une jolie plongée de retrouvailles.

En fin de plongée pour fêter ce début d'année en mer, il y a au menu :

- un grand thé chaud brûlant pour se réchauffer les boyaux et se réhydrater


- un petit apéro à base de rhum/vanille arrivant directement de Madagascar .
- foie gras sur pain aux raisins.


un côte de Bourg pour aller avec le foie gras.

- gauffres des Ardennes.
- et le plus important, le plaisir de se retrouver et de partager de vrais moments de convivialité  en toute simplicité.

Une bien bonne façon de débuter la saison de plongée, saison qui dure 12 mois puisque nous plongeons ensembles toute l'année.
Il faut penser à rentrer, même si le temps vire au très beau, la mer est encore plus calme que ce matin et le ciel bleu azur.

                               Par manque de vent, un nuage de pollution flotte sur la ville.

Quand on pense qu'il y a 4 jours la ville entière était bloquée par 20 à 40 cm de neige selon les endroits.

C'est un des visages de Marseille, changement de météo très rapide, passage d'un temps pourri à un ciel d'été en quelques jours voire quelques heures.





Repost 0
Published by jluc le pechou - dans Plongée sous marine
commenter cet article

Profil

  • Jean Luc
  • passionné par la plongée sous marine, je suis aussi un amoureux des collines Provençales.
La plongée et la rando sont mes activités sportives preferées.
La cuisine,la lecture,la photo, la pêche  et le jardinage sont mes activités plus calme
  • passionné par la plongée sous marine, je suis aussi un amoureux des collines Provençales. La plongée et la rando sont mes activités sportives preferées. La cuisine,la lecture,la photo, la pêche et le jardinage sont mes activités plus calme

Le Bureau

  ROMAN

Le grand secret

 gd secret

 

Si vous avez envie de  tenter l'aventure d'une plongée sous marine en mode spéléo avec tous les frissons que cela comporte, mais bien calé dans un fauteuil et en 191 pages, me faire parvenir

 

   un chèque de  20 euros TTC , port compris

Jean Luc Fontaine

130 vallon des Escourtines

13011 Marseille

Dédicace personnalisée sur demande.

plus de détails ici :

***********************************************************************
  

Indice Atmo : vue d'ensemble

 

 

Rechercher Un Article ?

Visiteurs présents sur le site

Compteur Global

 

 

 

 

 

Randos et plongées

 Petites randos dans nos collines et ailleurs..

 

Hautes Alpes :

Champoléon : le refuge de tourond

Champsaur : Le col de Moissière

Champsaur : le col de Gleize

Valgaudemard : Les cabanes de Prentiq 

Valgaudemard le refuge des souffles

Valgaudemard le refuge du pigeonnier

Valgaudemard, les sources des Doux

Devoluy: le village de Chaudun

Devoluy: le sentier de ronde de Chaudun

Devoluy, sentier de ronde  de Chaudun et fouanières

Les pénitents des Mées

Devoluy: la petite Céüse

Devoluy: le col de Tournillon

Devoluy: la roche de la Fouanières

Devoluy: le pic de Céüse

Devoluy: Céüse, le pas du loup

Devoluy, le roc de Rimat

Devoluy, la tête des Ormans

Devoluy, la tour carrée

Devoluy, la chapelle de la Crotte

Gapençais, crêtes de Charance 

Gapençais, le Cuchon

Devoluy la boucle de la Souchière

 

Retrouvance en Buëch Devoluy :

1ère étape, Veynes - Agnielles

2ème étape, Agnielles - Recours

3ème étape, Recours - Rabioux

4ème étape, Rabioux - Les Sauvas

5ème étape, Les Sauvas - Chaudun

6ème étape, Chaudun - Rabou 

 

Massif  du Garlaban :

Tête rouge et le Taoumé

Tête rouge et le Taoumé 09/2011

La Grotte de Grosibou au départ d'Allauch

Le puits de l'Aroumi 

Le puits de l'Aroumi au départ de la Fève

La baume sourne

La source de Barqieu et le Garlaban 2

Le Pic du Taoumé par le vallon de Précatori

Le sentier des scolopendres

Garlaban,  la source du chien

Le col de Tubé au départ de lascours, 1ere partie

Le col de Tubé au départ de Lascours, 2ème partie

La parloire mai 2011

La parloire janvier 2012

Le Mont du Marseillais 

La grotte de Manon et

le sentier des scolopendres

La grotte du berger

Sur les traces de Pagnol

Le domaine de Pichauris

La grotte du Midi ..ou du Papé

Lascours, le grand vallon

Le vallon de Passetemps

Grand vallon et grotte du papé

Grottes et marmites du grand vallon 

Lascours, le grand vallon 

La croix de Garlaban face sud.

Nocturne, la croix de Garlaban

Font Berguettes

Marmites du grand vallon

Grosibou par Lascours 01-2014

Baume Sourne 12-2013

L'eau des collines-grotte de l'étoile 02 2014

Lascours, gd Vallon 03 2014

Lascours gd vallon et grotte du Papé 05 2014


 

Massif de l'Etoile :

L'aire de la Moure

Notre Dame des Ange, ....près de Marseille
La grotte des fées et le Baoù Traouqua

Le mont Julien et le Ratier

La tête du grand Puech

La grotte de la Vierge

La tête du Gd PUech 01-2014

 

Massif de la ste Baume :

Le balcon des Encanaux

Le col de Bertagne

La glacière du vallon du Fauge

La crête de la Lare 

Le plan des Vaches par les dents de Roque Forcade 2012

Le joug de l'aigle

La source de l'huveaune

Les sources de l'Huveaune 2  

Le circuit de la Taurelle 

La grande Baume par bertagne

Le jas de Miqueoù

le chemin du blé

Les quatre chênes 

Le balcon des Infernets 

Le signal des Beguines 

Le col de Bertagne et la grande baume 2

Rougiers, Castrum st Jean et les 4 chênes 

Le vallon des cèdres

La croix du Paradis

Le Paradis et le sentier merveilleux

Le vallon de la galère

Le balcon des Infernets et le torrent des Encanaux 

Le tour de Roussargues

Le pas de Cugens

Le gouffre du plan des masques 

Les dents de Roque Forcade, autre parcours

Le vallon de l'Aigle

Le pas de la Cabre

La grande Baume

La tour Cauvin

Falaises de Cugens, le trou du vent

La grande Baume 2013

Le Cruvelier et le Brigou 

Le jas de Sylvain

Le plan des masques

le sentier Marcel Estruch

Le trou du vent 02 2014

Le jardin suspendu 03 2014

La neige au Paradis 03 2014

Le tour du pic de Bertagne 03 2014

Du pas de la cabre au Paradis 06 2014

Le ravin des Encanaux 06 2014

Le sentier marcel Estruch 05 2014

La voie Gombault 04 2014 

 

Massif de Luminy, les calanques, Cassis :

Les falaises de Soubeyranes 

Port pin et le ravin de Gorgue longue

La calanque de Morgiou

Le tour du mont Puget

Le vallon de la fenêtre

Les falaises du Devenson

Le cap Morgiou

Grand Malvallon, les 3 arches    

La couronne de Charlemagne

Le Malvallon sud et le belvédère celeste

Le plateau de l'homme mort
Le plateau de l'homme mort 2013

La calanque des pierres tombées

Le pas de l'oeil de verre, la Candelle

La rêveuse du pas de la Lèbre

La calanque de l'Escu

Le col de la selle et grotte Rolland

Beouveyre

Falaises du Devenson et l'Eissadon

Rando givrée, belvédère de Titou Ninou février 2012(1)

Belvédère Titou Ninou fevrier 2012(2)

Les 4 pas :  demi lune, escaliers des géants...

sommet de Marseilleveyre(1) les 3 grottes

Sommet de Marseilleveyre (2) les escaliers des géants

Le col de la Selle, les grottes Dechaux

La cheminée du Diable

Le cirque des Pételins

La traversée du mont Puget

Les 3 arches du Malvallon 2012

L'anse de Melette

Le couloir du Cadellon

Calanques de l'Escu et Melette

Les falaises du Devenson et de l'Eissadon

Le vallon de la fenêtre 2012

L'escalier des géants

Le pas de la Cabre

En Vau et Port Pin

Le cap Gros

Le belvédère d'En Vau

Le couloir du Candeloun

Les 4 grottes du rocher st Michel

Le sommet de Marseilleveyre

Le plateau de Cadeiron

Le sentier du chinois

Sentier Garrigue et cap Gros 

Le vallon de l'herbe et cap Gros

Le tour de la grande Candelle

Les calanques de Sugiton et Morgiou

Cap Gros, le saut du chat

Les trois pas...

La tête de Melette 

Couloir du Candelon intégral

Les crêtes de soubeyranes

Le cirque de mestrallet

Le vallon de l'herbe

Le tour de la Candelle

Titou Ninou à la belle étoile

Cap Morgiou grotte du figuier

Le vallon de Mestralet

Titou Ninou nov 2013
Creche troglodyte

Creche troglodyte suite 01 2014

Le Mt Puget et le couloir du Candelon 01-2014

La grotte de l'Ours 01-2014

Titou Ninou, la crèche suite

sommet Marseilleveyre 01-2014

calanque de l'Escu 01-2014

au fil de mes envies 12-2013

Beouveyre 12-2013

La cheminée Lacroix 01 2014

Mont Puget et couloir du candelon 01 2014

La grotte de l'Ours 01 2014
Les falaises du Devenson 02 2014

Au dessus de Sormiou 03 2014

Le pas de la demi Lune et Marseilleveyre 03 2014

La grotte de la colonne 03 2014

La croix du Malvallon 03 2014 

Le cirque de Melette-walkyries 06 2014 

Le renard des calanques 

 

Les massifs de Marseilleveyre à Aubagne :

La source des eaux vives

Le balcon des Escourtines

Le Montounier et la chapelle St André

Le Mont St Cyr

Le four à cades de revers de boquié

Le Baoù de la Candolle

Le balcon des Escourtines et la source des eaux vives - juste au delà de mon jardin

Le Douard et les gorges de la petite ste Baume  

Notre dame de Julhans

Le mont Lantin et le mont Carpiagne

Le mont Lantin et la source des eaux vives

Le vallon de Gendame

Le cabanon du Marquis 01-2014

 

Massif de Regagnas et mont Aurélien :

L'ermitage de st Jean du Puy

Le sommet du Regagnas  

Le rocher Olympe du mont Aurelien

le Mont Olympe

Le plateau de la Serignane

Le mont Olympe et le rocher de 11 heures

Le rocher de 11 heures

pique nique à st Jean du Puy 12-2013

 

Massif et Parc naturel du Luberon :

La foret de cèdres

La combe de Sautadou  

Le tour du Roumagoua 

Oppede le vieux, versant nord

La source du Mirail

Le pin de l'Eigoune

La Groupatassière

Le plan des Agas

Les moulins du Veroncle

La combe de Vaumale 04 2014

 

Massif de ste Victoire :

Le pic des mouches

Le pic des Mouches version plus longue

Le pic des mouches au départ de Puyloubier

Le sentier Imoucha et les cretes de costes chaudes

Le Prieuré et la croix de Provence

Le Garagaï

Refuge Baudino au départ du parc des 2 aiguilles

D'un barrage à l'autre

L'ermitage st Ser

De st Ser au pas du Clapier

Le pic des mouches au départ de Puyloubier

Le pic des mouches par st Ser

Le gouffre de Garagaï

La croix de Provence par la marbrière

Refuge Baudino nov 2013

Le vallon de la Tine 03 2014

Le gouffre de garagaï 04 2014

Le pic des mouches 04 2014   

 

Le Verdon :

Le sentier des pecheurs

Le sentier des pêcheurs 2012

La chapelle ste Maxime, la draille des vaches

Le lac de ste Croix, le tour du Defens 

 

Divers :

Guillestre et la rue des masques

Raquettes à Risoul

Var, Lou gro Cervo

Var, La grotte du Garou

Var, Les gorges du Caramy

Var, les gorges du Caramy depuis le barrage

Var, le vallon du rocher des abeilles
Les crêtes de Roque Menourque 

La calanque de Figuerolles, cote bleue

Le mont Concors

Mazaugues, les ruines de Touchou

Le Puy ste Réparade, la Quilho
St Esteve Janson, le chateau

Notre dame des Anges...dans le Var

Vaucluse, le mur de la peste

Cote bleue, calanque de la Vesse

Alsace, mont ste Odile, le mur païen

Guyane, le sentier Rorota

Le village troglodyte de Calès

Port d'Alon, sentier du littoral

Le Mourre d'Agnis

La grotte du Mounoï Var

Var , le chateau du Diable 05 2014

Var, les gorges du Destel... l'intégrale 04 2014


Corse :

La boucle de l'Acciolu

Le sentier du facteur de Girolata

Le refuge d'Ortu

La punta di Bonassa

 

Andorre :

Le lac d'Angolaster

Le col de Juclar

Les lacs des salamandres  

Les lacs de Meners

Les lacs de Siscaro

Le circuit nature de Canillo 

 

Ardèche :

Le chateau de Pierre Gourde

Le sentier du vigneron

Le tour de Girond

Le chateau de Rochebonne

 

Lozère :

Eglazines et st Marcellin

Les echelles de Cinglegros, le pas de l'Arc

Causse Méjean corniches de la Jonte

 

 

 

 

 Plongées en Méditerranée :

 

1ère plongée de l'année 2009
La pierre de Briançon

L'île Moyade
Au phare de Planier
La calanque des Contrebandiers

Cadaquès, Massa d'Or
L'épave du Donator
L'épave du Chaouen
Le grand Congloué
La grotte de la Télévision
L'impérial du milieu
L'île de Riou
La pointe Caramassagne

La pierre à Daniel
Pointe Caramassagne 02/2010
La grotte de la télévision 03/2010
Quelque part vers Planier

Caramassagne, la grotte 04/2010  

Le tombant de la boulegeade 

Le tombant de la boulégeade 2

Au sud ouest de Planier  

Planier, Mola mola
L'épave du Ker Bihan

La pierre de Cassis  

La pierre à Daniel(2)  

Plongée...dans mes archives photos

Ma dernière chasse sous marine

Le couloir des gorgones

Zeus faber, un poisson de légende 

Grand congloué, les bankaws  

2011 la calanque du contrebandier

06/2011  La pierre de Briançon

2011 La grotte de la télévision

08/2011 Caramassagne

08/2012 la grotte à Peres

08/2012 la pierre à Daniel

08/2012 l'arche de Planier

06/2012 la grotte de la télévision

06/2012 la calanque de l'Escu

03/2014 Riou pte Caramassagne 

02/2014 calanque du contrebandie

07 2014 dans le bleu, calanque du contrebandier 

06 2014 la pierre de Cassis 

06 2014 la cap nègre 

 

 

 


 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







Gites et chambres d'hotes

Coups de coeur

 

Quelques sites que je recommande :

 

Jacques Testa artiste peintre.

 

Ely Boissin artiste peintre et plongeur .

 

Les dessins de RB 

 

Glibert Thomas, le peintre des calanques