Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 19:00

La conférence animée ce 12 mars par mon ami le vieux Scaph' et l'article qui a suivi sur son blog clic ici  m'ont fait remonter à la surface ( façon de parler, pour un plongeur ) des souvenirs qui étaient plus ou moins enfouis dans ma mémoire de vieux sanglier subaquatique.

fesm 00

Sa conférence toute axée sur les femmes plongeuses, et leurs compétences, m'a fait "tilt". Même si je partage pleinement son avis, voire que je sois encore plus porté que lui sur le fait de penser que les femmes plongeuses sont souvent de meilleures coéquipières que les hommes, je connais au moins une plongée qui leur est interdite sous peine d'accident grave.

Je vais vous narrer cette aventure extraordinaire, que depuis tant d'années, nous avons mes potes et moi, renouvelée.

 

A propos de sirènes.

 

Il y a un certain temps, disons une quinzaine d'années, avec mes équipiers nour recherchions une épave au large de Marseille, une épave étrange, le mystère qui l'entourait était à la fois bien gardé mais en même temps pas vraiment considéré comme un secret militaire. Il n'en fallait pas plus pour aiguiser ma curiosité. Du lard ou du cochon ?

Après les recherches d'archives obligatoires, après des sorties en bateau restées infructueuses, après des litres d'essence brûlés en sondant les fonds, JE l'ai retrouvée.

Nous y sommes descendus sur ce bateau gisant sur le sable, et nous avons vu, nous avons d'abord entendu devrais je dire.

Le coup était trop gros pour nous, petits plongeurs anonymes, sans structure, sans appuis , qui allait nous croire?

Alors nous l'avons gardée pour nous, "notre" épave, notre jardin secret. mais je peux bien l'avouer, les plongées sur cette ferraille, n'ont pas été sans conséquences ni sans risques.

Pourquoi en parlerai je aujourd'hui ? Peut être un moment de faiblesse, peut être à cause du temps de merde qu'il fait sur Marseille cet après midi, et qui nous empêche d'aller  plonger.

 

Je me décide enfin!

 

Mais attention, ce n'est pas une plongée ordinaire, de gros risques sont pris et ne pas remonter fait partie de ceux là !

Une épave pas très ancienne, de la dernière guerre, donc pas une épave archéologique au sens habituellement consenti, un gros bateau en ferraille coulé très au large de Marseille, et tenue secrète par les autorités.

 

Mais, amis plongeurs, avant de vous lancer dans l'Aventure, lisez bien ce qui suit, le reste sera de votre responsabilité, en aucun cas je ne veux et ne peux porter le fardeau de vos déboires subaquatiques.

 

Cette épave dont le vrai nom m'est inconnu ( secret défense semble t'il )  je l'ai baptisée l'Iliade car ce fut une sacrée odyssée pour la repérer, y plonger et surtout en revenir. La suite de ce récit va le démontrer.ILIADE2

  Le bateau avant son naufrage, son nom véritable est tenu secret par la Marine, je l'ai rebaptisé, l'Iliade.

Cette plongée difficile située en pleine eau, au large de la rade de Marseille est restée secrète pendant trop longtemps, je critique les autorités mais je fais de même, pourtant  il faut que la transparence soit de mise.

croisette

En effet,ce vapeur, de la dernière guerre, coulé par l'aviation ennemie, était un bateau de guerre, un bâtiment militaire mais dont le chargement tout à fait exceptionnel n'avait rien de meurtrier, bien au contraire.

La mission de ce bâtiment de 75 mètres de long, comportait un équipage de 15 hommes, et était chargé de venir "ravitailler en chaleur humaine féminine" les troupes isolées en Afrique du Nord.

 

Parlons clair, une version maritime des bordels ambulants qui existaient dans l'infanterie pour "soulager" les soldats trop longtemps éloignés de chez eux.

 

Le nombre de victime est inconnu, la "cargaison" étant en nombre variable à cause des maladies vénériennes et les archives de la Marine Nationale restant discrètes à ce sujet, ce qui peut se comprendre.  
            
Il n'y a pas de point GPS, quand j'ai découvert cette épave, les GPS portatifs n'en étaient qu'à leur balbutiement, et de toute façons, je me suis assez décarcassé pour la trouver que je ne vais pas tout donner sur un plateau !

Il faut du très beau temps, bonasse pourrie, comme on dit ici, direction Planier, puis en gardant le Cap au 210, filer encore pendant 21 minutes à 10 noeuds pile poil, le sommet du phare s'alignant parfaitement dans la vierge de Notre Dame de la Garde et l'ensemble juste au dessus de la ligne d'horizon, s'approcher du site qu'il va falloir chercher au sondeur en exécutant des cercles concentriques d'une centaine de mètres de diamètre au départ et allant en se resserrant.

planierpanoramique

Laisser Planier dans le dos et bien suivre mes indications. 

L'épave est sur un lit de sable à 69 mètres exactement dans le sens nord-sud. Un mouillage ici est dangereux, il est préférable d'assurer une surveillance à bord. Ce n'est pas une plongée de "tendrons", mais le spectacle est d'une beauté fantastique.
 

macho small
 Mer calme obligatoire, attention à la brume de chaleur qui peut se lever brutalement et vous priver de visibilité pour le retour, palanquées de baroudeurs confirmés, les nanas ne sont pas les bienvenues sur ce site.

Non les filles, ce n'est pas une forme de machisme mais ici il y a eu plusieurs accidents de plongée et chaque fois il s'agissait d'une femme et chaque fois l'ivresse des profondeurs à été la cause de l'accident.
 epave sireneDés que repérée au sondeur,la descente se fait verticalement sur l'épave, à peine l'aperçoit-on que l'on va se diriger sur l'avant pour pénétrer dans l'énorme brèche et s'engouffrer dans le château où nous attend toute la faune aquatique si particulière et exclusive à cette épave.

chaouen le pont

( Cette faune est-elle à l'origine des accidents des plongeuses?, je pense que oui, d'où ma remarque à l'attention de mes copines plongeuses )  liban cabine2

Là, les enchantements commencent, bien sûr par le son, oui le son, extraordinaire, une mélopée languissante qui nous prends aux tripes et nous rend totalement inaptes à veiller aux règles essentielles de sécurité, en particulier la vigilance envers les compagnons de palanquée d'autant plus s'il s'agit de plongeuses, bizarre........je n'ai connu cela qu'ici.

helicechaouen

A part la faune très typique de cette épave, il n'y a rien, peu de poissons, pas de crustacés, peu de flore mais des sirènes dans tous les recoins du navire,

sirène dorée

 des sirènes dorées, des sirènes brunes à caudale claire,

sirene

 même une variété maritime de sirène Corse probablement le fruit d'une copulation contre nature entre une sirène brune et un berger - plongeur.
 

plongeursirene
Lors de ma dernière descente, j'ai eu juste le temps d'apercevoir, (mais n'étais ce pas un début de narcose furtive ?) une sirène à gros tétons appelée aussi "Walkyrie de Méditerranée".

sirène à queue lisse

 A vérifier, et peut être photographier la prochaine fois, je ne manquerai pas de vous en avertir.

 sirène vignette

Attention de ne pas perdre totalement la raison, pour cela, imiter Ulysse qui s'est attaché au mât de son bateau, un bon moyen de ne pas se laisser envoûter est de s'attacher l'index sur l'inflateur du gilet stabilisateur avec du sparadrap  pour gonfler la stab et ainsi remonter sans efforts mais  juste avant de succomber fatalement au fameux chant des sirènes.
   plongeurAmphore
   Il va en falloir du cran pour quitter cette épave, la profondeur de 69 m risquant d'altérer notre jugement, ( tout un programme ! ) les sirènes faisant tout pour nous garder parmi elles.

 

On pourra dire sans que notre modestie en souffre : j'y suis allé et j'en suis revenu . Mais vous l'avez comris mes belles amies, cette "plonge" n'est pas pour vous.......Pardon, j'ai honte !

 

 

Repost 0
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 21:00

Ce samedi 5 février un petit Mistralet oblige les bateaux de plongée à se chercher un site un peu à l'abri du Nord-Ouest d'autant qu'une superbe houle résiduelle  est encore bien présente.

Hier il faisait un Mistral force 5/6 , il en reste quelque chose.

On est partis un peu tard et tous les sites de plongée acceptables sont déjà squattés par les clubs, alors, en enfants gatés on s'en cherche un rien que pour nous, même si pour celà il va falloir accepter un site un peu plus profond et par là même de faire quelques paliers non négligeables dans une eau à 12°c.

 

Direction le grand Congloué cette petite île qui a été  le siège de plongée archéologiques sous marines dans la fin des années 50 par le  Cdt Cousteau. Cette zone de fouilles est interdite à la plongée , nous irons complètement à l'opposé sur la  face est du Congloué .

carte archipel [filigrane aioli couleur]

Ce sera soit le couloir des gorgones soit , à défaut, les bankaws. 

Nous avions prévu de plonger sur le couloir des gorgones mais le temps de manoeuvrer pour se mettre nez au vent, un autre bateau arrive , c'est un véritable charter à plongeurs, dépités, nous nous rabattons vers les bankaws.

Le genre à balancer ses plongeurs par dessus bord, sans mouiller et sans point de repères, il en faut pour tous les goûts.

grand congloué sites [filigrane aioli couleur]

Le grand Congloué face est, ainsi que la pointe Caramassagne tout au bout de Riou.

Ce site on y  va jamais, c'est profond entre 55 et 67 m, le tombant est abrupt et désertique, la plongée se fait donc exclusivement au fond , bonjour les paliers, qui se feront le long d'une paroi nue, où, si on trouve de petites gorgones à admirer on a de la chance !

Mais bon aujourd'hui pas envie de se mêler aux hordes aquatiques.

Ce sera les bankaws !

Mouillage de Corail noir sur 57 m de fond, ici plus un brin de tiragne le Cap Camarat reste bien aligné, parallèle au tombant, il ne bouge pas d'un poil.  

DSCN6652 [filigrane aioli couleur]

Comme d'habitude, pour plus de confort, on s'équipe dans l'eau et ..... descente directe dans le bleu.

DSCN6655 [filigrane aioli couleur]

La consigne , comme à chaque plongée, mais mes co équipiers sont rodés, c'est de  se retrouver à l'ancre pour assurer le mouillage, puis en rasant le fond, direction vers le couloir des gorgones qu'on prendra ( peut être ) à l'envers de ce qu'on fait habituellement.

DSCN6670 [filigrane aioli couleur] Dans les ragues du bas de la paroi, langoustes, mostelles, ici il passe peu de monde donc la faune est moins craintive,  et là, dans un trou à 65 m de fond,  un superbe homard, pinces croisées,

DSCN6662 [filigrane aioli couleur]

il prend la pose, enfin, les pinces prennent la pose parce que lui, planqué derrière ses armes il se fait tout petit dans son trou.   pinces du homard [filigrane aioli couleur]

A cette profondeur le temps de venir jusqu'ici, et de faire quelques photos, le camarade "Aladin pro" commence à faire la gueule, l'ordi de plongée indique déjà plus de 29 mn de remontée avec des paliers à 12 m, donc à 9m , à 6m et un  gros bada à 3 m ! Et dire qu'on était partis pour une petite plongée d'hiver....

Mais bon, un homard qui prend la pose à 65 m de fond ce n'est pas tous les jours non plus.

DSCN6669 [filigrane aioli couleur]

petites gorgones dans 9 m d'eau, lumière artificielle   DSCN6668 [filigrane aioli couleur]

  à peu près la même en lumière naturelle.

 

Sortis de l'eau, un thé chaud pour remettre quelques calories dans nos vieilles carcasses , le vent est tombé la mer plate, on va rentrer au port en mettant un peu de gaz.

 

Les bankaws ce n'est pas de  la plongée folichonne, et encore aujourd'hui le clou du spectacle a été ce homard, il peut arriver qu'on descende , qu'on ne voit aucune vie et qu'on se tape des paliers interminables, non les bankaws, c'est juste pour se mettre des bulles dans le sang, pas plus ! La seule plongée du grand congloué qui ne soit pas attractive.

 

Repost 0
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 21:30

Pour répondre à celles et ceux qui dans l'article précédent n'ont pas vus où était la fameuse baudroie si bien camouflée.

 

DSCN6636 [filigrane aioli couleur]

dessin baudroie [filigrane aioli couleur]

souligné en jaune, le contour de sa tête sortant du trou où elle se cache, enfouie dans le sable.

en rouge sa bouche

en bleu ( normal, les yeux bleus ! ) les yeux.

en blanc son leurre , sorte de canne à pêche qui lui sert à agiter un lambeau de chair qui va attirer le menu fretin tout près de sa bouche,

 

son oeil droit et son leurre sont bien visibles, mais je reconnais qu'il faut savoir comment est foutu ce poisson pour arriver à le voir !

 

voilà d'autre photos déjà parues d'une belle baudroie, nettement plus grosse et surtout en action de chasse.

PXR Copie de DSCN0271

 

PXR Copie de DSCN0268

 

PXR Copie de DSCN0274

PXR Copie de DSCN0273

 

PXR Copie de DSCN0278

Toutes ses épines dorsales levées, les fameuses cannes à pêche sont en action. Elle n'a qu'à attendre la proie pour la gober d'un seul coup, elle n'aura quasiment pas bougé.

Repost 0
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 21:50

Lundi 31 janvier, le nouveau bateau est fin prêt, le remplaçant de ma vieille et fidèle Calypso est impatient de prendre la mer.

contrebandier-janvier-2011 0246 [filigrane aioli couleur]

C'est une autre forme de bateau , coque ouverte, plus large , nettement plus puissant, à peine plus long, plus de place à bord mais plus aucune protection contre les intempéries hivernales. Faut savoir ce que l'on veut.   contrebandier-janvier-2011 0253 [filigrane aioli couleur]

Lors de sa mise à l'eau quelques jours auparavant, le bateau était encore couvert de neige, bien visible à l'avant.

 

Pour cette première sortie "plongée" nous allons nous mettre à l'abri dans la calanque des contrebandiers, cette étroite mais profonde entaille  dans la roche face sud de l'île de Riou.   DSCN6619 [filigrane aioli couleur]

C'est l'inconvénient d'utiliser un appareil photo sous marin dans l'air, il y a toujours une goutte d'eau là où il ne faut pas.

 

Le vent n'est pas trop fort, mais une houle bien formée nous boulègue sérieusement, Corail Noir passe cet obstacle sans encombres, j'en attendais pas moins de cette nouvelle coque.   DSCN6621 [filigrane aioli couleur]

Non, la surface de l'eau n'est pas concave, juste un peu de longue houle.

La température extérieure est assez fraîche, l'eau qui est à 12°C en comparaison nous paraîtra nettement plus chaude, euh , tout est relatif !   DSCN6625 [filigrane aioli couleur] Descente à l'ancre pour "assurer" le mouillage, la visi est plus que moyenne.

 

Plongée assez triste, peu de vie sous marine, eau relativement turbide vers les profondeurs,

DSCN6628 [filigrane aioli couleur]

Pas de lumière du soleil, eau turbide, peu de couleurs, même avec le flash.

 

dentelle de neptune [filigrane aioli couleur]

Dentelle de Neptune, belle ! fragile pas toucher et pas casser !

 

DSCN6636 [filigrane aioli couleur]

Une petite baudroie (moins d'un mètre de long) bien camouflée va me donner du fil à retordre pour la photo, qui la voit ? seuls son sourire narquois et ses yeux la trahissent.

Effet total de mimétisme.

 

DSCN6642 [filigrane aioli couleur]

 Remontée de 42 vers 27 m où la grotte longue et profonde nous attend, aujourd'hui aucune vie intéressante à l'intérieur, ni langouste ni mostelle....sont où ???

 

DSCN6640 [filigrane aioli couleur]La voûte descend vite très près du sable, les particules soulevées par le passage du plongeur occultent toute visibilité.

Pour aller au bout, tout au bout, fil d'ariane conseillé, mais ça va cogner sur les parois !

Habituellement, langoustes et mostelles sont au rdv, c'est le froid ou du braconnage le responsable ?

 

Nous nous limiterons à 42 m de profondeur, et 46 mn d'immersion qui avec la combinaison de la température de l'eau nous pénaliserons  quand même d' une petite dizaine de minutes de paliers effectués dans la calanque, où heureusement l'eau est nettement plus claire.  DSCN6644 [filigrane aioli couleur]

Aux paliers vers 7/8 m de fond, l'eau est nettement plus claire.

 

Peu de photos, malgré le nouveau flash déporté adjoint à mon sempiternel Nikon coolpix dans son boitier étanche.

DSCN6648 [filigrane aioli couleur]

On avait prévu de pique niquer à bord en après plongée, au soleil, comme des vacanciers, tout y est , l'amitié,  le coup de Bordeaux, le taboulé, mais pas ........le soleil !

La buée se forme sur la vitre du caisson..........c'est qu'il fait nettement plus froid qu'au fond de l'eau.

 

 

Repost 0
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 22:00

En préambule à cette histoire vécue, je pense qu'il est necessaire d'éclaircir certains points pour les lecteurs non connaisseurs du sujet.

 

La plongée sous marine peut se pratiquer sous différentes formes, mais deux grandes familles cohabitent.

- Les apnéistes.

- Les plongeurs  en scaphandre.

 

Dans chaque catégorie il existe encore des familles mais la différence fondamentale se situe au niveau du moyen de respirer sous l'eau, condition essentielle pour l'homme.

 

Scaphandre: le plongeur respire un air emprisonné sous haute pression "en conserve" dans une bouteille d'acier appelée "bloc" et un système compliqué et fragile, le détendeur, lui délivre de l'air sous pression atmosphérique à la demande. Son autonomie en est grandement accrue  et ses prestations sont bien entendu, nettement moins sportives.

Apnée:  que ce soit pour chasser ou photographier ou battre des records de durée et/ou de profondeur, l'apnéiste "emporte " son air dans ses  poumons et sa durée d'immersion est étroitement liée à ses capacités pulmonaires, sa forme physique, mentale et à son entrainement. C'est du sport à part entière.   jean jacques

* Remarque importante, la chasse sous-marine ne peut se pratiquer  qu'en apnée ! Interdiction absolue en scaphandre.

 

Le mot "plongeur" est essentiellement utilisé pour les plongeurs en scaphandre autonome.

 

La photo sous marine se pratique essentiellement en scaphandre mais en apnée ça devient une discipline sportive tout aussi difficile que la chasse, je n'ose pas dire plus difficile pour ne pas froisser mes amis chasseurs.

 

Cette histoire est une histoire vraie, c'est une tranche de ma vie de plongeur sous marin.

Pour moi ce fut un tournant, comment je suis passé de plongeur " touche à tout ", un peu de chasse sous marine ( apnée ), un peu de photo sous marine avec des moyens limités , mais en apnée,  et la plongée en scaphandre autonome que je pratique depuis cette époque et jusqu'à aujourd'hui .................et encore pour combien de temps ?

 

Faisant un peu de tout, on le fait rarement bien.

 

Etant par nature  un très mauvais prédateur, je ne pouvais être qu'un piètre chasseur sous marin, piètre chasseur en terme de "prises", car en terme de durée au fond et de profondeur atteinte, je n'étais pas du tout mauvais... en toute  modestie. 

Mais à quoi peut donc bien servir de rester longtemps à l'agachon quand on réfléchit ( un peu trop ) avant de tirer sa flèche sur le poisson ?

Admirer les évolutions d'un poisson n'est pas dans l'attitude qu'on attend d'un chasseur.

  agachon [1600x1200]

Agachon devant un trou, partiellement caché par les posidonies, pas un mouvement, pas une bulle !

 

Vingt ans après avoir arrêté la chasse, le coté éminament sportif me manque toujours mais le coté prédateur nettement moins , même si parfois j'envie encore les prises de certains amis.   P1010093.JPG  J.J dans son fief à nosy bé.

 

Que c'est il donc passé ce jour là pour me faire poser mon fusil Beuchat au fond du Zodiac et ne jamais le reprendre ?

 

C'était en février ( 1990 ou 1991 ? ) , avec mon pote J.J , nous avions choisi notre terrain de chasse, mis le Zodiac à l'eau à La Ciotat et direction les falaises de Soubeyranes, juste au pied du sémaphore.

 

De gros blocs rocheux forment le bord et le fond en pente raide descend bien au delà de nos possibilités, pourtant déjà conséquentes pour des plongeurs-chasseurs en apnée hyper entrainés, comme il se doit.

 

*Les "chasseurs" qui se pavanent sur la plage bondée de baigneuses en plein été sont un danger public, d'autant que dans les 3 m d'eau de la zone de baignade, les prises ne seront certainement pas aquatiques.

Si... parfois un thon ou une baleine mais là c'est une autre histoire...oupsss, je dérape.

  a trou [1600x1200]

Le fusil, ( arbalète de son vrai nom , ou harpon pour les non initiés ) un Beuchat avec une flèche Tahitienne de 6mm et un ardillon retaillé pour une plus grande vitesse de pénétration, double sandows pour plus de puissance, car ici on risque de faire du gros.

Combi de chasse en fin néoprène de 3,5mm réchauffée avec de l'eau chaude, contenue dans une glacière, juste avant la mise à l'eau.

Longues palmes Cressi de chasse à voilure nerveuse.

Profondimètre à aiguille trainante.

Masque Cressi Super Occhio à  volume restreint.

Tuba Beuchat, gros diamètre et très court pour une meilleure ventilation pulmonaire.

Et du plomb à la ceinture, assez pour couler bien vertical, sans palmage pour des agachons silencieux.

  coulee--1600x1200-.JPG

Après quelques menu fretin , lors d'une coulée en plombage positif, ( c'est à dire que sans bouger, je coule ) j'apercois une mostelle, l'après plongée nous dira qu'elle faisait 3 kg , je suis juste au dessus, pour la tirer il faut que je me déplace sans bruit et latéralement.  mostelle--Small-.JPG

Nous sommes ( la mostelle et moi ) à 20 m de fond, en pleine eau, je ne suis pas trop bien placé, mais j'ai le choix, ou je tente et j'ai une superbe prise ou je laisse filer et je risque de le regretter. 

Ma position n'est pas idéale, mais on est déjà profond et je ne peux plus me déplacer sans faire fuir la bête, je tire quand même.

 

Transpercée de part en part juste derrière la tête, le bestiau n'est pas tué, seulement blessé, il accélère et descend comme une fusée, vers son trou à exactement 32 m ! L'aiguille traînante du profondimètre en sera témoin .

 

Description de la scène :la mostelle blessée regagne les profondeurs de son abri, entraînant avec elle, la fèche qui la transperce, la cordelette et le fusil . Accroché au fusil, le chasseur ( moi ) n'est pas encore en danger mais à cette profondeur,  c'est vraiment limite.

 

Je cale le fusil en travers du trou pour l'empêcher de rentrer et je remonte à la surface prendre un peu d'air, il faut remonter droit en ne perdant jamais  des yeux l'endroit où est le fusil.

Surface, dans la petite houle glacée, on est en février, ventilation calme et profonde,  et redescente avec un "canard" bien vertical, je retrouve tout de suite le fusil, essaie de le sortir si possible avec le poisson, la Tahitienne  est tordue, c'est sûr.

Impossible !

 

Remontée, ventilation, descente , pour une troisième tentative.

 

J'arrive à sortir quelques centimètres de fil que j'enroule sur le fusil comme je peux..... là, je suis épuisé.

Je lâche tout, remontée, cette fois ci c'est limite, je n 'arrive plus à palmer, car plombé comme je suis il faut palmer pour remonter et pas qu'un peu.

Je commets bien sûr l'erreur de regarder la surface, erreur car dans cet état d'épuisement rien de mieux pour flinguer le moral, c'est si long une remontée quand l'air commence à manquer.

remontée [1600x1200]

Tout là haut la surface et l'air libre, encore faut il y arriver !

 

Mon obsession de remonter ma prise m'empêchera de déboucler ma ceinture de plombs "Marseillaise" et de la jeter au fond, ce qui aurait signifié " fin de la partie" , entêtement imbécile et dangereux , bien sûr  ! 

 

En surface , J.J, qui a vu qu'il se passait quelque chose vient à ma rencontre.

 

* Les chasseurs ne chassent JAMAIS ensembles c'est le seul moyen de tout rater ou pire de se blesser mutuellement  , ce qui n'empêche pas une surveillance mutuelle à chaque remontée à la surface.

 

J'explique la situation, il me tend son fusil, son anneau inox avec ses prises, et descend comme une pierre.

Il remontera avec un grand sourire, et me tend  mon fusil, une Tahitienne bien tordue, et une mostelle de belle taille.

 

Je regagne le  bord du Zodiac, je bois chaud, je mange et j'attends qu'il ai fini de faire "ses courses" , Mo, son épouse,  lui a demandé tout ce qu'il faut pour une bouillabaisse, il ne rentrera pas sans avoir rempli son contrat, mais sans  plus, ce n'est pas un " viandard".

 

Grande décision irrévocable dans ma tête : j'ai quarante ans passés, la grande chasse, c'est fini pour moi , décision pas seulement provoquée par la peur mais aussi par la lucidité, l'âge avancant,  je ne serais plus jamais aussi performant qu'avant et chasser dans 5m d'eau, je ne sais pas ou je n'ai pas envie de faire.

 

 

JJ,  plus jeune et chasseur de haut niveau,  il continue, vingt ans après, mais seulement dans des eaux plus chaudes, à Nosy bé,  

Les makis écolos, c'est ici , clic  .

 

Ah oui, la mostelle...................délicieuse...... c'est le moins qu'on en attendait !

 

 Note : Les photos de chasse  sous marine ne relatent pas cette aventure mais illustrent seulement cet article.

 

Matériel: boitier  Canon F1 et 35mm f1,4  enfermé dans un sac étanche EWA MARINE, sans flash,  film diapo 35mm Ektachrome 64.

Conditions: tout  en apnée, à Sagres au Portugal en juillet 1992. 

 

La Mostelle, photographiée dans les îles de Marseille, APN Nikon Coolpix et boitier étanche dédié, photo 2006.

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 21:00

Cette plongée ça faisait au moins un an que nous n'avions pas pu y aller, soit par oubli soit et c'est le cas le plus fréquent à cause de la météo.

C'est une plongée moyennement profonde, l'entrée de ce couloir sous marin est à environ 43 m de fond la sortie flirte avec les 53, mais quand on veut faire la totale c'est à dire ne faisant aussi le tour du rocher on descend jusqu'à 62 m.  De moyennement profonde à profonde.

Mais sa position, collé sur la face est du Grand Congloué, ce couloir se situe juste à l'opposé par rapport à l'îlot de l'endroit où se trouve l'épave du Congloué de Cousteau. C'est une plongée impossible par vent d'est et dangereuse par mistral établi, à moins d'avoir un pilote à bord en surveillance permanente, mais nous c'est quelque chose que nous ne pouvons pas nous permettre.

 

  

carte archipel

 

Dans les deux cas c'est le bateau au mouillage qui pose problème, mouillage sur un minimum de 45m et encore en connaissant bien les fonds. 

 

couloirgorgones

 

Dans un cas le bateau risque d'être drossé sur les rochers, dans l'autre, de se décrocher et de partir en dérive avec personne à bord. Pas bon tout ça !

 

Mais cette fois ci, un léger mistralet va nous tenir le bateau écarté du rocher et  sans aucun risque de ripage de l'ancre.

                                                                      Banzaï !

 

Ce couloir, qui se présente comme un coup de sabre dans la roche, ne dépasse pas 2m de large sur une trentaine de mètres de long et les parois intérieures soumises de ce fait à un fort courant sont garnies de superbes gorgones.

 

PXR DSCN6341

 descente dans le bleu, pile poil au dessus du couloir et de son entrée.

 

Ce n'est pas une plongée dangereuse hormis la profondeur limite pour certains plongeurs mais c'est surtout la difficulté de traverser ce couloir sans casser les gorgones.

 

PXR DSCN6342

 Le couloir en enfilade, de nombreuses particules se reflètent dans l'éclair du flash direct, dommage.

 

Ca va demander un excellent équilibrage du plongeur, un palmage minimum, et des mouvements extremements mesurés. D'autant qu'il faudra passer en dessus ou en dessous des gorgones mais pas entres elles, au risque de tout casser.

 

PXR DSCN6344

 

Les gorgones de la famille des coraux sont extrêmement fragiles.

 

PXR DSCN6345

 

  PXR DSCN6346

 

 Une mostelle bien à l'abri dans son trou.

 

PXR DSCN6347

 Miam, une jolie langouste de méditerranée. brins de corail rouge et anémones encroûtantes de part et d'autre.

 

PXR DSCN6349

 fouillant dans le sable, les inévitables rougets, vu la profondeur leur livrée est plutot bleutée.

 

PXR DSCN6350

mostelle et brin de corail rouge.  

 

La remontée le long de la paroi présente un interet seulement entre 45 et 35 m, au dessus c'est pelé, la paroi lisse porte encore les stigmates de la pêche à la grenade, spécialité des bracos d'après guerre, jusqu'au début des années 70.

 

PXR DSCN6360

J'adore voir évoluer les méduses en pleine eau, dans un ballet délicat, fragile et rythmé au gré du courant.

 

Souvent consirées comme dangereuses ou nuisibles elles sont pour ma part de toute beauté, il faut les voir avec des yeux non apeurés, elles sont parmi les créatures les plus étonnantes  et les plus belles du milieu sous marin.

 

 

Une des plus belles plongée de Marseille, mais délicate si on veut préserver longtemps ces fonds exceptionnels.

 

Bien sûr les hordes sauvages entrainées par les moniteurs des clubs locaux y font des ravages, heureusement la profondeur limite ces intrusions.

 

Je ne suis jamais tendre avec les clubs commerciaux et leurs moniteurs, il y a beaucoup à dire et redire.

Sous prétexte de rentabilité on fait souvent n'importe quoi, n'importe comment. 

 

Et dire que je ne suis absolument pas confiant dans le futur Parc National des calanques en la matière est un doux euphémisme.

 

  

 

 

Repost 0
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 21:30

Le Var, berceau de la plongée en scaphandre autonome, possède dans la jolie ville de Sanary ( ...rajouter "sur mer" c'est pour les touristes  ) un musée qui vit grâce à la tenacité et la passion de quelques uns.

 

Ces quelques uns ne sont d'ailleurs pas n'importe qui, d'anciens plongeurs démineurs, des scaphandriers professionnels , des marins de haute volée.

 

Mon ami Gérard Loridon, scaphandrier et fondateur en son temps, de ce musée, avait convié ses connaissances à une conférence menée de main de maître par l'excellent Patrick Mouton ce samedi 18 septembre.

 

!cid F5C0FC5449FD440684608969D3920143@jlbc5f9464463c

 

Biographie du conférencier

 

Patrick Mouton

 

Journaliste et écrivain spécialiste de la mer

Né en 1947 à Bandol, au bord de la Méditerranée, Patrick Mouton découvre la pêche à l'âge de 11 ans, avec une arbalète en bois de fabrication artisanale.

Diplômé de l'École supérieure de journalisme de Paris, il occupe la fonction de chef des informations au sein du magazine Océans, puis du Monde de la Mer.

Journaliste free lance depuis 1985, il est également traducteur, professeur de journalisme en faculté, et surtout, écrivain, son activité principale aujourd'hui. Son thème d'action majeur est la mer, sa connaissance, son histoire et sa protection.

 Il a écrit une vingtaine de livre sur le sujet.

 

malediction

 

Je ne cache pas que le sujet me tenais à coeur, c'est  de ma Ville qu'il s'agit et si je ne connais pas tout sur Marseille, cette tranche d'histoire là, je la connais...assez bien !

 

Bravo Patrick, non seulement tes talents d'orateurs ne sont pas usurpés mais tu sais faire vivre tes personnages, et celà soulignons le, sans diaporama, sans micro et sans images ni bande son !

 

Inutile de dire que tu connais ton sujet , l'épisode du  Grand St Antoine , on sent bien que c'est un peu ton bébé !

 

La salle de l'Auditorium, pleine à 95%, a été tenue en haleine pendant une heure, que le temps passe vite dans ces moments là.

 

A l'issue de la conférence, ce petit monde s'est déplacé vers la salle Maurice Fargues du musée Frederic Dumas pour un verre de l'amitié et pour ceux qui ne le connaissaient pas, la visite du musée et de ses inestimables pièces de collection.

 

PXR DSCF7864

 

Un trés beau moment pour les amoureux de la mer, de la plongée sous marine professionnelle ou de loisir.

 

PXR DSCF7865

 

PXR DSCF7871

 

Spectaculaire, trônant au fond de la salle mais attirant tous les regards, le scaphandre du Chevalier de Beauve, en 1715 !

Ce scaphandre est une réplique, réalisée pour le film " Ridicule" de Patrice Lecomte, effet garanti !

 

 

PXR DSCF7874

 

PXR DSCF7867

  Les amateurs de plongée reconnaitrons la valeur des objets présentés .

 

PXR DSCF7885

   

Je ne vais pas présenter toutes les pièces figurant dans ce musée de la plongée, je laisse le soin aux lecteurs de venir y faire un tour, à l'occasion .

 

Combien d'essais, de réussites mais aussi d'échecs pour ces pionniers qui avaient tout à inventer dans ce domaine, de la technique de plongée jusqu'au matériel. Les plongeurs modernes peuvent leur dire un grand merci.  

 

PXR_DSCF7883-copie-1.JPG

 

                     Patrick Mouton et Gérard Loridon

 

PXR DSCF7891

 

 

 

UN SCOOP ....posé sur une vitrine, un manuscrit oublié par hasard, un futur roman ? signé Gérard et Dany Loridon ...infatiguables . Affaire à suivre.

 PXR DSCF7884

 

 Deux blogs à visiter :

 

 Pour la lettre du musée Fréderic  Dumas c'est ici , clic .

 

 Pour le blog du vieux Scaphandrier, écrivain, conteur et  épicurien : G Loridon, c'est ici clic.

 

Le musée Fréderic Dumas, un musée moderne, sans "poussière" ni salles obscures,  un espace ouvert, lumineux et accueillant, à ne pas rater lors d'un passage dans la bonne ville de Sanary .

 

  

 

  plongeursirene

 

 

Repost 0
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 17:00

Bon d'accord, je l'avoue, le titre se veut accrocheur, mais le St Pierre, autrement et plus scientifiquement dit , Zeus Faber, ou encore Dorée est un poisson magnifique et auréolé d'une légende qui vaut son pesant d' arapèdes *.

 

* arapèdes, petits coquillages à la coquille conique, et à la chair dure et caoutchouteuse, fermement collés au rocher, aussi appelés par les touristes.."chapeaux chinois" !

 

Ce roi de la bouillabaisse,  se fait tout de même assez rare dans le champ de vision d'un plongeur, alors quand IL prend la pose, vire, tourne, montre son flanc gauche, le droit, puis la face, il faut que l'APN suive, ce qui est un exploit avec mon vieux machin de Nikon Coolpix plus que flegmatique.

 

Samedi matin 11 septembre, la mer est peu agitée, un petit vent d'est brandouille les flots et nous empêche de plonger où nous l'avions prévu, au sud-est du Grand Congloué, au fameux "couloir des gorgones", le bateau au mouillage risquant d'être rabattu sur les rochers.

De presque mauvaise grâce, nous contournons l'île pour aller jeter un oeil sur le site de "la pierre de Cassis" au nord-est de la même île.

Mouillage possible, mais en larguant plus de 100 m de corde, le bateau va ainsi "éviter" à l'écart des roches pointues.

 

PXR DSCN6317

  Ma Calypso, mouillée à quelques encablures de l'endroit où l'autre, la grande Calypso du Cdt Cousteau relachait pendant les fouilles archéologiques du Congloué.

 

La mer est fraîche, conséquence des grands coups de Mistraoù des derniers jours, mais assez claire pour apprécier cette plongée de choix.

 

Murènes, fiellas, dentis, la faune sous marine est là, sur ce site profond et souvent dans le courant, le poisson ne se fait pas rare.

 

PXR DSCN6340

 

Gorgones superbes, belles et bien charnues, oscillant dans le courant, ça fait plaisir à voir, car ces corallygènes sont un bon indicateur de l'état de santé de la mer.

 

PXR DSCN6321

 

La pointe de la pierre de Cassis est difficile d'accès, un violent courant de fond nous entraîne plein est, vers le large, nous rebroussons chemin et restons le long du tombant, mais comme il se fait un peu profond ( 59 m ) nous entamons avec regrets une remontée lente mais malgré tout  précoce.

 

PXR DSCN6339

 anémones encroûtantes, jaune d'or, c'est un rayon de soleil sous marin.

 

Vers 30 m de fond, à proximité de la dorsale de la pierre, dans les gorgones, comme à son habitude, IL est là ! Frétillant de ses longues et fines  nageoires pour se mouvoir, beau comme un soleil.

Zeus Faber, un superbe st Pierre, dans sa livrée rayée , sa tache noire et sa gueule qu'on dirait qu'il fait la "tronche de ses mauvais jours".

Nous sommes trois, immobiles autant que faire se peut, dans le courant, à l'admirer.

L'APN lâche ses éclairs de flash, pendant que je pédale dans la semoule pour rester sur place, sans abimer les gorgones.

 

PXR DSCN6324

 

 

PXR DSCN6325

 

 

PXR DSCN6327

 

 

 PXR DSCN6329

 

 

 

 

 

st pierre de face

 

 

 

PXR DSCN6331

 

 

 Nous allons passer quelques minutes a cette profondeur et "prendre" ainsi quelques belles minutes de paliers à faire dans une eau que nous trouvons de plus en plus fraîche les minutes s'écoulant.

 

Le st Pierre :

 

Ce poisson à corps haut et extremement plat  est marqué d'une tache circulaire sombre sur ses flancs. Il peut mesurer jusqu'à 70 cm et peser jusqu'à 9  kg. La première nageoire dorsale est constituée de rayons épineux allongés. Des bosses épineuses sont à la base des nageoires dorsales et anales.

 

C'est un solitaire,qui  chasse en dérive, et se nourrit de petits poissons, sardines mais aussi seiches et  crustacés. Il se déplace plutôt lentement en ondulant ses grandes mais inefficaces  nageoires dorsales et anales.

 

Les  légendes; la fausse et la vraie  :

 

La fausse .....car invérifiable :

Saint Pierre, apôtre de Jésus, puis premier évêque de la chrétienté, attrapa un jour le poisson sur l'ordre du Christ pour retirer de sa bouche une pièce d'or. L'empreinte de son pouce est demeurée et s'est perpétuée de génération en génération et le poisson porte toujours un gros point noir sur ses flancs ! C'est ce que raconte la bible, mais la mer de Galilée n'est pas l'habitat de ce poisson. Certains disent que c'est suite à cette pêche, que ce poisson aurait quitté cette mer.......mouais ...

 

La vraie :

Les Marseillais, jamais à la traine en ce qui concerne "le bon manger", ont une version légèrement différente de cette légende, voici donc la seule, la vraie , histoire de la tâche noire du st Pierre . Je vous la livre parce que je vous aime bien, profitez en car c'est un scoop .

 

Cette tâche noire, c'est la trace du doigt de st Pierre qui aurait touché le poisson pour le désigner et aurait dit :

Toi tu seras le meilleur poisson pour .....la bouillabaisse.

 

N'étant pas très enclin à croire aux légendes, si belles soit elles, je suis quand même tenté de croire cette dernière car il y a au moins une chose de vraie et de vérifiable , c'est VRAIMENT le MEILLEUR POISSON DE LA BOUILLABAISSE.

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 22:05

Le mois d'août nous a été mauvais pour ce qui est de la plongée, soit à cause de la météo pourrie ( vent violent donc mer démontée ) ou pour cause de petite famille à la maison ( là c'est nettement moins ennuyeux ! ) .

 

En ce début de septembre , je vous propose quelques photos glanées au cours des deux dernières plongées.

Il y en a peu , elles sont réunies dans un même article.

 

gueule de murène

Belle gueule de murène

 

fiellas

 

beaucoup de particules en suspension dans l'eau , devant ce congre ( fiellas ) , un anthias rose lui tient compagnie.

 

PXR DSCN6284

 

Homopalmus vulgaris , juste en dessous de moi, vers 60 mètres de fond. A cette profondeur il y a peu de lumière, les rayons du soleil sont "filtrés" par l'épaisseur d'eau.

 

duo de murènes

 

 Au balcon de leur appart', un duo de murènes, la curieuse et l'aggressive..... Même pas peur !

 

 

PXR DSCN6313

 

Bien à l'abri du courant violent ici, un groupe de sars se planque !

 

 doris dalmatien

 

Une limace, Doris Dalmatien collée sur la paroi, elle broute .

 

dentis

 

Pas tout à fait à l'aise dans si peu d'eau , moins de 15 m, les dentis ne s'attardent pas lors de mon approche . Comparez leur taille avec celle des sars , ce n'est pas "que" la perspective qui joue en leur faveur. 

 

PXR meduse

 

Superbes de légèreté et de finesse, les méduses roses vont au gré du courant . Me plait trop cette photo, je la recoupe et en fais ma bannière pour quelques temps.

 

 

 

Repost 0
8 juillet 2010 4 08 /07 /juillet /2010 20:30

 Ce samedi 3 juillet, nous ne sommes encore que trois de notre équipe à être dispo pour aller plonger.

le temps est optimal, c'est bonasse ( je l'ai déjà expliqué, dans le parler Marseillais, bonasse en mer signifie très beau temps, pas de houle, pas de vent, mer plate , on dit aussi tempête de beau temps ! ) .

Avec les quelques jours de canicule et l'absence de mistraù l'eau s'est réchauffée, je peux enfin sortir la combi d'été , nooon j'ai pas dit le shorty réservé pour la plongée aux Antilles, juste une combinaison de plongée plus fine et aussi plus confortable.

 

Il y a longtemps que nous n'avons pas été sur les épaves de la rade, elles sont profondes et faire de long paliers accroché au pendeur sous le bateau dans une eau à 12 °C, on le faisait étant plus jeune !

 

Mais aujourd'hui.....banzaï !

 

Dans la rade en face du vieux port il y à 3 épaves, coulées à quelques jours d'intervalles pendant le blocus du port en 1914-18

 

Le Miquelon, très belle épave déjà profonde, 53m au sable.

ce bateau est un ancien morutier transformé en machine de guerre pour la circonstance. Coulé le 5 octobre 1917. 

miquelon.jpg

 

La Drome, transporteur bon à tout faire, il saute sur une mine dans le chenal  d'entrée du port le 23 janvier 1918. il git à 52m coupé en deux.  Ce jour là il transportait du pétrole.

drome.jpg

 

Le Ker Bihan,  petit chalutier à voile et à vapeur,  ( 32 m de long ) il est requisitionné pendant la guerre de 14 pour jouer les démineurs, il git à 57m de fond, assez difficile à trouver de ce fait, petit et profond, on a vite fait de le rater car à cette profondeur les plongeurs ne peuvent pas se permettre de chercher longtemps.

On y est dessus c'est parfait, ou on y est pas et là on remonte , la plongée est foutue !

Coulé par une mine le même jour que la Drome.

 

 

ker-bihan.jpg

  Cette épave est ma préférée des trois, par sa taille qui permet d'en faire le tour en une seule plongée sans pour autant tout connaitre et par son état assez bien préservé .

Peu de plongeurs-clubs sur ce site, car difficile à trouver même avec le GPS, petite épave profonde, une erreur de localisation et la plongée est foutue, les clubs préfèrent assurer....ailleurs.

 

Mais à ce jeu , je suis, en toute modestie, pas trop mauvais....

 

Après s'être mis d'accord avec mes potes Jluc number 2 et Patrick, direction le Ker Bihan.

  

Procédure de mise en place du bateau : face au courant, sondeur et GPS actifs, Jluc2 dans la baille de mouillage attend mon "top", puis petit coup de marche arrière pour casser l'aire et descente de l'ancre à pleine vitesse.

 

La dernière fois, j'ai carrément mis l'ancre dans la cale de l'épave, le trou d'ecoutille ne mesure qu'un mètre de coté, cette fois ci je suis juste à coté, l'ancre posée sagement sur le pont à l'arrière, comme d'hab ! On n'aura pas à chercher.

 

PXR DSCN0508

  L'ancre de ma Calypso posée sur le pont du Ker Bihan, il faut penser à la jeter sur le sable pour pouvoir repartir !

 

Le Ker Bihan, juste avant de sombrer :

 

Ce 23 Janvier 1918, le Ker-Bihan appareille à 6 h du matin du vieux port de Marseille avec 20 hommes d'équipage sous les ordres du 1er maître timonier Croc. Il est affecté comme dragueur de mine à la protection de la rade de Marseille. Deux autre navires composent son unité, l'Outarde et la Pioche navire responsable de l'unité sous les ordres du commandant Allot.
 
6h 35 le TSF du Ker-Bihan reçoit le message suivant: « Le vapeur la Drôme vient de sauter sur une mine avec 58 hommes d'équipage. » immédiatement 4 navires sont envoyés sur zone pour récupérer les survivants, l'Orb, le Jean Grêve, le Francois Nicolas et le Saint Leon. Il reçoit quant à lui l'ordre d'empêcher tous les navires de sortir du port de Marseille.
 
7h 40, la Pioche rejoint le Ker-Bihan après s'être porté au secourt du vapeur Gallieni (il envoie un SOS à 6h 15), ils ont pour mission de draguer la partie nord du chenal de sécurité.
 
8h 15, le 1er maître Croc signale à la Pioche qui se trouve sur son bâbord, qu'il vient de couper 2 mines. Alors qu'il se rend sur la zone pour les couler, il heurte une mine sur sa hanche bâbord arrière, l'explosion d'une rare violence l'envoie par le fond en quelques secondes. La Pioche se rend aussitôt sur les lieux du drame, 6 marins surnagent au milieu des restes du navire.
 
Les observations aériennes faites en ballon démontreront que les mines étaient posées entre 3 et 6 mètres de fond, 18 seront découvertes et coulées dans les deux jours qui suivirent la disparition de la Drôme et du Ker-Bihan soit la totalité des mines posées par le sous marin Allemand UC 67.

 

Equipement des plongeurs et ouste, à l'eau !

 

première impression , aucune visibilité ! l 'eau est chargée de particules qui lui donnent une couleur jaunâtre du plus mauvais effet.

10m plus bas, c'est mieux, pour atteindre le bleu foncé peu avant le fond.

 

Toujours anxieux de savoir si on a bien positionné l'ancre ou si on a raté l'épave, je suis rassuré quand pendant la descente et dès 20 m de fond un énorme banc de poisson est visible, bon signe, le banc est toujours au dessus de l'épave qui forme un garde manger et une multitude d'abris pour les poissons.

 

PXR DSCN0509

  un corb devenu bien trop rare !

 

Des particules subsistent dans l'eau, elles ne gênent pas la vue mais occasionnent des tâches blanches lors du déclenchement du flash;

 

PXR DSCN0510

  Dans une cale, quelques munitions. De près, les percuteurs des obus sont bien visibles.

 

PXR DSCN0513

 Dans un enchevêtrement de ferrailles concrétionnées, une mostelle nous regarde.

 

PXR DSCN0512

 De plus près quelques marques sur son fragile museau montrent qu'elle a subit des assauts de prédateurs.

en haut à gauche, sur la vase, une vive  tachetée.

 

PXR DSCN0515

La proue, intacte, vue le dos posé sur le sable.

 

PXR DSCN0518

 

Chapons et fiellas sont les habitants inratables de ces lieux.

 

PXR DSCN0523

congre ( fiellas ) vive tachetée et anthias rose qui s'enfuit.

 

Il faut penser à remonter de longues minutes de palier nous attendent, à 9m puis à 6m et encore à 3 m ! mais bon la visite a été belle et l'eau est chaude !

 

PXR DSCN0527

 Vague silhouette de ma Calypso dans cette "soupe" qu'est l'eau aujourd'hui .

 

PXR DSCN0530

 Au paliers, si on pouvait parler, on aurait le temps de faire la bazarette !

 

 

 

 

 

Repost 0

Profil

  • Jean Luc
  • passionné par la plongée sous marine, je suis aussi un amoureux des collines Provençales.
La plongée et la rando sont mes activités sportives preferées.
La cuisine,la lecture,la photo, la pêche  et le jardinage sont mes activités plus calme
  • passionné par la plongée sous marine, je suis aussi un amoureux des collines Provençales. La plongée et la rando sont mes activités sportives preferées. La cuisine,la lecture,la photo, la pêche et le jardinage sont mes activités plus calme

Le Bureau

  ROMAN

Le grand secret

 gd secret

 

Si vous avez envie de  tenter l'aventure d'une plongée sous marine en mode spéléo avec tous les frissons que cela comporte, mais bien calé dans un fauteuil et en 191 pages, me faire parvenir

 

   un chèque de  20 euros TTC , port compris

Jean Luc Fontaine

130 vallon des Escourtines

13011 Marseille

Dédicace personnalisée sur demande.

plus de détails ici :

***********************************************************************
  

Indice Atmo : vue d'ensemble

 

 

Rechercher Un Article ?

Visiteurs présents sur le site

Compteur Global

 

 

 

 

 

Randos et plongées

 Petites randos dans nos collines et ailleurs..

 

Hautes Alpes :

Champoléon : le refuge de tourond

Champsaur : Le col de Moissière

Champsaur : le col de Gleize

Valgaudemard : Les cabanes de Prentiq 

Valgaudemard le refuge des souffles

Valgaudemard le refuge du pigeonnier

Valgaudemard, les sources des Doux

Devoluy: le village de Chaudun

Devoluy: le sentier de ronde de Chaudun

Devoluy, sentier de ronde  de Chaudun et fouanières

Les pénitents des Mées

Devoluy: la petite Céüse

Devoluy: le col de Tournillon

Devoluy: la roche de la Fouanières

Devoluy: le pic de Céüse

Devoluy: Céüse, le pas du loup

Devoluy, le roc de Rimat

Devoluy, la tête des Ormans

Devoluy, la tour carrée

Devoluy, la chapelle de la Crotte

Gapençais, crêtes de Charance 

Gapençais, le Cuchon

Devoluy la boucle de la Souchière

 

Retrouvance en Buëch Devoluy :

1ère étape, Veynes - Agnielles

2ème étape, Agnielles - Recours

3ème étape, Recours - Rabioux

4ème étape, Rabioux - Les Sauvas

5ème étape, Les Sauvas - Chaudun

6ème étape, Chaudun - Rabou 

 

Massif  du Garlaban :

Tête rouge et le Taoumé

Tête rouge et le Taoumé 09/2011

La Grotte de Grosibou au départ d'Allauch

Le puits de l'Aroumi 

Le puits de l'Aroumi au départ de la Fève

La baume sourne

La source de Barqieu et le Garlaban 2

Le Pic du Taoumé par le vallon de Précatori

Le sentier des scolopendres

Garlaban,  la source du chien

Le col de Tubé au départ de lascours, 1ere partie

Le col de Tubé au départ de Lascours, 2ème partie

La parloire mai 2011

La parloire janvier 2012

Le Mont du Marseillais 

La grotte de Manon et

le sentier des scolopendres

La grotte du berger

Sur les traces de Pagnol

Le domaine de Pichauris

La grotte du Midi ..ou du Papé

Lascours, le grand vallon

Le vallon de Passetemps

Grand vallon et grotte du papé

Grottes et marmites du grand vallon 

Lascours, le grand vallon 

La croix de Garlaban face sud.

Nocturne, la croix de Garlaban

Font Berguettes

Marmites du grand vallon

Grosibou par Lascours 01-2014

Baume Sourne 12-2013

L'eau des collines-grotte de l'étoile 02 2014

Lascours, gd Vallon 03 2014

Lascours gd vallon et grotte du Papé 05 2014


 

Massif de l'Etoile :

L'aire de la Moure

Notre Dame des Ange, ....près de Marseille
La grotte des fées et le Baoù Traouqua

Le mont Julien et le Ratier

La tête du grand Puech

La grotte de la Vierge

La tête du Gd PUech 01-2014

 

Massif de la ste Baume :

Le balcon des Encanaux

Le col de Bertagne

La glacière du vallon du Fauge

La crête de la Lare 

Le plan des Vaches par les dents de Roque Forcade 2012

Le joug de l'aigle

La source de l'huveaune

Les sources de l'Huveaune 2  

Le circuit de la Taurelle 

La grande Baume par bertagne

Le jas de Miqueoù

le chemin du blé

Les quatre chênes 

Le balcon des Infernets 

Le signal des Beguines 

Le col de Bertagne et la grande baume 2

Rougiers, Castrum st Jean et les 4 chênes 

Le vallon des cèdres

La croix du Paradis

Le Paradis et le sentier merveilleux

Le vallon de la galère

Le balcon des Infernets et le torrent des Encanaux 

Le tour de Roussargues

Le pas de Cugens

Le gouffre du plan des masques 

Les dents de Roque Forcade, autre parcours

Le vallon de l'Aigle

Le pas de la Cabre

La grande Baume

La tour Cauvin

Falaises de Cugens, le trou du vent

La grande Baume 2013

Le Cruvelier et le Brigou 

Le jas de Sylvain

Le plan des masques

le sentier Marcel Estruch

Le trou du vent 02 2014

Le jardin suspendu 03 2014

La neige au Paradis 03 2014

Le tour du pic de Bertagne 03 2014

Du pas de la cabre au Paradis 06 2014

Le ravin des Encanaux 06 2014

Le sentier marcel Estruch 05 2014

La voie Gombault 04 2014 

 

Massif de Luminy, les calanques, Cassis :

Les falaises de Soubeyranes 

Port pin et le ravin de Gorgue longue

La calanque de Morgiou

Le tour du mont Puget

Le vallon de la fenêtre

Les falaises du Devenson

Le cap Morgiou

Grand Malvallon, les 3 arches    

La couronne de Charlemagne

Le Malvallon sud et le belvédère celeste

Le plateau de l'homme mort
Le plateau de l'homme mort 2013

La calanque des pierres tombées

Le pas de l'oeil de verre, la Candelle

La rêveuse du pas de la Lèbre

La calanque de l'Escu

Le col de la selle et grotte Rolland

Beouveyre

Falaises du Devenson et l'Eissadon

Rando givrée, belvédère de Titou Ninou février 2012(1)

Belvédère Titou Ninou fevrier 2012(2)

Les 4 pas :  demi lune, escaliers des géants...

sommet de Marseilleveyre(1) les 3 grottes

Sommet de Marseilleveyre (2) les escaliers des géants

Le col de la Selle, les grottes Dechaux

La cheminée du Diable

Le cirque des Pételins

La traversée du mont Puget

Les 3 arches du Malvallon 2012

L'anse de Melette

Le couloir du Cadellon

Calanques de l'Escu et Melette

Les falaises du Devenson et de l'Eissadon

Le vallon de la fenêtre 2012

L'escalier des géants

Le pas de la Cabre

En Vau et Port Pin

Le cap Gros

Le belvédère d'En Vau

Le couloir du Candeloun

Les 4 grottes du rocher st Michel

Le sommet de Marseilleveyre

Le plateau de Cadeiron

Le sentier du chinois

Sentier Garrigue et cap Gros 

Le vallon de l'herbe et cap Gros

Le tour de la grande Candelle

Les calanques de Sugiton et Morgiou

Cap Gros, le saut du chat

Les trois pas...

La tête de Melette 

Couloir du Candelon intégral

Les crêtes de soubeyranes

Le cirque de mestrallet

Le vallon de l'herbe

Le tour de la Candelle

Titou Ninou à la belle étoile

Cap Morgiou grotte du figuier

Le vallon de Mestralet

Titou Ninou nov 2013
Creche troglodyte

Creche troglodyte suite 01 2014

Le Mt Puget et le couloir du Candelon 01-2014

La grotte de l'Ours 01-2014

Titou Ninou, la crèche suite

sommet Marseilleveyre 01-2014

calanque de l'Escu 01-2014

au fil de mes envies 12-2013

Beouveyre 12-2013

La cheminée Lacroix 01 2014

Mont Puget et couloir du candelon 01 2014

La grotte de l'Ours 01 2014
Les falaises du Devenson 02 2014

Au dessus de Sormiou 03 2014

Le pas de la demi Lune et Marseilleveyre 03 2014

La grotte de la colonne 03 2014

La croix du Malvallon 03 2014 

Le cirque de Melette-walkyries 06 2014 

Le renard des calanques 

 

Les massifs de Marseilleveyre à Aubagne :

La source des eaux vives

Le balcon des Escourtines

Le Montounier et la chapelle St André

Le Mont St Cyr

Le four à cades de revers de boquié

Le Baoù de la Candolle

Le balcon des Escourtines et la source des eaux vives - juste au delà de mon jardin

Le Douard et les gorges de la petite ste Baume  

Notre dame de Julhans

Le mont Lantin et le mont Carpiagne

Le mont Lantin et la source des eaux vives

Le vallon de Gendame

Le cabanon du Marquis 01-2014

 

Massif de Regagnas et mont Aurélien :

L'ermitage de st Jean du Puy

Le sommet du Regagnas  

Le rocher Olympe du mont Aurelien

le Mont Olympe

Le plateau de la Serignane

Le mont Olympe et le rocher de 11 heures

Le rocher de 11 heures

pique nique à st Jean du Puy 12-2013

 

Massif et Parc naturel du Luberon :

La foret de cèdres

La combe de Sautadou  

Le tour du Roumagoua 

Oppede le vieux, versant nord

La source du Mirail

Le pin de l'Eigoune

La Groupatassière

Le plan des Agas

Les moulins du Veroncle

La combe de Vaumale 04 2014

 

Massif de ste Victoire :

Le pic des mouches

Le pic des Mouches version plus longue

Le pic des mouches au départ de Puyloubier

Le sentier Imoucha et les cretes de costes chaudes

Le Prieuré et la croix de Provence

Le Garagaï

Refuge Baudino au départ du parc des 2 aiguilles

D'un barrage à l'autre

L'ermitage st Ser

De st Ser au pas du Clapier

Le pic des mouches au départ de Puyloubier

Le pic des mouches par st Ser

Le gouffre de Garagaï

La croix de Provence par la marbrière

Refuge Baudino nov 2013

Le vallon de la Tine 03 2014

Le gouffre de garagaï 04 2014

Le pic des mouches 04 2014   

 

Le Verdon :

Le sentier des pecheurs

Le sentier des pêcheurs 2012

La chapelle ste Maxime, la draille des vaches

Le lac de ste Croix, le tour du Defens 

 

Divers :

Guillestre et la rue des masques

Raquettes à Risoul

Var, Lou gro Cervo

Var, La grotte du Garou

Var, Les gorges du Caramy

Var, les gorges du Caramy depuis le barrage

Var, le vallon du rocher des abeilles
Les crêtes de Roque Menourque 

La calanque de Figuerolles, cote bleue

Le mont Concors

Mazaugues, les ruines de Touchou

Le Puy ste Réparade, la Quilho
St Esteve Janson, le chateau

Notre dame des Anges...dans le Var

Vaucluse, le mur de la peste

Cote bleue, calanque de la Vesse

Alsace, mont ste Odile, le mur païen

Guyane, le sentier Rorota

Le village troglodyte de Calès

Port d'Alon, sentier du littoral

Le Mourre d'Agnis

La grotte du Mounoï Var

Var , le chateau du Diable 05 2014

Var, les gorges du Destel... l'intégrale 04 2014


Corse :

La boucle de l'Acciolu

Le sentier du facteur de Girolata

Le refuge d'Ortu

La punta di Bonassa

 

Andorre :

Le lac d'Angolaster

Le col de Juclar

Les lacs des salamandres  

Les lacs de Meners

Les lacs de Siscaro

Le circuit nature de Canillo 

 

Ardèche :

Le chateau de Pierre Gourde

Le sentier du vigneron

Le tour de Girond

Le chateau de Rochebonne

 

Lozère :

Eglazines et st Marcellin

Les echelles de Cinglegros, le pas de l'Arc

Causse Méjean corniches de la Jonte

 

 

 

 

 Plongées en Méditerranée :

 

1ère plongée de l'année 2009
La pierre de Briançon

L'île Moyade
Au phare de Planier
La calanque des Contrebandiers

Cadaquès, Massa d'Or
L'épave du Donator
L'épave du Chaouen
Le grand Congloué
La grotte de la Télévision
L'impérial du milieu
L'île de Riou
La pointe Caramassagne

La pierre à Daniel
Pointe Caramassagne 02/2010
La grotte de la télévision 03/2010
Quelque part vers Planier

Caramassagne, la grotte 04/2010  

Le tombant de la boulegeade 

Le tombant de la boulégeade 2

Au sud ouest de Planier  

Planier, Mola mola
L'épave du Ker Bihan

La pierre de Cassis  

La pierre à Daniel(2)  

Plongée...dans mes archives photos

Ma dernière chasse sous marine

Le couloir des gorgones

Zeus faber, un poisson de légende 

Grand congloué, les bankaws  

2011 la calanque du contrebandier

06/2011  La pierre de Briançon

2011 La grotte de la télévision

08/2011 Caramassagne

08/2012 la grotte à Peres

08/2012 la pierre à Daniel

08/2012 l'arche de Planier

06/2012 la grotte de la télévision

06/2012 la calanque de l'Escu

03/2014 Riou pte Caramassagne 

02/2014 calanque du contrebandie

07 2014 dans le bleu, calanque du contrebandier 

06 2014 la pierre de Cassis 

06 2014 la cap nègre 

 

 

 


 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







Gites et chambres d'hotes

Coups de coeur

 

Quelques sites que je recommande :

 

Jacques Testa artiste peintre.

 

Ely Boissin artiste peintre et plongeur .

 

Les dessins de RB 

 

Glibert Thomas, le peintre des calanques