Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 17:00

Le grand archipel des iles de Marseille se termine vers l'est par la majestueuse ile de Riou ( Riou = La Reine ) qui est elle même entourée de plusieurs ilots, je cite l'ile Moyade au sud-ouest de Riou, les Impériaux ( ils sont trois ilots, le large, le milieu et de terre ! ) situés au sud-est et de l'autre coté de Riou, au nord-est les deux Congloués, le petit et le grand.

 

Tous ces ilots sont des "spots" de plongée, les fonds y sont magnifiques et quelquefois ...profonds pour la plongée en scaphandre autonome "à l'air".

   

De la pointe est de Riou appelée pointe Caramassagne et en direction des deux Congloués s'étend une zone interdite à la plongée, et au mouillage des bateaux.

 

  congloue-NB.gif

 

Ce triangle interdit protège dans ses profonfeurs une épave antique et une partie du chargement, c'est l'épave dite "Cousteau".

 

Les plongées au Grand Congloué se font donc obligatoirement coté est , on y trouve 3 plongées relativement profondes mais superbes.

 

 La pierre de Cassis, c'est la plongée de ce samedi 26 juin 2010, un site que l'on ne peut aborder que par beau temps et de préférence sans courant marin, pour plus de sécurité.
Quand on fait les choses en plein, c'est une plongée profonde vers 62 m au sable, qui va nous emmener loin du bord,  et il est exclu de refaire surface en pleine eau et juste dans le passage des bateaux.

 les conditions sont :
- mer relativement calme pour un mouillage en sécurité du bateau
- pas trop de courant pour ne pas se retrouver en dérive dangereuse
- si possible une bonne visibilité pour apprecier tout la beauté de ces fonds
- des compagnons de plongée sur lesquels on peut compter.


Le couloir à gorgones, une plongée fabuleuse dans un étroit couloir taillé " à la hache" et garni de gorgones fragiles. On entre dans le couloir vers 40m , on en sort vers 56 !


 Les Bankaws, une profonde, juste pour le plaisir de descendre, peu de choses à voir le tombant est assez pelé.

 

l'épave du Grand Congloué :

 

C'est à partir de 1952 que la fouille  du Grand-Congloué,  a été réalisée dans la rade de Marseille par l'équipe de plongeurs du commandant Cousteau sous la direction scientifique du professeur Fernand Benoit, directeur des antiquités de Provence.

Il fallut aux spécialistes plus de 25 ans d'études et de polémiques pour mettre en évidence la présence de deux épaves partiellement superposées et distantes dans le temps de près d'un siècle :

L'épave du Grand-Congloué 1 date du tout début du IIe siècle av. J.-C. Sa cargaison était composée pour l'essentiel de 400 amphores à vin gréco-italiques et d'un lot de 7000 pièces de vaisselle campanienne. Une trentaine d'amphores grecques complétaient ce chargement.

 L'épave du Grand-Congloué 2, datant de la fin du IIe siècle ou du tout début du Ie siècle avant J.-C., contenait plus d'un millier d'amphores vinaires romaines de type Dressel 1A. Des études récentes ont définitivement démontré que ces amphores venaient de Cosa en Étrurie, l'actuelle Toscane.

 

les2conglou-s.jpg

  les deux Congloués vus en arrivant de Marseille ( image d'archives personnelles )

 

 Ce samedi 26 juin 2010, nous ne sommes que deux à bord, le temps est correct, peu de vent, juste une petite houle d'est , l'eau se réchauffe un peu.

 

Le temps presque idéal pour aller trainer nos palmes dans les profondeurs de  la prestigieuse "Pierre de cassis", au fait, pourquoi ce nom ?

L'extrémité nord-est du Grand Congloué se prolonge sous l'eau sur une centaine de mètres de longueur et à une trentaine de mètres de fond par une barre rocheuse qui s'étire en direction de Cassis, quasiment au bout, une sorte de pain de sucre remonte encore d'une dizaine de mètres vers la surface.

Il y a encore quelques années, au bout de ce promontoire, un filet de pêche y était accroché, sous l'eau il drapait le bout de cette pierre de concretions multicolores.

 

On va mouiller ma Calypso un peu enlargué du bord, si le vent tourne , vaut mieux ne pas taper le rocher, l'ancre sera jetée sur un fond de 45m.

Bien sécuriser l'ancre quand nous allons descendre mais aussi prévoir de pouvoir la remonter au guindeau marseillais sans s'enraguer ni arracher les gorgones du fond. Un travail prioritaire dès que nous serons en bas.

 

PXR DSCN0482

 Face nord du Grand Congloué. la zone interdite débute juste à la poupe du bateau.

 

L'ancre posée dans un creux, au bord d'un tombant , il faudra tirer vigoureusement plein nord pour la remonter sans encombres.

 

plonge-pierre-cassis-copie-1.jpg

  les deux parcours interressants de cette plongée, à des profondeurs différentes.

 

Descente le plus rapidement possible vers le fond, le long du tombant,

 

PXR DSCN0485

 bancs de castagnoles et anthias dans le bleu et la lumière du soleil.

 

au sable on va flirter avec les 62m tout au bout de la pierre

 

PXR DSCN0489

 Vu du fond, dos collé au sable, la pointe où se trouvait le filet.

 

et amorcer la remontée pour revenir sur la dorsale du rocher ,

 

PXR DSCN0488

 gorgones jaunes

 

PXR DSCN0494

 Mon frère le poulpe....

 

finir les paliers dans la zone exposée plein nord, et si l'air ne manque pas dans les bouteilles nous irons faire un petit tour en limite de zone interdite.

 

PXR DSCN0495

 

Cette zone étant extremement poissoneuse, il n'est pas rare d'y rencontrer en cette saison des bancs de très gros dentis, ces carnassiers aux reflets bleus,

 

denti-gros-plan.jpg

 Gros denti, photo archives personnelles,( 2009)  cette fois ci impossible de les photographier, trop loin !

 

 ou même des barracudas de mediterranée, en plus bien sur de la faune habituelle des environs de Riou.

 

plongeepierre-de-cassisN9328.jpg

  Vestige "oublié" de la campagne archéologique de 1952.

 

Dans les environs il arrive qu'avec un peu de chance on "tombe" sur de la vaisselle Campanienne échappée de l'épave et baladée au gré des tempêtes.

 

 PXR_DSCF0573.JPG

  Coupe campanienne vue 1

 

PXR_DSCF0575.JPG

 coupe campanienne, vue 2

 

 PXR_DSCF0578.JPG

coupe campanienne , vue 3

 

PXR_DSCF0579.JPG

 un plat, cassé, dommage !

 

Une plongée profonde qui va nous imposer des paliers conséquents mais effectués le long du tombant, au milieu des bancs de sars qui se refugient sous une rague horizontale  à 3,5 m de fond, juste au dernier de nos paliers... la nature fait bien les choses parfois.

 

PXR DSCN0500

  Sars bien à l'abri des pecheurs dans leur rague  ! Impassibles ils se laissent photographier, approchez donc avec une arbalète, ils vont détaler à grande vitesse .

 

 

Repost 0
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 21:00

   

 Lu aux z'infos sur le net, l'incroyable aventure de cet appareil photo dans son caisson étanche.

 

Le 16 mai dernier dans la Caraïbe, sur un quai de marina à Key West, un homme trouve ce qu'il pense être un déchet, le sortant de l'eau il s'aperçoit vite que c'est un appareil photo numérique dans son caisson étanche, un Nikon rouge vif.

Malgré la présence d'algues et autres concrétions, le tout semble être en excellent état.

 

Travaillant pour les gardes cotes, cet homme se met en quête de retrouver le propriétaire.

 

capitaine

 

 note perso, déjà cette démarche est remarquable, plus d'un aurait préféré le garder pour lui.

 

.... mais la suite vaut aussi son pesant de cacahuètes.

 

Pour cette démarche, seules les photos contenues sur la carte mémoire sont utiles, celles ci montrent deux personnes s'apprêtant à plonger  et près d'eux, quelques autres personnes. 

Se tournant par le biais du net, vers une communauté de plongeurs, il espére que quelqu'un puisse identifier au moins une des personnes présentes sur les photos.

 

Des indices sur les photos semblent démontrer que l'appareil est parti de l'ile d'Aruba au Honduras .

 

Sur ces données,  un chercheur en physique océanique de Miami affirme que cet appareil a bien pu effectuer ce voyage au gré des courants, la flottabilité du caisson aidant.

 

bouteille-a-la-mer.gif

 

Réduisant considérablement son champ d'investigation, l'enquêteur va vite être contacté par quelqu'un ayant reconnu une des personnes présentes sur les photos, c'est ainsi que ce petit Nikon est revenu à son propriétaire au bout de plusieurs mois et en ayant parcouru plus de 1800 kms au fil de l'eau.

 

L'obstination d'une personne et la magie du net ont été efficaces.

 

Mais CE N'EST PAS TOUT, l'analyse d'une vidéo contenue dans la carte mémoire semble montrer que c'est une tortue marine qui ayant coincé le caisson dans une nageoire a grandement participé à ce long voyage, là ça devient carrément incroyable !  

tortue_013.gif

L'article dans son intégralité c'est ici : Le voyage du Coolpix clic.

 

La vidéo tournée par la tortue, c'est ici clic.

 

tortue_046.gif

 

Je dis souvent que j'emmène mon Coolpix à des profondeurs pour lesquelles il n'est pas conçu, et ce sans aucun problèmes et depuis plus de 8 ans.

 

Prévu pour résister à 43m maxi il vient quelquefois avec moi à plus de 60 ! sans rechigner.

 

diversF3944.jpg

celui là, c'est le mien sur son support en inox fait maison et avec ses mousquetons....j'ai pas envie d'aller le chercher a Key West , ni même seulement de l'autre coté de la Med !

 

 

Je vois que si cet appareil a des défauts, il a une qualité, sa solidité !

 

 plongeur-photo-anim.gif

Repost 0
13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 18:30

 

Ce site de plongée, en pleine eau, à une centaine de mètres de la face sud de l'île de Riou, est l'un des plus beaux de la rade.

 

La raison en est simple :

 

Sur un fond de sable, à 42 m de fond, un rocher part d'est en ouest sur 40 m de long environ, forme une espèce de piton qui remonte haut vers la surface puis bifurque plein sud et descend allègrement vers 60 m de profondeur, pour finir en un petit tumulus couvert de gorgones.

 

Cette zone entre le piton et la partie sud , c'est notre terrain de jeu .

 

C'est une plongée profonde, en pleine eau, le courant est rare par ici mais la houle peut être très forte quand elle arrive du sud et frappe avec rebond sur la paroi de Riou.

 

C'est un site bien préservé, les clubs commerciaux y viennent rarement, pour des raisosn évidentes de rentabilité.

 

Mais pourquoi, la pierre à Daniel ?

 

Ici on a tendance à donner le prénom de celui qui l'a trouvé à un site de plongée et le Daniel en question, ancien directeur de plongée d'un club célèbre des Goudes passait son temps libre comme pas mal d'entres nous , à chercher des "spots" de plongée.

Ce Daniel, un des meilleurs plongeurs de Marseille nous a laissé celui ci.

 

Pas facile à trouver se site se mérite, une petite erreur de positionnement  du bateau et la plongée va se résumer à un aller retour dans le bleu .

 

La sortie de l'eau des plongeur devant se faire soit en rejoignant la cote par le fond, soit très près du bateau.

Sortir la tête de l'eau ici en pleine saison estivale c'est risquer de se retrouver coupé en deux par un nègue chien qui passe à toute vitesse à coté du bateau de plongée arborant pourtant le pavillon adéquat, et en connaissance de cause, le périmètre de sécurité.

 

 Mais qui respecte ce pavillon ?

 

De ce pavillon blanc et bleu, on m'a même dit, tiens il manque le rouge !

 

 Alignement de ma Calypso, GPS et sondeur enclenchés, l'autre JLuc dans la baille de mouillage, prêt au largage de l'ancre à mon top, et hop c'est parti !

 

PXR DSCN0470

 La calanque des pierres tombées et la paroi de Riou, abrupte et dentelée elle culmine à 220 m de haut.

 

La mer aujourd'hui est calme, l'eau s'est un peu réchauffée.

 

Descente le long de la corde du mouillage, sécurisation de l'ancre et nous filons vers le sud, au plus profond, pour une remontée progressive puis ensuite le long de la corde. Procédure impérative même si faire les paliers le long de la corde est ennuyeux.

Sans être cristalline l'eau n'est pas trop turbide, la visi horizontale est d'au moins 20 mètres Mais c'est profond et la luminosité est faible.

 

PXR DSCN4108

 

Beaucoup de vie autour de cette pierre qui est à la fois un abri et un garde manger pour les poissons.

Sars, mostelles dans les trous, pas vu de congre aujourd'hui mais ils sont là c'est sur.

 

Langouste dans une rague au ras du sable vers 57m , une belle !

 

PXR DSCN0472

 celle là, grosse comme elle est, je l'inviterais bien à table, avec un peu de mayonnaise.

 

Des loups tournent au dessus de nous.

 

Des rougets "z'énormes" fouillent le sable

 

PXR DSCN0476

 

superbes gorgones "bien en chair"

 

PXR DSCN0474

 

A genoux sur le fond de sable, bien calé, je scrute le bleu en pensant : " ce serait bien qu'un Mola Mola arrive" !

et là, comme par enchantement, je le vois il va me passer  devant à 5 ou 6 mètres, je vise, déclenche, hop c'est dans la boite, je n'ai pu faire qu'une seule photo le vieux Nikon étant lymphatique, mais elle est bonne !

 

PXR mola mola

 vite, il passe, son oeil me surveille, au moindre mouvement brusque de ma part  il détale comme une fusée.

 

Ces gros bestiaux placides sont un peu notre distraction , en rencontrer un nous embelli la plongée.

 

* le vieux Nikon , je me plaints souvent de la lenteur de cet appareil mais il a des excuses :

 

- il n'est plus tout jeune presque 8 ans de bons et loyaux services ( ce qui pour un APN est exceptionnel )

- c'est une ancienne génération donc lent et 3,2 Mp seulement.

- mais son caisson pourtant prévu pour 40 m maxi, je l'emmène couramment à 60 comme aujourd'hui quelques fois plus, et sans qu'il me fasse le moindre reproche !

Ni fuite, ni blocage.

 

Mon ordi Aladin pro me dit que j'ai déjà 27 mn de remontée à prévoir dont 3 mn de paliers à 9 m, on ne va pas exagérer, on va attaquer une remontée très lente mais régulière.

 

PXR DSCN0473

 Gorgone et un banc de menu fretin derrière.

 

Un arrêt de 3 minutes à 16m pour la sécurité et c'est reparti.

 

PXR DSCN4164

 

Il est certain que c'est une plongée pour amateurs de plaisirs sous marins  forts et intenses mais courts. Passer plus de temps aux paliers qu'à explorer, pas tout le monde l'accepte et c'est tant mieux, ce site n'en sera que mieux préservé.

 

 

Repost 0
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 21:00

 

Plein sud de Jarre une dent rocheuse sort de l'eau, à quelques mètres du bord, c'est la pierre de Briançon pourquoi ce nom?... je ne sais pas.

 

Cette plongée je l'ai déjà décrite la  pierre de Briançon clic ici , C'est une très jolie plongée , la face sud de l'île de Jarre étant un morceau de gruyère, les trous, tunnels et grottes abondent, avec leur habitants, langoustes, sars, mostelles, fiellas , murènes et en saison où l'eau se réchauffe et se peuple de méduses, les Mola Mola ou poissons lune.

 

Sa particularité est d'offrir un très beau spectacle sous marin dans peu d'eau ce qui est rare dans la rade de Marseille il faut bien l'avouer, où d'habitude il faut taquiner des profondeurs que la "Fédé" refuse de reconnaitre pour trouver du "beau" à profusion.

 

Ce jour, j'ai une toute petite forme, et par prudence je ne veux pas "descendre" , mes compagnons de palanquée vont accepter de faire cette plongée de débutant, merci à eux.

 

De plus et pour bien gâcher leur plaisir, les jours de tempête de cette semaine de m.... ont rendu l'eau complètement trouble, la visi sous marine est limitée à quelques mètres.

 

PXR DSCN0438

Calypso au mouillage, en arrière plan la dent rocheuse "pierre de Briançon".

 

L'équipage de pescadous d'un nègue chiens est en train de remonter son ancre.... dépité pas de prises.

Normal, ici il faut être un sacré filou pour pêcher. Je peux en parler ayant failli taper mon bateau dans les rochers et en plus  j'y ai cassé une ancre...bien enraguée.

 

Mouillage de la Calypso et du Zod' dans la petite calanque juste à l'est de la pierre et plouf, à l'eau.

 

L'ancre étant plantée dans les posidonies, je vais y accrocher un parachute pour pouvoir, en fin de plongée, la remonter bien verticalement sans arracher la précieuse végétation protégée de ces fonds.

 

PXR_sar-copie-1.jpg

 Sar

 

Direction l'aplomb sud de la pierre, une belle arche posée sur le sable met les sars et autres poiscailles à l'abri des pescadous qui se morfondent en surface sur leur nègue-chiens.

 

PXR_DSCN0080.JPG

 

La visi est très mauvaise, la beauté des lieux n'emerveille pas vraiment un compagnon de plongée qui vient ici pour la première fois, mais c'est la nature, faut faire avec .

 

PXR DSCN0447

 JLuc, ( l'autre )  juste derrière moi , ça passe juste mais ça passe !

 

Plus haut, la pierre est percée d'un tunnel étroit et quand, comme aujourd'hui il n' y a pas de courant un plongeur bien stabilisé peut y passer sans arracher la faune fixée ni la flore.

Le traversant je vais y débusquer un jolie mostelle, qui se sentant prise au piège dans son trou va  s'affoler, je ne vais pas insister et lui laisser le passage.

 

PXR DSCN0446

 Mostelle affolée, tu ne crains rien ma belle, on ne chasse pas.

 

Passage dans le deuxième tunnel en sens inverse, retour à l'arche et parcours inverse pour revenir au bateau, dans les blocs rocheux qui parsèment le fond, il y a beaucoup de vie, sars, saupes, rougets, etc.

 

PXR DSCN0443

 

 

PXR DSCN0455

 

 PXR rougets

 couple de rougets en pique nique. La couleur est la même pour les deux mais seul le premier plan est "corrigé" par la lumière du phare.

 

PXR DSCN0452

Gorgones de belle qualité c'est signe d'eau saine ....et de courant.

 

PXR DSCN0454

 Poches d'oeufs de roussette accrochés à une gorgone dans le courant.

 

PXR DSCN0457

Banc de sars, abrités des pêcheurs sous l'arche.

 

PXR DSCN0460

 Grosse et superbe limace, Doris de Fontandrau , dans la main de JLuc .

 

PXR DSCN0463

La même, délicatement reposée sur le rocher.

 

 PXR DSCN0451

Pour le plaisir de voir la vie "en bleu", mes bulles remontent à la surface.

 

Le mouillage ne nous sera visible qu'au dernier moment tant l'eau est chargée en particules, des méduses roses, fréquentes dans cette région entourent le bateau; on n'y touche pas et tout le monde se porte bien.

 

Quoique avec nos vêtements de plongée, le risque ( si risque il y a , bien minime en réalité ! ) ne se situe qu'au niveau des joues et des mains, je ne porte jamais de gants en plongée.

 

PXR DSCN0464

 

Une fois remonté à bord, des nageoires triangulaires fendent l'eau autour du bateau...... requins ?  *   non , simplement de placides poissons lune viennent se rechauffer au soleil, en surface et se nourrissent des méduses, leur mets favori. C'est pourquoi ces deux espèces vont de pair.

 

PXR DSCN0468

 Depuis le bord du bateau, Mola Mola en transparence.

 

* je me souviens qu'un été, une célèbre station balnéaire de la cote d'azur avait fait évacuer les bords de mer, présence de REQUINS  ! ! !

- A l'observation,  de gentils et pacifiques poissons lune venaient tout simplement les débarrasser des méduses envahissantes. .....amusant, d'autant  que la nage du requin et la nage de Mola Mola sont plutot différentes !

 

Repost 0
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 19:07

Ce matin, un des premiers vrais beaux jours de ce printemps qui pour l'instant n'en avait que le nom, nous partons plonger, il faut profiter de la bonasse.

Rappel : bonasse c'est calme plat, sans un filet de vent, une tempête de beau temps !

8h00, je suis en train de préparer Calypso, chargement du matériel, les mono-bouteilles de 18 et 15 litres, le bloc de secours, détendeurs, palmes, etc. Les plombs restent à demeure dans le bateau, inutile de les ramener à la maison.

 

Je suis en vêtement de plongée semi étanche roulé autour de la taille, il fait déjà très chaud.

 

PXR DSCN6795

 

Les copains arrivent, nous serons trois, le noyau dur de notre groupe.

Chargement de leur matériel et nous partons.

 

Bonasse, ça veut dire aussi qu'on peut aller plonger absolument où on veut, aucun souci pour laisser Calypso au mouillage, d'autant que la météo prévoit bonasse au moins jusqu'à midi.

Après une petite hésitation, le piton des Impériaux , ou Planier et nos pierres profondes.

Ploum ploum, ce sera Planier !

 

Le grand beau temps signifie aussi beaucoup de bateaux de plongée, nous ne serons pas seuls sur l'eau comme c'est arrivé quelquefois.

Mais là où nous allons nous ne serons peut être pas seuls mais pas nombreux non plus.

 

Dès sortie de la rade, une petite houle d'est demande à corriger la trajectoire en permanence.

 

Point au  GPS confirmé par des amers que nous sommes très peu à connaitre et l'ancre part à la flotte.

 

Largage de la bouée qui sert de pendeur pour le bloc de sécurité et tout de suite..........il y a du courant bien dans le sens de la houle, est-ouest.

Consignes : descente le long du mouillage, remontée obligatoire par le même chemin.

Précaution : j'emporte mon moulinet dérouleur de fil d'ariane, au cas où la visi au fond nous empecherait de retrouver le mouillage facilement. Ce sera utile cette fois ci.

Nous allons taquiner 45/55 m ce n'est pas extraordinaire mais toute minute passée au fond à chercher le mouillage c'est des paliers en plus .

Remonter en pleine eau ici avec le courant c'est se retrouver la tête hors de l'eau à plus d'un km du bateau, et personne à bord pour venir nous chercher, donc tout doit être prévu , pas d'improvisation.

Dès la mise à l'eau, passé 10 mètres,  l'eau bleue du large est remplacée par une eau marron, chargée en boues et particules, conséquence des 5 jours de tempête que nous venons de subir.

Le Rhone fortement chargé en alluvions déverse sa cargaison en mediterranée, ce n'est pas si loin, et avec le mistral qu'il a fait toute la semaine, aujourd'hui cette boue est chez nous. L'eau bleue de surface est menée par le courant d'est, en sens contraire.

 

Comme un emmerdement n'arrive jamais seul, mon détendeur principal se met en débit continu vers 20/25m , mon bloc se vide à toute vitesse, je fais signe à Patrick qui vient me fermer la vanne et je passe sur mon détendeur de secours.

 Avantage d'avoir deux systèmes totalement séparés.

Je change de tuyau inflateur de la stab et la descente  repart de plus belle, j'ai le masque plein d'eau,  vidage plusieurs fois rien n'y fait . Je touche le fond à 51 m , le problème de masque est réglé par la profondeur qui doit un peu le plaquer.

Vérification  et positionnement de l'ancre pour sa remontée sans encombres et sans tout arracher au fond, et  c'est parti dans une eau turbide comme rarement on voit ça  ici !

 

Rencontre avec un poisson lune, il nous a vu bien avant nous, ou tout au moins les bulles que nous lachons, curieux il vient vers nous, immobiles nous l'attendons, mon  Nikon prend 3 photos, et un geste brusque le fait fuir.

 

PXR DSCN0412-1

 curieux, son oeil est rivé sur nous.

 

C'est incroyable comme un poisson aussi lourdeau , massif, pas du tout aquadynamique peu accélerer aussi fort.

 

PXR DSCN0413-1

 

Deux battement des ses nageoires et il est hors de vue.

 

PXR_DSCN0414-1.JPG

 dernière tentative,  zoom à fond mais il est déjà trop loin.

 

Premier Mola mola de l'année, pas énorme mais déjà bien beau, si tant est que le poisson lune soit beau.

 

Le Mola mola appelé aussi poisson lune, est l'une des plus lourdes espèces de poisson, son poids moyen atteignant les 1 000 kilogrammes. On le trouve dans les eaux tropicales et tempérées tout autour du monde. C'est un animal à la tête proéminente, sans queue et peu épais par rapport à sa hauteur. Nageoires comprises, un Mola mola peut être aussi haut que long.

Le poisson lune se nourrit principalement de méduses qu'il consomme en grandes quantités en raison de leur faible valeur nutritionnelle. Les femelles pondent plus d'œufs que n'importe quel autre vertébré connu. L'alevin de poisson lune ressemble à un petit poisson-hérisson. Il possède de grandes nageoires pectorales et caudale. Son corps est recouvert d'épines qui disparaissent à l'âge adulte.

Les mola mola adultes ont peu de prédateurs, si ce n'est les lions de mer, les orques ou les requins. L'homme, dans certaines parties du monde, le considère comme un mets délicat comme au Japon ou à Taïwan mais la commercialisation de sa chair est interdite dans l'Union européenne. Il se retrouve fréquemment, par accident, pris dans des filets. Il lui arrive aussi de consommer par erreur des déchets flottants, comme des sacs plastiques, qui peuvent entraîner sa mort.

 

Rembobinage du fil d'ariane qui nous ramène à l'ancre, passage devant une jolie Sabelle pas du tout effrayée par le fil d'ariane déroulé juste à coté et il faut commencer à penser à remonter.

 

PXR DSCN0415

 le fil bien visible devant la sabelle. L'eau est vraiment chargée en particules qui  reflètent la lumière du flash.

 

PXR DSCN0417

 gros plan,

 

Quand une rencontre aussi magique a lieu, nous avons l'impression que le temps est compressé, tout s'est passé tellement vite. Mais la réalité est là, nous aurons quand même 17 minutes de paliers à faire dans l'eau à 14°C.

 

Revenus à bord, buvant un thé brûlant pour nous réchauffer les boyaux, nous apercevons un hélico des pompiers et la vedette de la SNSM ( La Bonne Mère ) qui foncent  vers Planier, à 400 m de nous, juste sur l'épave du Dalton, probablement un accident de plongée,  les infos regionales vont surement en parler..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 21:51

Pour honorer le lancement de la nouvelle communauté de Nadine de Trans en provence, " Bleu charrette , rose bonbon" , voici ma contribution.

 

Ce ne sera pas vraiment bleu charrette mais bleu quand même ....pour le rose je vais y réfléchir.

 

C'est une photo déjà vue sur ce blog* mais qui est vraiment bleue, totalement bleue, dans le bleu, le grand.

 

* pas une photo d'art , mais une de mes préférées.

 

Photo prise en plongée dans l'archipel des îles de Marseille, au Grand Congloué.

 

Une plongée qui restera toujours dans ma mémoire, mon ami , mon pote, Georges dont  on apercoit les palmes devant mon objectif , nous entraînait dans ces profondeurs, parfois inavouables, de ce site qu'il aimait entre tous.

 

 

 

DSCN0048.jpg

 

 Georges, je sais que tu  ne remettras plus tes palmes mais sache que ce n'est pas le plus important, ce qui compte c'est que tu arrives à vaincre cette putain de maladie qui te ronge, ce crabe insidieux, tu as toujours été un battant, vas y !

 

 

Repost 0
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 19:00

Située à la pointe sud ouest de Riou, la calanque de la boulégeade c'est cette anse large et accueillante pour les bateaux quand le vent souffle du nord-est ou plein est modéré.

A éviter complètement si c'est Mistraoù , le bateau de plongée au mouillage risque fort de se retrouver quillé sur les rochers de l'île de Riou.

 

 Le mot boulégeade est un mot Marseillais, en effet la boulégeade est une technique de chasse sous marine qui est encore quelquefois utilisée par les Louis, les bons.

 

Un Louis est un chasseur sous marin  Marseillais, un spécialiste de la chasse à l'agachon.

Le chasseur, prêt à se laisser couler à pic est penché tête par dessus bord sur le boudin du Zod', masque de plongée sur le  visage, tête dans l'eau il scrute le fond pendant que son co-équipier fait avancer le bateau pneumatique au ralenti.

Cette technique super efficace demande toutefois une eau très claire, des fonds propices à héberger du poisson ( saridés essentiellement ) donc avec des roches par ci par là et pas trop profonds, 10 à 20 mètres .

Quant à la technique, c'est pas aussi facile qu'on le croit, un grand plouf dans l'eau et il n'y à plus un poisson valable à 100 m à la ronde.

Coulée en finesse bien verticale, ceinture ou baudrier de plomb bien chargé, pas de palmage en descente, tuba sur le coté, ôté de la bouche , fusil bien aligné droit devant, souplesse et silence de rigueur, et coup de rein pour se redresser, juste avant d'effleurer le fond.....après, c'est une autre histoire.

Technique de chasse sous marine réservée aux chasseurs entrainés et très expérimentés.

  

Cette desription des lieux est exactement la description de cette calanque, d'où son nom qui lui a été donné par les Louis ! Sauf que dans des jours comme aujourd'hui où le vent de nord-est est bien établi, le lieu est entièrement squatté par les bateaux de plongée bouteille, les cracheurs de bulles, comme nous  !

C'est un des rares lieux de plongée un tant soit peu interessant, qui soit bien abrité de ce vent, evidemment les clubs de plongée de la Pointe Rouge se retrouvent tous ici, à moins d'aller se mettre à l'abri derrière Frioul coté Tiboulen, mais c'est totalement à l'opposé dans la rade et ce sera envahi par les clubs de la rade nord.

 

Ce matin donc, ciel gris plombé, bon vent de nord-est, le choix pour nous, avec la Calypso bien sensible au vent, soit la Boulégeade, soit la calanque du contrebandier mais cet hiver nous y sommes allés bien souvent.

La plongée à la Boulégeade c'est, soit c'est la grotte puis aller retour avec ou non le tombant selon les niveaux des plongeurs, soit le tombant seul et ses environs.

Vu la quantité de plongeurs qui s'agitent dans l'eau , nous "ferons" le tombant, la grotte, ce n'est même pas la peine d'y penser, la pulpe du fond a du être bien remuée et la visibilité nulle.

Sans visi cette grotte pour qui la connait ne présente aucun danger, il nous est arrivé de la traverser "dans la soupe" mais quel en est l'interet ?

 

 

PXR DSCN0376

 Ce printemps, le fond de la calanque est colonisé par des algues rouges, ça arrive parfois., Une vraie prairie rougeoyante et ondulante.

 

Le tombant va nous emmener d'ouest en est vers des fonds qui se situent à plus de 45 m , une découpe de la cote assez déchiquetée et, un peu éloigné du tombant, vers le large un gros rocher ( une pierre ! ) qui abrite flore et faune fixée en abondance, la plupart des plongeurs ne viennent pas ici, c'est profond pour les clubs et le risque de "se perdre" est élevé.

Une remontée en pleine eau ici est dangereuse.

 

PXR DSCN0386

Bien caché dans un trou, un oursin diadème, de plus en plus rare, plus de 30cm de diamètre, c'est une espèce protégée.. 

Cet oursin se caractérise par des épines exceptionnellement longues et généralement noires, même si quelques-unes, voire plus rarement toutes, peuvent être grises ou blanches. Communément, ces épines mesurent de 10 à 30 cm. Elles sont fines, pointues, creuses et très fragiles. Elles bougent rapidement, avec des mouvements amples.

 

PXR DSCN0388

  Un chapon, pas très gros accroché à la paroi du tombant.

  Voir ici, clic, la recette du chapon farçi de mon ami Gérard , le vieux scaphandrier.

 

Au fond, dès 15/20m la visibilité est bonne, la température de l'eau est remontée depuis la semaine dernière, entre 14 et 15 °C selon la profondeur. Plus près de la surface, aucune visi mais  léger courant qui nous ramènera vers le mouillage.

 

PXR DSCN0390

 Dans la noirceur des fonds, ce très beau spirographe, juste avant qu'il ne se rétracte. C'est un animal ! ce qu'on nomme faune fixée.

 

C'est le plus grand ver tubicole de Méditerranée, pouvant mesurer jusqu'à 35 cm, son corps est situé dans un tube mou composé de mucus et de sable, souvent visible sur toute sa longueur.

De nombreux filaments colorés se déploient en couronne tentaculaire d'un diamètre de 10 à 15 cm depuis la bouche de l'animal.

Présent en Méditerranée, dans Atlantique et en mer du Nord, il se développe depuis la surface jusqu'à une quarantaine de mètre de profondeur, fixé sur des substrats durs.

Très sensible aux vibrations, il se rétracte tout entier dans son tube à la moindre alerte.

Ses filaments jouent un rôle dans la prise de nourriture mais également dans la respiration.

Il se nourrit d'organismes microscopiques en suspension dans l'eau.

  

Depuis quelques temps, les grosses pièces se font rares, je ne m'explique pas pourquoi.

Pas de gros fiellas dans les trous, pas de gros dentis et encore moins de poisons lune Mola-mola , quant aux gros mérous ils sont certainement partis en vacances....au soleil.

 

PXR DSCN0378

 Une belle murène surprise en action de chasse

 

PXR DSCN0385

  Le flash de l'APN va la faire fuir, taille, environ 1m20 .....quand même .

 

PXR DSCN0380

Un gros rouget en train de fouiller le sable, en quête de nourriture, aux aguets, il file à grande vitesse dès qu'on l'approche.

 

PXR DSCN0381

Une vive, son mimétisme la rend presque invisible sur le sable, gare à ses dards venimeux. J'en ai fait la très douloureuse expérience lors d'une partie de pêche.

Même accrochée à l'hameçon, posée sur le fond du bateau , vindicative elle va essayer de choper le pêcheur, et souvent, elle y arrive.

Poisson dont il faut se méfier mais excellent sur la table...une fois les dards coupés au ciseau.

 

  PXR DSCN0387

Toujours dans le courant , pour une bonne oxygénation, cette grappe d'oeufs de calmars, accrochée à une gorgone.

Des milliers d'oeufs, mais combien vont réchapper aux nombreux prédateurs ?

 

 

PXR DSCN0384

Mon ami le Poulpe recycle les déchets jetés en mer ! Celui ci à élu domicile dans un vieux pneu !  Pas besoin d'un Grenelles 2 , il a tout compris.

 

Le poulpe, pour moi le plus beau et le plus intelligent des animaux sous marins. Je le pense vraiment.

La beauté c'est relatif , mais l'intelligence du poulpe a été démontrée scientifiquement.

Et puis.....avec 8 bras, imaginons un instant tout ce qu'on pourrait faire avec,   quand on est comme lui d'un naturel caressant et joueur. ( là je galège un peu ! ) .

 poulpe affectueux

                                                   Poulpe affectueux !

 

 

Le retour au bateau se fera dans une visi limitée à deux ou trois mètres mais le courant nous porte légèrement et les lieux nous sont connus, c'est sans trop de difficultés que nous allons retrouver le bateau.

 

Au sortir de l'eau, la pluie tombe, fine mais froide, ce n'est pas trop gênant après tout. Rinçage gratuit du matos et des bonshommes.

 

 

 

                                                                       

 

Repost 0
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 20:56

Ce quelque part, nous l'appelons entre nous les "pierres de Robert", du nom de celui qui a eu la bonté de nous les faire découvrir, il y a une douzaine d'années. Trois grosses roches ( des pierres ) posées sur un fond de sable entre 48 et 70m, le fond est en pente par ici , celle du milieu , la plus grosse et percée d'un tunnel formant une arche . Les gorgones illuminent ce lieu , aidées par  le soleil du matin qui arrive encore difficilement jusqu'ici quand l'eau est claire.

 

Tout autour de ces trois pierres, du sable, rien que du sable...enfin, sauf que si on cherche un peu on va trouver divers débris, d'amphores,  ou des restes de bateaux, c'est qu'il y en a eu des naufrages ici depuis l'antiquité !

 

Je ne donnerais pas beaucoup de précisions sur ce site de plongée, pas seulement pour me le garder égoïstement mais aussi pour ne pas inciter des plongeurs insuffisament expérimentés à y aller .

Le danger en plongée, ne se voit que lorsqu'on y est confronté, ici, rien ne peut indiquer que ça peut mal finir.

C'est une descente dans le bleu, c'est à dire sans aucun repère fixe du genre falaise, tombant, etc.... non du bleu , rien que du bleu, une visibilité pas toujours belle et la profondeur qui sans être excessive avoisine tout de même la zone entre 48 et 70 m selon comme on a mouillé l'ancre du bateau, avec plus ou moins de précision.

 

Quand je vois que certains clubs de plongée qui ne mouillent pas ( aucun arrêt du bateau ) et qui jettent les plongeurs à l'eau comme un avion jette ses parachutistes, sur un site de plongée qui se loupe définitivement si on fait une erreur, 60 m plus bas ....de quelques mètres , ça ne manque pas, quelques instants plus tard la surface de l'eau est constellée de parachutes éparpillés sur 150m à la ronde avec tous les risques que ça comporte ( les parachutes de plongée sont des bouées gonflables permettant au plongeur de se signaler en surface, lui même étant 3 à 6 m en dessous ) .

Interrogeons les plongeurs , même pas la moitié d'entres eux sont arrivés au fond là où il le fallait.

 

* Comment doit on procéder pour plonger efficacement et en relative sécurité sur des sites profonds, en pleine eau, et de petite superficie au sol ?

Un repérage ultra précis aux amers et/ou au GPS  confirmé au sondeur, de l'endroit où l'ancre va être jetée, ou, si le pilote du bateau ne veut pas mouiller, d'un corps mort et d'un filin remontant à la surface avec une bouée.

Cette corde va servir de fil guide pour les plongeurs pour descendre en un point précis et non pas éparpillés par le courant dans une descente pas vraiment verticale. Ne pas oublier que dans le bleu un plongeur a tendance à perdre tous ses repères, horizon, verticalité, direction  etc.

Descente le long de celle corde, regroupement au pied et direction le site de plongée, si le pilote ne s'est pas planté c'est tout proche sinon, accrocher un moulinet ( dérouleur de fil d'ariane ) à la corde et partir à la recherche du lieu à explorer, en rembobinant le fil ,les plongeurs vont revenir exactement au point de départ et remonter en surface, groupés et ainsi sécurisés, surtout par mauvaise mer.

Ca demande discipline, organisation et bonne gestion des plongeurs et de la plongée, ce sont , semble t'il des principes que les clubs commerciaux ont de plus en plus tendance à négliger au profit de la rentabilité.

 

C'est exactement le cas sur ce site de plongée, sans aucune rigueur et sans fil directeur pour remonter en surface, avec du courant il est possible de voir des plongeurs qui émergent à plus de 500m du lieu où ils se sont immergés, à 500 m mais pas tous au même endroit !

Ne pas oublier que si le plongeur doit effectuer 10 à 20 minutes de palier voire plus, dans le courant, il va forcément dériver.

Une récupération plus que hasardeuse pour le pilote du bateau de plongée et pour les plongeurs dont seule la tête dépasse de l'eau et qui sont TOTALEMENT invisibles à un éventuel  bateau qui pourrait arriver à pleine vitesse.

 

*Après une plongée sur l'épave du San Domenico, avec un ami, il nous est arrivé de devoir replonger en urgence quand un voilier arrivait droit sur nous , le pilote étant tranquillement en train de flemmarder ( ou peloter sa nana ! ) sur le pont, pilote automatique enclenché..... en pleine rade de Marseille. ( c'est un peu comme rouler en auto, "régulateur de vitesse" enclenché sur la Canebière ! ) .

Ce même pilote n'ayant pas vu le pavillon alpha "blanc/bleu" signalant des plongeurs immergés prés du bateau à l'ancre, j'ai vu ce jour là, telle une fusée, passer le ballast du monocoque à quelques mètres de moi.

Impuissants et insuffisament  soulagés de ne pouvoir qu'insulter ce salopard, nous sommes remontés à bord en pestant contre ce genre d'inconscient. En mer il y a un code maritime, il se doit d'être respecté même par les propriétaires de voiliers pour qui on ne demande aucun permis, aberrant.

 

Ce site de plongée sans être dangereux, est réservé à des plongeurs expérimentés pouvant supporter de descendre profond sans risque de narcose, et  surtout assez bons plongeurs pour pouvoir accepter d'annuler la plongée si le moindre souci se présente. En plongée, comme en escalade, celui qui se force va droit à l'accident ou à celui de ses compagnons.

 

Ce matin, petite brume qui bouche l'horizon, pas de vent, juste un léger courant de surface d'est en ouest. Alignement de ma Calypso bien contre le sens du courant, et amerrissage sur zone, au GPS, le sondeur me marque bien la plus grosse des pierres. Ancre jetée avec assez de mou pour ne pas prendre le risque de déraper, équipement,  et nous voilà à l'eau.

 

PXR DSCN0353

 Aujourd'hui, mer calme mais horizon gris et bouché.

 

PXR DSCN4274

Avec un petit Mistralet les collines de Marseilleveyre sont bien visibles à 10 km environ. photo 12/2007.

 

Ce site nous le connaissons depuis plus de 10 ans, au début nous étions une poignée à le connaitre, mais depuis la vulgarisation des GPS il est devenu facile de "marquer " un point  là où on a vu un bateau de plongée et revenir plus tard explorer ce site, c'est de bonne guerre et quelques clubs y viennent parfois jeter par dessus bord leurs N3 avec plus ou moins de bonheur !

Malgré tout, la profondeur et un certain niveau requis font que ces lieux sont très peu plongés et sont d'une beauté encore presque parfaitement vierge.

 

Aujourd'hui, en surface la visibilité est nulle, beaucoup de particules dans l'eau, c'est normal nous sommes au printemps  la flore et la faune fixée sont sont en période de reproduction, sans compter les salpes qui naviguent au gré des courants.

Plus bas, à partir de 25 m l'eau est cristalline, pas vraiment chaude, 13° , mais sans différence par rapport à la surface, le courant de fond est nul. Des conditions excellentes.

 

Descente le long du mouillage, le père JLuc ne s'est encore pas trompé et l'ancre se trouve à moins de 5 m de la plus grosse des pierres  qui nous interessent, avec une arche qui s'ouvre sur le large et celà à  50 m de profondeur.

C'est exactement ici, qu'il y a 5 ou 6  ans, j'ai déposé mon ancre sur un .....gros homard ,  nous l'avons dégagé de plusieurs kilos de ferraille qui lui pesaient lourdement sur la tronche.... il court toujours le bougre.  Authentique.

 

Au sable quelques débris d'amphores sont encore visibles, il en reste encore un peu.

 

PXR DSCN0354

 Un débris de ventre d'amphore, avec accroché, un pied de faux corail.

 

Dans l'arche, les gorgones sont superbes, bleu-nuit en lumière naturelle et rouge-mauve à la lumière de nos puissants phares de plongée.

 

PXR DSCN0362

 gorgones rouges et gorgones jaunes.

 

La roche est habitée par une nuée d'anthias qui donnent une touche de couleur à la monotonie bleutée des fonds sous marins.

 

PXR DSCN0360

 

Mostelles, chapons, rascasses, murènes  sont légions, un jeune mérou peureux sera même aperçu , de même qu'un très gros fiellas se déroulant devant nous dans son trou.

 

PXR DSCN4249

 chapon bougon !

 

PXR DSCN0355

l'arche, beaucoup de bulles et de particules gâchent la netteté mais on voit bien la nuée de petit poissons en arrière plan.

 

PXR DSCN4154

 Passage sous l'arche, photo novembre 2007.  Remarquez la différence de couleur de l'eau, plonger en hiver est un vrai bonheur ...mais frisquet, le bonheur !

 

PXR DSCN4155

 photo novembre 2007

 

PXR DSCN0364

Peut être que des générations futures appelleront cette bouteille de soda "une amphore du XXIème siècle" ! bien secouée la bouteille, la pulpe du fond bien décollée.

C'est tellement plus facile de jeter ses ordures par dessus bord, plutot que de les ramener avec soi !

 

 

PXR petite murène

 bébé murène apeurée

 

PXR DSCN0361

 

PXR DSCN0359

 

Le temps passe très vite au fond, surtout dans des conditions aussi belles, il est plus que temps de remonter, l'ordi de plongée me donne déjà plus de 25 mn de temps de remontée, paliers inclus, ce qui en fera une bonne trentaine au final.

 

PXR DSCN4256

 méduse au palier, photo novembre 2007.

 

PXR DSCN4262

 

Il va falloir patienter de longues minutes accroché à la corde du mouillage le temps que les bulles d'azote quittent notre organisme.

De longues minutes à patienter mais en se repassant le film de la plongée, le grand bleu n'a jamais aussi bien porté son nom. C'est si beau ....là bas, au fond.

 

PXR DSCN0368

 Longue attente au palier, le moulinet accroché à portée de main n'a pas été utile cette fois ci .

 

Qui n'a pas eu cette sensation de planer, vers 60 m de fond parfaitement équilibré, avec seulement le bruit des bulles que l'on relâche, dans un univers différend et sans pesanteur, où la faune vous regarde passer tout juste craintive, et encore, pas toujours.... qui n'a pas eu ces sensations ne connait rien de la vraie beauté de la nature.

 

PXR DSCN0371

 Salpe qui vogue au gré du courant.

 

PXR DSCN0373

Complètement transparent le salpe laisse entrevoir ses entrailles, étonnant.

 

Bien qu' ils ressemblent aux méduses de par leur consistance et leur mode de déplacement, ils sont plus proches des vertébrés simples, en effet ils possèdent ce qui semble être une forme primitive de système nerveux, qui leur vaut d'être étudiés comme modèles possibles de départ de l'évolution des vertébrés.

 

 Retour en surface, petit dej' à bord, thé chaud et croissants,

 

PXR DSCN4272

 thé brulant  pour réchauffer mon binôme, photo décembre 2007.

 

Retour sur Marseille la Pointe Rouge à environ 12 kms, comme à l'aller la visi terrestre est bouchée d'une brume  légère mais suffisante pour que la  navigation se fasse au  GPS ............................. puis le bruit de la ville, les klaxons, les fumées, les cris..............dis, on y  retourne au fond ?

 

 

 

 

Repost 0
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 09:00

C'est une plongée que l'on fait souvent quand la météo le permet, ce samedi 17 avril nous aurions pu plonger à peu près n'importe où tellement le temp était idéal.

 

Un soleil de vrai printemps malgré une température au petit matin assez basse, juste 2°C à 7h30, mais surtout et c'est ce qui est le plus important pour ce type d'activité , une mer ultra calme, sans houle ni même une vaguelette,  juste un filet de vent venant de l'est .

 

Ce matin nous sommes 4 dans l'équipe et pour plus de confort nous prendrons les deux bateaux de notre "club de copains",  le Zod' de Patrick et ma Calypso.

Que ce soit sur le zod' ou mon timonier , à 4, c'était possible vu la mer calme mais ça aurait été "panique à bord" il faut compter tout le matériel en plus des gugusses ....et à bord , la place est comptée.

 

Une mer aussi calme et belle à Marseille, on appelle celà "bonasse" et quand c'est super beau, ça devient "bonasse pourrie" , on appelle ça aussi une tempête de beau temps !

C'était le cas ce samedi.

 

Direction l'île de Riou, sa pointe nord-est dite de Caramassagne.

 

Ce site de plongée présente plusieurs avantages, mouillage des bateaux assez facile quand on connait bien les lieux, et pour les plongeurs, une descente toute en douceur vers des zones qui commencent à faire frémir l'ordi de plongée.

 

PXR DSCN0325

 Ma Calypso au mouillage, à l'arrière, la paroi nord de Riou haute et abrupte, d'en haut les gabians nous observent !

 

Dès la mise à l'eau nous sommes dans la zone des 20/30 m et là de gros blocs rocheux détachés de la paroi de Riou sont un véritable vivier à faune aquatique, il suffit de rester calme sans gestes ni palmages brusques pour apercevoir mérous, mostelles, sars, loups, bref tout le bestiaire de nos eaux Marseillaises.

 

PXR murene

 Murène , curieuse comme toutes ses consoeurs

 

Longeant ce fond que nous garderons pour le retour afin d'y effectuer une remontée lente et agréable nous filons plein est vers le tombant, qui comme son nom l'indique "tombe" abruptement de 25 m vers largement plus de 60 !

 

PXR DSCN0343

 Gorgone, dans le courant, comme il se doit.

 

PXR DSCN0335

 Détail des polypes de la gorgone. Hélas une fois l' APN dans le caisson étanche, je ne peux plus passer en mode macro !

 

En longeant ce tombant vers le nord, nous arrivons à une petite grotte située dans la zone des 50m , il y en a une autre plus au nord encore, vers 61 m mais l'eau étant tout de même encore à 13°C, nous n'irons pas à la deuxième grotte, les paliers trop longs dans de l'eau assez froide sont trop pénibles. Nous faisons nous vieux et frileux ?

 

 

PXR gorgone faux corail

 Rose de mer ( bryozoaire ) accrochée à une gorgone.

 

Ce samedi cette grotte habituellement habitée par une mostelle de belle taille et quelques langoustes est....vide !

 

PXR DSCN3623

 La mostelle de la grotte, est elle partie en vacances ? A moins d'un braco , elle n'a pas été chassée, c'est trop profond ici, à plus de 50 m !

 

 

PXR rascasse

 Seule une minuscule rascasse veille sur le logis.

 

Dommage , mais nous ne sommes pas venus pour rien, le paysage est superbe.

 

 

PXR DSCN0336

Devant l'entrée de la grotte, un beau chapon.... que je verrais bien sur ma table !

 

Retour vers les blocs rocheux pour terminer la plongée dans ce bel aquarium et ensuite, remontée au bateau.

 

PXR DSCN0341

   

On voit bien que nous sommes au printemps, si au fond l'eau est très claire, dans la zone de zéro à 10 m de nombreuses particules en suspension sont véhiculées par le courant et rendent la visibilité difficile.

En cette période, beaucoup d'organismes marins se reproduisent , et leur véhicule pour transporter leur semence....c'est l'eau. 

 PXR DSCN0348

 Mon équipier de palanquée, ( l'autre JLuc, un passionné de biologie sous marine  ! ) en train d'examiner un massif d'anémones encroutantes jaunes.

 

PXR DSCN0345

 Anémones encroutantes

  

 Une redescente à l'ancre pour la dégager en vue du départ va me pénaliser un peu plus au niveau  des paliers et je vais devoir patienter 3 minutes à 6m et plus de 15 minutes à 3 mètres, mais bon ça va , ce n'est pas dramatique et si l'eau est froide , elle n'est pas glacée.

 

 Redescendre à l'ancre n'est pas une obligation, mais le faire et préparer l'ancre à une remontée " au bidon" sans accrocher les fonds marins, c'est préserver cette nature sous marine fragile, alors quand on peut le faire...

 

Une plongée de qualité, c'est ici qu'il y a deux mois nous avions vu une belle baudroie et ensuite en surface un banc de dauphins.

 

PXR DSCN0350

Accroché au pendeur de la bouteille de sécurité, j'attends que mon "Aladin" me donne l'autorisation de pouvoir émerger.

   

Mais se retrouver enfin à 4 est aussi sympathique, le groupe reprend vie, il ne manque plus que le 5ème qui devrait bientot enfin remiser ses clubs de golf d'hiver pour que l'équipe soit au complet. ( si tu me lis, tu t'es reconnu.... JC !) .

 

 

 

 

Repost 0
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 21:00
Non, je ne suis pas tombé dans le fond de mon écran de télé, pas du tout !

La télévision est le nom que nous ( ....quelques plongeurs Marseillais qui connaissent les lieux  ) donnons à une petite grotte, ou plutot un tunnel qui traverse la pointe du cap Nègre de part en part, sur la face sud de l'île de Riou.

Par habitude et par logique aussi, nous entrons dans cette grotte en remontant du fond qui est ici vers 48 m au sable, en fin de plongée.
Nous y entrons par le bas car étant peu profonde il est agréable d'y terminer sa plongée et d'y commencer les paliers.
Une entrée basse donc, vers 25 m et plusieurs sorties hautes dont une, la plus importante vers 8m , est rectangulaire, lumineuse et nous rappelle un écran de télé qui scintille, bleuté, admirez la poésie !

PXR DSCN9180
Une des sorties nous est impraticable car située entre 3m et la surface ce qui nous fait remonter beaucoup trop haut sans paliers, mais surtout,  jette le plongeur dans les ressacs et contre les rochers acérés.... pas bien ça  !

PXR DSCN0314
Aujourd'hui, la houle de nord ouest nous impose une mise à l'abri du Zod' de Patrick ( ma Calypso n'est toujours pas opérationnelle, faut que je me bouge ! ) juste derrière le rocher du cap Nègre. Mouillage par 25 m de fond , pas de problèmes.

Vérification ultime du matériel et équipement des deux malades mentaux qui n'hésitent pas à aller s'immerger dans une eau à 10/12° avec un léger Mistral en surface qui nous attend pour le retour, juste pour finir de congeler le bonhomme.
L'eau n'est pas très claire, beaucoup de particules en suspension, c'est normal en période de changement de saison.

Dans les gros blocs rocheux qui ponctuent la descente, dans une rague verticale, une mostelle, de belle taille environ 3  Kg , impassible elle attend que j'ai fini de lui "tirer le portrait" pour reprendre ses activités, à savoir chercher à manger.

PXR DSCN0290

Plus loin, un rouget entrain de brouter dans les algues, s'échappe en me voyant.

PXR rouget
Plus bas, au sable qui borde le tombant, dans une petite cavité c'est l'affolement, un véritable HLM à langoustes, de belles tailles pour la mediterranée je vais en compter 14  rassemblées, chacune dans sa niche agitant frénétiquement les antennes.

PXR Copie de DSCN0298
PXR DSCN0301
Petit ratissage rapide dans le sable, des fois qu'un bout de tesson apparaisse, mais las, pas aujourd'hui. Photo d'une petite mais jolie anémone

PXR anemone
puis au détour d'un rocher une petite murène me montre les dents, elle ne m'impressionne pas vraiment et aucun de nous deux ne va reculer, merci pour la photo.

PXR murèneA droite de sa tête, une petite et fragile "dentelle de neptune", étonnant de voir qu'un poisson aussi nerveux que la murène, ne porte aucun préjudice à ce bryozoaire si délicat.

L'ordinateur de plongée me donne déjà 2 minutes de paliers à 6 m, il est temps de penser à remonter, il faut encore traverser la grotte ce qui va allonger le temps de remontée, dans cette eau froide, ce n'est pas très confortable.

A l'entrée de la grotte, gentiment posée sur le sable une petite ( 50 à 60 cm ) baudroie d'un mimétisme presque parfait, nous regarde passer ses yeux bleus globuleux bien ouverts.

PXR DSCN0306
toute petite celle ci, rien à voir avec celle d'il y a quelques jours.

Deux baudroies en 2 semaines
voir ici,  la plongée à Caramassagne , ce n'est pas fréquent.

En fouinant dans les ragues , un serran, toujours sur le qui vive, on dirait qu'il va attaquer mais il se défile à la moindre alerte,

PXR serran
et deux rascasses impassibles se fiant à leur don de mimétisme pour se protéger, elles ne savent pas que la lumière du phare de plongée modifie les couleurs naturelles des fonds marins et du coup elles sont bien visibles.

PXR DSCN0312

Fin des paliers (  plus de 9 mn à 3 mètres  ) et remontée sur le Zod', un thé chaud pour faire remonter la température corporelle et on rentre, la houle commence à bien se lever, elle précède le Mistral qui est annoncé pour ce soir et demain.

Pas une plongée extraordinaire mais un bon coup de fouet pour se vider la tête et repartir revigoré.






Repost 0

Profil

  • Jean Luc
  • passionné par la plongée sous marine, je suis aussi un amoureux des collines Provençales.
La plongée et la rando sont mes activités sportives preferées.
La cuisine,la lecture,la photo, la pêche  et le jardinage sont mes activités plus calme
  • passionné par la plongée sous marine, je suis aussi un amoureux des collines Provençales. La plongée et la rando sont mes activités sportives preferées. La cuisine,la lecture,la photo, la pêche et le jardinage sont mes activités plus calme

Le Bureau

  ROMAN

Le grand secret

 gd secret

 

Si vous avez envie de  tenter l'aventure d'une plongée sous marine en mode spéléo avec tous les frissons que cela comporte, mais bien calé dans un fauteuil et en 191 pages, me faire parvenir

 

   un chèque de  20 euros TTC , port compris

Jean Luc Fontaine

130 vallon des Escourtines

13011 Marseille

Dédicace personnalisée sur demande.

plus de détails ici :

***********************************************************************
  

Indice Atmo : vue d'ensemble

 

 

Rechercher Un Article ?

Visiteurs présents sur le site

Compteur Global

 

 

 

 

 

Randos et plongées

 Petites randos dans nos collines et ailleurs..

 

Hautes Alpes :

Champoléon : le refuge de tourond

Champsaur : Le col de Moissière

Champsaur : le col de Gleize

Valgaudemard : Les cabanes de Prentiq 

Valgaudemard le refuge des souffles

Valgaudemard le refuge du pigeonnier

Valgaudemard, les sources des Doux

Devoluy: le village de Chaudun

Devoluy: le sentier de ronde de Chaudun

Devoluy, sentier de ronde  de Chaudun et fouanières

Les pénitents des Mées

Devoluy: la petite Céüse

Devoluy: le col de Tournillon

Devoluy: la roche de la Fouanières

Devoluy: le pic de Céüse

Devoluy: Céüse, le pas du loup

Devoluy, le roc de Rimat

Devoluy, la tête des Ormans

Devoluy, la tour carrée

Devoluy, la chapelle de la Crotte

Gapençais, crêtes de Charance 

Gapençais, le Cuchon

Devoluy la boucle de la Souchière

 

Retrouvance en Buëch Devoluy :

1ère étape, Veynes - Agnielles

2ème étape, Agnielles - Recours

3ème étape, Recours - Rabioux

4ème étape, Rabioux - Les Sauvas

5ème étape, Les Sauvas - Chaudun

6ème étape, Chaudun - Rabou 

 

Massif  du Garlaban :

Tête rouge et le Taoumé

Tête rouge et le Taoumé 09/2011

La Grotte de Grosibou au départ d'Allauch

Le puits de l'Aroumi 

Le puits de l'Aroumi au départ de la Fève

La baume sourne

La source de Barqieu et le Garlaban 2

Le Pic du Taoumé par le vallon de Précatori

Le sentier des scolopendres

Garlaban,  la source du chien

Le col de Tubé au départ de lascours, 1ere partie

Le col de Tubé au départ de Lascours, 2ème partie

La parloire mai 2011

La parloire janvier 2012

Le Mont du Marseillais 

La grotte de Manon et

le sentier des scolopendres

La grotte du berger

Sur les traces de Pagnol

Le domaine de Pichauris

La grotte du Midi ..ou du Papé

Lascours, le grand vallon

Le vallon de Passetemps

Grand vallon et grotte du papé

Grottes et marmites du grand vallon 

Lascours, le grand vallon 

La croix de Garlaban face sud.

Nocturne, la croix de Garlaban

Font Berguettes

Marmites du grand vallon

Grosibou par Lascours 01-2014

Baume Sourne 12-2013

L'eau des collines-grotte de l'étoile 02 2014

Lascours, gd Vallon 03 2014

Lascours gd vallon et grotte du Papé 05 2014


 

Massif de l'Etoile :

L'aire de la Moure

Notre Dame des Ange, ....près de Marseille
La grotte des fées et le Baoù Traouqua

Le mont Julien et le Ratier

La tête du grand Puech

La grotte de la Vierge

La tête du Gd PUech 01-2014

 

Massif de la ste Baume :

Le balcon des Encanaux

Le col de Bertagne

La glacière du vallon du Fauge

La crête de la Lare 

Le plan des Vaches par les dents de Roque Forcade 2012

Le joug de l'aigle

La source de l'huveaune

Les sources de l'Huveaune 2  

Le circuit de la Taurelle 

La grande Baume par bertagne

Le jas de Miqueoù

le chemin du blé

Les quatre chênes 

Le balcon des Infernets 

Le signal des Beguines 

Le col de Bertagne et la grande baume 2

Rougiers, Castrum st Jean et les 4 chênes 

Le vallon des cèdres

La croix du Paradis

Le Paradis et le sentier merveilleux

Le vallon de la galère

Le balcon des Infernets et le torrent des Encanaux 

Le tour de Roussargues

Le pas de Cugens

Le gouffre du plan des masques 

Les dents de Roque Forcade, autre parcours

Le vallon de l'Aigle

Le pas de la Cabre

La grande Baume

La tour Cauvin

Falaises de Cugens, le trou du vent

La grande Baume 2013

Le Cruvelier et le Brigou 

Le jas de Sylvain

Le plan des masques

le sentier Marcel Estruch

Le trou du vent 02 2014

Le jardin suspendu 03 2014

La neige au Paradis 03 2014

Le tour du pic de Bertagne 03 2014

Du pas de la cabre au Paradis 06 2014

Le ravin des Encanaux 06 2014

Le sentier marcel Estruch 05 2014

La voie Gombault 04 2014 

 

Massif de Luminy, les calanques, Cassis :

Les falaises de Soubeyranes 

Port pin et le ravin de Gorgue longue

La calanque de Morgiou

Le tour du mont Puget

Le vallon de la fenêtre

Les falaises du Devenson

Le cap Morgiou

Grand Malvallon, les 3 arches    

La couronne de Charlemagne

Le Malvallon sud et le belvédère celeste

Le plateau de l'homme mort
Le plateau de l'homme mort 2013

La calanque des pierres tombées

Le pas de l'oeil de verre, la Candelle

La rêveuse du pas de la Lèbre

La calanque de l'Escu

Le col de la selle et grotte Rolland

Beouveyre

Falaises du Devenson et l'Eissadon

Rando givrée, belvédère de Titou Ninou février 2012(1)

Belvédère Titou Ninou fevrier 2012(2)

Les 4 pas :  demi lune, escaliers des géants...

sommet de Marseilleveyre(1) les 3 grottes

Sommet de Marseilleveyre (2) les escaliers des géants

Le col de la Selle, les grottes Dechaux

La cheminée du Diable

Le cirque des Pételins

La traversée du mont Puget

Les 3 arches du Malvallon 2012

L'anse de Melette

Le couloir du Cadellon

Calanques de l'Escu et Melette

Les falaises du Devenson et de l'Eissadon

Le vallon de la fenêtre 2012

L'escalier des géants

Le pas de la Cabre

En Vau et Port Pin

Le cap Gros

Le belvédère d'En Vau

Le couloir du Candeloun

Les 4 grottes du rocher st Michel

Le sommet de Marseilleveyre

Le plateau de Cadeiron

Le sentier du chinois

Sentier Garrigue et cap Gros 

Le vallon de l'herbe et cap Gros

Le tour de la grande Candelle

Les calanques de Sugiton et Morgiou

Cap Gros, le saut du chat

Les trois pas...

La tête de Melette 

Couloir du Candelon intégral

Les crêtes de soubeyranes

Le cirque de mestrallet

Le vallon de l'herbe

Le tour de la Candelle

Titou Ninou à la belle étoile

Cap Morgiou grotte du figuier

Le vallon de Mestralet

Titou Ninou nov 2013
Creche troglodyte

Creche troglodyte suite 01 2014

Le Mt Puget et le couloir du Candelon 01-2014

La grotte de l'Ours 01-2014

Titou Ninou, la crèche suite

sommet Marseilleveyre 01-2014

calanque de l'Escu 01-2014

au fil de mes envies 12-2013

Beouveyre 12-2013

La cheminée Lacroix 01 2014

Mont Puget et couloir du candelon 01 2014

La grotte de l'Ours 01 2014
Les falaises du Devenson 02 2014

Au dessus de Sormiou 03 2014

Le pas de la demi Lune et Marseilleveyre 03 2014

La grotte de la colonne 03 2014

La croix du Malvallon 03 2014 

Le cirque de Melette-walkyries 06 2014 

Le renard des calanques 

 

Les massifs de Marseilleveyre à Aubagne :

La source des eaux vives

Le balcon des Escourtines

Le Montounier et la chapelle St André

Le Mont St Cyr

Le four à cades de revers de boquié

Le Baoù de la Candolle

Le balcon des Escourtines et la source des eaux vives - juste au delà de mon jardin

Le Douard et les gorges de la petite ste Baume  

Notre dame de Julhans

Le mont Lantin et le mont Carpiagne

Le mont Lantin et la source des eaux vives

Le vallon de Gendame

Le cabanon du Marquis 01-2014

 

Massif de Regagnas et mont Aurélien :

L'ermitage de st Jean du Puy

Le sommet du Regagnas  

Le rocher Olympe du mont Aurelien

le Mont Olympe

Le plateau de la Serignane

Le mont Olympe et le rocher de 11 heures

Le rocher de 11 heures

pique nique à st Jean du Puy 12-2013

 

Massif et Parc naturel du Luberon :

La foret de cèdres

La combe de Sautadou  

Le tour du Roumagoua 

Oppede le vieux, versant nord

La source du Mirail

Le pin de l'Eigoune

La Groupatassière

Le plan des Agas

Les moulins du Veroncle

La combe de Vaumale 04 2014

 

Massif de ste Victoire :

Le pic des mouches

Le pic des Mouches version plus longue

Le pic des mouches au départ de Puyloubier

Le sentier Imoucha et les cretes de costes chaudes

Le Prieuré et la croix de Provence

Le Garagaï

Refuge Baudino au départ du parc des 2 aiguilles

D'un barrage à l'autre

L'ermitage st Ser

De st Ser au pas du Clapier

Le pic des mouches au départ de Puyloubier

Le pic des mouches par st Ser

Le gouffre de Garagaï

La croix de Provence par la marbrière

Refuge Baudino nov 2013

Le vallon de la Tine 03 2014

Le gouffre de garagaï 04 2014

Le pic des mouches 04 2014   

 

Le Verdon :

Le sentier des pecheurs

Le sentier des pêcheurs 2012

La chapelle ste Maxime, la draille des vaches

Le lac de ste Croix, le tour du Defens 

 

Divers :

Guillestre et la rue des masques

Raquettes à Risoul

Var, Lou gro Cervo

Var, La grotte du Garou

Var, Les gorges du Caramy

Var, les gorges du Caramy depuis le barrage

Var, le vallon du rocher des abeilles
Les crêtes de Roque Menourque 

La calanque de Figuerolles, cote bleue

Le mont Concors

Mazaugues, les ruines de Touchou

Le Puy ste Réparade, la Quilho
St Esteve Janson, le chateau

Notre dame des Anges...dans le Var

Vaucluse, le mur de la peste

Cote bleue, calanque de la Vesse

Alsace, mont ste Odile, le mur païen

Guyane, le sentier Rorota

Le village troglodyte de Calès

Port d'Alon, sentier du littoral

Le Mourre d'Agnis

La grotte du Mounoï Var

Var , le chateau du Diable 05 2014

Var, les gorges du Destel... l'intégrale 04 2014


Corse :

La boucle de l'Acciolu

Le sentier du facteur de Girolata

Le refuge d'Ortu

La punta di Bonassa

 

Andorre :

Le lac d'Angolaster

Le col de Juclar

Les lacs des salamandres  

Les lacs de Meners

Les lacs de Siscaro

Le circuit nature de Canillo 

 

Ardèche :

Le chateau de Pierre Gourde

Le sentier du vigneron

Le tour de Girond

Le chateau de Rochebonne

 

Lozère :

Eglazines et st Marcellin

Les echelles de Cinglegros, le pas de l'Arc

Causse Méjean corniches de la Jonte

 

 

 

 

 Plongées en Méditerranée :

 

1ère plongée de l'année 2009
La pierre de Briançon

L'île Moyade
Au phare de Planier
La calanque des Contrebandiers

Cadaquès, Massa d'Or
L'épave du Donator
L'épave du Chaouen
Le grand Congloué
La grotte de la Télévision
L'impérial du milieu
L'île de Riou
La pointe Caramassagne

La pierre à Daniel
Pointe Caramassagne 02/2010
La grotte de la télévision 03/2010
Quelque part vers Planier

Caramassagne, la grotte 04/2010  

Le tombant de la boulegeade 

Le tombant de la boulégeade 2

Au sud ouest de Planier  

Planier, Mola mola
L'épave du Ker Bihan

La pierre de Cassis  

La pierre à Daniel(2)  

Plongée...dans mes archives photos

Ma dernière chasse sous marine

Le couloir des gorgones

Zeus faber, un poisson de légende 

Grand congloué, les bankaws  

2011 la calanque du contrebandier

06/2011  La pierre de Briançon

2011 La grotte de la télévision

08/2011 Caramassagne

08/2012 la grotte à Peres

08/2012 la pierre à Daniel

08/2012 l'arche de Planier

06/2012 la grotte de la télévision

06/2012 la calanque de l'Escu

03/2014 Riou pte Caramassagne 

02/2014 calanque du contrebandie

07 2014 dans le bleu, calanque du contrebandier 

06 2014 la pierre de Cassis 

06 2014 la cap nègre 

 

 

 


 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







Gites et chambres d'hotes

Coups de coeur

 

Quelques sites que je recommande :

 

Jacques Testa artiste peintre.

 

Ely Boissin artiste peintre et plongeur .

 

Les dessins de RB 

 

Glibert Thomas, le peintre des calanques