Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 22:17

  Une rando en Luberon annulée en dernière minute et hop, nous nous transformons en touristes et décidons d'aller visiter le "village des bories" tout près du magnifique village de Gordes.

 

Le village des bories ou... plongée dans un monde minéral.

 

Les bories se sont des cabanes de bergers, totalement construites en pierres sèches (c'est à dire sans mortier ni liant) et avec le moins de bois de charpente possible.

Ici dans ces montagnettes, l'eau et le bois étaient aux siècles derniers des ingrédients rares. 


Le mot borie est contesté par les vieux Provençaux, ici on préfère dire tout simplement CABANES.


Borie est la francisation du mot féminin bòria (avec un accent grave sur le o) désignant le domaine agricole, la ferme, dans la langue des pays d'oc à l'ouest du Rhône ; la forme masculine, bòri (même remarque pour l'accent grave), propre à la Provence.

Aujourd'hui, l'acception première de borie-boria tend à s'estomper du fait du déclin de la société rurale et des langues vernaculaires dans le Midi de la France, mais non sans entrer en conflit avec l'acception nouvelle de " cabane de pierre sèche ", diffusée par les officines touristiques.

village-des-bories-0568--640x480-.JPG

  A Gordes, suivre les panneaux "village des Bories" impossible de rater la petite route qui y mène. 

Le décor est tout à fait à la hauteur, ici les murs en pierres sèches sont de rigueur, même les maisons modernes ont cet aspect en facade. 

village-des-bories 0642 [640x480]

Ces cabanes datent pour les plus anciennes du XVIIème siècle et du XIXème pour les plus récentes, elles servaient d'abri pour les bergers, d'entrepot, de grenier pour les récoltes mais aussi d'habitation temporaire et saisonnière pour les paysans qui cultivaient des terres éloignées de leur village d'origine.

village-des-bories 0558 [640x480]

L'entrée du village se fait sur une aire de battage, les quelques cabanes sont séparées par des murets, les portes sont basses, orientées au sud pour tourner le dos au vent du nord froid et violent, le Mistral.

Peu de fenêtres, ce type de construction uniquement en empilage de pierres plates ne permet pas de grandes ouvertures.

village-des-bories 0561 [640x480]

volumes restreints à l'intérieur, les murs se rapprochent lentement pour former une voûte qui serra fermée soit par contact des murs soit par une large pierre plate. Principe de la voûte à encorbellement.

borie1 [640x480]

Très abondantes sur place ces pierres sont un matériaux de construction bon marché mais qui nécessite une technique aboutie pour les plus grands édifices.

Un décret Royal de 1761 autorise les paysans à défricher et créer de nouvelles parcelles cultivables, les pierres extraites des champs deviennent un matériau de construction...aujourd'hui on appelerait ça du recyclage.

village-des-bories 0562 [640x480]

Un des deux fours du village

four1 [640x480]

village-des-bories 0563 [640x480]

village-des-bories 0564 [640x480]

village-des-bories 0565 [640x480]

Soue pour les cochons, bergeries et habitations se cotoient

village-des-bories 0567 [640x480]

village-des-bories 0568 [640x480]

Dans les habitations restaurées, exposition d'outils d'époque

village-des-bories 0572 [640x480]

village-des-bories 0573 [640x480]

village-des-bories 0575 [640x480]

village-des-bories 0569 [640x480]

village-des-bories 0614 [640x480]

village-des-bories 0615 [640x480]

Ustensiles ménagers, retrouvés

village-des-bories 0596 [640x480]

village-des-bories 0598 [640x480]

village-des-bories 0599 [640x480]

le pressoir à vin et son escalier permettant d'accéder au fouloir

village-des-bories 0609 [640x480]

village-des-bories 0611 [640x480]

monté sur l'étage supérieur, le raisin foulé laissait couler son jus dans une cuve en contrebas.

village-des-bories 0612 [640x480]

d'autres outils plus pauvres et/ou plus anciens

village-des-bories 0585 [640x480]

village-des-bories 0586 [640x480]

village-des-bories 0591 [640x480]

Une autre aire de battage au centre du village.

village-des-bories 0620 [640x480]

Ici autour des bories se cultivaient la vigne, les oliviers, les céréales et la pratique de l'élevage des vers à soie dans les magnaneries.

village-des-bories 0623 [640x480]

pierres de pressoir à olives et égouttoirs

village-des-bories 0631 [640x480]

village-des-bories 0632 [640x480]

le second four... très beau.

village-des-bories 0636 [640x480]

pas de ciment, pas de béton ni mortier, seulement des pierres et du savoir faire.

village-des-bories 0637 [640x480]

Comment ne pas rêver d'un pain sortant de ce four.

village-des-bories 0639 [640x480]

village-des-bories 0634 [640x480]

Ces cabanes ont été abandonnées au milieu du XIXème siècle

village-des-bories 0633 [640x480]

Redécouvertes vers les années 60, leur restauration a demandé 8 années de travail.

Le site est classé Monument historique, musée habitat rural.

 


Pour une présentation plus complète de ce que le Luberon propose comme trésors, clic ici :

 

 

Clique sur le lien1

 http://luberon.fr/tourisme/les-sites-touristiques/monuments/annu+village-des-bories+1712.html

46680602 p

Repost 0
Published by Jean Luc - dans carnet de voyages
commenter cet article
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 19:00

Note :

Ce blog va tourner en automatique pendant mon séjour en Guyane, cet article est une réedition reprogrammée de séjours précedents.

A bientot pour de nouvelles photos "2012".

JLuc

bronzeur

 

Un petit coucou de la foret Guyanaise

Une vue rapide de notre bivouac en carbet.


Un carbet, c'est un toit en tôle ou mieux  comme ici , en lattes de bois Pays, quelques poteaux pour soutenir cette toiture et y accrocher les hamacs.
Quelques uns ont un plancher pour nous isoler du sol.
Pas de murs ni cloisons, pour une vie en direct avec la nature.
ils sont généralement implantés en foret et de préférence pas très loin d'un cours d'eau.
Quel bonheur de se réveiller aux premières lueurs du jour avec le cri des perroquets et des innombrables oiseaux.
Et avec un peu de chance, les cris des singes.


Le fiston étant un redoutable cuistot  "sur feu de bois en pleine nature" c'est lui qui s'est chargé de la cuisson de ce gigot d'agneau préalablement cuit à la fumée puis fini à la braise et  accompagné de flageolets sauce à sa façon !

rustique mais cinq étoiles ....

il sera suivi d'un camembert parfumé aux herbes de provence et cuit dans la braise.

La tableau ne serait pas complet sans une photo de mygale matoutou.


A bientot

Repost 0
Published by Jean Luc - dans carnet de voyages
commenter cet article
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 19:00

Note :

Ce blog va tourner en automatique pendant mon séjour en Guyane, cet article est une réedition reprogrammée de séjours précedents.

A bientot pour de nouvelles photos "2012".

JLuc

bronzeur

 

Un petit aperçu de quelques photos prises, au cours de mes périples en Guyane.
Rien de bien exceptionnel, juste un carnet de souvenirs.






Belle iguane posant pour la photo souvenir.
novembre 2003, plage de cayenne.

Cette plage est aujourd'hui complètement envasée, la mangrove reprenant temporairement ses droits dans le cycle naturel envasement/désenvasement propre au littoral Guyanais.





Mygale Matoutou, se promenant dans le creux de ma main.
mars 2006. 

Facile à reconnaître : noire avec le bout des pattes oranges. Cette mygale est peu agressive mais possède des poils urticants sur son abdomen. 

C'est une grande tisseuse. Elle est insectivore : grillons, blattes, criquets, sauterelles et papillons.



La Matoutou est une espèce très répandue en Guyane, et souvent domestique. Elle cohabite volontiers avec l'homme et chez l'homme.





Autre variété de mygale , ( oups, je ne me souviens plus le nom exact ) mais un peu plus "nerveuse" que la matoutou il faut éviter de l'exciter ou lui faire peur et dans ce cas, mise en confiance, elle est innofensive.

Les mygales sont des espèces protégées  dont le commerce est interdit depuis 2005.








Mygale Matoutou, dans sa toile, accrochée au mur de la maison, dans la salle de jeu des enfants.

mai 2008. Matoury.











Derrière une vitre, un margouillat ( Gecko )

mai 2008

Chez moi,  en Provence ça s'appelle une tarente, lézard qui vit sur les façades des maisons surchauffées par le soleil.







Scorpion empereur (  du moins je crois )
mars 2006

à comparer avec la taille de la main.

plus le scorpion est gros, moins le risque de se faire piquer est grand.









Papillon morpho beu rayé.

mars 2006 musée des insectes de Cacao.

peut atteindre 12 cm d'envergure.








un bleu rayé en pleine nature , ses ailes entièrement fermées le rendent extrêmement difficile à apercevoir, camouflage presque parfait.

C'est un papillon très difficile à photographier en vol car il vole assez vite et en zigzag.

Affectionne les sentiers qui longent les cours d'eau, il évolue malgré tout dans un zone de superficie restreinte et si un exemplaire vous est passé "sous le nez", attendez 10 mn, il va repasser.


Nez en l'air et APN en batterie, un spécimen nous a nargué pendant plus de 45 mn, aucune photo valable !







tortue serpent, beau spécimen .
mars 2006. forêt de Counamari, piste de Belison.













la même, vue en entier, 25/30 cm de long.

Attention, elle mord.












Caïmans rouges

decembre 2006















Une trouée dans la canopée,
un coin en forêt entre Roura et les marais de Kaw
















Auprès de mon arbre, je vivais heureux....

au bord de la route, vers port Innini.













Une liane.

sentier Molotoï.

mars 2003.












Père et fils à la préparation du repas,  de nuit, à la lueur de la lampe frontale  après plusieurs heures de marche en forêt.

 C'est mon premier souvenir de nuit passée en forêt équatoriale.



Le carbet où nous avons accroché nos hamacs pour deux nuits inoubliables.

Se réveiller avec le soleil qui peine à traverser la canopée et les cris stridents des singes qui sautent de branches en branches, les cris des oiseaux..... c'est exceptionnel.

Paradoxalement, c'est quand elle est réveillée que la forêt est la plus silencieuse.



La nuit, la nature n'a peur de rien et c'est le craquement d'un arbre qui s'écroule, le passage d'un animal nocturne dans les branchages, les feuilles qui bruissent, rien n'est au repos. Pour les gros prédateurs, c'est l'heure de la chasse.





Caïman à lunettes

décembre 2006.
















La canopée,

forêt , entre Kaw et Roura.

décembre 2006.














Sous une feuille , un nid de guèpes.

Attention danger mortel , rien à voir avec nos petites guéguèpes !








Ananas sauvage, variété non comestible.

mai 2008.















Une espèce rare, le Tartarin de Guyane.

Bipède qui apparait  généralement lors d'un séjour en carbet, en pleine forêt, après une abondante  averse de Ti'punch.











Autre espèce rare, le drag - queen des forêts amazoniennes se préparant à aller se baigner à la rivière.

Sévit lui aussi, tout particulièrement en carbet loin de toute civilisation.





Le Drag-queen et Tartarin, photos mars 2006,  séjour au carbet de Belison, en plein coeur de la forêt de Counamari.






Le carbet de Belison, nous sommes à quelques kilomètres de la frontière avec le brésil.












Les toutes dernières lueurs du jour.

Stoupan, décembre 2006.



Repost 0
Published by Jean Luc - dans carnet de voyages
commenter cet article
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 19:00

Note :

Ce blog va tourner en automatique pendant mon séjour en Guyane, cet article est une réedition reprogrammée de séjours précedents.

A bientot pour de nouvelles photos "2012".

JLuc

bronzeur

 

Le marché de Cayenne comme tous les marchés que l'on peut trouver aux Antilles va faire s'émerveiller le "Métro" (*) de base.
La foule, la couleur, la musique assourdissante, les étals remplis de fruits et légumes qui nous sont pour la plupart inconnus ou mal connus.

Le marché de Cayenne se divise en deux parties principales, le marché extérieur, essentiellement réservé aux fruits et légumes et le marché couvert qui  fait la part belle aux épices, et quelques produits artisanaux.
Des échopes y vendent aussi viandes, oeufs, ou proposent de se restaurer "Chinois" sur un coin de table.
Les adorables Doudous vous proposent toutes sortes d'épices, rhums arrangés, bois bandé (mais si c'est cassé, c'est cassé ! ) , sauce Saté, l'odeur de canelle, de coriandre, de bois d'inde et de vanille y est omniprésente.
Il va sans dire que c'est un lieu que j'affectionne particulièrement.

Une échope vous propose des jus de fruits frais, avec tous les assortiments possibles , la propriétaire des lieux se fait fort de retenir 8 à 10 commandes , de plaisanter avec des amis, de rendre la monnaie, tout celà en même temps, et sans la moindre erreur, sachant qu'une seule commande c'est un assortiment de 3 ou 4 fruits, tout celà sur un fond de zouk " à plein tube".
Pour moi ce sera le  redoutable et excellent cocktail : citron vert/gingembre/carambole/glace pilée, de quoi décaper les boyaux mais ultra rafraichissant et désaltérant.
Sur les étals extérieurs, que de grands parasols protègent de la pluie ,  on va trouver, des oranges locales de couleur vert/orangé, des maracudjas, des citrons verts à profusion, bananes de toutes sortes, pastèques hors de prix, délicieuses papayes, peu de mangues ce n'est pas la saison, prunes de cythère, ananas-bouteille,  tomates-pays, ignames, piments, ail, oignons, salades, etc. tout ce que la région de Cacao fournit en fruits et légumes pour presque toute la Guyane.
La pluie parfois violente ne fait pas fuir la clientèle, mais c'est vrai que la pluie par 26/28° ce n'est pas vraiment gênant.

Le marché aux poissons,
situé à quelques centaines de mètres est lui aussi remarquable, bien que pas trés grand, mais proposant des produits locaux de grande qualité.

Vivaneaux, accoupas, tazards, dorades locales, filets de requin, et un poisson d'eau douce absolument succulent une fois fumé, le Jamé-gouté, bien que n'étant pas un fervent amateur de poisson d'eau douce, j'ai été bluffé !

Si les prix au marché fruits et légumes sont assez élevés, par contre le prix du poisson ne dépasse pas les 6,5 euros le kg ! et en plus on vous met de la glace à volonté pour le transport, nécessaire et gratuit.

Le marché de Cayenne, celui de Matoury ou encore de Montjoly, un détour incontournable pour le touriste qui cherche des produits locaux et un dépaysement total.

* : Métro = venant de la métropole pour une durée plus ou moins longue.

Repost 0
Published by Jean Luc - dans carnet de voyages
commenter cet article
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 19:00

Note :

Ce blog va tourner en automatique pendant mon séjour en Guyane, cet article est une réedition reprogrammée de séjours précedents.

A bientot pour de nouvelles photos "2012".

JLuc

bronzeur

 

Un titre à la "Indiana Jones" mais la comparaison s'arrete là !

Les fruits et légumes sauvages sont ma marotte, ceux qui suivent ce blog le savent bien. Je ne suis certes pas un spécialiste mais si je sais qu'à tel ou tel endroit il y à quelque chose à ramasser ou à cueillir, j'arrive.


Lors d'un court séjour en carbet, dans les environs de
 St Elie, clic voir article ici , j'avais repéré un verger perdu en foret. Il s'agit d'un verger expérimental faisant partie d'un ensemble de recherches faites par l'IRD dans ce coin de Guyane il y a maintenant quelques années.

PXR_DSCF0686.JPGLe carbet de st Elie qui à défaut d'être situé au coeur de la forêt est très bien entretenu par l'ONF et aussi et surtout par les équipes de la municipalité de Sinnamary.

Lors de notre dernier séjour, nous sommes allés passer un trop court week end dans ce carbet avec des amis et leur nombreux enfants, il y avait une sacrée marmaille, de 2 à 17 ans !

PXR DSCF4359
L'appel des sous bois ne m'ayant pas épargné cette fois encore, je n'ai pas manqué de m'éclipser le temps d'une petite rando en foret malgré le temps qui hésitait entre  rayon de soleil timide et pluie...... pas du tout  timide !

Ce sentier, assez connu, il figure je crois sur le guide du routard, traverse une partie de la foret  et de loin en loin, montre les différents points de recherche sur lesquels s'étaient penchés les chercheurs de l'IRD.
Erosion des sols, restructuration de l'humus, évolution de certaines espèces, adaptation de certaines fleurs en milieu forestier, verger expérimental d'agrumes etc.

PXR DSCF4373Un des carbets installés par l'IRD, abandonné et mangé par la végétation.......il penche du coté où il va tomber !

Ce verger d'agrumes est quelque chose d'assez étonnant, plus du tout entretenu, la végétation a repris ses droits et si la foret n'a pas encore gagné la partie, la savane a déjà envahi les lieux, mais les arbres fruitiers résistent  plutôt bien malgré les attaques dont ils sont l'objet, entres autres les termitières qui s'agrippent aux troncs et aux branches et on peut s'imaginer que les termites ne font pas de cadeaux.

Comme quoi, on peut se poser la question de la véritable utilité de l'utilisation à outrance de pesticides, insecticides et autres saloperies dont on nous inonde.

Ce verger est immense, mais les quelques randonneurs qui passent par là n'osent pas s'aventurer dans les herbes , ma foi, hautes jusqu'à la taille ( on est en Guyane..... qu'y a t'il dans les herbes ? ) et seuls les arbres en bordure du sentier sont l'objet de cueillette.

Curieux comme toujours, et désirant en voir un peu plus, je me suis avancé dans les herbes et les broussailles.... et je les ai vus ! Non , pas les bébètes, mais les arbres, chargés de fruits.

PXR DSCF4399De superbes citronniers , portant une quantité incroyable de citrons crapauds, ces citrons énormes, boursouflés mais au goût intense et pas du tout acide.

PXR DSCF4398
Les branches croulent sous les fruits, il semble que ce soit la saison , mais hélas pas de sac pour le transport,  tout juste un Kway qui une fois les manches nouées entre elles,  va servir de cabas.
Il pleut des cordes mais je m'en fiche, de toute façon se mouiller  élimine la transpiration et comme il fait au moins 30 °, pas de risque de s'enrhumer.
Et puis en revenant au Carbet, crotté de boue, collé de débris d'herbes et de menus insectes, la seule solution c'est d'aller se baigner dans la petite rivière ( ici on dit "une crique" ) alors, mouillé pour mouillé autant ramener ces superbes citrons.

Je ne vais pas résister d'en trancher un d'un coup de coupe-coupe et de le déguster à pleines dents. Excellent.
Aucun produit chimique ne venant le polluer et en plus bien rincé par la pluie du ciel, quoi de mieux , du bio de chez bio !

PXR DSCF4941Ils ne sont pas beaux hein ! mais l'habit ne fait pas le moine.....

PXR DSCF4944
Cette petite provision va me permettre de renouveler mon stock de pommade au citron et gingembre clic ici pour la recette mais cette fois ci je vais utiliser l' écorce pour un autre usage, je trouverais bien une idée, peut être un limoncello ????

Pour l'anecdote :
  Je vois un bel oranger , portant des fruits murs à point, les oranges des Antilles ne sont totalement oranges que lorsqu'elles sont quasi pourries, sinon, elles sont bariolées, vert/marron/orangé, rien a voir avec ce qu'on connait en Métropole.
Pleines de pépins car pas trafiquées ni croisées elles renferment une quantité incroyable de jus et leur saveur est sans égale.

Cet oranger , objet de ma convoitise, porte des fruits très hauts sur les branches, impossible de les attraper, je cherche un grand bâton crochu, vlan, un coup de coupe-coupe et voilà mon outil pour dégommer quelques fruits juteux.

Au moment de frapper mon regard se pose sur une grosse excroissance marron juste à coté des fruits, sur la même branche, juste au dessus de ma tête........ une petite mais bien active termitière !
Autant dire que mon geste est resté suspendu dans l'espace, tant pis pour les fruits de la tentation, mais ça m'a fait bisquer !

Cet épisode fruitier m'a presque fait passer inaperçu la rando en foret, un endroit magique et incontournable pour moi dans cette région.

PXR DSCF4396

mais malgré la  pluie battante un petit crapaud buffle qui voulait passer inaperçu en se camouflant bien "couleur feuille morte" m'a incité à sortir le Fuji s100fs de son étui protecteur et de le photographier.

PXR DSCF4404
Le voyez vous ? là !

PXR crapaud buffle

Tout comme le chant des oiseaux de la foret ( piauhaus ), répétitif mais pour moi une bonne source de relaxation.



 

Repost 0
Published by Jean Luc - dans carnet de voyages
commenter cet article
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 19:00

Note :

Ce blog va tourner en automatique pendant mon séjour en Guyane, cet article est une réedition reprogrammée de séjours précedents.

A bientot pour de nouvelles photos "2012".

JLuc

bronzeur

 

Vous êtes amoureux de Nature ( avec un N majuscule ) préservée ,
-  de rencontres pas du tout programmées mais possibles avec la faune des  marais,
-  d'étendues herbeuses où l'on ne sait plus où est la limite entre terre et eau car, par endroits, ces étendues herbeuses flottent,
-  de rencontres avec des gens qui préfèrent être loin de tout , que ce soit du confort électrique, de la société de consommation ou de l'agitation urbaine,
 
alors le village de Kaw au coeur des marais , il vous faut le visiter.
Par contre, mais c'est aussi une des clés de la préservation exceptionnelle de ce site, son accès n'est pas aisé.
Vous laissez votre véhicule au dégrad de Roura au bout de la D6, et si personne ne vous attend, eh bien, il faudra avoir un peu de chance car seule une pirogue passant par hasard pourra vous prendre en charge, si vous le demandez poliment, bien sûr, et par courtoisie, pensez à payer l'essence !
Ne pas chercher à téléphoner , pas de cabine et le portable, oubliez le, pas de réseau.
Ici, pas de voitures, il n'y a plus de routes ni même de pistes.
A pied, impossible, même à la nage, je ne crois pas être tenté de nager plusieurs heures dans des eaux fréquentées par les piranhas et autres caïmans ou anguilles électriques.
Exclusivement la pirogue et seulement si celle ci est équipée d'un moteur de faible puissance, la navigation sur les marais et dans les canaux est règlementée.
                            En canoé avec mon fils Laurent,  le Guyanais d'adoption

La solution que les "Aventuriers" refusent reste pourtant la seule valable, louer les services d'un guide qui va vous servir la soupe touristique, mais à ce niveau c'est déjà réservé à des "amateurs" de nature et d'authenticité.
Cet endroit n'est pas grandiose, il est juste préservé.
Sillonner les marais avec une pirogue à moteur nécessite de toute façon un savoir faire bien spécifique car à tout moment et à plus forte raison à marais basse, il faut :
- accélérer pour prendre de la vitesse
- couper les gaz et relever le moteur
- passer au travers de la végétation flottante pour rejoindre les eaux libres
- abaisser le moteur et remettre un peu de gaz pour reprendre la marche normale.
Ce qui demande une attention bien particulière et une synchro des gestes bien rodée.
rentrer dans les herbes flottantes moteur baissé et en prise va bloquer l'hélice dans les herbes. Bon courage pour se dégager.
Au hasard de la navigation , on pourra apercevoir des hérons blancs, aigrettes, tortues, zébus, et avec un spécialiste ou beaucoup de chance,  le caïman rouge, le caïman à lunettes, ou mieux le gigantesque et rarissime caïman noir rescapé de l'époque des dinosaures.
Rien n'est sûr et tout est possible, on n'est pas dans un zoo ni un parc animalier.
                                                  Caïmans rouges
                                                     Caïman à lunettes
                         Zébus, en train de boire car quand z'ai bu, z'ai plus soif !

Une pause de midi, voire une nuit dans un hamac sur un carbet flottant en plein coeur des marais est un moment d'une puissance exceptionnelle, même si c'est de la "soupe pour touristes".
                Le carbet flottant, pour la pause mais aussi pour observer la nature.

La baignade, avec plongeon depuis le carbet flottant reste aussi un souvenir impérissable !

Récit:
- Le guide:
ceux qui veulent se baigner, le peuvent , on a le temps avant l'apéro !
- Moi : Supeeeeer ! et hop à l'eau !
- Re moi (mais dans ma tête et sous l'eau) " putain, elle est pas claire cette eau ! "
- Re re moi (toujours dans l'eau) : c'est quoi ces picottements ?
- Re re re moi : en tous cas, elle est bonne et ça fait du bien !
- re re re re moi en sortant de l'eau et m'adressant au guide : C'est quoi ces picottemnts qu'on ressent dans l'eau ?
- Le guide : juste les piraïs ( piranhas ) qui sont venus te sentir, mais il n'y a rien à craindre, on est à marais haute !
- ! ! ! ! ! 
- Le guide:
et du moment que tu n'as pas de plaie qui saigne
, tu ne risques rien !
- ! ! ! ! !
Véridique.





Le petit et retiré village de Kaw, habité par quelques irréductibles , semble misérable par rapport à nos standards, mais ils n'échangent pas leur qualité de vie en pleine nature avec la nôtre.
Cayenne n'est qu'à 90 km mais un aller retour prendra la journée.


Dans le village, quelques hébergements ou restaurations sont possibles, mais ce sera toujours en fonction de la saison, du ravitaillement ou ....de votre comportement.
La population locale, Amérindienne et Créole, ne viendra pas au devant de vous, elle attendra de voir si vous "comprenez" leur village et leur mode de vie. Ce n'est pas une réserve d'indigènes.

Comme dans tout village en forêt, des maisons sont à l'abandon, d'autres habitées, toutes se côtoient.

Ce tout petit et très joli village m'a donné une telle impression d'intimité, de beauté naturelle que je n'ai pas osé ( c'est bien le mot ) le prendre en photos, même en demandant l'autorisation aux habitants. 
Peut être en y restant plus longtemps cela m'aurait il été possible.
Dire que je suis tombé "amoureux" de ce village est exagéré mais il ne m'a pas laissé indiffèrent.

                 Le dégrad de Kaw ( débarcadère ) et la Maison de la réserve naturelle.

Une maison de la réserve naturelle existe mais l'accueil y est fluctuant et souvent au bon gré des employés.
Pour nous ce jour là devait être un grand jour, c'était non seulement ouvert mais gratuit !
Peut être que le/la guide était à la pêche ...ou mieux occupé ailleurs.
A dire vrai, à part donner du travail aux gens du village, on peut se poser la question de la nécessité d'une telle Maison, voir quelques photos d'animaux, et les explications sur la vie du marais, c'est bien, mais tout est dehors et visible en ouvrant un peu les yeux, certes!


Un seul regret ne pas avoir eu du temps devant moi pour y rester quelques jours, ce genre de solitude, loin de tout , est ce qui me manque le plus !
Une pirogue ou un simple canoé, une carte des marais, un APN, une canne à pêche, un peu de provisions et ne me cherchez pas de la journée, ce soir on partagera le repas, ce sera du  poisson.

Repost 0
Published by Jean Luc - dans carnet de voyages
commenter cet article
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 19:00

Note :

Ce blog va tourner en automatique pendant mon séjour en Guyane, cet article est une réedition reprogrammée de séjours précedents.

A bientot pour de nouvelles photos "2012".

JLuc

bronzeur

 

Le sentier de l'IRD dédié à la découverte de la forêt est un peu à l'abandon, le mot est faible.
Situé à proximité du carbet de st Elie, ce sentier avait pour vocation de sensibiliser les promeneurs à l'étude de l'évolution de la forêt et de l'impact de l'homme sur sa gestion.
S'il est aujourd'hui à l'abandon, ainsi que les carbets qui abritaient les étudiants chercheurs, il n'en reste pas moins un très beau parcours, et si la pédagogie y a perdu, la nature y a gagné.

Au bout de la route goudronnée que l'on prend à gauche aprés avoir passé Sinnamary, une piste en latérite démarre. C'est ici que le sentier débute entre les arbres peu visible mais une fois repéré, il est évident.
Tout au long du parcours, sur 2,5 km, des vestiges de stations d'études commencent à être digérés par la végétation.

                                Le soleil commence à éclairer la canopée, il est 6h 30.

                                 30 secondes de vidéo, juste pour écouter le réveil de la foret.


                             
les grands arbres me fascinent toujours, depuis combien de temps sont ils là à regarder passer les curieux que nous sommes.

Ils écartent leurs racines pour aller puiser leur nourriture dans une terre nourricière extrêmement pauvre et peu épaisse.
Bien qu'une grande quantité d'humus se fasse, les pluies ravinent tout.
Toutes les racines sont en surface et souvent apparentes.


Certains, brisés finissent leur vie en abritant une multitude d'insectes et reptiles, leur tronc devenu creux étant  un abri idéal.


D'autres , en pleine forme vont chercher très haut la lumière.
Leur voûte va former la canopée qui elle même va occulter toute lumière et la vie va devoir se frayer un chemin dans les minces interstices lumineux.


Très dense la forêt ne laisse pas de place aux végétaux les plus faibles.

Sur le parcours, je vais retrouver les vestiges d'une plantation d'agrumes réalisée par l'IRD en vue d'études, et même, déguster un pamplemousse quasiment revenu à l'état sauvage.

A l'extrémité gauche de la photo, timide, il se cache tandis que les fleurs sauvages envahissent l'arbre.
 
Au milieu du sentier, un petit crapaud buffo essaie de se confondre avec son environnement et reste immobile, des fois que je passe à coté sans le voir !


De retour au carbet, je croise le chemin d'un ananas qui semble vouloir reprendre gout à la vie .
ici, si ce n'est pas bouffé par les fourmis, ça pousse tout seul.



A suivre..........

Repost 0
Published by Jean Luc - dans carnet de voyages
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 20:00

Note :

Ce blog va tourner en automatique pendant mon séjour en Guyane, cet article est une réedition reprogrammée de séjours précedents.

A bientot pour de nouvelles photos "2012".

JLuc

bronzeur

 

Remire Montjoly, en périphérie de Cayenne, peut se vanter d'avoir la plus jolie plage de la région.
Mais que l'on se calme, cette plage ne viendra pas rivaliser avec les plages de sable de Martinique ou de Guadeloupe, même si celles ci sont parfois de sable noir, elles restent de très belles plages avec de l'eau bleue.
L'eau bleue c'est ce qui manque en Guyane, les boues charriées par les fleuves qui arrivent de la foret Amazonienne donnent une coloration marron extrêmement dense  du plus mauvais effet et qui s'étend sur plusieurs kilomètres au large, sans compter la vase qui glougloute sous les pieds du baigneur.

PXR DSCF4253 la mer est encore basse, ça ne va pas durer.
Mais pour celui qui préfère admirer que faire trempette, alors là, le compte peut y être car dès les derniers bastions de la civilisation dépassés, la nature reprend ses droits.
PXR bout de plage
Le bout de la plage, la mer monte vite, je vais rentrer de justesse à pied sec, les lueurs du soleil levant commencent à percer.
PXR plagec'est la grande marée, je vais reculer à toute vitesse....
Cette plage est connue et protégée, les tortues y viennent pondre , tortues vertes, tortues olivâtres et les fameuses tortues luths. Les tortues luths du film Océan ont été filmées ici, après plusieurs jours de planque.

Ce matin, je suis parti juste avant le lever du jour pour surprendre l'astre solaire dans son éveil au dessus de la mer, pas de chance, temps couvert, nuages bas et même de la pluie. (normal en Guyane !)

J'aurais juste une éclaircie en arrivant à l'embouchure du Mahury, le soleil fera une courte apparition, juste pour dire que je ne suis pas venu pour rien.

PXR DSCF4279Juste une accalmie, pour laisser le soleil se lever, il pleuvra toute la journée.
PXR DSCF4281 Embouchure du Mahury, les gros bateaux vont commencer à faire la queue pour rentrer au port de Dégrad des Cannes.
Les tortues olivâtres non plus, pas vu, mais là j'avoue qu'il aurait fallu que j'arrive plus tôt, mais ce n'est pas à tous les coups non plus, qu'on gagne !

DPS22May203744-1---jpgLuth photographiée par le fiston. ( Magasin photo LC Imaging, Galerie du Centre Commercial Montjoly 2 )
Elles font ce qu'elles veulent les tortues, elles viennent ou elles viennent pas ! 
PXR ibis

Ibis  commençant sa journée comme toutes les autres...... cherchons à bouffer.
PXR DSCF4295
PXR DSCF4318L'éclaircie a été de courte durée.................... le vent et la pluie sont revenus, les cocotiers se font remuer.
PXR oiseauLui aussi cherche son petit dej' .

Repost 0
Published by Jean Luc - dans carnet de voyages
commenter cet article
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 20:00

Cette semaine sera marquée par mon absence de la blogo et bien excusée par une escapade en Lozère, tout près du village de Le Rozier au confluent du Tarn et de la Jonte. Notre gite situé sur le causse Méjean, dans le hameau de La Volpilière offrant toutes les qualités que nous attendons pour ce genre de séjour , calme, tranquillité, un décor rural à souhait, le genre d'endroit où comme le dit le dicton, "les corbeaux volent sur le dos ...pour ne pas voir la misère, en bas". En fait de misère, il s'agit d'un coin de paradis, bien ignoré comme il se doit et où les "z'habitants" font tout pour se faire oublier des gesticulations absurdes des grandes métropoles.


DSCF2775 [640x480]

 

DSCF2407 [640x480]

 

DSCF2572 [640x480]

 

DSCN1322 [640x480]

 

Mais avant d'en arriver là, passage chez l'ami Gérard dit le vieux scaph' et son adorable épouse Dany. Voir un de ses blogs,  clic ici.

Leur mazet caché sous les châtaigniers Cevenols est une petite merveille d'authenticité et de rusticité, leur accueil sans pareille, mais ça , je m'en doutais.

DSCN1315 [640x480]

Arrivés juste pour mettre les pieds sous la table , au demeurant fort bien garnie , 

DSCN1314 [640x480]

 

DSCN1316 [640x480]

nous ne pourrons pas rester très longtemps, il ne nous reste que peu de kilomètres mais malgré tout presque deux heures de route.

DSCN1318 [640x480]

Le petit dernier, Parpayot, dit "Payot" encore un qui aime bien les calins !

 

Quelques petites heures de rencontre issues des liens liés grâce aux blogs, et nous voilà partis à travers les sinueuses routes Cévenoles pour nous rendre au gîte loué pour ces cinq jours.

 

Au programme de ce séjour, des randos, une par jour, la dernière étant comme d'habitude plus courte et moins dénivelée.

Nous verrons des gorges fabuleuses, des décors inoubliables, des vautours en quantité, le travail millénaire de l'érosion et souvent, ressenti la présence encore sensible des premiers hommes ayant arpenté ces terres. Les sites préhistoriques étant nombreux dans la région.

 

Les randos :

 

Les corniches vertigineuses du causse Mejean

DSCF2265 [640x480]

 

La brèche impressionnante de Cinglegros et le superbe Pas de l'Arc

DSCF2488 [640x480]

 

Les villages troglodytes de Eglazines et de st Marcellin, puis au retour,  le Causse de Sauveterre.

DSCF2373 [640x480]

 

Les arcs de st Pierre, ou le travail millénaire de l'érosion.

DSCF2758 [640x480]

 

omniprésents, les vautours fauves, quel plaisir de les voir évoluer dans les courants aériens !

vautour-fauve--640x480-.jpg

 

C'est parti !....sujets sensibles, tenez vous bien , certaines photos étant......vertigineuses.


123gifs001

Repost 0
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 22:00

En fin de journée, à la suite de notre petite rando dans le grand canyon, voir ici la rando, le sentier des pecheurs , clic ,  une petite visite de cette charmante commune s'est imposée.

 

Aux portes du Grand Canyon du Verdon, dans les Alpes-de-Haute-Provence, Moustiers Sainte-Marie, classé un des plus beaux villages de France, est bâti sous le ciel le plus pur d’Europe.


Le village adossé à la roche, traversé par un torrent, le Riou,  est à la croisée du site grandiose des Gorges du Verdon et de la Route de la Lavande qui traverse le plateau de Valensole.

 

Déjà , à l'énoncé des gorges du Verdon et du plateau de Valensole, on voit que ce village est sous la bénédiction de Dame Nature.

 

Outre sa position géographique, sa réputation pour ses faïences et son attrait touristique, ce qui étonne le visiteur c'est cette étoile qui brille au dessus du village, suspendue entre les deux pitons rocheux.

 

 
PXR DSCF7522

  étoile grossièrement "rajoutée" car l'original est trop petite pour être visible sur la photo.

 

Durant les invasions sarrazines du Xe siècle, le Chevalier de Blacas aurait été capturé et emprisonné en Orient.
L'objet de ses prières au quotidien était de pouvoir revenir sain et sauf au village, et une fois son voeu exaucé, il suspendrait un ex-voto, en remerciement à la vierge, entre les deux rocs surplombant la cité.

 

                            Cette bonne étoile veille toujours sur les Moustieriens.

 
Classée monument historique en 1913, l'Eglise a la particularité d'unir deux époques architecturales (romane et gothique) pour former un des plus beaux exemples d'édifice religieux de Provence.

 

PXR DSCF7612


Un collège de 5 prêtres assura le chant des heures de l'office divin durant près de quatre siècles jusqu'en 1778, date à laquelle le prieur Balthasar de Bertet obtint la suppression du collège.
L'architecture de l'Eglise est remarquable : bâtie sur des vestiges pré-romans, la nef romane est divisée en 5 travées composées de voûtes en berceau brisé taillées dans la pierre de tuf.
Les pilastres s'évasent vers le haut, à la naissance des voûtes, phénomène  assez courant dans les églises romanes.

 

PXR DSCF7623NB


Ce sont les murs en contrefort extérieurs qui compensent  ce mouvement.
Le tremblement de terre de 1887 a justifié la pose de trois tirants en fer pesant ensemble plus de 1200 kgs.

 

 

La Chapelle Notre Dame de Beauvoir

 

PXR dscf7614NB


Bâtie sur un petit replat dominant le village, la chapelle marie également époque romane (nef) et gothique (choeur).
Il existait en l'an 470 à cet endroit un temple dédié au culte de la vierge, un temple marial, creusé dans la roche.
A la fin du XIIe siècle, les moines bâtirent une petite chapelle comprenant deux travées voûtées en berceau brisé  correspondant à une partie de la nef actuelle.
En 1536, deux autres travées furent ajoutées ainsi que la sacristie et le choeur, gothique.
Jusqu'au XVe siècle, on l'appelait Notre Dame d'Entreroches ou d'Entremont.


Pour y accéder, une calade comptant 262 marches grimpe à flanc de colline, empruntant le pont de Notre Dame. Sept oratoires ont fait place en 1860 aux quatorze stations du Chemin de Croix, ornés bien plus tard de décors en faïence réalisés par Mlle Simone Garnier

 

Les Fontaines :

 

Moustiers ste Marie peut se vanter d'avoir l'eau potable dans chaque fontaine du village, ànotre époque c'est assez exceptionnel, il faut bien l'avouer.

 

PXR DSCF7608


De plus, de très beaux exemples de lavoirs provençaux ornent quelques placettes et ruelles du village.

 

PXR DSCF7622-1


Dans le temps, ils servaient à abreuver les animaux, les hommes mais aussi les lavandières venaient battre le linge et le laver, et les bouchers venaient y laver leurs viandes... A cause des odeurs nauséabondes, et des microbes, un arrêté municipal fit interdire cette dernière pratique !

 

 

La faïence :

  

Si la céramique a toujours tenu une place prépondérante à Moustiers Sainte-Marie, c’est au XVIIe siècle que la faïence prit son essor grâce à Pierre Clerissy, faïencier installé au village et dépositaire du secret de la faïence.

 

PXR DSCF7609


Louis XIV ordonna durant son règne trois édits somptuaires pour renflouer les caisses de l'état et financer ses campagnes de guerre : il fit fondre toute la vaisselle d'or, d'argent et de vermeil du royaume et la remplaça par la faïence de Moustiers.

 

PXR DSCF7610


 La production “ la plus fine du royaume” ne cessa alors de se développer jusqu’au début du XIXe siècle avant de s’éteindre progressivement.

 

PXR DSCF7618

 
 Ce n'est qu'à partir de 1927 que la production de faïence fut ranimée à Moustiers Sainte-Marie grâce aux efforts de Marcel Provence.

 

PXR DSCF7619

 

La tradition se perpétue aujourd'hui chez une vingtaine d'ateliers installés sur la commune.

 

 PXR DSCF7620

 

 

Les ruelles souvent étroites et pentues sont bien dans la tradition des vieux villages de Provence

 

PXR DSCF7624NB

 

 

les coins de rues sont ornées de plaques dans la plus pure tradition faïencière du Pays

 

PXR copieDSCF7626

 

 

Tout près, le lac de ste Croix offre aux vacanciers un plan d'eau de première qualité

 

PXR DSCF7529

 

Les gorges, un panoramique réalisé au dessus du sentier des pecheurs, à l'aplomb de la cascade des Maurins.

 

Panorama 1

 

tout gamin déjà en balade au bord du lac, avec mon beauf' celui qui, depuis,  est mon "frérot".

 

gil-et-jluc-a-moustier.jpg

 

Et pour clore cette petite promenade dans ce magnifique village de Provence, deux photos prises pratiquement au même endroit mais à presque 50 ans d'intervalle. 

 

suz-et-jluc-a-moustier.jpg

 

Avec ma grande soeur,  c'était en 1961 ou 62 (?) cette balade avec Elle et son jeune mari , nous étions venus de Marseille pour la journée ........ en 2cv fourgonnette !

 

PXR DSCF7616

 

sur le même pont au dessus du Riou, , début septembre 2010.

 

......au même endroit, seuls  les lieux ont un peu changé....

 

 

Repost 0

Profil

  • Jean Luc
  • passionné par la plongée sous marine, je suis aussi un amoureux des collines Provençales.
La plongée et la rando sont mes activités sportives preferées.
La cuisine,la lecture,la photo, la pêche  et le jardinage sont mes activités plus calme
  • passionné par la plongée sous marine, je suis aussi un amoureux des collines Provençales. La plongée et la rando sont mes activités sportives preferées. La cuisine,la lecture,la photo, la pêche et le jardinage sont mes activités plus calme

Le Bureau

  ROMAN

Le grand secret

 gd secret

 

Si vous avez envie de  tenter l'aventure d'une plongée sous marine en mode spéléo avec tous les frissons que cela comporte, mais bien calé dans un fauteuil et en 191 pages, me faire parvenir

 

   un chèque de  20 euros TTC , port compris

Jean Luc Fontaine

130 vallon des Escourtines

13011 Marseille

Dédicace personnalisée sur demande.

plus de détails ici :

***********************************************************************
  

Indice Atmo : vue d'ensemble

 

 

Rechercher Un Article ?

Visiteurs présents sur le site

Compteur Global

 

 

 

 

 

Randos et plongées

 Petites randos dans nos collines et ailleurs..

 

Hautes Alpes :

Champoléon : le refuge de tourond

Champsaur : Le col de Moissière

Champsaur : le col de Gleize

Valgaudemard : Les cabanes de Prentiq 

Valgaudemard le refuge des souffles

Valgaudemard le refuge du pigeonnier

Valgaudemard, les sources des Doux

Devoluy: le village de Chaudun

Devoluy: le sentier de ronde de Chaudun

Devoluy, sentier de ronde  de Chaudun et fouanières

Les pénitents des Mées

Devoluy: la petite Céüse

Devoluy: le col de Tournillon

Devoluy: la roche de la Fouanières

Devoluy: le pic de Céüse

Devoluy: Céüse, le pas du loup

Devoluy, le roc de Rimat

Devoluy, la tête des Ormans

Devoluy, la tour carrée

Devoluy, la chapelle de la Crotte

Gapençais, crêtes de Charance 

Gapençais, le Cuchon

Devoluy la boucle de la Souchière

 

Retrouvance en Buëch Devoluy :

1ère étape, Veynes - Agnielles

2ème étape, Agnielles - Recours

3ème étape, Recours - Rabioux

4ème étape, Rabioux - Les Sauvas

5ème étape, Les Sauvas - Chaudun

6ème étape, Chaudun - Rabou 

 

Massif  du Garlaban :

Tête rouge et le Taoumé

Tête rouge et le Taoumé 09/2011

La Grotte de Grosibou au départ d'Allauch

Le puits de l'Aroumi 

Le puits de l'Aroumi au départ de la Fève

La baume sourne

La source de Barqieu et le Garlaban 2

Le Pic du Taoumé par le vallon de Précatori

Le sentier des scolopendres

Garlaban,  la source du chien

Le col de Tubé au départ de lascours, 1ere partie

Le col de Tubé au départ de Lascours, 2ème partie

La parloire mai 2011

La parloire janvier 2012

Le Mont du Marseillais 

La grotte de Manon et

le sentier des scolopendres

La grotte du berger

Sur les traces de Pagnol

Le domaine de Pichauris

La grotte du Midi ..ou du Papé

Lascours, le grand vallon

Le vallon de Passetemps

Grand vallon et grotte du papé

Grottes et marmites du grand vallon 

Lascours, le grand vallon 

La croix de Garlaban face sud.

Nocturne, la croix de Garlaban

Font Berguettes

Marmites du grand vallon

Grosibou par Lascours 01-2014

Baume Sourne 12-2013

L'eau des collines-grotte de l'étoile 02 2014

Lascours, gd Vallon 03 2014

Lascours gd vallon et grotte du Papé 05 2014


 

Massif de l'Etoile :

L'aire de la Moure

Notre Dame des Ange, ....près de Marseille
La grotte des fées et le Baoù Traouqua

Le mont Julien et le Ratier

La tête du grand Puech

La grotte de la Vierge

La tête du Gd PUech 01-2014

 

Massif de la ste Baume :

Le balcon des Encanaux

Le col de Bertagne

La glacière du vallon du Fauge

La crête de la Lare 

Le plan des Vaches par les dents de Roque Forcade 2012

Le joug de l'aigle

La source de l'huveaune

Les sources de l'Huveaune 2  

Le circuit de la Taurelle 

La grande Baume par bertagne

Le jas de Miqueoù

le chemin du blé

Les quatre chênes 

Le balcon des Infernets 

Le signal des Beguines 

Le col de Bertagne et la grande baume 2

Rougiers, Castrum st Jean et les 4 chênes 

Le vallon des cèdres

La croix du Paradis

Le Paradis et le sentier merveilleux

Le vallon de la galère

Le balcon des Infernets et le torrent des Encanaux 

Le tour de Roussargues

Le pas de Cugens

Le gouffre du plan des masques 

Les dents de Roque Forcade, autre parcours

Le vallon de l'Aigle

Le pas de la Cabre

La grande Baume

La tour Cauvin

Falaises de Cugens, le trou du vent

La grande Baume 2013

Le Cruvelier et le Brigou 

Le jas de Sylvain

Le plan des masques

le sentier Marcel Estruch

Le trou du vent 02 2014

Le jardin suspendu 03 2014

La neige au Paradis 03 2014

Le tour du pic de Bertagne 03 2014

Du pas de la cabre au Paradis 06 2014

Le ravin des Encanaux 06 2014

Le sentier marcel Estruch 05 2014

La voie Gombault 04 2014 

 

Massif de Luminy, les calanques, Cassis :

Les falaises de Soubeyranes 

Port pin et le ravin de Gorgue longue

La calanque de Morgiou

Le tour du mont Puget

Le vallon de la fenêtre

Les falaises du Devenson

Le cap Morgiou

Grand Malvallon, les 3 arches    

La couronne de Charlemagne

Le Malvallon sud et le belvédère celeste

Le plateau de l'homme mort
Le plateau de l'homme mort 2013

La calanque des pierres tombées

Le pas de l'oeil de verre, la Candelle

La rêveuse du pas de la Lèbre

La calanque de l'Escu

Le col de la selle et grotte Rolland

Beouveyre

Falaises du Devenson et l'Eissadon

Rando givrée, belvédère de Titou Ninou février 2012(1)

Belvédère Titou Ninou fevrier 2012(2)

Les 4 pas :  demi lune, escaliers des géants...

sommet de Marseilleveyre(1) les 3 grottes

Sommet de Marseilleveyre (2) les escaliers des géants

Le col de la Selle, les grottes Dechaux

La cheminée du Diable

Le cirque des Pételins

La traversée du mont Puget

Les 3 arches du Malvallon 2012

L'anse de Melette

Le couloir du Cadellon

Calanques de l'Escu et Melette

Les falaises du Devenson et de l'Eissadon

Le vallon de la fenêtre 2012

L'escalier des géants

Le pas de la Cabre

En Vau et Port Pin

Le cap Gros

Le belvédère d'En Vau

Le couloir du Candeloun

Les 4 grottes du rocher st Michel

Le sommet de Marseilleveyre

Le plateau de Cadeiron

Le sentier du chinois

Sentier Garrigue et cap Gros 

Le vallon de l'herbe et cap Gros

Le tour de la grande Candelle

Les calanques de Sugiton et Morgiou

Cap Gros, le saut du chat

Les trois pas...

La tête de Melette 

Couloir du Candelon intégral

Les crêtes de soubeyranes

Le cirque de mestrallet

Le vallon de l'herbe

Le tour de la Candelle

Titou Ninou à la belle étoile

Cap Morgiou grotte du figuier

Le vallon de Mestralet

Titou Ninou nov 2013
Creche troglodyte

Creche troglodyte suite 01 2014

Le Mt Puget et le couloir du Candelon 01-2014

La grotte de l'Ours 01-2014

Titou Ninou, la crèche suite

sommet Marseilleveyre 01-2014

calanque de l'Escu 01-2014

au fil de mes envies 12-2013

Beouveyre 12-2013

La cheminée Lacroix 01 2014

Mont Puget et couloir du candelon 01 2014

La grotte de l'Ours 01 2014
Les falaises du Devenson 02 2014

Au dessus de Sormiou 03 2014

Le pas de la demi Lune et Marseilleveyre 03 2014

La grotte de la colonne 03 2014

La croix du Malvallon 03 2014 

Le cirque de Melette-walkyries 06 2014 

Le renard des calanques 

 

Les massifs de Marseilleveyre à Aubagne :

La source des eaux vives

Le balcon des Escourtines

Le Montounier et la chapelle St André

Le Mont St Cyr

Le four à cades de revers de boquié

Le Baoù de la Candolle

Le balcon des Escourtines et la source des eaux vives - juste au delà de mon jardin

Le Douard et les gorges de la petite ste Baume  

Notre dame de Julhans

Le mont Lantin et le mont Carpiagne

Le mont Lantin et la source des eaux vives

Le vallon de Gendame

Le cabanon du Marquis 01-2014

 

Massif de Regagnas et mont Aurélien :

L'ermitage de st Jean du Puy

Le sommet du Regagnas  

Le rocher Olympe du mont Aurelien

le Mont Olympe

Le plateau de la Serignane

Le mont Olympe et le rocher de 11 heures

Le rocher de 11 heures

pique nique à st Jean du Puy 12-2013

 

Massif et Parc naturel du Luberon :

La foret de cèdres

La combe de Sautadou  

Le tour du Roumagoua 

Oppede le vieux, versant nord

La source du Mirail

Le pin de l'Eigoune

La Groupatassière

Le plan des Agas

Les moulins du Veroncle

La combe de Vaumale 04 2014

 

Massif de ste Victoire :

Le pic des mouches

Le pic des Mouches version plus longue

Le pic des mouches au départ de Puyloubier

Le sentier Imoucha et les cretes de costes chaudes

Le Prieuré et la croix de Provence

Le Garagaï

Refuge Baudino au départ du parc des 2 aiguilles

D'un barrage à l'autre

L'ermitage st Ser

De st Ser au pas du Clapier

Le pic des mouches au départ de Puyloubier

Le pic des mouches par st Ser

Le gouffre de Garagaï

La croix de Provence par la marbrière

Refuge Baudino nov 2013

Le vallon de la Tine 03 2014

Le gouffre de garagaï 04 2014

Le pic des mouches 04 2014   

 

Le Verdon :

Le sentier des pecheurs

Le sentier des pêcheurs 2012

La chapelle ste Maxime, la draille des vaches

Le lac de ste Croix, le tour du Defens 

 

Divers :

Guillestre et la rue des masques

Raquettes à Risoul

Var, Lou gro Cervo

Var, La grotte du Garou

Var, Les gorges du Caramy

Var, les gorges du Caramy depuis le barrage

Var, le vallon du rocher des abeilles
Les crêtes de Roque Menourque 

La calanque de Figuerolles, cote bleue

Le mont Concors

Mazaugues, les ruines de Touchou

Le Puy ste Réparade, la Quilho
St Esteve Janson, le chateau

Notre dame des Anges...dans le Var

Vaucluse, le mur de la peste

Cote bleue, calanque de la Vesse

Alsace, mont ste Odile, le mur païen

Guyane, le sentier Rorota

Le village troglodyte de Calès

Port d'Alon, sentier du littoral

Le Mourre d'Agnis

La grotte du Mounoï Var

Var , le chateau du Diable 05 2014

Var, les gorges du Destel... l'intégrale 04 2014


Corse :

La boucle de l'Acciolu

Le sentier du facteur de Girolata

Le refuge d'Ortu

La punta di Bonassa

 

Andorre :

Le lac d'Angolaster

Le col de Juclar

Les lacs des salamandres  

Les lacs de Meners

Les lacs de Siscaro

Le circuit nature de Canillo 

 

Ardèche :

Le chateau de Pierre Gourde

Le sentier du vigneron

Le tour de Girond

Le chateau de Rochebonne

 

Lozère :

Eglazines et st Marcellin

Les echelles de Cinglegros, le pas de l'Arc

Causse Méjean corniches de la Jonte

 

 

 

 

 Plongées en Méditerranée :

 

1ère plongée de l'année 2009
La pierre de Briançon

L'île Moyade
Au phare de Planier
La calanque des Contrebandiers

Cadaquès, Massa d'Or
L'épave du Donator
L'épave du Chaouen
Le grand Congloué
La grotte de la Télévision
L'impérial du milieu
L'île de Riou
La pointe Caramassagne

La pierre à Daniel
Pointe Caramassagne 02/2010
La grotte de la télévision 03/2010
Quelque part vers Planier

Caramassagne, la grotte 04/2010  

Le tombant de la boulegeade 

Le tombant de la boulégeade 2

Au sud ouest de Planier  

Planier, Mola mola
L'épave du Ker Bihan

La pierre de Cassis  

La pierre à Daniel(2)  

Plongée...dans mes archives photos

Ma dernière chasse sous marine

Le couloir des gorgones

Zeus faber, un poisson de légende 

Grand congloué, les bankaws  

2011 la calanque du contrebandier

06/2011  La pierre de Briançon

2011 La grotte de la télévision

08/2011 Caramassagne

08/2012 la grotte à Peres

08/2012 la pierre à Daniel

08/2012 l'arche de Planier

06/2012 la grotte de la télévision

06/2012 la calanque de l'Escu

03/2014 Riou pte Caramassagne 

02/2014 calanque du contrebandie

07 2014 dans le bleu, calanque du contrebandier 

06 2014 la pierre de Cassis 

06 2014 la cap nègre 

 

 

 


 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







Gites et chambres d'hotes

Coups de coeur

 

Quelques sites que je recommande :

 

Jacques Testa artiste peintre.

 

Ely Boissin artiste peintre et plongeur .

 

Les dessins de RB 

 

Glibert Thomas, le peintre des calanques